L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Aneuvien 2

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Jeu 14 Juin 2018 - 2:11

Llŭngua-Puerchîsca a écrit:
Phrase du jour:

Il ne se sent pas bien, on lui a diagnostiqué une maladie. (FR)
La dem aċ nep loot; la djanòsta ùt graṅget int dav.

Là, j'risquais pas d'répondre dans le fil approprié ! Il n'y a aucun élément latin ni roman dans cette phrase aneuvienne. Bon, vous m'direz : y a bien le verbe djanòste*... manq'de bol : ça vient du grec. Sinon, y a graṅget qui vient de l'allemand krank, et tout le reste est à-priori.


*Y aurait bien aussi int, qui pourrait se rapprocher du latin IN, sauf que, chez moi (justement !) ça se traduit "chez" quand il n'y a pas de notion de domicile : on a diagnostiqué une maladie chez lui. C'est une nuance aneuvienne que j'ai trouvé pas trop mal : la djanòsta ùt graṅget ni das signifierait que "on l'a diagnostiqué à son intention, pour qu'il puisse justifier un absentéisme pas forcément légitime".

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Expression du futur...   Dim 17 Juin 2018 - 0:04

... et du conditionnel en aneuvien.


  • Le futur

    Le futur conventionnel (avec mir + l'indicatif) est nettement plus employé que le futur simple français. Ainsi lorsqu'il y a un circonstant indiquant un futur "(demain, dans une semaine", voire même "ce soir"), ce futur aneuvien est de mise, contrairement au futur proche (aller + inf) voire au présent en français :

    Kràsdav, eg mir làpor hoψev ok = Demain, je travaille à 8:00.

    Ça vient que mir est abondamment utilisé, et pas seulement à l'indicatif, mais aussi au  subjonctif, au participe et même à l'impératif (ordre différé)... et ce, avec des verbes non seulement au présent, mais aussi au au passé (et même du subjonctif, comme dans da mir habéa ùt osdoraċ, là où le français utilise le futur antérieur de l'indicatif : il aura eu un empêchement). L'aneuvien dispose aussi de ça (actuellement, je ne l'ai pas encore vu dans une autre langue. Velonzio, si ça t'inspire...).

    Le vrai futur proche est exprimé par la particule auk, et lui aussi est utilisé abondamment, puisque auk + participe sert pour l'inchoatif (forme équivalente : dhep + le présent de l'indicatif). On peut même trouver auk accompagnant un verbe au subjonctif. Auk + un verbe au passé ou au prétérit (selon la concordance des temps) traduit une tournure du style "il allait faire".

  • Le conditionnel

    Contrairement à son apparence (utilisation d'une particule (kjas) particule, devant un verbe au subjonctif ou à l'indicatif), le conditionnel aneuvien est un mode à part entière. Et on utilisera pas, par exemple comme futur d'un verbe dans une proposition subordonnée quand le verbe de la principale est à un temps passé. Le temps utilisé dans ce cas est le présent (de l'indicatif ou du subjonctif, c'est selon). On peut à la rigueur l'utiliser dans des tournures comme or kjas dev + inf (vous devriez + inf)*, mais sans abuser. Sinon, le conditionnel est utilisé surtout dans ces ces de figures, ou bien , dans le cas d'une proposition relative.


*Qu'on peut aisément remplacer par kjas + impératif.
Or kjas dev tenj à tœrs ni ese ≈ or kjas tenit à tœrs.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 2350
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 17 Juin 2018 - 0:20

J'étais au courant et j'ai vu, mais je ne suis pas certain de bien comprendre la différence entre ton futur passé et un futur antérieur, désolé si ma question est choquante, ce n'en est pas l'intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 17 Juin 2018 - 0:50

Velonzio Noeudefée a écrit:
J'étais au courant et j'ai vu, mais je ne suis pas certain de bien comprendre la différence entre ton futur passé et un futur antérieur, désolé si ma question est choquante, ce n'en est pas l'intention.
Pas de quoi choquer. Le futur-passé (mir + _-ă) est plutôt particulier, puisqu'il ne peut être utilisé que dans les récits de voyages dans le temps. Si tu n'as pas suivi le lien externe, il s'agit d'un extrait de "Retour vers le futur II" où Doc Braun et Marty, dans un Hill Valley infernal (Tannen est tout-puissant) en 1985 dans le labo dévasté, et Doc dit à Marty qu'en 2015 (ne pas oublier que le film a été réalisé dans les années '80) ce dernier AVAIT LAISSÉ un almanach prédictif sur une boîte à déchets en ville (pour mieux comprendre, suis la vidéo du lien). Par la suite, j'ai créé, cette fois-ci avec mir + le participe passé, un temps inverse* : décrire un procès qui se réalisera dans le passé (dans RVLF II : la récupération de l'almanach).

Quant à mir + -a, eh ben, c'est rien de plus qu'un futur antérieur :

Tev o mir pàteze, eg mir kœnada làporun = Quand tu arriveras, j'aurai fini de trravailler.



*Pas moyen de m'y prendre autrement qu'en bousculant la symétrie : se rappeler qu'en aneuvien, deux particules verbales (mir, auk, kjas, dhep... et même ere en tant que particule) ne peuvent pas être utilisées conjointement pour le même verbe.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 2350
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 17 Juin 2018 - 10:25

D'accord mais de mon point de vue c'est une mauvaise traduction, car en français Doc devrait dire qu'il aura/aurait laissé: "En 2015, j'aurai(s) laissé un almanach prédictif sur une boite à déchets en ville."
(Le avais m'ait beaucoup plus choquant)
J'avais pas fait le rapport, je connais bien sûr Retour vers le futur, je ne suis plus un expert non plus dedans. Il faut dire que ces films ont été fait très rapidement et que la réflexion quant à la trame temporelle n'a pas dû être menée jusqu'au bout: en effet quelle réalité de ce monde de 1985 si elle dépend d'un événement futur dont la pérennité de la reproduction n'est pas garantie.

C'est vrai que notre système temporel est peu adapté à la notion SF de réalité parallèle, mais du coup le subjonctif et un futur du subjonctif me paraîtrait être une option parfaite:
"Tu ne te souviens pas qu'en 2015 j'auraisse laissé un almanach prédictif sur une boite de déchets en ville."
j'auraisse
tu auraisses
il auraît
nous aurayons
vous aurayez
ils auraissent
Donc, une nouvelle perpective pour toi en aneuvien.

*Quand bien même il n'existe pas, je trouve que bien souvent en SF, les gens ne sont pas assez connaisseur de leur langue pour tenter des choses. Ca m'a pris 2min. de monter ce subjonctif futur qui ferait illusion pour une réplique de film. (Sauf dans certaines, comme entre autres, dans Gandahar de René Lalloux, où des choses sont tentées comme le passé-futur au lieu du présent, de mémoire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 17 Juin 2018 - 11:11

J'avais quelque chose d'assez proche pour le "subjonctif futur" si celui-ci avait existé en français : c'aurait donné :

j'aurusse
tu aurusses
il aurût
nous aurussions
vous aurussiez
ils aurussent
*


Bref : le radical de l'indicatif futur avec la terminaison su subjonctif imparfait. Ça t'rappelle rien ? Mais si ! le conditionnel présent ! qui utilise le radical de l'indicatif futur avec la terminaison de l'imparfait, mais de l'indicatif, c'coup-ci. La boucle est bouclée.

Heureus'ment, en aneuvien, le subjonctif, même au futur, est beaucoup plus simple, puisqu'il n'y a qu'à mettre mir devant un verbe au subjonctif (présent... ou passé, pour le subj. futur antérieur), ce qui donnerait :

(tev) eg mir gunes = (que) cogiere
(tev) eg mir gunésa = (que) hubiere cogido


J'ai mis la traduction en castillan car le subjonctif futur français n'existe pas, mais avec mes élucubrations de ci d'ssus, c'aurait donné
(que) je prendrasse
(que) j'aurusse pris.


*Irrégulier, sinon, on aurait :

j'aimerasse
tu aimerasses
il aimerât
nous aimerassions
vous aimerassiez
ils aimerassent.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.


Dernière édition par Anoev le Lun 2 Juil 2018 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Ven 22 Juin 2018 - 11:45

PatrikGC a écrit:
Taille--- => minuscule
Taille-- => petit
Taille- => assez petit
Taille= => ni petit, ni grand, moyen
Taille+ => plutôt grand
Taille++ => grand
Taille+++ => immense.
J'aurais d'quoi :
nanolon
qitert
qit
rec qit, nep rec remmert
ilisooron
rec rènem, noger rènem
rènem
remmert
elimèk.


Rènem et ses dérivés s'entendent en général pour deux dimensions au moins, sinon, y peut y avoir :
vad = haut
lœng = long
næl = large
pœṅl = profond (bassin* ou coffre).

Il est bien évident que ces adjectifs ne sont utilisables QU'AU SENS PROPRE (dimensions). "Les grandes personnes" se disent vaxèndur. Si on dit qit nexàvdu, il s'agit d'un enfant dont la taille est notablement inférieure à la taille moyenne correspondant à son âge. Rènem nexàvdu correspond réellement à un enfant (d'une taille supérieure à la moyenne de son âge), et non pas un adulte ayant gardé la fraîcheur de l'enfance, lequel se disant (à peu près) elimávadu.


*Plutôt bassin, d'ailleurs. J'réfléchis pour l'autre. En attendant, pœṅl peut aller.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Sam 30 Juin 2018 - 17:03

Pourquoi le pronom relatif qua ne fléchit-il pas en quar au pluriel ?

Réponse, il est invariable en nombre parce que sinon, il ferait double emploi avec quat, qui signifie "lequel", et qui, lui, donne quar pour "lesquels", du moins au nominatif (cas assez peu employé, y faut ben l'reconnaître*).

Ær kùvine quav àq ep • zhàle = Ces cuvettes où il y a de l'eau sont jaunes.
Æt kùvine in quateve àq ep • zhàle = Cette cuvette dans lesquelles il y a de l'eau sont jaunes.


*Mais qu'on peut quand même trouver çà et là :
Eg ere dyserta ni os ær zhùnkadene. Quar ere nep quav la ere waade kase = Je vous avais parlé de ces filles. Lesquelles n'étaient pas là où on les attendait. Il y a deux phrases distinctes, on fera la différence avec eg ere dyserta ni os ær zhùnkadene qua ere nep quav la ere waade kase = Je vous avais parlé de ces filles qui n'étaient pas là où on les attendait.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Lun 23 Juil 2018 - 17:27

Djino a écrit:
- tu xwinke nyami (tu manges cochonnement) = tu nyami e xwinko (tu manges comme un porc).
Chwinas n'est pas répertorié chez moi, c'est peut-être dommage, il aurait xwinke comme traduction mundezienne. En attendant, j'ai kes ù chwin. L'article Ù n'est là que pour des raisons euphoniques : kes chwin n'est pas ben terrible oralement. En tout cas, ici, c'est le nominatif qui s'impose.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mer 25 Juil 2018 - 16:46

J'viens de m'rend'compte que mon dico "I" passait de "intestin" (kyψep) à "intoxication (alimentaire ? en tout cas, c'est itòxtyn), mais je n'avais rien sur "intime" et ses dérivés (intimement, intimité, intimiste, intimisme). J'ai quand même "intérieur" : indéra (ça doit être le nom, l'adjectif aurait d'être quelque chose comme indéren ou indéron, et j'l'ai pas mis ! c'que j'peux êt'distrait !). Si on suit le Wiktio (notamment l'étymologie), ce serait "encore plus intérieur", en fait : à l'intérieur de l'intérieur ! J'aurais alors quelque chose (avec l'augmentatif er-) erindéron* pour "intime". Le reste suivrait :
erindéras = intimement
erindéret = intimité (eeeh ! non ! l'aneuvien n'a pas plus de syllabes que le français, pourtant, avec l'adjectif, c'était pas gagné !)
C'est pas gagné non plus avec les deux mots qui vont suivre :
erindésem = intimisme
erindéson = intimiste.
Malgré la compression, les deux mots aneuviens restent encore un peu longs. J'peux pas comprimer davantage, ça voudrait plus rien dire.
Pour "intimiser", j'ai encore des doutes, en tout cas, comme c'est un verbe de processus concret, y a peu d'chances que ce soit erindère !

Sinon, y a le verbe "intimer", mais ça n'a rien à voir. On est plus proche de "signifier". Mais çui-là, j'l'ai pas non plus ! Misèèèère !

*Se rappeler que erín° signifie "en plein dans" ! Bref : on est en plein n'dans !
°Rien à voir avec Sinn Fein.




Ça y est : j'ai mis toute la famille de erindésen dans Idéolexique.

A p'us qu'à

  • remplir les pavés de traductions (Idéolexique)
  • traiter les pages françaises, et éventuellement de quelques autres idéolangues disponibles (Idéolexique itou)
  • mettre à jour la page ANV_I (IDEOpédia).


La catégorie "aneuvien" a plus de 4100 mots traités dans Idéolexique.

J'viens de m'rend'compte que j'avais d'jà un mot pour la deuxième signification de "intime" : mepœṅl, de men (esprit) et pœṅl (profond). D'où, des fois, l'intérêt de tenir ses mots à jour. Heureusement, mepœṅl et erindéron ne coïncident pas EXACTEMENT.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Ven 27 Juil 2018 - 9:36

On s'méfiera jamais assez : deux adjectifs, l'un en -en, l'autre en -on ne sont pas forcément issus de la même famille !

On a, par exemple oψen, qui est tiré de oψyn (lui-même pris de optyn) et qui signifie "optionnel", qui n'a absolument rien à voir avec oψon (lui-même pris du nom oψor*, lui-même du tchèque obzor : horizon) et qui signifie... té ! horizontal.



*Lequel a donné naissance à un'de ces transformations...

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Sam 25 Aoû 2018 - 21:33

Llŭngua-Puerchîsca a écrit:
Écoutez la forêt qui croît plutôt que l'arbre qui choit. (FR)
Lisente noger sylevs ræsun qua tændes vàlun.

Un seul terme d'origine latine : sylev

Par ailleurs, des termes d'origine anglaise

lisen, de to listen
ræs, de to rise
vàle, de to fall.

Noger (plutôt), malgré sa désinence en -er, est à-priori.

Quand j'ai traité tænd, je le pensais à-priori, je ne supposais pas encore qu'il pourrait être rapproché du grec δένδρον, et qu'il avait pour parallèle une clé d'une langue que je ne connaissais pas : l'elko TAN.


Comment, alors, aurais-je pu mettre la traduction aneuvienne de cette phrase dans le fil roman où elle était proposée ?

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mar 28 Aoû 2018 - 11:17

Citation :
Y faudrait qu'j'en trouve un pou'l'premier*
Eh ben ça y est, c'est trouvé !

J'suis parti d'un nom composé : akja-ilityn pris de akjea (accord), ili (milieu, dans le sens de "centre") et le suffixe-calque -tyn de "-tion" pour "médiation, négociation", et puis j'ai comprimé tout ça en en finissant avec le radical akiyli-, ce qui m'a donné

akiyljet pour "diplomatie" (1)
akiyljon pour "diplomate" (adj.)
akiylidu pour "diplomate" (1)
akiylig pour "diplomatique" (1).

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Les déclinaisons en aneuvien : pourquoi ?   Jeu 30 Aoû 2018 - 12:57

Y a un paquet d'années de ça (voix chevrotante Razz ), j'avais pas voulu m'casser la tête avec les déclinaisons, et l'aneuvien ne déclinait pas les noms. Et p'is, j'me suis rendu compte que, même dans les langues prétendues sans déclinaisons (français, anglais, castillan etc.) les pronoms personnels avaient des formes particulières, et au lieu de dire "je vois il"  ou bien I'm seeing he etc. On... déclinait, en somme, ces pronoms. Les pronoms ont dans la phrase, le même rôle que les noms : ils sont sujets, compléments d'objet, voire circonstants. Je m'suis dit que s'ils ont le même rôle, ils doivent être traités pareillement. Alors j'ai mis des déclinaisons aux noms. Pour ça, j'ai voulu qu'elles soient identiques à celles des pronoms : (inspiration : l'espéranto, où min se décline comme katon, le volapük, où oli se décline comme kati). J'ai choisi 4 cas, comme en allemand et en volapük, mais pas tout-à-fait les mêmes : pas de datif (j'ai d'jà dû expliquer pourquoi) mais un circonstanciel, calque, en gros, de l'ablatif latin, de l'instrumental et du locatif russe. Bref, les désinences me sont venues un peu "comme ça". Je ne voulais pas de -S pour le pluriel (d'jà pris par le français, l'anglais, le castillan, le volapük...) alors, j'l'ai casé... à l'accusatif. Le -en m'est venu de l'allemand et le -ev m'est venu du russe (contremploi). Quelques adaptations, pas bien méchantes, pour les mots en D, T, en S, en Z, en V et en voyelles. On gardait la constante (/s/, -n, -v ou -w) quoi qu'il arrive. Pour les cas autres que le nominatif, le pluriel arrivait derrière (comme en volapük, contrairement à l'espéranto) : en -E*. Pour le nominatif, c'est -E* derrière une consonne, -R derrière une voyelle. Bref, naturaliste sans être emberlificoté (pas de "il" se transformant en "lui" ou "le", pas de she se transformant en her) et assez simple (tout compte fait) sans être pauvre.


*Le -E du féminin francophone devient -kad (humains) ou -K (autres animaux). Les autres noms (valise, voiture, ironie, parenthèse...) sont neutres en aneuvien.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 8343
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Jeu 30 Aoû 2018 - 14:37

Ce sont pour les mêmes observations et les mêmes remarques que l'elko a adopté la déclinaison. Néanmoins elle s'applique aussi sur les pronoms ! Razz

Si je comprends bien, l'aneuvien a fait un choix naturaliste mais plus simplifié. J'apprécie.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 2 Sep 2018 - 22:30

Bedal a écrit:
Je préfère le radical leg, mais c'est toi qui décides ^^

Je te remercie pour ton opinion, je vais réfléchir à tout ça. Tu vois, le problème, c'est que pour "juste", j'ai deux paronymes que sont lig & rig. Par ailleurs, leg- est d'jà utilisé ailleurs, dans une acceptions qui n'é rien à voir avec le droit : dem leg = se coucher, par exemple. Et je ne peux pas utiliser luk pour "loi", d'une part parce que ça l'éloignerait du latin, mais en plus, luk, c'est  une pièce (de change). En somme, dans ce gabarit L_G, la lettre la plus "fragile", c'est le U, car si "député", c'est bien lugendu, "législatif", c'est legenteris  (un nom qui mériterait d'un petit "bouturage", quand même). Donc, dans un proche avenir, exit lug- vraisemblablement remplacé par leg-. Mais pour lig, ça va être un peu plus compliqué de s'en défaire.... à moins que je colle une syllabe de plus et que je mette gylègon pour "juste" (droit, intègre), "juste" (exact, sans marge) restant, lui, rig. Vais-je devoir changer le radical pour "se coucher" ? Si oui, il faudra que je change celui pour "le lever" (d'une position allongée : dem gel) ou qu'il disparaisse purement et simplement au profit de riys.



L'anglais to rise a donné deux verbe aneuviens :ræs (pousser, croître*) et riys (lever).



*Le riz se dit res.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5322
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 2 Sep 2018 - 23:00

C'est clair qu'une petite gymnastique s'impose.

Tu ne pourrais pas dériver ton adjectif "juste" de la racine "leg" justement (legen ?) ? En algardien, on a dikan (le droit, la justice) et dikani (juste, droit).
Ainsi, tous les mots de la famille du "droit" seraient dérivés de la racine "leg" (legenteris etc...)

Ainsi lig serait libéré pour le mot "se lever" Very Happy (et rappellerait l'anglais "lie")

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/ En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Dim 2 Sep 2018 - 23:48

Bedal a écrit:
C'est clair qu'une petite gymnastique s'impose.
Ça, c'est clair, mais je la voudrais quand même la plus petite possible, pour le pas créer de ricochets incontrôlables. Pemier temps : je m'débarasse de lug- et transforme lugendu en legordu, mais j'crois qu'y a encore mieux à faire, lire la suite..

Deuxième temps, je m'occupe de "juste" et de "justice" ; surtout pour le deuxième, ça va être moins simple ! Mais il me reste une lettre qui peut me démarquer de leg, c'est la lettre K utilisée dans lek et lék ! Donc, pour "juste", j'peux m'en sortir, justement (ben tiens !) avec lékon* (savoir si j'ai besoin de m'encombrer d'un mélioratif comme gylékon, ça... en principe, on est juste ou on l'est pas : on l'est pas à moitié !). La justice (institution) serait léket, la justice (équité), là aurait un mélioratif : gyléket. Quant à "député", ce serait lekordu, et législatif, lekis.

Toutefois y va falloir transformer aussi "légal, légaliser, légalisation, legs, légataire, léguer"... Là, donc, la charnière de la valise entre leg- et gèv- vole en éclat !

Le gabarit L_G est remplacé par L_K, beaucoup plus stable. Du coup...
eg auk pòten dem... legen.:
 



*Le É serait gardé, même s'il est redondant, pour bien rappeler que c'est du droit (lék) qu'il s'agit. Par contre, pour lekordu et lekis, prononciation du E plus libre : /e/, mais [ɛ] pas exclu, à cause de lek = loi, laquelle est proposée par le corps législatif.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 2350
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Lun 3 Sep 2018 - 9:35

La mesure la plus juste possible, cette mesure est plus juste que... j'suis aps sûr que tout mélioratif soit à jeter.

J'interviens juste, justement, pour dire q'un autre raisonnement pourrait être en oeuvre et plus axé le droit sur la racine lug- (du dieu celte Lug).
C'est p't'être un peu plus compliqué... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Lun 3 Sep 2018 - 9:52

Velonzio Noeudefée a écrit:
La mesure la plus juste possible, cette mesure est plus juste que... j'suis aps sûr que tout mélioratif soit à jeter.
Sauf que là, il ne s'agit pas de mélioratif, mais de comparatif et de superlatif, par ailleurs, en aneuvien, ce "juste"-là (exact, rigoureux en mesure) est rig et a plutôt à voir avec la justesse qui'avec la justice.

Part contre pour, "cette femme est juste", on avait æt kas • gylíg et on devrait avoir, bientôt æt kad • lékon*.


*Pour ça, l'aneuvien est clair, et on ne risque pas d'avoir, comme en français, un graffiti derrière "cette femme est juste" : "bonne à b...", ce qui donnerait en aneuvien : Æt kad • nor lood ber cem gochèkun. Par ailleurs, on peut avoir le comparatif suivant : Ep romadur lékonere qua gălduse? = Les Romains étaient-ils plus justes que les Gaulois ?

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mer 5 Sep 2018 - 1:11

Greenheart a écrit:
En 1930, on s'imaginait que l'homme du futur conduirait une voiture volante pour aller à son travail.
J'pouvais pas manquer de la traduire, celle-là !
Dekàretev 1930, la ere rydàle tep dù mirajen traṅvik ùt flogun xeliys ber pùzun ed làpors.

Dekàret signifie "décennie", de dek auquel est imbriqué jàr. -Et est un calque de "-ie".

Rydàle est une manière d'éviter la forme, ici impropre dem rydàlen. Le verbe signifie "s'imaginer, croire à fond, être persuadé que..." (à tort, y semblerait).

Traṅvik est le subjonctif présent de traṅvike. Derrière un verbe comme rydàle, là où le français met un conditionnel, l'aneuvien met un subjonctif.

Ber pùzun = pour aller. Derrière "pour" le français met l'infinitif, derrière ber (sa traduction devant un verbe), l'aneuvien met le participe. Mais flogun est ici un adjectif verbal : comme en français, alors que le participe est toujours invariable, l'adjectif verbale s'accorde en nombre : ùr flogune xeliyse = des voitures volantes.


Dernière remarque : y a pas qu'dans les années '30 qu'on a cru aux voitures volantes, dans les années '80 aussi.




Med hoψat nep poṅkon: a lypen tyn minuteve per deaw. = Ma montre n'est pas exacte : elle avance de deux minutes par jour.

Med hoψat kœm ixiynse wark nepjó = a idík poṅkon hoψ nor tiyn fæteve per deaw = ma montre à aiguille ne marche plus: elle n'indique l'heure exacte que deux fois par jour.

Med • kœm numbarig paṅtaż, a alsy wark nepjó: a idík nepjó ùċ = La mienne est à affichage numérique, elle ne marche plus non plus : elle n'indique plus rien.

Forzhỳt livent! = Vive le progrès !

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Sam 8 Sep 2018 - 22:46

Y avait quelque chose de boiteux dans l'orthographe de mes noms propres de planètes du système solaire, et j'arrivais pas à définir quoi. Et, d'un seul coup, grâce à Greenheart et les trasductions du Stellaire, j'ai pu déterminer quoi.


  • Primo, y a Mercure, le dieu romain de la communication qui n'a pas de diacritique (Merkur), et sa planète qui en a un (Merkùr). Bon, ça, pourquoi pas, après tout, on peut bien les distinguer, d'autant plus qu'on va voir (ou plutôt entendre) que ce n'est pas qu'un artifice orthographique : /'mɛχkuʁ/ vs /məχ'kuʁ/. Le problème, c'est que pour Mars, c'est, ou c'était exactement l'inverse : le dieu avait un diacritique (Màrs) et pas la planète. L'un des deux devait être interverti, mais lequel. La planète a, certes existé bien avant que les Romain n'empruntassent Arès aux Grecs. Mais la planète rouge, même si elle a été suggérée à l'Orient avant les Romains, c'est quand Même Galilée, nettement après les Romains, qui la vit pour la première fois dans son télescope. Pour l'instant, j'avais des hésitations, on va voir pourquoi.
  • Ce qui m'a fait pencher en faveur de l'interversion des traductions aneuviennes de Mars se trouve tout bonnement sur terre, et ça s'appelle... la mer. Laquel se dit mar ou maar selon qu'on soit près des côtes ou... en pleine mer. et l'accusatif du premier, eh ben, c'est mars, avec une minuscule, soit. Du coup, l'intervention d'est fait du côté de Màrs pour la planète. Il faut donc changer les dérivés, et du coup, on a marson pour "martial" (marson legéa = cour martiale) et màrsen pour "martien" (màrsen atmosfera).
  • Alors, du coup, si j'mets des diacritiques aux planètes et pas aux dieux romains, pourquoi s'arrêter là ? Encore que je ne pense pas changer l'orthographe de toutes les planètes, loin d'là, mais il en reste une à changer, c'est Vénus. Là aussi, elle se trouvait dans le cas inverse de Mercure, et dans le même cas que son conjoint mythologique). Donc l'accent de Venér allait quitter la déesse de la beauté pour la planète située entre Aard et Merkùr. Du coup, venéren traduit "vénusien" et veneron (j'en ai profité pour changer le E en O) traduit "vénérien" et venerdar = vénérable.



Ça çuffira comm'ça pour le moment !




C'est fait ! C'a pas été une mince affaire.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mar 11 Sep 2018 - 23:49

Aïe ! Ça va mal ! Je m'suis dit que j'devais traiter "héliport". Bon, c'est pas trop dur à traiter, un aéroport pour hélicoptères, en somme. En tout cas, l'aneuvien ne sera pour l'instant pas d'la fête. Bon, j'jà, j'ai pas "héliport", mais bon... c'était pas trop grave, vu que j'avais "port" (haver) et que... eh be non ! j'ai pas "hélicoptère". Là, c'est d'jà plus grave. Et pire encore : j'ai mêm'pas "hélice" : ce truc qui tourne sur lui-même (ròten) pour permettre à un bateau ou un avion, voire un train* d'avancer (prog). Là, j'pense que si j'veux pas qu'en bout d'chaîne, y ait un mot décourageant pace qu'il est trop long ou imprononçable, y va falloir que j'tape (emprunte) hors de chez moi. Une fois qu'j'aurai hélice, je serai pas sorti d'affaire pour créer "hélicoptère", car les hélices des véhicules évoquées ci-avant sont verticales et permet d'avancer, l'hélice principale d'un hélico (y en a même qui en ont deux) est horizontale et permet tout d'abord de se soul'ver d'terre.. Par contre, une fois que j'aurai l'hélicoptère, j'aurai plus qu'a l'agglutiner à haver ou aréa pour avoir "héliport", et færan pour avoir "héliporté". Mais bon, j'en suis pas encore là  affraid .


*Là, c'était pas trop l'cas, vu la légende. Son homologue teuton a eu plus de chance.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 2350
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mer 12 Sep 2018 - 10:35

Ca a aussi à voir avec la spirale, la vis sans fin, le filetage, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22267
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Mer 12 Sep 2018 - 11:04

Pour le filet (3), j'ai srodùlt, d'jà une agglutination de deux éléments ; pour la spirale (là, j'vois pas trop), j'ai un mot qui compte déjà trois syllabes : kagucún. Quant à la vis sans fin, j'croyais l'avoir et p'is... rien. J'aurais bien krlaṅsrov, pris de krlaṅad ou krlaṅtul pour "engrenage", et srov pour "vis", puisque ce genre de vis permet de transmettre un mouvement de rotation perpendiculaire à celui founi par l'axe source. Mais t'as bien fait de m'parler d'ça, car j'ai trouvé, grâce à ça, une appellation différente d'une vis de la même apparence, mais à un usage différent : la vis d'Archimède, laquelle permet de faire grimper de l'eau, celle-ci ayant toujours, en principe, tendance à descendre. Comme il ne s'agit plus d'engrenage, je ne peux plus utiliser le radical (à-priori) krlaṅ-, mais l'agglutination de àq (eau), kagæle (monter) et srov (vis) risque d'être vach'ment problématique, j'te l'dis ! Les radicaux risquent fort d'être hachés menu. Ça tombe bien, car dans un hachoir, y a aussi ce système de vis sans fin par lequel passe la viande à hacher.




Bon, finalement, je laisse tomber krlaṅsrov, et, je m'demande si kaṅdesróv (apparenté à Kaṅdecún = spire, pris de kaṅdel pour "chandelle") ne serait pas mieux. Affaire à suivre, car j'dois voir s'y a pas des paronymes gênants par-ci par-là dans les radicaux. J'en vois d'jà un. En concurrence, y aurait kinasróv. Et tout ça, c'est que pour la vis sans fin, on est loin encore de l'hélice ! et donc, de l'hélicoptère*!



*À un moment, j'me suis d'mandé si j'y collerais pas quelque chose comme tropardov, pris du kotava tropa et de l'aneuvien kardov, pris de l'allemand Kartoffeln pour "patate, pomme de terre". Le problème, ça risque d'être pour créer des dérivés ! Imaginez ! pour l'héliport : un champ de pommes de terre à hélices ! Razz

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aneuvien 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aneuvien 2
Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'aneuvien langue officielle en Europe
» Chronologie des espérantoïdes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Autres idéolangues-
Sauter vers: