L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Yefithil et Skiitrdll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Réatami



Messages : 516
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : France

MessageSujet: Yefithil et Skiitrdll   Mer 29 Déc 2010 - 14:13

J'ai eu une illumination cette nuit et comme je me suis dit que mes idéolangues déjà crées étaient relativement avancées, j'ai décidé de me lancer dans une autre création, pour protiter encore des joies de la glossopoïèse

J'avais envie de créer une langue la plus naturelle possible avec donc les irrégularités qui y sont liées. Dans cette idée j'ai décidé de créer ma langue de la même manière que les langues apparaissent, c'est à dire en créant une langue primitive qui se transformera avec le temps (le Shiitrdll [ski=]. J'ai choisi comme point de départ une langue à la phonologie proche de celle de l'indo-européen antique tel que reconstitué par André Martinet (car de toute façon j'ai que lui sous la main), la grammaire est donc flexionnelle mais régulière aux origines. Cette langue primitive n'est pas très développée, elle ne possède que les bases. La partie la plus importante de cette langue originelle sont les racines qui permettent, après modifications phonétiques et quelques fois morphologiques d'obtenir le vocabulaire "actuel" de telle ou telle langue.

Pour le moment j'ai en ébauche la langue primitive et la première langue "nouvelle" (Yefithil [jefiTil]).
A l'avenir, je pense que j'intégrerais cette langue avec l'Esséntheam dans un idéomonde.


PREMIÈRE PARTIE : Skiitrdll


Comme je le disais, cette langue est très primitive et inspirée de l'IE ancien.

Phonologie

Voyelles :

a [a] aa [a:] e [E] ee [E:] i [i] ii [i:] o [O] oo [O:] u [u ] uu [u:] ll (syllabique) ; rr (syllabique) nn (syllabique) ; mm (syllabique)
Les consonnes syllabiques sont par exemple présentes dans le nom de la langue et sont, il me semble, une spécialité IE.

Consonnes (quand il n'y a pas la phonétique c'est que la prononciation est la même qu'en API ou en X-SAMPA)

p ; b ; t ; d ; k ; g ; s ; h [h] ; l ; r ; m ; n ; ñ [N] ; j ; w

Diphtongues :

Deux voyelles accolées sont prononcées en hiatus. Il n'y a donc pas de diphtongues

Grammaire


Pour le moment, seule les déclinaisons nominales et adjectivales sont faites.

Déclinaisons nominales :


Les noms se déclinent suivant dix cas et quatre nombres (sing / duel / pluriel général / pluriel précis). On ne fait pas de distinction de genre.

Voici les désinences (les nombres sont dans l'ordre sing / duel / pluriel général / pluriel précis) :

Nom : s / si /es / os (sujet)
Ac : t / ti / et / ot (COD)
Dat : nn / nnl / nnt / nnr (Ccpl d'attribution)
Abl : c / ci / ec / oc (Cpl circonstanciel)
Gen : m / mi / em / om (complément du nom, de l'adjectif)
Instrumental/Sociatif : ll / ll / llt / llr (moyen, manière accompagnement, cpl d'agent)
Locatif : j / ij / ej / oj (toutes les informations de lieu)
Vocatif : o / ol / ot / or (apostrophe)
Essif : el / eli / ele / elo (état)
Possessif : rr / rrl / rrt / rrn (possession)

Ces désinences s'ajoutent directement au radical.

Déclinaisons adjectivales :


Les adjectifs s'accordent en nombre avec le nom qu'ils qualifient. Les désinences sont :
S : s
D : i
PG : e
PP : o

Vocabulaire

Les racines sont très libre mais toujours limitées à une seule syllabe (sauf pour les hiatus qui sont acceptés) et leur nombre n'est pas définitif. Voici les premières (Merci à Ziecken pour son dictionnaire fréquentiel qui me permet d'avoir quelques idées de racines Very Happy (sinon je reste à beauté, humain, manger et aller...)) :

(les racines sont toujours en majuscule)
NEEP bien (A)
GEA aimer (V)
AKW administration (N)
SKIITR culture histoire (N)
SUN humain (N)
MIER femme (N)
SAR homme (N)
TMMT pomme (N)
U arrêter (V)
PIH mort (N)
KEJ un (A)
DIE deux (A)
AM trois (A)
PLL quatre (A)
LLN cinq (A)
GUUM six (A)
DOK sept (A)
KWIN huit (A)
TEA neuf (A)
A zéro nul (A)
LEG dix (A)
ROL cent (A)
ATR mille (A)
REE religion (N)
JEO jeunesse (N)
SI aller (V)
JET manger (V)
ROUL beau (A)
JEN facile (A)
DLL langue (N)
JE- création dʼantonyme (pré)
PUIS père
ER et (C)

Toutes les racines appartiennent à une classe grammaticale bien définie (N : substantif / A : adjectif ou adverbe / V : verbe / pré : préfixe / C : conjonction) et il est impossible de l'en faire sortir (du moins dans la langue primitive). Certaines formations nécessitent donc une adaptation.


DEUXIÈME PARTIE : Yefithil


Le yefidhil est une langue apparue par modification de la langue originelle. On obtient son vocabulaire par modification "historique" des racines assemblées ou non ou par dérivation interne et "actuelle".

Les mots de chaque classe grammaticale sont classés en deux formes : la forme forte directement dérivée des racines (comme en allemand ou en quenya) et la forme faible dirivée. La conjuguaison et la déclinaison varient fortement entre ces deux classes.

Une autre différence notable est l'ajout d'un genre grammatical qui ne définit pas le genre comme en Latin mais le niveau de politesse comme en Japonais. Tous les mots y sont soumis, ce changement se voit dans les désinences qui ont subi une affixation et qui s'est intégrée à la désinence primitive.

Prononciation et alphabet

-Voyelles :

Voyelles non arrondies : rang I : A [a] Á [A:] rang II : E [E/œ*] É [E:] Ë [E] rang III : I [i] Í [i:]

Voyelles arrondies : rang II : O [O] Ó [O:] rang III : U [u ] Ú [u:]

*E se prononce [œ] en finale, pour que sa prononciation reste [E] il faut lui adjoindre un tréma.

Diphtongues :

Les diphtongue sont tous descendants, le premier élément est toujours i ou u. Le second élément est lui aussi court mais il est par contre libre.

-Consonnes :

Occlusives :
rang I : P [p] B [b ]
rang II : T [t]* D [d] Ty [t_j]
rang III : C [k] G [g] Cw /Qu [kw]
Fricatives :
rang I : F [f]
rang II : Th [T] S [s]*
rang III : H [ç] Ch [x]
Liquides :
rang IV : L [l]* R [r]*
Spirantes :
rang IV : W [w] Y [j]
Nazales :
rang I : M [m]
rang II : N [n]*
rang III : Ng/Nc/Nw** [N] Ny [J]
*Ces consonnes peuvent être géminées
**toujours avant g, c ou w (Nw compte alors pour une seule consonne)

-Phonotactique :

Seuls des groupes de deux consonnes au maximum sont admis en milieu de mot, autre part une seule consonne est admise sauf les groupes -st et -nt . De plus un groupe de consonne ne peut rassembler que des consonnes de même ordre mais les consonnes du IV ordre peuvent se trouver avec n'importe quelle consonne.

Modifications historiques

Il existe un certain nombre de règles qui ont abouti à un système assez restrictif au niveau phonologique, voici les règles actuelles :

-entre deux phonèmes voisés une occlusive se spirantise
-j sʼintègre à n et t pour former ny et ty
-h se transforme en quand il est isolé ou [ç] dans les autres positions il spirantise la consonne
-les consonnes de point dʼarticulation sʼassimilent (toujours la dernière qui subit)
-Les groupes de trois consonnes se simplifient si lʼune des consonnes est une liquide ou une approxiamante
-Les consonnes syllabiques se transforment en « en » pour nn ; « um » pour mm ; « ir » pour rr et « il » pour ll. Après une voyelle elles se transforment en consonnes simples
-Les spirante sonores sʼassourdissent, quelle que soit leur position.
-Les voyelles longues en deuxième position dʼun groupe consonantique deviennent courtes
-Quand on simplifie des groupes consonantiques on allonge la voyelle précédente par allongement compensatoire
-En finale, les dernière consonne sʼamuïssent de façon a ne plus avoir quʼune consonne
-une voyelle suivie de la semi consonne qui le correspond fusinne avec celle-ci pour former une seule voyelle longue

Ex : JE-PIH-DLL → Yefithil (spirantisation du P, vocalisation de LL spirantisation de D à cause du H et dévoisement du D spirantisé)

Grammaire

DECLINAISON NOMINALE :

Les noms se déclinent suivant sept cas :

Noms forts déclinaison neutre :
N -sa / -si / -es / -os
Ac -te ou -the* / -ti ou -thi* / -et / -ot
D -en / -enye / -én / -oen
Ab -ca ou -cha* / -ci ou -chi* / -ec / -oc
G -me ou -fe* / -mi ou -fi* / -em / -om
I/S -il / -illi / -elle / -ello
P -ir / -irri / -erre / -erro
*lorsque le mot termine par une voyelle
Lorsque deux même voyelles sont à la suite, on les rassemblent en une seule voyelle longue.
Lorsque le radical ne permet pas lʼajout de la désinence (à cause des règles de phonotactique) on introduit la voyelle a

Ex : JRRT vent → Yít
N Yítsa / Yítsi / Yítes / Yítos
Ac Yítte / Yítti / Yítet / Yítot
D Yíten / Yítenye / Yítén / Yítoen
Ab Yítaca / Yítaci / Yítec / Yítoc
G Yítame / Yítami / Yítem / Yítom
I/S Yítil / Títilli / Yítelle / Yítello
P Yítir / Yítirri / Yíterre / Yíterro

Noms forts déclinaison polie :
N -sae / -he / -és / -osse
Ac -ethe / -ethi / -ethey / -othe
D -ene / -enyé / -enne / -éni
Ab -echa / -echi / -eche / -oche
G -ef/ -if/ -efe / -ofe
I/S -ilé / -ille / -elle / -elloe
P -iré / -irre / -erre / -erroe

Noms faibles (rad moins o de la dérivation) déclinaison neutre :
N -o / -e / -i / -ó
Ac -ot / -et / -it / -otte
D -on / -en / -in / -ona
Ab -oc /-ec / -ic / -ocha
G -a / -ef / -if / -of
I/S -ol / -el / -il / -olle
P -or / -er / -ir / -orre

Noms faibles (rad moins o de la dérivation) déclinaison polie :
N -oe / -é / -iye / -óhe
Ac -ote / -ete / -ite / -ottehe
D -one / -ene / -ine / -onahe
Ab -oce /-ece / -ice / -ochahe
G -ae / -efe / -ife / -ofé
I/S -ole / -ele / -ile / -ollehe
P -ore / -ere / -ire / -orrehe

DECLINAISON ADJECTIVALE :

Elle ne varie quʼen genre et en nombre. Encore une fois on distingue les adjectifs forts des adjectifs faibles.

Adjectifs forts (neutre / poli) :
S -Ø / -er
D -e / -é
PG -i / -iye
PP -o / -oe

Adjectifs faibles (neutre / poli) :
S -a / -ae
D -e / -é
PG -i / -é
PP -o / -é

Ex : Yítiwa (Yít + iwa) :
S Yítiwa / Yítiwae
D Yítiwe / Yítiwé
PG Yítiwi / Yítiwé
PP Yítiwo / Yítiwé

DECLINAISON DES PRONOMS

Les pronoms existent deux plusieurs formes. La forme isolée et la forme intégrée, existant seulement pour les quatre premiers cas. (à chaque fois la première forme est la forme isolée)

Le duel se forme par suffixation dʼun i, le pluriel général par suffixation dʼun e pour la forme neutre et dʼun a pour la forme polie, et le pluriel précis par suffixation dʼun o. Comme toujours il y a réduction des voyelles.

1è personne :

Neutre
N : se / -es
Ac : te / -et
D : ene / -én
Ab : ce -ec
G : ém
I/S : yel
P : yer

Polie
N : sé / -ese
Ac : té / -ete
D : ené / -éne
Ab : cé / -ece
G : éme
I/S : yele
P : yere

2è personne :

Neutre
N : si / -is
Ac : ti / -it
D : eni / enya
Ab : ci / -ic
G : íma
I/L : íl
P : ír

Polie :
N : asye / -isye
Ac : tye / -itye
D : enye / enye
Ab : acye / -icye
G : ímye
I/L : ílye
P : írye

3è personne :

Neutre
N : so / -os
Ac : to / -ot
D : éno / -enno
Ab : co / -oc
G : óm
I/L : ól
P : ór

Polie
N : aswe / -oswe
Ac : toe / -ote
D : énoe / -ennoe
Ab : coe / -oce
G : óme
I/L : olle
P : orre

CONJUGUAISON

Les verbes se conjuguent suivant quatre temps (Présent (Pr), Parfait (Pf), Imparfait (Ip), Futur (F)) trois modes (indicatif, subjonctif et impératif) plus deux formes verbales indépendantes (participe et infinitif). Il existe cinq voix (voix première (active), voix deuxième (passive), voix troisième, voix quatrième, et voix refléchie).
Les verbes forts se conjuguent par des désinences et un préverbe tandis que les verbes faibles ne se servent que des désinences.
Pour les désinences personnelles voir plus bas

Verbes forts :

Lʼindicatif est formé sans préverbe. Le subjonctif utilise le préverbe Ot et lʼimpératif le préverbe El. Les désinences sont (dans lʼordre : voix première, deuxième, troisième, quatrième, refléchie)
Pr : -at / -ath / -an / -anye / -atye
Pf : -ent / -ef / -em / -emwe / -ennu
Ip : -ur / -ul / -uje / -ulle / -unno
F : -od / -oth / -otya / -olle / -etto
La forme polie se constitue par la suffixation de e avec évidemment la contraction vocalique.

Infinitif :
Présent : -allo-(y)o / -asse-(y)o / -atte-(y)o / -anne-(y)o / -ápe-(y)o
Passé : -eru-(y)o / -ame-(y)o / -ede-(y)o / -unda-(y)o / -itu-(y)o
Futur : -owe-(y)o / -uya-(y)o / -ufe-(y)o / -ulo-(y)o / -adu-(y)o
On insère entre la désinence et (y)o les marques personnelles.

Participes :
Présent : -allo-(y)a / -asse-(y)a / -atte-(y)a / -anne-(y)a / -ápe-(y)a
Passé : -eru-(y)a / -ame-(y)a / -ede-(y)a / -unda-(y)a / -itu-(y)a
Futur : -owe-(y)a / -uya-(y)a / -ufe-(y)a / -ulo-(y)a / -adu-(y)a
On insère entre la désinence et (y)a les marques personnelles.

Verbes faibles :

Indicatif
Pr : -dat / -dath / -dan / -danye / -datye
Pf : -tént / -téf / -tém / -témwe / -ténnu
Ip : -tyur / -tyul / -tyuye / -tyulle / -tyunno
F : -tod / -toth / -totya / -tolle / -tetto
Subjonctif
Pr : -mat / -math / -man / -manye / -matye
Pf : -mént / -méf / -mém / -mémwe / -ménnu
Ip : -myur / -myul / -myuye / -myulle / -myunno
F : -mod / -moth / -motya / -molle / -metto
Impératif
Pr : -lat / -lath / -lan / -lanye / -latye
Pf : -lént / -léf / -lém / -lémwe / -lénnu
Ip : -lyur / -lyul / -lyuye / -lyulle / -lyunno
F : -lod / -loth / -lotya / -lolle / -letto
La forme polie est encore marquée par le suffixe e

Infinitif :
Présent : -sallo-(y)o / -sasse-(y)o / -satte-(y)o / -sanne-(y)o / -sápe-(y)o
Passé : -seru-(y)o / -same-(y)o / -sede-(y)o / -sunda-(y)o / -situ-(y)o
Futur : -sowe-(y)o / -suya-(y)o / -sufe-(y)o / -sulo-(y)o / -sadu-(y)o
On insère entre la désinence et (y)o les marques personnelles.

Participes :
Présent : -sallo-(y)a / -sasse-(y)a / -satte-(y)a / -sanne-(y)a / -sápe-(y)a
Passé : -seru-(y)a / -same-(y)a / -sede-(y)a / -sunda-(y)a / -situ-(y)a
Futur : -sowe-(y)a / -suya-(y)a / -sufe-(y)a / -sulo-(y)a / -sadu-(y)a
On insère entre la désinence et (y)a les marques personnelles.

Les marques personnelles sont en fait les pronoms personnels dans leur forme dépendante accolées à ce verbe

SYNTAXE

Les fonctions grammaticales :

Chaque verbe possède un schéma de valence qui indique à chaque fois les compléments quʼil demande :

Ex : Si « aller » quelquʼun (N) va quelque part (Ac) en passant par (D) depuis (Ab)
Ainsi le verbe aller demande ce nombre de compléments importants pour la plupart mais dont certains sont inutiles. Par exemple Si on ne veut pas dire par où lʼon passe, on supprimera tout bonnement le troisième complément. Le seul complément obligatoire est le sujet.

Ex : Je vais à la maison : Siates Cánte
Ex : Je viens de la maison : Siates Cánaca

Les voix fonctionnent sur ce principe, tout du moins pour les quatre premières.
La voix première (active) est le schéma normal du verbe, tel que donné dans le dictionnaire.
La voix seconde (passive) inverse le premier et le deuxième complément dans leur cas (et donc dans leur fonction grammaticale)
La voix troisième inverse le premier et le troisième
La voix quatrième inverse le premier et le quatrième

Ex : Cánas Siath : la maison est la direction dʼun mouvement (on ne sait pas qui le fait ni le reste)

Mais ce système ne peut gérer que quatre compléments. Ainsi si on peut ajouter le moyen par lequel on se déplace. Ici on fera usage de lʼI/S. Pour suppléer à lʼabsence de voix, on utilisera la forme impersonnelle. Cʼest à dire que lʼon énoncera pas le sujet.

Ex : Siates Cánte Hilello : je vais à la maison avec mes jambes
Ex : Siath Cánsa Hilello : les jambes servent à aller à la maison / on va à la maison avec les jambes.

Les cas Génitifs et Possessif :

Ces cas sont les cas nominaux, ils indiquent les relations entre les mots. Ainsi le génitif indique la provenance (lʼorigine), la composition ou sert de complément de lʼadjectif. Le possessif est limité à la possession.

Ex : Je vois la maison de Réatami : Wod Cánte Riatamíre (avec forme polie)

L´I/S peut aussi servir a décrire le décor ou le contexte.

DEMONSTRATIF

On utilise l´adjectif démonstratif universel i. Il a une valeur moins forte qu´en français et peu servir d´article défini. Pour l´accentuer on peut utiliser la forme polie et cet adjectif.

PREPOSITIONS

Les prépositions ne dépendent pas du cas elles servent de complément d´information. Elles peuvent être utilisées avec un radical nu dans le cas où le nom n´a pas de fonction verbale et que les autres cas ne gèrent pas cette fonction. (Les formes entre parenthèses sont les formes contractées avec le démonstratif).
Ambar(i) : sur
Ulë (Uley) : sous
Ayo (ayó) : dans
Asul(i) : à côté
Seasul(i) : à gauche
Afasul(i) : à droite
Orë (Orey) : depuis
Lë (Ley) : après
In(i) : ici
Ithasul(i) : de ce côté
Te (Tey) : sans

ADVERBES

Les adverbes sont soit originels (rares) soit formés (suffixe en -p ; pour la majorité)
Seuls les adverbes formés sont variables en temps et en genre quand ils décrivent un verbe mais ne le sont pas quand ils décrivent un adjectif ou un autre adverbe.
Ore : toujours.

Déclinaison (neutre / poli) :
Pr : -p / -pë
Pf : -be / -bë
Ip : -ma / -má
F : -fu / -fi

Les seuls adverbes formés qui se déclinent sont les adverbes négatifs, interrogatifs et optatifs (neutre / poli)
Adverbe négatif :
Pr : tap / taep
Pf : tab / taeb
Ip : tam / taem
F : tafë / taefë

Adverbe interrogatif :
Pr : a / aë
Pf : ga / gia
Ip : ache / achë
F : uthe / uthë

Adverbe optatif :
Pr : na / ná
Pf : nai / naye
Ip : nu / anwë
F : no / noye

CONJONCTIONS

On différencie les conjonctions verbales des conjonctions nominales. Les premières se placent entre deux propositions et les secondes entre deux termes intérieurs à la proposition.

Conjonction nominales :
Ea : et
Laë : et
Sun : mais aussi
Nul : mais
Vath : ou
Fë : car
Ta : parce que
The : à cause de
Achi : faute de
Aqui : donc

Conjonction verbales :
Yo : et
Lo : ou
Dë : mais
Ef : parce que
Telume : après que
Nullume : avant que
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yefithil et Skiitrdll
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: