L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Galaside

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Jeu 7 Déc 2017 - 23:06

@Greenheart: je suis touché par ta proposition.

Dans l'immédiat, je ne suis pas prêt. Je n'ai fait que les premiers mots français débutant par a de ma liste Picoche-Rolland, il me reste les 25 autres lettres. Quand j'aurais fini de traiter cette liste, je pense que ce sera un exercice parfait pour la mettre à jour. Je ne décline pas ton offre.

(Effectivement ça semble fonctionner, ça me parait flatteur, ce qui me plait. Mais cette langue n'est qu'une romanoclone et très italienisante...même si j'ai emprunté deux traits grammaticaux très originaux: l'un commun au Galoco et au Stellaire, l'autre inspiré du Stellaire et que je m'amuse au niveau lexical comme assurance devenant ksert et assureur ksertel (neutre)...[postpostionnement de l'article interverti].)

J'envisageais et ambitionnais de tenir un fil d'actualité en Galaside. Peut être cela serait-il trop ambitieux en seul Galaside et le partager avec d'autres languimes (=idéolangues) romanes ou générales, qui sait.

A force de languimeuser (pratiquer l'idéocréation), je tiens à développer une idéolangue même simple de manière fonctionnelle, c'est mon prochain objectif général.

Je pense que si j'y parviens, je saurais développer mes autres projets plus ambitieux : Galoco (au principe des 4 voix peut être ingénieux et intelligent), mais trop complexe pour moi, Therth, Nohaku, Kukutal, Pitruro*, Swanskju*, si c'est possible.
Et avoir du temps à consacrer à la Kazpolsit, beau projet s'il en est, même le Celmo* est, je crois, intéressant.

*Ces trois langues ont de mon point de vue un point commun.

Après je fonctionne comme ça par essais, par petites touches, je reprends des choses d'une langue sur l'autre.

(D'ailleurs ta réponse au Lingwa-toki-dunia de Seweli m'a donné une idée de reprise de mes langues mortes, Férènse et langues féréniennes. En fait elle se basaient sur une décompression des racines romano-française, un peu selon un mode germanique, ce qui pourrait être un fléchissement utile à ré-employer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2824
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Le Galaside   Jeu 7 Déc 2017 - 23:28

En fait, à la lecture de tes exemples, je vois que le Galaside est armé pour mener à bien la traduction des récits en question, et ça vient de la part de quelqu'un qui en ce moment traduit de front en français, anglais, latin, espagnol et italien (et bientôt en allemand et esperanto) les nouvelles en question, alors la même structure grammaticale avec les quasiment mêmes racines à la sauce de chaque langue, je commence à bien repérer...

Velonzio Noeudefée a écrit:


Mais cette langue n'est qu'une romanoclone et très italienisante...même si j'ai emprunté deux traits grammaticaux très originaux: l'un commun au Galoco et au Stellaire, l'autre inspiré du Stellaire et que je m'amuse au niveau lexical comme assurance devenant ksert et assureur ksertel (neutre)...[postpostionnement de l'article interverti].)

Tu risques d'être surpris à quel point un simple romanoclone italiénisant peut en grandissant acquérir une autonomie : il me semble que toutes les langues naturelles sont parties du même principe et aujourd'hui chaque italien, français, espagnol a sa propre individualité, ses propres merveilles et sa propre force d'évocation, d'humour etc.

***

Velonzio Noeudefée a écrit:


J'envisageais et ambitionnais de tenir un fil d'actualité en Galaside. Peut être cela serait-il trop ambitieux en seul Galaside et le partager avec d'autres languimes (=idéolangues) romanes ou générales, qui sait.

Alors attaque directement mon dictionnaire fréquent du Cobuilt dès qu'il sera en ligne, parce que de ce que je suis en train d'éplucher, il s'agit de tous les mots de l'actualité franco-britannique, donc de l'actualité Galaside.

***

Velonzio Noeudefée a écrit:


A force de languimeuser (pratiquer l'idéocréation), je tiens à développer une idéolangue même simple de manière fonctionnelle, c'est mon prochain objectif général.

Je pense que si j'y parviens, je saurais développer mes autres projets plus ambitieux : Galoco (au principe des 4 voix peut être ingénieux et intelligent), mais trop complexe pour moi, Therth, Nohaku, Kukutal, Pitruro*, Swanskju*, si c'est possible.
Et avoir du temps à consacrer à la Kazpolsit, beau projet s'il en est, même le Celmo* est, je crois, intéressant.

Je ne te cache pas que le Stellaire vient de réaliser mon rêve de devenir polyglotte (y compris en langues construites) - et incidemment de découvrir le dernier étage de la "fusée rémaï", dont chaque évolution a été plus difficile à cerner que la précédente. C'est la première fois que j'ai pu traduire l'Atelier, la première fois que j'arrive à traduire en latin apparemment n'importe quoi et c'est seulement dû à mon sens à la vue panoramique de la grammaire latino-romane, très facile pour l'instant à adapter à toutes les autres grammaires (japonais).

Avec le Galaside, tu dois être en train de maîtriser les étages qui te manquaient peut-être à tes autres projets, et tu peux être certain d'un coup d'accélérateur et d'un nouveau sentiment de facilité à construire, traduire massivement et parler de tout pour de vrai dans tes langues construites. Cet effet est à mon sens dû à l'approche qui consiste à séparer les difficultés lexicales et grammaticales que j'ai pour ma part découvert avec le Stellaire, et du coup résoudre tous les problèmes plus vite et plus efficacement.

Velonzio Noeudefée a écrit:


*Ces trois langues ont de mon point de vue un point commun.

Après je fonctionne comme ça par essais, par petites touches, je reprends des choses d'une langue sur l'autre.

(D'ailleurs ta réponse au Lingwa-toki-dunia de Seweli m'a donné une idée de reprise de mes langues mortes, Férènse et langues féréniennes. En fait elle se basaient sur une décompression des racines romano-française, un peu selon un mode germanique, ce qui pourrait être un fléchissement utile à ré-employer)

Toutes nos créations de langues s'enrichissent et se portent les unes des autres. Au début je croyais que l'émotik et le primordial puis le rémaï étaient séparés et n'auraient rien en commun avec le latin ou le japonais, à part une source d'inspiration. Maintenant je réalise que chaque innovation portée par l'une a profité aux autres.

Quand une langue construite prend de l'envergure - comme dans la chanson (Summertime, le passage sur les ailes qui s'ouvrent), on dispose d'un point de vue très différent, et si l'on se garde d'opposer ses créations (ou de leur balancer des virus linguistiques, comme j'ai pu en faire la démonstration ailleurs), toutes les créations prennent de l'ampleur en même temps, toute l'ampleur que l'on voudra leur donner pourvu qu'on se montre un peu efficace.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Jeu 7 Déc 2017 - 23:35

Merci.
Promis, je le ferai, mais je veux avancer sur le lexique.

Greenheart a écrit:


Quand une langue construite prend de l'envergure - comme dans la chanson (Summertime, le passage sur les ailes qui s'ouvrent), on dispose d'un point de vue très différent, et si l'on se garde d'opposer ses créations (ou de leur balancer des virus linguistiques, comme j'ai pu en faire la démonstration ailleurs), toutes les créations prennent de l'ampleur en même temps, toute l'ampleur que l'on voudra leur donner pourvu qu'on se montre un peu efficace.

***

J'ai oublié de dire précédemment que ton efficacité force le respect, en tout cas le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2824
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Le Galaside   Jeu 7 Déc 2017 - 23:37

Merci Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Ven 8 Déc 2017 - 22:49

Ca doit me venir plus naturellement alors que j'ai trainaillé pour créer le lexique de mes mots en A, j'ai quasiment fini ceux en B en un soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mer 13 Déc 2017 - 13:20

Je poursuis la constitution de mon lexique, je suis en train de faire le C.

En parallèle je traduis des choses, je vous donne la première phrase de "Dans la peau d'un autre" d'Alphonse Allais, soit:

"Nous en étions au dessert et peut-être même au café et peut être même plus loin encore, quand un de nos convives, l'occultiste Jean Fourié, celui que nous ne ratons jamais, comme de juste, d'appeler le Sâr Jean Fourié, mit sur le tapis la question de la Rose+Croix."

Ce qui donne

Fantsatium fin'al desser e postrut ank'al kafe e postrut fiu loni'ankor, inte une di nostri kovivi : l'okultot Jan Furie, telUi non ritim mèr,djuste, d'apelare lo Sár Jan Furie, mutot en ja el Ueksie del Rose + Kruse.


Dernière édition par Velonzio Noeudefée le Mar 19 Déc 2017 - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Lun 18 Déc 2017 - 23:12

Le Galaside avance.

J'ai tenté la traduction des 309 premières lignes de mon lexique de base de 1466 entrées pour l'instant, un seul terme considéré comme peu courant pour l'instant.
Ce qui correspond à 381 mots galaside tout de même, et je n'ai pas tout à fait fini les mots en c côté français du lexique, une petite trouvaille à noter :

à partirr d'un verbe, comme par exemple contenir comment traduire
- ce qui contient : contenant, conteneur
- de ce qui est contenu

Jusqu'à présent je partais de la forme propre galaside supino-subjonctive, trop souvent affadie, affaiblie au présent mise au passive en mettant un te devant exemple : kotenire -> kotenet&tekoten
Mais toutes ces formes débutant en te me déplaisaient et du coup par simplification sont devenues des formes en e- par simple déformation : tekoten -> etkoten -> ekoten / ekotene
Ce qui me plait beaucoup plus.

Les mots galaside ont toujours deux formes une courte, une rapide.
Pour respecter ce qui me parait être la pratique romane de groupes compacts (enclitique je crois),
auxquels s'opposent des groupes plus ralentis, détendus pour laisser apparaitre le sens.

Par exemple dans l'exemple précédent : fin'al desser, ank'al kafe, e postrut fiu loni'ankor
contre : inte une di nostri kovivi
(En fait il y a une pause après inte et une autre très très courte après une, pour la seconde parlant italien, elle me parait naturelle, mais pour la première je ne sais pas encore comment la marquer. Avez-vous des idées ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21039
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le Galaside   Lun 18 Déc 2017 - 23:25

Velonzio Noeudefée a écrit:
À partir d'un verbe, comme par exemple contenir comment traduire
- ce qui contient : contenant, conteneur
- de ce qui est contenu
Tout dépend comment tu traites tes adjectifs verbaux et les substantifs qui en découlent. Là est tout l'problème.

Y a plusieurs méthodes de traitement : pour "contenant" et "contenu", ç'est relativ'ment simple, du moins, si on calque sur des langues comme le français, par exemple : prendre le participe présent pour l'enveloppe et le participe passé (ou approchant*) pour c'qu'y a n'dans. Mais t'es pas obligé, tu peux avoir des propres suffixes, comme par exemple, un système clavique, comme en elko, avec un suffixe signifiant "poche" et un autre donnant une idée de "remplir".

Y a aussi ça, le substantif "savoir" (ce qui est su) et "savant" (celui qui sait, qui a le savoir dans sa tête, qui contient l'savoir). Le premier est pris d'un infinitif, le deuxième n'est pas un participe, puisque le participe, c'est "sachant". Bref : les idées n'manquent pas.


*Pas chez moi, mais j'm'étal'rai pas.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 19 Déc 2017 - 12:06

Effectivement mais le Galaside s'éloigne des langues romanes pour ça et n'a pas de participe.
C'est pourquoi je pars d'un supin subjonctif
- actif : qui contient
- passif : qui est contenu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21039
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 19 Déc 2017 - 12:17

Velonzio Noeudefée a écrit:
Effectivement mais le Galaside s'éloigne des langues romanes pour ça et n'a pas de participe.
Note quand même que le participe n'est pas exclusif aux langues romanes : on le trouve aussi en anglais et en allemand.
Velonzio Noeudefée a écrit:
C'est pourquoi je pars d'un supin subjonctif
- actif : qui contient
- passif : qui est contenu
Bref : un subjonctif à utilisation participe. Je n'y avais pas pensé. Faudrait un peu développer ton explication : là, tu m'intéresses.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 19 Déc 2017 - 20:20

Anoev a écrit:
Velonzio Noeudefée a écrit:
Effectivement mais le Galaside s'éloigne des langues romanes pour ça et n'a pas de participe.
Note quand même que le participe n'est pas exclusif aux langues romanes : on le trouve aussi en anglais et en allemand.

Tu as raison, j'oubliais effectivement.

Anoev a écrit:
Velonzio Noeudefée a écrit:
C'est pourquoi je pars d'un supin subjonctif
- actif : qui contient
- passif : qui est contenu
Bref : un subjonctif à  utilisation participe. Je n'y avais pas pensé. Faudrait un peu développer ton explication : là, tu m'intéresses.

Je te donne mon raisonnement. Il vaut ce qu'il vaut et n'est peut être pas parfait.

Je pars du subjonctif.
Exemple avec contenir
que je contienne
que tu contiennes
qu'il contienne
que nous contenions
que vous conteniez
qu'ils conntiennent

qui est rendu en Galaside par une mutation vocalique plus terminaison du présent

contenir : kotenire
qu'il contienne : ketenet (koten- est devenu keten-+ et)

Mais en Galaside c'est un peu comme si un francophone confondait (une forme d'évolution), les formes
qu'il contienne/qui le contient/qui contient

Ainsi de la forme qu'il contienne-qu'il contient-qui contient ketenet, je crée la forme qui a ce sens. Autrement dit qu'est-ce qui contient = le contenant, donc contenant (adjectif comme substantif_adjectif substantivé) se dirait en Galaside kotenet.
J'ai fait tomber la mutation vocalique pour garder le lien étymologique, ce qui en Galaside revient à dire et écrire "il contient".

Quant au contenu, c'est ce qui est contenu "Qui est contenu" donc la forme passive de ketenet qui est teketen. Comme précédemment je repart plus sur le présent passif (il est contenu) par étymologie tekoten, qui par déformation devient ekoten...

Les grammairiens et étymologistes galsidiens ne sont pas tous d'accord. Certains partent de la fusion d'un passif-passé composé-attribut, en supposant koten participe passé. il est contenu se serait dit "e koten", d'où ekoten.
D'autres privilégient la voie statique, exemple il(neutre) est mort se dirait mortet, d'où il est contenant kotenet...à moins que ce ne soit il contient (=contenant, donc) et un opposé ekoten (par le sens passif ou bien par ex+koten s'étant simplifié en ekoten_ex donnant un aspect perfectif).

Dans ce cas tu m'as aussi donné l'idée plus classique idéolinguistiquement parlant que j'aurais pu m'en sortir avec inkoten/nekoten (contenu) et sirkoten (probablement de sirkakoten_contenant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21039
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 19 Déc 2017 - 20:36

Velonzio Noeudefée a écrit:
Ainsi de la forme qu'il contienne-qu'il contient-qui contient ketenet, je crée la forme qui a ce sens. Autrement dit qu'est-ce qui contient = le contenant, donc contenant (adjectif comme substantif_adjectif substantivé) se dirait en Galaside kotenet.
J'ai fait tomber la mutation vocalique pour garder le lien étymologique, ce qui en Galaside revient à dire et écrire "il contient".

Quant au contenu, c'est ce qui est contenu "Qui est contenu" donc la forme passive de ketenet qui est teketen. Comme précédemment je repart plus sur le présent passif (il est contenu) par étymologie tekoten, qui par déformation devient ekoten...

Les grammairiens et étymologistes galsidiens ne sont pas tous d'accord. Certains partent de la fusion d'un passif-passé composé-attribut, en supposant koten participe passé. il est contenu se serait dit "e koten", d'où ekoten.
D'autres privilégient la voie statique, exemple il(neutre) est mort se dirait mortet, d'où il est contenant kotenet...à moins que ce ne soit il contient (=contenant, donc) et un opposé ekoten (par le sens passif ou bien par ex+koten s'étant simplifié en ekoten_ex donnant un aspect perfectif).

Dans ce cas tu m'as aussi donné l'idée plus classique idéolinguistiquement parlant que j'aurais pu m'en sortir avec inkoten/nekoten (contenu) et sirkoten (probablement de sirkakoten_contenant).
Ça doit v'nir de moi, mais j'arriv'pas à m'habituer, du moins pour les langues construites, à des mutations  EN PLEIN CŒUR du radical*. Mais de ton côté, ça s'comprend, puisque tu as exkoten.






*Chez moi, y a les deux exceptions aau et maau, qui font, au passé de l'indicatif ahwa et mahwa, simplement pour éviter que 4 voyelles se succèdent : (aaua).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 26 Déc 2017 - 21:22

Je suis encore en réflexion pour l'adjectivation systématique verbale...

Je vous mets la deuxième phrase de la nouvelle "Dans la peau d'un autre" d'Alphonse Allais en Galaside.
Il y a quelques évolutions dans l'écriture: le c point suscrit remplace le ç pour noter le /ç/ notamment.
Le d final de retard se prononce /t/, les doubles consonnes sont géminées (à l'italienne) comme apartette qui se prononce /a.pɑr.tet.te/ (éventuellement /a.pɑr.te.t:e/)

Tote puset passare per un talbe nel'apartette komenċt, senz'un retard, a valtsare kome foLli moreti, al gran dam deli porslani parseeniet, dallore , el sol in kuanttie basfiet per determinare di volumi intekri di Süli-Prüdom-.

phrase originale:
 

En outre, j'ajoute le début des moutons de Panurge comme à mon habitude.

Subit, no se kome, le kaz subitut, no ém'el possielte de koċertel. Panürj, senze lat'coz dire, jetet in pien mar sue ueueris kretet e beelet.

texte original:
 

Traduction approximative moderne :
Soudain, je ne sais comment, le cas fut subit, je n'eus loisir le considérer, Panurge, sans autre chose dire, jette en pleine mer son mouton criant et bêlant.


N'hésitez pas à donner votre point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 2 Jan 2018 - 22:57

J'ajoute à la suite des autres, la phrase suivante de "Dans la peau d'un autre" d'Alphonse Allais.

"Fantsatium fin'al desser e postrut ank'al kafe e postrut anke fiu loni'ankor, inte une di nostri kovivi : l'okultot Jan Furie, telUi non ritim mèr, djuste, d'apelare lo Sár Jan Furie,
mutot in ja el ueksie del Rose + Kruse. Tote puset passare per un talbe nel'apartette komenċt, senz'un retard, a valtsare kome foLli moreti, al gran dam deli porslani parseeniet, dallore , el sol in kuanttie basfiet per determinare di volumi intekri di Süli-Prüdom- (Sully-Prudhomme).

(Mo, me ne figú basfiet, tant'el mie obue dipareçatut.)"


texte original:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Sam 6 Jan 2018 - 22:10

Sur mon lexique d'environ 1500 mots, j'en suis à environ 46,5%, bientôt les 50%.
C'est long, mais doucement, ça progresse.

Toutefois je me rends compte que j'ai voulu aller trop vite et que j'aurais dû lister tous les suffixes du français et romans, afin de dériver plus facilement et mieux réfléchir à l'adjectivation (perfective), faite sur le participe passé.
Donc, outre le projet de reprendre un peu ça et laisser des imperfections, aussi.
Je me pose des questions, notamment sur les adjectifs (conjugables)
Est-ce que j'utilise une terminaison en -et (basée sur la conjugaison à la troisième personne: parlet : parlé, il parle), en -it (abbréviation du ide, inversion du di, soit du "de" français), ou bien parfois répétition de la terminaison? ou bien les trois, ce qui me permet de choisir et de faire varier les sens ?
Ne devrais-je pas prendre des suffixes du passé en -at ou u ?

Exemple floral (que j'interprète en "de fleur") donnerait flolet, flolit (flolide), flolol, flolat, flolu.

Par le sens je préfère flolit/flolide, par goût et esthétique j'apprécie flolol (il y a flolu aussi)...
Je pense partir sur flolit/flolide et garder flolol dans un sens artistique et poétique.

Mon équivalent passé simple reste irrégulier, mais ça ne me choque guère pour une langue romane.

Pour les aspects traduits par des locutions verbales en français commencer à, venir de, les prépositions sautent et les verbes sont directement utilisés comme auxiliaires/modaux.

J'ai donc une petite reprise à faire dans "La peau d'un autre", d'autre part le verbe commencer se traduit par inçere et non kominçere, je vous donnerai tout ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Dim 7 Jan 2018 - 22:09

En discutant, hier sur le tchat et en exposant mon problème peu à peu, je me résous à la solution suivante :

* (-t) radical verbal, parfois modifié raccourci ou avec un seul -t en plus, pour les adjectifs très courant (grand, rapide, long, etc...)
* -et adjectif régulier construit sur le radical verbal, correspndant à il ... présent de l'indicatif, exemple canet il chante/chanté/chantant
* -it pour les adjectifs équivalent à un génitif ou relatif, construction de substitution avec de, comme par exemple : canin, floral, routier
* -at pour exprimer l'accomplissement, l'achèvement de l'action sous-entendue : une pomme mangée = un pom maniate** mais une construction passive est aussi possible un pom temani-, déformée régulièrement  en un pom temajn
Enfin une pomme qui a été mangée peut aussi se dire un pom temuni-, déformée régulièrement en un pom temujn
* utilisation poétique/esthétique d'une redondance du radical comme flolol pour floral au lieu de flolit
* le -u, je ne sais comment l'utiliser, il représenterait quelque chose de lointain, puisque les temps en -u sont imparfait, plus-que-parfait, conditionnels présent et passé, subjonctif passé

**je ne sais si en sus je n'introduirais pas un reliquat parfois employé de formes archaïques coinstituée de e+radical pour les verbes (quid d'une déformation passive de adj-et ou bien du préfixe ex simplifié en e-), puis les verbes en -ere, ceux en -are donnant a+radical et ceux en ire i+radical, à voir pour les quelques exceptions.
avec notre exemple amajn au lieu de temajn

Je dois faire mes essais.


La deuxième phrase des moutons de Panurge est traduite.

Subit, no se kome, le kaz subitut, no ém'el possielte de koċertel. Panürj, senze lat'coz dire, jetet in pien mar sue ueueris kretet e beelet. Onji lati ueuerissi kretet e beelet nel memse tón, inċs- jetarse e saltare in mare po, in file.

Texte original:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Lun 8 Jan 2018 - 21:10

La phrase suivante de dans la Peau d'un autre d'Alphonse Allais, avec une note de trraducteur puisqu'il faut tenter...de traduire le jeu de mot "Brosse Adam"

Fantsatium fin'al desser e postrut ank'al kafe e postrut anke fiu loni'ankor, inte une di nostri kovivi : l'okultot Jan Furie, telUi non ritim mèr, djuste, d'apelare lo Sár Jan Furie,
mutot in ja el ueksie del Rose + Kruse. Tote puset passare per un talbe nel'apartette enċt, senz'un retard, a valtsare kome foLli moreti, al gran dam deli porslani parseeniet, dallore , el sol in kuanttie basfiet per determinare di volumi intekri di Süli-Prüdom- (Sully-Prudhomme).
Majie, kabbale, satanisme, teosofie, esoterisme, Peladan, Pol Adam, An Dam*, parseniut elfiu krabukok di kuersasi.


*Comme Anne Dam ou Anne Dame, correspondant à "an dam" en danger
Une autre possibilité résiderait dans "Al Adamt" soit Al Adam ou Aladin signifiant à la demande.
Texte original:
 

D'ailleurs avez-vous déjà lu du Sully-Prudhomme, Peladan ou Paul Adam ?
A propos du premier, je suppose que dans Lucky Luke où l'on fait chanter ce vase fêlé à Sarah Bernhardt c'est une référence à Sully-Prudhomme.

***

Pour un message aussi court, j'allonge mon post précédent.

Grande nouvelle ! Je suis à 51% de ma liste lexicale traduite (de presque 1500 mots).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mer 10 Jan 2018 - 22:19

Le Galaside (ne vous en déplaise! lol) avance toujours : 52,5% du lexique.

Pour ce soir, je n'ai pas eu le courage de poursuivre ma traduction d'Alphonse Allais ou autres.

Quelques idées : moins d'européanisme !

1- Le Galasidophone est plus libre avec les morphèmes grammaticaux que d'autres, ainsi ils peuvent être indépendants, préfixés, suffixés
commencer : inçere ou inshere c point suscrit, ç ou sh pour transcrire le /ç/
L'aspect commencer à + infinitif peut donc se faire
- en conjugant inçere + infinitif
- en agglomérant les radicaux
---soit inç+ le radical du verbe + conjugaison
---soit le radical du verbe+inç+conjugaison

2- il est encore plus facile de créer un verbe mettre dans un tupperware, pourrait se dire tuperwariser en Galaside, soit t-p-ruèrsere, transormable en murersere tupperware déformé en murer, mais
il est probable qu'il se traduira comme l'onomatopée top+la racine pour boite (probablement buktie ou kassie : casier/caisse) ce qui pourrait donner les couples tuptie, tuptiere ou kassier, kassiere (mais aussi du coup : encaisser dans le sens mettre en caisse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mar 16 Jan 2018 - 21:27

A propos de mon problème d'adjectivation à partir du radical verbal:
- sachant que j'ai défini un suffixe -st/-ts pour l'état
- un certain nombre de morphèmes temporels
--- le -at- du passé (composé)
--- le -u- de l'imparfait
- des morphèmes de personnes
--- m ou accent
--- s
--- t
--- im
--- its
--- is
(très original...lol)

Une voie statique pour les adjectifs, je verrais bien :
radical+morphème de personne pour un adj. actif: libérant, type libert (3ème personne)
radical+s (issu du st/ts)+morphème de personne pour un adj. d'état, libre : libers/liberst/liberset (n.)
radical+v (transformation en consonne du u) pour un adj. révolu/accompli, libéré : liberv, libervt/liberut, libervet/liberuet (n.)
Alors qu'en dites-vous ?

***

Ma question reste d'actualité ?

Sinon j'ai fini de traduire la phrase suivante de "Dans la peau d'un autre" et je me permets de reprendre la précédente dans laquelle j'avais oublié une partie de la traduction.

Majie, kabbale, satanisme, teosofie, esoterisme, Peladan, Pol Adam, An Dam*, al-diak, loklat**, no periak, kia, yakba, parseniut elfiu krabukok di kuersasi. Il'okie di spiritualali briLlius dun'interne kfue e i materialali avius, frede, di spallevi (Nord).

2 remarques :
*Comme Anne Dam ou Anne Dame, correspondant à "an dam" en danger
Une autre possibilité résiderait dans "Al Adamt" soit Al Adam ou Aladin signifiant à la demande
**le mot ailleurs se traduit par autre lieu, soit latelok ou lat'lok, toutefois le Galaside est d'abord plus libre sur l'ordre, ensuite pour respecter la répétition des -iak, il parait plus intelligent d'inverser en loklat, enfin étant dans le spiritualisme, l'au-delà et l'ailleurs, ne vaut-il pas mieux traduire ailleurs par lieux autres qu'autres lieux ?

Texte original:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mer 17 Jan 2018 - 22:55

La suite des moutons de Panurge :

Subit, no se kome, le kaz subitut, no ém'el possielte de koċertel. Panürj, senze lat'coz dire, jetet in pien mar sue ueueris kretet e beelet. Onji lati ueuerissi kretet e beelet nel memse tón, inċs- jetarse e saltare in mare po, in file. Le full facut aki primel saltarut po sue kopajne. Possielut non di impetcarlidia.

Les deux dernières phrases:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Sam 20 Jan 2018 - 23:43

61% de ma liste de vocabulaire traduite.

La suite de "Dans la peau d'un autre"

Kuant'ali indiferenti, lor ayurfie sformut trafilarsi, pituirt po pituirt, l'Iric Uiskeï, come se dia plevut.
Per kuant mi, se ste ditalL pest intersarvi, mi trovus stest spiritualal, matrialal e indiferente. (dji kuant formeenet !)
El forc stut-el fre, sol un porpiete del matrie ?


Texte original:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Mer 24 Jan 2018 - 23:26

65,8% de ma liste.

Phrase suivante des moutons de Panurge (texte traduit depuis le début)

Subit, no se kome, le kaz subitut, no ém'el possielte de koċertel. Panürj, senze lat'coz dire, jetet in pien mar sue ueueris kretet e beelet. Onji lati ueuerissi kretet e beelet nel memse tón, inċs- jetarse e saltare in mare po, in file. Le full facut aki primel saltarut po sue kopajne. Non possielut di impetcarlidia. Kome sapits stere del ueueris el naturit, sempre sivre primel, kualk part- k'elet. Ank'Aristoteles tcetel lib. 9. de Histo. Animal., el fiu setet e nietet anial del munt.

original:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Sam 27 Jan 2018 - 23:34

2 phrases de plus de Dans la peau d'un autre.

E prentùme a dubiardia, fol di puar. Di spiriti baladeti, nel atnosfe, nossustantjiti ? Postrut no, kil set ? Maj alor ?
Un nuve pirtuit di Uiskeï apert- me kualk tcalte, tiemf lo Sar Jan Furie perlot ades budism, avatar e lati.


texte original:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Ven 13 Avr 2018 - 15:57

Je viens de reprendre ma phrase fétiche, qui donne :
Suden, no so kome, no u tempo di konsiderarlo. Panurj, sense dir'altra tcoza, djet in opena mar suo ueuero kriando e belando.
C'est clairement un mélange franco-italien (du frantcalion ?)

si je compare à ce qui suit, c'est pas très loin.
Subit, no se kome, le kaz subitut, no ém'el possielte de koċertel. Panürj, senze lat'coz dire, jetet in pien mar sue ueueris kretet e beelet.

Du coup, je me demande si ça vaudrait pas le coup de réformer tout le Galaside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1709
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Le Galaside   Lun 16 Avr 2018 - 21:29

Que de retour ! (lol)

Un petit projet personnel.
Attention c'est aussi intéressant au niveau linguistique

vieille coupure de journal de 1981:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Galaside   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Galaside
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Autres idéolangues-
Sauter vers: