L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lulia et son histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
Amh

Amh

Messages : 72
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Paris

MessageSujet: Lulia et son histoire   Mar 12 Mar 2019 - 8:53

L'immense Encyclopédie (éd. française), Tome V : Histoire générale : L'Ère Industrielle (Chapitre I : Lulia)


"Lulia, ou Luliapole (Lŭli̩͑pōl) est une ville est une ville cosmopolite industrielle, fondée sur une colline en bordure des montagnes luliennes, située au cœur du Déluge, une pluie qui n'a plus cessé depuis ce que les Luliens appellent la Première Goutte, le 1er Pluviôse 1560. Ne s'y trouvait avant qu'un petit village, ainsi qu'un château qui fut abandonné. Le village cependant persista, jusqu'au milieu du XVIIIème siècle, au cours duquel la Guilde s'intéressa à ce phénomène climatologique.
Elle envoya ainsi une première expédition entre 1756 et 1758, à l'initiative d'Alde, alors maître de la Guilde. Celle-ci permit plusieurs découvertes, notamment celle des cristaux de pluie, petites gemmes bleutées que l'on nomme aussi parfois [/i]"fossile de pluie"[i], dont la présence semble liée au Déluge, quoique la question soit encore en débat actuellement. On sait cependant aujourd'hui que ces cristaux se trouvent dilués dans les gouttes du Déluge, et cristallisent sous-terre lorsque l'eau s'infiltre dans une faille suffisamment large. Ces pierres qui cristallisent une grande quantité d'énergie permirent ainsi le développement fulgurant de Luliapole. La seconde découverte fut celle de nombreux gisements d'organérales, telles que de la graisse rouge et noire, de la mélasse, de la nacre, de l'ambre ou encore du corail.
La seconde expédition arriva le 18 Pluviôse 1760, et marque la fête nationale. Le 2 Ventôse de la même année, la Guilde édita la première langue de korakien, langue des habitants du village, faisant de celle-ci l'une des langues officielles de cette dernière. La Guilde entreprend alors les Premiers Grands Travaux, au cours desquels furent construit la Fabrique, immense usine d'automate, la Soufrière, principale mine d'organérale, ainsi que le vaste système de canalisations souterraines qui permet de drainer l'eau du Déluge hors de Lulia, tout en exploitant son énergie pour alimenter les deux premières constructions. Ces Grands Travaux s'étendirent entre 1765 et 1782, et provoquèrent les premières grandes vagues d'immigrations, notamment naines et mis, entre 1778 et 1800. Nombre d'entre eux rejoignirent la Guilde, en particulier les Mis qui entretiennent avec elle une relation privilégiée depuis l'épidémie d'Hiver au début du siècle (cf. L'immense Encyclopédie, Tome IV).
En 1782, Sëns succède à Alde à la tête de la Guilde. Il s'installe à Lulia alors que le cœur de la ville commence à se bâtir, et entreprend les Second et Troisième Grand Travaux, qui s'étendent respectivement de 1789 à 1838, et de 1838 à 1852, et au cours desquels furent construit les bâtiments les plus emblématiques de la ville, tels que la Tour du Peintre, la Grande Bibliothèque, l'Opéra, le Muséum... (Seconds Grands Travaux) et l'Observatoire, l'Hôpital-Hiver, les Quatre Salles... (Troisièmes Grands Travaux).
Au cinquantenaire de la seconde expédition, le 18 Pluviôse 1810, Sëns décide de l'installation définitive de la Guilde à Luliapole. Une première constitution est alors rédigée, permettant à la Guilde de diriger la ville jusqu'à ce que celle-ci soit achevée, c'est-à-dire jusqu'à la fin des Troisièmes Grands Travaux.
Le 5 Floréal 1838 est créé le premier golem Sihid (ȿɿʗɿζ). Cet événement précipite le début des Troisièmes Grands travaux la même année, et leur fin en 1852 grâce à leur grande force. Il entraîne aussi une seconde grande vague d'immigration, arak, humaine et mis essentiellement.
C'est au cours des Troisièmes Grands Travaux que la Guilde se subdivise en guildes mineures (guildes des horlogers, des alchimistes, des runistes, des philosophes, linguistes et imprimeurs, des arts, des sciences naturelles, des historiens, des ouvriers et des mineurs, des pilotes, des commerçants, des apothicaires et chirurgiens, des cuisiniers, etc.).
L'année 1853, appelée l'Année des Lois, marque la fin définitive des Grands Travaux. Le 22 Vendémiaire est votée une loi reconnaissant le statut d'être sentient des golems, leur accordant par là les exactes mêmes droits que les autres populations de Lulia. Le 22 Frimaire est rédigée une nouvelle constitution, et c'est le 10 Fructidor que la Guilde se retire définitivement de la politique de la ville.

Aujourd'hui, la ville de Lulia compte 6,7 millions d'habitants, essentiellement des Mis (2,3 millions), des Humains (2,1 millions), des Nains (1,5 millions) ainsi que des Araks, des Corbeaux et environ 1500 Golems. L'on y parle le korakien moderne et l'alchi, qui en sont les deux langues officielles, ainsi que le remenya, l'athèl, le runique moderne, le ferys, l'arakéen, le dolce et l'italien."


Dernière édition par Amh le Mar 12 Mar 2019 - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levas/Alis

Levas/Alis

Messages : 359
Date d'inscription : 27/01/2018
Localisation : Posé tranquille en banlieue parisienne

MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   Mar 12 Mar 2019 - 16:52

C'est très comsopolite ça, j'aime beaucoup Very Happy
Je vois par contre que tu caches encore pas mal de trucs, avec toutes ces références à tes autres textes
Et le calendrier, c'est inspiré du révolutionnaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

Velonzio Noeudefée

Messages : 2874
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   Mar 12 Mar 2019 - 17:08

Par rapport à l'image que tu as mise sur l'autre fil. Je ne sais si tu connais mais ça m'a rappelé les Cités Obscures de Schuiten Peteers.
Si tu connais pas, je te conseille et ça se trouve dans toutes les bonnes bibliothèques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amh

Amh

Messages : 72
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   Mar 12 Mar 2019 - 18:16

L'immense Encyclopédie (éd. française), Tome III : Histoire générale : Préhistoire et Antiquité (Introduction : Les calendriers)


"Les calendriers utilisés par les différents peuples du monde sont nombreux et diverses. [...]
Le calendrier galique est un calendrier calqué sur les saisons et l'agriculture galique. On y retrouve en effet associé à chaque jour un nom de fruit, de légume, d'animaux ou encore d'instrument agricole. Celui-ci est divisé en douze mois [...]
Le calendrier galique fut adopté par le pays d'Omikuni le 18 Brumaire 1776, après le renversement de l’Empereur, afin de marquer le refus des traditions et la rupture avec la vieille époque. En effet, ce calendrier est en complet décalage avec les saisons que connaît le pays, ainsi qu'avec son agriculture. Ils fut repris à l'an 0, première année de l'ère Kotei Nashi, soit l'ère sans empereur. [...]
Lulia reconnaît et utilise deux versions du calendrier galique : l'une se référant à l'ère classique, et l'autre se référant à l'ère industriel, dont l'an 0 est fixé à l'année 1760 de l'ère classique. Cette seconde version est plutôt utilisée par les Mis, qui ont l'habitude d'ères courtes."

(N.d.É. : (>Levas/Alis) Oui, c'est bien le calendrier révolutionnaire, mais il n'a rien de révolutionnaire dans le monde de Lulia ; (>Velonzio Noeudefée) Je prends bien note de la référence, merci beaucoup !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amh

Amh

Messages : 72
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   Sam 16 Mar 2019 - 14:59

L'immense Encyclopédie (éd. française), Tome VII : Alchimie théorique (extraits)


(Introduction)
"L'alchimie est l'étude du phénomène de transmutation par détournement de l'énergie du courant fort.
Le courant fort est un courant d'énergie dite thaumique traversant le ciel entre 200 et 5000 mètres d'altitude. Son origine ainsi que sa nature sont encore âprement débattues au sein de la communauté savante. Il demeure néanmoins certain que ce phénomène est lié aux cristaux de pluies, voire qu'il en soit à l'origine. En effet, l'énergie cristallisée dans ces pierres est de même nature. Une autre certitude est que le courant fort interagit d'une façon encore peu clair avec les êtres dits sentients (c'est-à-dire capable d'un langage réflexif). C'est par cette interaction qu'est rendue possible l'alchimie.
Le principe élémentaire de l'alchimie est de réorganiser et de réagencer la matière en puisant dans cette énergie, par l'utilisation de son propre corps comme moyen de médiation de l'énergie.
Les alchimistes, pour mieux canaliser cette énergie, ont recours aux cercles de transmutations, selon un principe similaire à celui des runes.
Par l'alchimie, il est par exemple possible de créer un objet à partir de matière brut de façon quasi-instantanée. Il est aussi possible de modifier la structure particulaire d'un matériau pour en obtenir un nouveau. Cette création est cependant limitée par la loi dite de l'échange équivalent, théorisée en 1668 par Da Civi, et qui constitue la première loi alchimique, ainsi que la base de l'alchimie moderne :

Loi I : L'on ne peut rien obtenir sans donner quelque chose en retour. Pour chaque chose reçue, il faut en abandonner une autre de même valeur.

D'un point de vue chimique, cela signifie que l'on ne peut créer la matière, mais seulement la modifier. Cette loi est équivalente au principe de Lavers en chimie.
En alchimie plus particulièrement, les énergies mises en jeu ne permettent pas d'aller au-delà d'une modification moléculaire. Il est donc possible d'obtenir du fer à partir de sang, du bois à partir de carbone, d'hydrogène et d'oxygène, mais pas de changer une particule alchimique en une autre particule alchimique."


(Le cercle alchimique)
"Un cercle alchimique est un dessin runiques servant à canaliser l’énergie du courant fort pour réaliser une transmutation.
La transmutation se réalise en trois étapes, auxquelles correspondent un niveau de cercle de transmutation. On a ainsi :
– L’analyse : Il s’agit d’identifier l’organisation moléculaire d’un corps. Il est toujours de nécessaire de connaître ledit corps pour le transmuter. Le cercle d’analyse n’est pas à proprement parlé un cercle alchimique.
– La destruction : Cela consiste à détruire le corps en particules alchimiques. S’il n’est pas suivi d’une création, le phénomène se résorbe aussitôt, les molécules reviennent à leur état antérieur, mais le corps en lui-même est brisé (par exemple, s’il s’agissait d’une pierre, elle éclate en poussière). Le cercle de destruction est appelé cercle partiel.
– La création : Une fois le corps détruit, on peut alors restructurer ses composants pour obtenir un nouveau corps de nature différente. Cependant, celui-ci se brisera s’il n’est pas stable, d’où la nécessité d’utiliser un cercle adapté. Le cercle de création ou cercle de transmutation, est appelé cercle complet.
Le cercle alchimique se compose avant tout d'un cycle, c'est-à-dire d'un cercle, dans lequel on agence différent prismes, qui sont des polygones réguliers, ainsi que d'autres formes géométriques plus complexes. Son dernier élément le noyau, au centre, dans lequel se produit la transmutation."

Quelques exemples de cercle :

Double tétracercle de niveau I-C/I-Li canalyste à trois pétales et un cycle interne


Double tétracercle de niveau I-LiLi canalyste


Double hexacercle de niveau II-B amplifiste à cinq sépales


Double tétracercle de niveau I-LiSup/I-LiHyp canalyste à un cycle interne


Double cercle de niveau I-Ne/I-BB catalyste à rosace-Ne



(N.d.É : Le terme 'particule alchimique' désigne en réalité l'atome. Évidemment, tout cela est très inspiré de FullMetal Alchemist, mais j'ai tout de même essayer de ne pas en faire un bête plagiat, et même si l'alchimie de Lulia est quasiment la même que celle du manga, les autres peuples de mon monde en font des usages différents et plus originaux. Je détaillerai une autre fois la nomenclature des cercles alchimiques, qui est franchement compliquée et hasardeuse pour le moment)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amh

Amh

Messages : 72
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   Sam 16 Mar 2019 - 20:26

L'immense Encyclopédie (éd. française), Tome XVII : Philosophie (chapitre III : L'invience)


"L'invience est une philosophie de vie qui s'est manifestée au cours du XVIIème siècle sous diverses aspects dans de nombreuses grandes villes de l'époque et de façon presque systématiquement indépendante. Les multiples manifestations de l'invience ont pour origine le rejet du vieux monde et des traditions par les jeunes générations. Ces mouvements sont parmi les principaux facteurs des révolutions naine et mis. Une autre caractéristique de l'invience et la soif de liberté, acquise par le savoir et le non-respect des traditions.
Le terme d'invience vient du français, à partir du mot vie et sur le modèle des mots indolence, insouciance, inconstance, impertinence, indécence, et insolence, qui en sont les six aspects.
D'un point de vue philosophique, l'invience est matérialiste, existentialiste et relativiste. Elle rejette ainsi l'existence d'outre-mondes et de valeurs transcendantes, et place l'essence en-deçà de l'existence. De là vient que l'invience est systématiquement anti-théiste. Le monde invient est donc absurde et dénué de sens, de même que la vie, et l'être sentient et la chose au monde qui n'a pas de nature. Il lui appartient donc de déterminer sens et nature par lui-même, ce qui doit passer par l'accomplissement d'une passion, qui est une forme de création. L'invient rejette l'ordre sociétal qu'il juge absurde, d'où l'insolence, l'indécence et l'impertinence, qui sont les moyens de s'y opposer. Il privilégie le présent sur tous les autres temps, et vit donc chaque jour indépendamment et sans souci de continuité, d'où l'inconstance, dont découle l'indolence et l'insouciance puisqu'ainsi l'invient s'abstrait des soucis du passé et du futur.
L'invience est aussi souvent qualifiée de lunatique, terme se rapprochant de l'inconstance et de l'indolence, et hérité de La Chanson de la Reine aux yeux verts, chanson dolce dont la date d'écriture ainsi que l'auteur sont incertains. [...]
La vie inviente se caractérise aussi par une totale liberté sentimentale. Il met au centre de la vie amoureuse le consentement mutuel et l'échange de cœur, c'est-à-dire que l'un doit appartenir à l'autre comme l'autre appartient à l'un, ce qui ne doit pas pour autant contraindre deux amants dans une seule relation. Ainsi, les invients rejettent aussi le mariage, et préfère souvent se fiancer sans y donner suite comme l'exigerai la tradition."



La chanson de la reine aux yeux verts :


Fu sulla tiglie una pura,
L’ocula soia verte, lune.
Fu sulla tiglie una luna,
La re͜in’all’oja verte.

Troffe͜onte la pura vageva
La fi͜òr, la lune ch’igne͜óvano.
Troffe͜onte la pura reclamò
Fianſire pella luna.


Valsa, valsa… !
Non coceta…
Valsa, valsa… !
Lune mira.

Valsa, valsa… !
Non coceta…
Valsa, valsa… !
Mire͜i.

E non ffebe che ce,
Qua morta resugerà.
La festa non cessant’u.
La festa non cessant’u.


Lorche marie, « Non » ſe dissè.
È saeve munde illę.
Lorche marie, ille fugò,
Nel pre don’ pure valsò.

Fuga pella lun’ inseghente,
Pichi, forchi, morient’u !
Fuga pella lun’e nun ce.
È saeve munde illę.


Valsa, valsa… !
Non ancore…
Valsa, valsa… !
Non la fine !

Valsa, valsa… !
Non ancore…
Valsa, valsa,
Sempèr !

E non ffebe Morte,
Qua morta resugere͜i !
La festa non cessant’u !
La festa non cessant’u !

E non ffebe Morte,
Qua morta resugere͜i !
La festa non cessant’u !
La festa non cessant’u !

Traduction:
 


(N.d.É : Cette philosophie est un aspect essentiel de mon idéomonde, car elle explique en quelque sorte pourquoi il n'y a ni guerre ni racisme ni rien de tout cela dans ledit monde. En effet, l'invience, qui est clairement le courant de pensant dominant à l'époque où je le raconte, prône en plus une égalité totale entre tous, non pas concernant l'argent mais plutôt l'accès à la connaissance (ce en quoi la Guilde aide énormément) et aux besoins primaires. La richesse est régulée d'une autre façon que j'exposerai une autre fois ; Pour ceux que ça intéresse, la mélodie sur laquelle j'ai écrite les paroles et celle de Brothers, de l'OST de FullMetal Alchemist)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lulia et son histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lulia et son histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire : la Préhistoire (semaine 1)
» Des soucis en HISTOIRE-GEO-INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE ??? c'est ici !
» mémo sujets histoire geo
» (3e) Recherche nouvelles du XXe siècle "liées" à l'histoire...
» dissertation d'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Diégèses :: Les Ailleurs-
Sauter vers: