L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tolkien et l'espéranto

Aller en bas 
AuteurMessage
Silvano



Messages : 13066
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Tolkien et l'espéranto   Mer 31 Jan 2018 - 15:39

Un article de blogue qui nous apprend que le jeune Tolkien avait appris l'espéranto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seweli

avatar

Messages : 1348
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Tolkien et l'espéranto   Mer 31 Jan 2018 - 18:07

Olga a écrit:
31 JANVIER 2018
Le "vice secret" de Tolkien

J.R.R. Tolkien avait un "vice secret", qui a cessé d'être secret dès le moment où il a sorti le chat du sac dans un essai du même titre, qui a été réimprimé à plusieurs reprises.

Le vice de Tolkien inventait des langues. Il a été initié à ce plaisir dès son plus jeune âge par ses cousines Mary et Marjorie Incledon, qui lui ont enseigné le langage Animal qu'elles avaient créé elles-mêmes. Il en cite un fragment dans son essai de 1936 "Les monstres et les critiques":"Chien rossignol quarante pics = Tu es un âne".

Lorsque l'aînée des deux filles s'est désintéressée, Tolkien, qui apprenait déjà le latin et le français à l'école, a collaboré avec sa sœur cadette pour créer une seconde langue plus sophistiquée appelée Nevbosh ou " New Nonsense ". J'étais un membre du monde nevbosh ", se souvient fièrement Tolkien. Il cite même une partie d'un poème dans la langue, qui commence par les lignes: Dar fys ma vel gom co palt'hoc / Pys go iskili far maino woc? (Il y avait un vieillard qui disait:"Comment / puis-je porter ma vache?")

Pendant ce temps, Tolkien a également appris l'espéranto. L'espéranto était encore une nouvelle langue, seulement cinq ans de plus que Tolkien lui-même. (Le premier livre d'espéranto a été publié en 1887, tandis que Tolkien est né en 1892. Quand il avait 17 ans, il a utilisé l'espéranto dans un manuscrit avec le titre The Book of the Foxrook, composé de 16 pages dans un code secret en utilisant des symboles phonétiques runiques et idéogrammes. Le nom du code était Privata Kodo Ska? ta -' Private Scout Code' (Le mot correct pour'scout'dans l'espéranto moderne est skolta.)

Un adolescent passionné par l'apprentissage et la création des langues ne pouvait guère manquer de découvrir l'espéranto, bien que les critères que Tolkien a suivi pour ses propres langues construites étaient très différents de ceux qui ont inspiré le créateur de l'espéranto, Zamenhof. La grammaire de l'espéranto vise à être aussi simple que possible, contrairement aux grammaires complexes des langues de Tolkien. Tolkien cherchait à créer des formes de mots qui seraient esthétiques et qui s'harmoniseraient avec leurs significations. Conformément à ces principes, il a inventé au moins 15 langues au cours de sa vie. Il leur a également donné différents dialectes et histoires de fond montrant comment ils avaient évolué au fil du temps, et imaginé les peuples qui les parlaient. Ses grammaires étaient très élaborées, faisant usage de ses connaissances linguistiques du finnois, gallois, grec ancien et d'autres langues. Il pourrait être difficile d'apprendre à parler couramment ses langues, mais la facilité d'apprentissage n' a jamais été son principal objectif dans la création de ces langues.

Montage Tolkien
Une sélection d'ouvrages sur les langues inventées de Tolkien tirés des collections de la British Library.

Au cours de la première période jusqu'en 1930, il a travaillé sur le quendien primitif, d'où toute la famille des langues elfiques a évolué. Il a ensuite suivi avec Common Eldarin, Quenya et Goldorin, qui plus tard est devenu Noldorin. A ces langues, il ajouta plus tard Telerin, Ilkorin, Doriathrin et Avarin.

Dans l'étape finale, Noldorin a évolué en Sindarin, qui avec le Quenya est l'une de ses langues les plus connues. Le sindarin utilise le même système phonologique que le gallois, qui était l'une des langues préférées de Tolkien. La grammaire s'inspire également du gallois et le résultat est particulièrement complexe. Par exemple, certains noms forment le pluriel avec une terminaison (généralement -in), par exemple Drû, pl. Drúin,"hommes sauvages". D'autres le font par le changement de voyelle, par exemple golodh et gelydh,' lore master, sage... D'autres encore utilisent une combinaison des deux, et quelques-uns ne changent pas au pluriel: Belair,' Beleriandic-Elf/Elves'est singulier et pluriel.

Tolkien Quenya
Un exemple de l'écriture et du langage Quenya de Tolkien (Image par TigerTjäder de Wikimedia Commons)

Comparez avec l'espéranto, qui n' a qu'une seule terminaison plurielle pour les noms, sans exception. Bien sûr, le but de l'espéranto est qu'il soit facile à apprendre pour les locuteurs de toutes les langues.

Malgré cela, Tolkien a reconnu les qualités poétiques de l'espéranto, en déclarant dans "Un vice secret":"Moi aussi j'aime particulièrement l'espéranto, notamment parce qu'il s'agit de la création ultime d'un seul homme, et non d'un philologue, et qu'il s'agit donc d'un" langage humain privé des inconvénients dus à trop de cuisiniers successifs[...];".

Sur le plan phonologique aussi, les langues de Tolkien contrastent totalement avec la simplicité de l'espéranto. Le sindarin est basé sur le gallois, mais avec des éléments du vieil anglais et de l'islandais ancien, ce qui donne une abondance riche de voyelles et de consonnes. En revanche, le système phonologique de l'espéranto est plus proche de celui de l'hébreu moderne, qui consiste en une version simplifiée de la phonologie des langues européennes.

Le lien de Tolkien avec le mouvement espéranto britannique se poursuivit dans les années suivantes. En 1930, le Congrès Mondial d'Espéranto se tint à Oxford, et l'année suivante Tolkien fut nommé au Conseil des Conseillers Honoraires du Comité d'Education de la British Esperanto Association.

TolkienBritishEsperantist1932

Lettre de Tolkien au secrétaire du Comité de l'Association britannique d'espéranto, publiée dans The British Esperantist, 2 mai 1932.  PP. 4939. ka.

Dans sa lettre d'acceptation, Tolkien a écrit que l'espéranto était "dans la position d'une église orthodoxe face non seulement aux incroyants, mais aussi aux schismatiques et aux hérétiques". La lettre se termine par la phrase bien connue:"Mon conseil à tous ceux qui ont le temps ou l'envie de se préoccuper du mouvement linguistique international serait:' Back Esperanto loyalement.'"

En 1933, il a été l'un des mécènes du British Esperanto Congress à Oxford, et a signé une déclaration sur la valeur éducative de l'espéranto dans les écoles.

TolkienLaMastroJ. R. R. R. Tolkien, La mastro de l'Ringoj (Kaliningrado, 2007). YF. 2008. a. 11686

Deux des œuvres les plus populaires de Tolkien ont été traduites en espéranto. Le Seigneur des Anneaux a été traduit par le grand écrivain et poète espéranto William Auld (1924-2006) comme La mastro de l'ringoj (publié pour la première fois en 1995-1997). Le Hobbit a été publié pour la première fois en espéranto en 2000 sous le titre La hobito: a? tien kaj reen, traduit par Christopher Gledhill et William Auld.

TolkienLaHobito La Hobito: au? tien kaj reen (Ekaterinburg, 2000). YF. 2008. a. 10159

Les écrits de Tolkien montrent que pour lui, l'une des qualités les plus importantes des langues inventées était la beauté des formes. Le sindarin atteint cet idéal, possédant une valeur à la fois éducative et esthétique. Se souvenant de son soutien à l'espéranto, les locuteurs de l'espéranto lui doivent de déclarer:"? uu Sindarin plene" - Profitez pleinement du Sindarin.

Renato Corsetti, Professeur émérite de Psycholinguistique, Université La Sapienza Rome, et ancien Président de l'Association Mondiale d'Espéranto.

Références/Lectures complémentaires

A Secret Vice: Tolkien on Invented Languages, édité par Dimitra Fimi et Andrew Higgins (Londres, 2016) YC. 2017. a. 9899.

J.R.R. Tolkien, The Monsters and the Critics, et d'autres essais, sous la direction de Christopher Tolkien (Londres, 1983) X. 950/22397.

Posté par Olga Kerziouk à 10:00 AM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
 
Tolkien et l'espéranto
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pape souhaite de joyeuses Pâques en espéranto
» L'espéranto, langue universelle?
» Uropi / espéranto
» Espéranto 2
» Espéranto 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Langues auxiliaires-
Sauter vers: