L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mots composés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PatrikGC



Messages : 2318
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Mots composés   Ven 16 Avr 2010 - 19:32

La plupart des conlangs forgent leurs nouveaux concepts par concaténation de mots de base. Bcp de langues naturelles en font de mm, on juxtapose deux mots et hop, on forme ainsi un nouveau mot. Néanmoins, en lisant les divers billets de ce forum, il semble que parfois ça vasouille bcp ! D'ou ce nouveau sujet.

  • A prime vue, la façon classique consiste à concaténer dans le sens déterminant-déterminé ou déterminé-déterminant.
  • Une variante est l'ordre : mot-rôle (ou l'inverse)
  • On peut aussi utiliser la notation hongroise qui consiste à mettre l'élément principal par devant puis affiner le sens, ce qui est très souvent l'ordre déterminé-déterminant. L'inverse est aussi possible en partant du sens le plus spécifique et/ou pointu et en remontant vers l'idée vague.
  • On peut aussi pratiquer le sens source-transition-destination (ou inverse) qui est souvent l'ordre SVO.
  • Les + informaticiens iront voir du côté de Merise (le MCD surtout) ou de l'UML avec son diagramme des classes, ce qui est très proche de la source-transition-destination qui est changée en entité1-relation-entité2, sachant q l'entité1 est souvent la source, l'agent...
  • Restons dans l'informatique et rapprochons-nous du schéma relationnel qd il s'agit de lier 2 tables (ou 2 concepts) par un seul et unique type de relation : 1 vers n et réciproquement 1 vers 1.
  • Il y a aussi la possibilité d'utiliser des particules jonctives, style mot1-jointure-mot2.

Si on devait faire un catalogue des grandes façons de forger des nouveaux selon une logique uniforme, qu'aurions-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Ziecken
Modérateur


Messages : 4956
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Mots composés   Ven 16 Avr 2010 - 23:39

En elko l'ordre des composants au sein d'un mot composé est immuable :


Like a Star @ heaven En premier lieu, le ou les spécificateur(s) permettent de préciser le sens d'un mot, et surtout de différencier les mots utilisant le même catégorisateur.

Like a Star @ heaven En second lieu le catégorisateur indique la catégorie à laquelle appartient le mot : Végétal, animal, minéral, objet, forme, etc...

Note :
Les termes de spécificateur et de catégorisateur sont empruntés à la langue des signes, avec néanmoins une utilisation différente. Si les clés sont inversées au sein d'un mot, le sens en sera chamboulé.

En elko, on utilise beaucoup les hyperonymes, du coup on se limite aux catégorisateurs, et bon nombre de mots n'utilisent pas de spécificateurs. Ils ne sont utiliser que lorsque le contexte l'exige.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Mots agglutinés   Sam 17 Avr 2010 - 1:18

L'aneuvien compte beaucoup plus de mots agglutinés (éléments collés formant un mot d'un seul tenant avec un seul accent principal) que de mots composés (mots attachés par un trait d'union ou chaque partie a son accent tonique et, si le nom est formé de deux noms, se décline séparément).

Les deux parties d'un noms peuvent être

-à-postériori
-à-priori
-à-postériori & à-priori
-à-priori & à-postériori

Si un mot agglutiné est formé de trois parties les possibilités seront d'autant étendues.


Si le mot se compose d'un préfixe, on accentuera en général sur la syllabe centrale (la lettre sera diacritée, à moins qu'il s'agisse d'un son vocalique long.


Pour "portefeuille", par exemple on énoncera d'aport le contenu (papier=FLJO: en effet, un portefeuille ne contient pas que LES papiers (dokumènte) mais aussi des billets, des facturettes, des pense-bête, voire des billets doux, etc...), puis, la fonction: contenir, PORTER lesdits papiers: FÈR, avec un diacritique puisque le E n'est pâs dans la première sylloabe, et enfin SAT qui désigne l'objet simple dont on a fait la description: fljofèsat. Toutefois, il existe un terme argotique, limité au Pelljant et qui n'est pas un mot composé: morlæṅg certains reconnaîtront un terme de notre argot à nous désignant le même objet. L'imagination n'était, certes, pas au rendez-vous, mais j'ai trouvé la transcription un peu exotique.

Passons aux humains: pour "pédiatre" j'ai fait, là aussi dans l'à-postériori pour les deux premiers tiers du nom: la première composante désigne les personnes dont s'occupe le praticien: INFANT- (un pédiatre soigne particulièrement les jeunes enfants (infàntdur)), puis vient la fonction: le cœur du mot: -MEDÍK- avec le diacritrique, pour la même raison que cité plus haut: c'est la fonction; et enfin -DU pour le sujet qui exécute cette fonction, ici, un être humain: infantmedíkdu. Il y a un temps de cela, l'accent tonique portait sur cet élément, mais ça déséquilibrait le mot.

Ces deux mots (fljofèsat & infantmedíkdu*) ont exactement le même type de construction: complément-fonction-agent; mais d'autres cas de figures peuvent de présenter, le cas le plus simple étant l'agglutination de deux éléments seulement, sans forcément l'apparition de l'ément "complément", comme

Prinskad = princesse (pas de diacritique: accentué sur le I), de PRINS + KAD
Blajtœr = porte-fenêtre (présence d'une voyelle longue, Œ: accentué dessus) blàj = fenêtre & tœr = porte.

Parfois, c'est la fonction qui est éludée, comme dans

Çirevring = chevalière (de ÇIR = cire (j'me suis pas foulé) + ev (composante du circonstanciel) + RING (encore un à-postériori), autrement dit: baque qu'on met sur la cire (pour faire des sceaux).

Des VRAIS mots composés, mis à part les nombres, il y en a assez peu, et leur élaboration est en fait plus "basique" et moins variée.


*L'aglutination de certains éléments peut parfois entraîner des chapelets de consonnes, dans ce cas, on tâche de prononcer en priorité la dernière (celle qui se trouve devant une voyelle, ici: M), quitte à "escamoter" plutôt la consonne la plus gênante: ce sera souvent la consonne centrale, comme ici: [infɐnmeˈdikdy].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Mots composés   Sam 17 Avr 2010 - 10:58

En Rémaï différentes manières de composer les mots se sont concurrencées au fur et à mesure des versions.

En Rémaï, un mot est constitué de tous les signes compris entre deux séparateurs de mots (caractère espace ou caractère virgule = signe court bas).

Apparemment, le sens des mots longs se construit de gauche à droite : le dernier prononcé est le plus important, car c'est celui qui reste à l'oreille.

Par exemple, le mot

BADERAIMALAIRADAILAÏDEMEAE
qui s'écrit A_X<N'7<'X7'+XN,_,
et signifie "(c'est) une bonne constructrice de langage humain, quelque soit-elle (qui)"

va se décomposer de la manière suivante :

BA_
(déterminant qui indique jugement de celui qui parle : un bon)
DE
(rôle par rapport à l'action : celui qui donne le résultat de l'action)
RAIM(A)
(humain / humaniste / pensant)
(DE)
LAIR(A)
(discours / langage / énoncé)
(DE)
DAIL(A)
(édifice / mur / construction)
AÏDE
(rôle par rapport à la phrase : classe des noms, fonction de sujet).
EM
(rang aux yeux du locuteur : marque de personne indifférente, ton indifférent).
EAE
(marque féminine).

A l'oreille, on entendra "bon / qui fait / qui fait humain / qui parle en être humain / qui construit ce qu'il exprime en être humain / constructeur de langage humain qui est le sujet de cette phrase / et qui est une femme que je ne connais pas.

***

Il est possible d'insérer des têtes "internes" qui permettraient de construire des cheminements plus compliqués à l'intérieur du mot : chaque tête représentant un rôle par rapport à l'action comme celui qui donne DE, celui qui reçoit KE, celui qui aide WE, là où on agit LE etc.

***

Les règles de la contraction des mots Rémaï permettent d'exprimer et de reprendre le même mot de manière beaucoup plus courte dans la conversation, tout en maintenant son sens complet.

***

L'avantage de cette structure (en particulier du système têtes / terminaison) est de permettre la substitution mécanique des racines posées à l'intérieur du mot tout en maintenant une cohérence de la phrase grâce aux têtes et terminaisons qui forment une structure logique et grammaticale qui tiendra debout quelque soit les idées dont on la remplit.


***

On peut bien sûr aussi exprimer la même idée en plusieurs mots séparés, soit par des terminaisons précisant le contexte, le thème ; soit par des adjectifs ; soit par des déterminants compléments de noms : soit encore par des relatives etc.

***


Lorsqu'à l'intérieur d'un mot on inverse la place des racines, on observera que le sens du mot change :

BADERAIMALAIRADAILAÏDEMEAE
qui s'écrit A_X<N'7<'X7'+XN,_,
et signifie "(c'est) une bonne constructrice de langage humain, quelque soit-elle (qui)"

BA(DE)DAILARAIMALAIRAÏDEMEAE.
qui s'écrit A_X7'<N'7<'+XN,_,.
signifie "C'est une bonne oratrice quant à l'humanité en matière de construction"
Donc quelqu'un qui sait parler d'une architecture respectueuse de la nature humaine.

A l'oreille, on entend alors "Une bonne / qui fait / qui construit / qui traite en humain en matière de construction / qui parle en traitant en humain en matière de construction..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PatrikGC



Messages : 2318
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: Mots composés   Sam 17 Avr 2010 - 11:28

Merci pour ces 3 exemples.

Pour l'instant, il semblerait que le choix soit plutôt le sens précis-vague ou déterminant-déterminé. Cette façon de voir donne directement au locuteur l'information la plus significative, le reste du mot composé validant ou pas ce qu'il a cru comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Mots composés   Dim 16 Mai 2010 - 0:14

En saiwosh, j'utilise beaucoup de mots d'emprunt, le plus souvent souvent avec un mot saiwosh qui sert de suffixe :

Ainsi, tlist-nin (triste) du français "triste" et du saiwosh nin, esprit.

Le tiret entre les deux morphèmes est une convention orthographique qui indique qu'il s'agit d'un mot composé avec au moins un élément étranger.

Le mot d'emprunt et le mot-suffixe se précisent mutuellement, on peut donc abréger l'un des deux :

latyo-toktin (radiologue) du français "radiologue", + toktin, médecin.

Certains mots comme, entre autres, stik (arbre), tipso (herbe), mak (nourriture, chose comestible), tili (personne), min (métal) et was (pierre) sont souvent utilisés comme suffixes :

manko-stik (manguier) de l'anglais "mango"
manko-mak (mangue)
netal-tipso (ortie) de l'anglais "nettle"
ploto-min (plutonium)
konalin-was (cornaline)

L'avantage d'une idéolangue à la phonologie pauvre, comme le saiwosh, c'est que les emprunts sont peu reconnaissables Smile

Cette méthode permet de créer rapidement des mots nouveaux en cas de besoin (lorsque j'aurai le temps, je compléterai - enfin - le dictionnaire du saiwosh). Mais à mon avis il vaut quand même mieux réserver les emprunts au vocabulaire le moins courant. Avec le vocabulaire de base, on peut déjà créer beaucoup de mots :

minkala = avion (littéralement : oiseau de métal)
minkalata = aéroport ("lieu de l'oiseau de métal")
minkalatili = pilote d'avion ("homme de l'oiseau de métal")

Cela pose d'ailleurs le problème de la longueur des mots. Il faut parfois être bref, et pouvoir dire, par example : "Les pilotes ! Aux avions !" le plus rapidement possible.

Donc, il faut abréger :

Sin minkalatili ! Koli sin minkala !

devient ainsi :

Kalatili ! Minkala !

(sin est un adjectif exprimant le pluriel, c'est une forme abrégée de sinam, sept, mais comme en japonais, l'absence de pluriel n'exprime pas nécessairement le singulier)

J'utilise le saiwosh pour noter ce que je fais dans la journée, et avec le temps certains mots composés se réduisent à l'un de leurs éléments : tekap-kopi ("décaf" + café) est ainsi devenu simplement tekap depuis longtemps Smile

En saiwosh les mots composés ne se limitent pas toujours à deux éléments, théoriquement il peut y en avoir autant que nécessaire :

monkpantili (faire-pain-homme) "boulanger" - abrégé en monkpan ("faire-pain")

Un mot comme monkpantili est la contraction d'une phrase de type VOS (verbe-objet-sujet), alors que dans une phrase saiwosh normale, l'ordre des mots est toujours SVO :

tili monk pan
l'homme fait du pain

hol pos omak ya
la souris est mangée par le chat
(littéralement : la souris, le chat la mange. Il n'y a pas de passif en saiwosh)

On peut créer des mots improbables, du style :

monknetaltipsopankotsaklitili
"boulanger chinois qui fait du pain d'ortie"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Mots composés   Dim 16 Mai 2010 - 3:04

Vilko a écrit:
L'avantage d'une idéolangue à la phonologie pauvre, comme le saiwosh, c'est que les emprunts sont peu reconnaissables Smile

Tout dépend, en fait, des règles orthographiques.

Ainsi, l'espagnol (castillan) CAMA (lit) donne l'aneuvien KÀM.
JEREZ (du même) donne RHERRETH.

Certains mots d'origines connues pourtant à peine transformés phonogiquement, peuvent devenir méconaissables une fois passés à la moulinette aneuvienne (par exemple):
BIKE (vélo) donne BÀJG;
Le néerlandais YACHT donne JÀKH
L'italien PENNA (plume) donne PÆN

Pour les mots français, c'est plus facile à reconnaître, du moins, pour un francophone: LÀTRYN... encore que...

D'où vient celui-ci: "ZÆṄG"?

Spoiler:
 

D'autre sont adaptés à cause de suiffixes différents, comme STÀTYN.

Quant aux mots agglutinés, il suffit de mélanger un peu les origines et d'adapter un peu pour trouver un mot difficile à trouver ailleurs:

USPÒÇT
Spoiler:
 
SORTIR (quelque chose, un animal, quelqu'un).

Si là d'ssus on y met des cuisines comme l'inversion littérale, phonique, partielle ou totale, les mots peuvent presque passer pour des à-priori.

XAFLORMAD
Spoiler:
 
ARMÉE AÉRIENNE.

La lexicologie imaginaire est une fabuleuse cuisine. Les plats sont parfois un peu aigres (mots difficiles à prononcer), tout est question d'ingrédients (voyelles, consonnes) et la manière de les agrémenter entre eux (règles de phonologie) pour qu'ils trouvent une meilleure saveur à la... langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PatrikGC



Messages : 2318
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: Mots composés   Dim 16 Mai 2010 - 14:29

Imaginons un cas basique : actif / passif

Imaginons une langue qui range les mots dans l'ordre agent action/relation patient
Paul meurtre Jean --> Paul tue Jean

donc homme meurtre signifie meutrier/tueur
et donc meurtre homme signifie plutôt victime,
bien qu'on puisse éventuelmt écrire on meurtre homme pour dire la même chose.
"on" étant ici un mot outil qui remplit les trous de la phrase afin de faciliter la compréhension.

Autre exemple avec homme repas --> mangeur et repas homme --> cannibale

Comment gérez-vous cette notion d'actif et de passif autour d'un mot "action" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Mots composés   Dim 16 Mai 2010 - 15:49

PatrikGC a écrit:
Comment gérez-vous cette notion d'actif et de passif autour d'un mot "action" ?
En saiwosh :

Le fait de tuer, l'homicide, le meurtre : amomlos en saiwosh (a+momlos; a est un affixe nominal, un ancien pronom neutre indéfini emprunté au Tlingit) .

Le tueur : amomlostili, "l'homme du meurtre"

La victime, c'est celui qui est "sous" le meurtre : kwitli 'amomlos tili.

L'expression est abrégée en kwitlimomlostili (la victime d'un meurtre).

On peut imaginer ententre cette phrase à la radio :

Halonem chakop noko kwitlimomlostili kopa polatli.
Un homme non identifié a été tué pendant la nuit.
(Littéralement : Un homme sans nom est devenu la victime d'un meurtre pendant la nuit)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Actif/Passif.   Dim 16 Mai 2010 - 19:53

PatrikGC a écrit:
Comment gérez-vous cette notion d'actif et de passif autour d'un mot "action" ?

En ce qui concerne l'aneuvien, sans grande originalité, en fait.

Puisqu'on est parti dans le domaine judiciaire et policier, restons-y.

Pavl matun1 Zhaṅs = Paul tue Jean (est entrain de tuer)
Omne hoψev, ùt dù mat aljes = Toutes les heures, un homme en tue un autre (un homme tue autre).
Pavl mata Zhaṅs = Paul a tué jean.
Pavl mată Zhaṅs per iyrev = paul tua Jean par colère.

Au passif, on garde la forme normale du verbe (pas d'auxiliaire verbal, comme dans beaucoup de langues) et on y intercale la particule ÇEM (issue de "çeremis" = passif).

Leà çem xhorkun1 per Petrev = Léa est (entrain d'être) violée par Pierre.

Le complément d'agent est au circonstanciel (comme en latin: ablatif).

Si un verbe se conjugue à un termps composé (le futur, par exemple), la particule ÇEM (tout comme d'autres particules) s'intercale entre le sujet et la particule verbale:

Petr ea Pavl çem mir chymone per àt ligéav. = Pierre et Paul seront condamnés par la cour.

Le choix du temps du verbe laisse quelques surprises en ce qui concerne la voix passive aneuvienne; Comme expliqué dans cette page, les temps peuvent être différents du français à l'aneuvien:

Àt lùfrad-hoos çem opna = L'hôtel de police est ouvert (on l'a ouvert, et il l'est encore) Le présent (en français) est traduit en aneuvien par le passé.

Allez, un p'tit clin d'œil vers les autres voix, restons dans l'morbide:

Réflexive (pronominale)
Omær ea Nikòl dem matar = Omer et Nicole se sont tués (lors d'un accident, par exemple).

Réciproque
Àr tiyn kumψhodake aṁb matar2 = Les deux complices se sont entretués.

Bon... ben... en c'qui m'concerne, j'ai tué déjà assez d'monde avec mes p'tit' phrases.


1 Inspiré du progressive present anglais: le verbe est au participe, mais comme le verbe être (ERE) est éludé au présent...
2 La prononciation du B peut être omise en cas de difficulté: [ɑ̃mˈmɐtɐʁ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mots composés   Aujourd'hui à 8:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Mots composés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mots composés arabes : types et déclinaison / ??????? ???????: ??????? ????????
» Mots composés
» E atone des mot-composés français
» Dictée sur le pluriel des noms composés
» correction exercice de Bled

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: