L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les langages de Pao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Terano



Messages : 56
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Les langages de Pao   Dim 10 Mai 2009 - 23:31

Bonjour.

Dans un roman, Jack Vance décrit la planète Pao dont les habitants parlent un langage dépourvu de verbes et d'adjectif (je ne sais pas si une langue construite présente cette particularité...)
Ce langage, selon l'auteur, rend les Paonais conservateurs, introvertis, fatalistes, passifs et soumis.
(dans la suite du roman, le nouveau roi, sur les conseils d'un socio-linguiste, enseignera diftérentes langues à son peuple pour en faire des guerriers, des savants ou des commerçants)

Je me suis demandé s'il était possible de reconstituer les mécanismes de la langue Paonaise d'après les indices donné par Jack Vance... ou si le travail avait déjà été entrepris.

Les langages de Pao édition Denoël Présence du futur n°83

Page 10
Citation :
Le langage de Pao était un dérivé du Waydalique fondu dans un moule particulier. La phrase paonaise présentait un tableau d'une situation plutôt qu'elle ne décrivait un acte. Il n'y avait ni verbes ni adjectifs, ni formes comparatives définies, telles que bon et meilleur, mauvais et pire.
L'idée que le Paonais moyen se faisait de lui-même - à supposer qu'il se considérât comme une personnalité distincte - était celle d'un bouchon flottant sur un océan de vagues innombrables, soulevé, attiré, bousculé par des forces incompréhensibles. I1 éprouvait pour son souverain un respect mêlé de crainte, se soumettait à lui avec une obéissance aveugle, ne lui demandant en retour que la continuité dynastique car, sur Pao, rien ne devait jamais varier, rien ne devait jamais changer.

page 17
(Le Panarque (roi de la planète) négocie avec un Mercantile, représentant d’un peuple de commerçants.)

pied de note :
Citation :
La langue Paonaise et la langue Mercantile étaient aussi différente que le mode de vie de ces deux peuples. Le Panarque, en disant « j’ai deux affaires à discuter avec vous » employait des termes qui, traduit littéralement, signifiaient « Déclaration-d’importance (un seul mot en Paonais) – sur le point d’être faite – deux; oreille – du Mercantile – en état d’alerte; bouche – de cette personne-ci – en état de volition. » Les mots en italiques représentent les suffixes de condition. (…) la phrase paonaise [est] Rhomel-en-shrai bogal-Mercantile-nli-en mous-es-nli-ro
Plus loin (p. 81)
Citation :
Le fermier abat un arbre : traduction littérale : « Fermier employant la force, hache agent, arbre en état de soumission à l’attaque. »

Conclusion provisoire

La particule nli revient 2 fois, elle semble signer un possessif post-posé
Bogal-Mercantile-nli -> oreille(s) du Mercantile
Mous-es-nli la bouche de cette personne.

Nous avons la liste des huit continents: (page 9)
Citation :
Aimand, Shraimand, Vidamand, Minamand, Nonamand, Dronamand, Hivand et Impland, ainsi nommés d'après les huit chiffres du système numératif paonais


et les huit premiers cardinaux (page 87)

Ai 1
Shrai 2
Vida 3
Mina
4
Nona 5
Drona 6
Hivan 7
Imple 10 (en base octale)

En tout, environ 20 mots et particules) de Paonais dans l'ouvrage... il faudrait inventer beaucoup!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Lun 11 Mai 2009 - 1:16

Nous avons aussi des noms de personne et de lieux: Beran Panasper, Aiello, l'isthme Khoroi Sherifte, Gitan Netsko, la ville d'Eiljanre (je cite de mémoire). Etc. Vance semble s'être inspiré de l'italien, parfois : un étudiant s'appelle Ercole Paraio... Ou de l'espagnol : le méchant s'appelle Bustamonte (à comparer avec le patronyme espagnol Bustamante). Il est comparé dans le livre à un "bereglo" c'est-à-dire un boucher maladroit en paonais.

Tous ces mots, si on en faisait la liste, permettraient au moins de définir la phonologie du paonais.

J'avais 16 ans et je venais de lire "Les langages de Pao" lorsque j'ai eu mon premier magnétophone (un vieux magnétophone à bande magnétique, comme dans les films !) et la première phrase que j'ai enregistrée était :

Rhomel-en-shrai bogal-Mercantile-nli-en mous-es-nli-ro

Je ne connaissais pas grand chose en linguistique à l'époque. Je m'étais demandé si "nl" n'était pas un l nasalisé, obtenu en prononçant un l et un n en même temps Smile

Vance (bientôt 93 ans - il est né en août 1916) est polyglotte mais ce n'est pas un linguiste. Ses livres (je les ai tous lus et relus, sauf les romans policiers) sont une source inépuisable d'inspiration, à la fois pour la diégèse et les langues construites.

Les livres de Vance, qui se passent souvent dans le même univers interplanétaire, m'ont fait rêver à une langue universelle, parlée sur différentes planètes, donc à la fois souple, facile à prononcer, avec une grammaire plutôt simple et régulière, un vocabulaire de base défini une fois pour toutes et une orthographe phonétique. Un peu comme du latin avec une morphologie très simplifiée et régularisée. Dans l'un des derniers livres de Vance le héros achète le cahier d'exercices d'un écolier d'il y a 4000 ans. Une langue qui ne varierait pas en 4000 ans devrait être une langue - ou plutôt le noyau central d'une langue - que les gens auraient besoin de conserver intacte, parce que ce serait :
1. La clé du savoir accumulé pendant les millénaires précédents.
2. Le seul moyen de converser avec des étrangers, oralement ou par écrit.

Les habitants des univers vancéens sont souvent polyglottes. Ainsi, les habitants de Romarth, ville isolée sur une planète isolée, parlent trois langues : la langue universelle, le dialecte de Romarth, et une version ancienne, classique, du dialecte de Romarth.

Terrano a écrit:
la planète Pao dont les habitants parlent un langage dépourvu de verbes et d'adjectif
Les nombres sont des adjectifs (numéraux), donc le paonais a au moins des adjectifs Smile

mous-es-nli-ro = ma bouche est en état de volition = je parle
bogal-Mercantil-nli-en = l'oreille du Mercantile est en état d'alerte = le Mercantile écoute

Le paonais crée des verbes à partir de noms avec les suffixes ro et en (et sans doute beaucoup d'autres...) et infixe les compléments directs et indirects à l'intérieur du verbe.

On peut imaginer que les suffixes verbaux permettent de créer des verbes différents :

main + en état de volition = prendre
main + en état d'alerte = recevoir

Allons un peu plus loin dans l'imagination :
"bereglo" = boucher maladroit

bere = charcutage
bere-ro = charcutage+volition = charcuter
bere-glo = charcutage + agent = charcuteur, boucher maladroit

bere-es-nli-ro = cette personne-ci charcute, je charcute
(bereesnliro --> beresliro ?)

La paonais n'a pas de racines verbales, les anciennes racines verbales du waydalique sont devenus des noms d'action en paonais. Donc, pas de verbes proprement dits.

Les adjectifs sont eux assi devenus des noms :

rhomel-en-shrai = déclaration d'importance + sur le point d'être faite + paire = Une paire/deux déclarations d'importances sont sur le point d'être faites

une grande maison = maison + grandeur

la maison est grande = grandeur + maison + en état stable

Le paonais n'a donc ni verbes ni adjectifs Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Terano



Messages : 56
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: adjectifs paonais   Lun 11 Mai 2009 - 11:13

Pour ce qui concerne les adjectif, j'avais plutôt pensé à des nom carractéristique d'une qualité

Par exemple :
une grande maison --> une maison (grande) comme une montagne
un homme fort --> un homme (fort) comme un boeuf [ou animal équivalent]
un fruit sucré --> un fruit comme du sucre

pour les couleurs, pas de problème : sang, sable, feuille, ciel, neige, charbon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Lun 11 Mai 2009 - 14:29

Terano a écrit:
Pour ce qui concerne les adjectif, j'avais plutôt pensé à des nom carractéristique d'une qualité

Par exemple :
une grande maison --> une maison (grande) comme une montagne
un homme fort --> un homme (fort) comme un boeuf [ou animal équivalent]
un fruit sucré --> un fruit comme du sucre

pour les couleurs, pas de problème : sang, sable, feuille, ciel, neige, charbon...
montagne + maison + "en état de similitude" = grande maison

sang + maison + "en état de similitude" = maison rouge

maison + "en état de similitude"; montagne + "en état de virtualité" = la maison est grande

Pour un paonais, le suffixe "en état de similitude" indique une comparaison. Le suffixe "en état de virtualité" indique que la montagne n'est pas réellement présente dans le tableau que décrit la phrase paonaise (les phrases paonaises sont descriptives) mais qu'elle précise la description d'un des éléments du tableau.

Petit problème : d'où viennent les suffixes, a priori inconnus en waydalique ? D'anciens adverbes, verbes et adjectifs, fortement usés et abrégés par l'usage :

"sur le point d'être fait" = bientôt
"en état d'alerte" = présent
"en état de volition" = en haut (penser aux multiples sens de "up" en anglais)
"en état stable" = tranquille
"en état de similitude" = de même, pareillement, comme
"en état de virtualité" = supposer
Etc (il y a au moins une centaine de suffixes)

Le paonais n'est pas nécessairement une langue simple. Plus la phrase est précise, plus le nombre d'éléments du tableau est élevé. Par exemple :

"Ercole aurait aimé que Béran vienne plus tôt"
Préférence + d'Ercole + dans le passé; venue + de Béran; antériorité + en état de virtualité.

Pour un Paonais, le tableau que décrit cette phrase est composé de trois éléments :
1. Un élément passé, la préférence d'Ercole.
2. Un élément central, la venue de Beran. Le fait que la "venue de Beran" suive la "préférence passée d'Ercole" indique qu'il y a une relation entre ces deux éléments.
3. Un élément virtuel, l'antériorité. Le fait que ce membre de phrase soit placé juste après l'élément "venue de Beran" indique une relation entre ces deux éléments.

Donc :

Ercole préférait / la venue de Beran / antériorité, mais cette antériorité est virtuelle, donc elle n'existe pas vraiment : il n'y a pas eu d'antériorité ("plus tôt") dans la venue de Beran.

Cela pourrait donner :

Maloesercolepa goinoesberan antisu Smile

Cette phrase ne me paraît pas plus bizarre que celles du Piraha, une langue particulièrement étrange parlée par 300 personnes en Amazonie. En paonais les trois éléments de la phrase sont les mêmes qu'en français :

Ercole aurait aimé / que Beran vienne / plus tôt

En paonais, le premier élément, étant dans le passé, est dans une sorte de brume. Le deuxième élément, sans suffixe, est clair et central. Il est dans l'ici et le maintenant, en position centrale dans le tableau. Le troisième complète les deux autres, comme un détail à coté du sujet principal d'un tableau.

Jack Vance, bien que musicien (c'est, paraît-il, un excellent joueur de banjo) est un écrivain très visuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Terano



Messages : 56
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Mar 12 Mai 2009 - 18:33

Vilko a écrit:
...
Le paonais n'est pas nécessairement une langue simple. Plus la phrase est précise, plus le nombre d'éléments du tableau est élevé. Par exemple :

"Ercole aurait aimé que Béran vienne plus tôt"
Préférence + d'Ercole + dans le passé; venue + de Béran; antériorité + en état de virtualité.

Pour un Paonais, le tableau que décrit cette phrase est composé de trois éléments :
1. Un élément passé, la préférence d'Ercole.
2. Un élément central, la venue de Beran. Le fait que la "venue de Beran" suive la "préférence passée d'Ercole" indique qu'il y a une relation entre ces deux éléments.
3. Un élément virtuel, l'antériorité. Le fait que ce membre de phrase soit placé juste après l'élément "venue de Beran" indique une relation entre ces deux éléments.

Donc :

Ercole préférait / la venue de Beran / antériorité, mais cette antériorité est virtuelle, donc elle n'existe pas vraiment : il n'y a pas eu d'antériorité ("plus tôt") dans la venue de Beran.

Cela pourrait donner :

Maloesercolepa goinoesberan antisu Smile

Cette phrase ne me paraît pas plus bizarre que celles du Piraha, une langue particulièrement étrange parlée par 300 personnes en Amazonie. En paonais les trois éléments de la phrase sont les mêmes qu'en français :

Ercole aurait aimé / que Beran vienne / plus tôt
...

Mais l'auteur parle plutôt de suffixes que de préfixes (ou d'affixes), l'élément circonstanciel est donc après le substantif

Préférence d'Ercole : Ercole-malo-nli
Préférence d'Ercole dans-le-passé : Ercole-malo-nli-pa

la venue de Beran : Beran-goino-nli
la venue de Beran antériorité-virtualité : Beran-goino-nli-anti-su

Remarque : la langue de Pao ne comporte pas de comparatif, donc pas de notion de "préférer"; tournons la phrase autrement

Ercole était contrarié parce que Beran ne venait toujours pas
Ercole attendait avec impatience Béran

Ercole en-état-de-contrariété + dans-le-passé, venue de Beran en-état-de-virtualité + attendue

Ercole-arg-pa, Beran-goino-nli-su-woa[/b]



Corrigez-moi si vous trouvez des formules inexactes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Mar 12 Mai 2009 - 23:09

Terano a écrit:
Mais l'auteur parle plutôt de suffixes que de préfixes (ou d'affixes), l'élément circonstanciel est donc après le substantif

Préférence d'Ercole : Ercole-malo-nli
Préférence d'Ercole dans-le-passé : Ercole-malo-nli-pa
Souvenons-nous de l'exemple donné par Vance :

Bogal-Mercantil-nli
Oreille-Mercantile-du

Donc :

Goino-Beran-nli
Venue-Beran-de
La venue de Beran

Dailleurs :
Terano a écrit:
La particule nli revient 2 fois, elle semble signer un possessif post-posé
Bogal-Mercantile-nli -> oreille(s) du Mercantile
Mous-es-nli la bouche de cette personne.
Wink

Terano a écrit:
Remarque : la langue de Pao ne comporte pas de comparatif, donc pas de notion de "préférer";
J'ai utilisé le mot "préférence" parce que le mot "prédilection" m'a paru trop pédant, et "affection" pour "le fait d'aimer bien" trop polysémique. Le français n'a pas, me semble-t-il, de mot pour "le fait d'aimer bien", à part le mot "affection", qui a aussi d'autres sens.

Terano a écrit:
Ercole en-état-de-contrariété + dans-le-passé, venue de Beran en-état-de-virtualité + attendue
"En état de contrariété" ? A mon avis le nombre de suffixes ne doit pas dépasser la centaine, ils doivent donc être courts, et "contrariété" est un mot trop spécialisé. C'est plutôt une racine qu'un suffixe.

Je reste sur mes positions conlinguistiques Smile

Ercole était contrarié parce que Beran ne venait toujours pas
Contrariété-Ercole-de-dans le passé; venue-Beran-de-en état de virtualité; causalité
Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-su kora

("arga" plutôt que "arg", parce qu'à mon avis le paonais évite les accumulations de consonnes, qui font trop "guerrier" pour ce peuple)

Explications :
La venue de Beran est virtuelle (donc non réelle ici et maintenant, mais possible à un autre moment), donc il ne venait "toujours pas". "Beran ne venait pas" se dirait, à mon avis :

goino-Beran-nli-mlu
venue-Beran-de-négation

Le mot "causalité" - kora - placé derrière un mot indique que ce mot est la cause du mot précédent : X Y kora = X à cause de Y (comme en latin avec "causa", si je me souviens bien).

Dans la phrase Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-su kora, la contrariété d'Ercole (arga-Ercole-nli) est causée par la non-réalité de la venue de Beran (goino-Beran-nli-su).

Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-mlu kora
Contrariété-Ercole-de-[i ]dans-le-passé[/i] venue-Beran-de-négation causalité
Ercole était contrarié parce que Beran ne venait pas.

Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-mlu-pa kora
Ercole était contrarié parce que Beran n'était pas venu.
(La non-venue de Beran a eu lieu dans le passé : -pa)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Terano



Messages : 56
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Substantif abstaits en Paonais ?   Mer 13 Mai 2009 - 16:29

Vilko a écrit:

"En état de contrariété" ? A mon avis le nombre de suffixes ne doit pas dépasser la centaine, ils doivent donc être courts, et "contrariété" est un mot trop spécialisé. C'est plutôt une racine qu'un suffixe.
Je reste sur mes positions conlinguistiques Smile

Ercole était contrarié parce que Beran ne venait toujours pas
Contrariété-Ercole-de-dans le passé; venue-Beran-de-en état de virtualité; causalité
Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-su kora

("arga" plutôt que "arg", parce qu'à mon avis le paonais évite les accumulations de consonnes, qui font trop "guerrier" pour ce peuple)

Explications :
La venue de Beran est virtuelle (donc non réelle ici et maintenant, mais possible à un autre moment), donc il ne venait "toujours pas". "Beran ne venait pas" se dirait, à mon avis :

goino-Beran-nli-mlu
venue-Beran-de-négation

À la réflexion, des substantifs abstrait comme "venue", "contrariété" ressemblent à des adjectifs ou verbes déguisés. Ils ne doivent pas exister en paonais, qui préfère des images plus concrètes.

Beran est venu --> Beran changement d'état + état de présence, la présence de Beran resulte d'un changement, Beran est désormais présent

Beran n'est pas encore venu --> Beran changement d'état + négation + état de présence + négation

les deux négations montrent que 1) le changement ne s'est pas produit et 2) Beran n'est pas présent (mais on peut aussi supposer qu'il existe un suffixe signifiant "en-état-d'absence" ou "faisant-défaut"

La contrariété d'Ercole peut être vue come une volition se heurtant à un obstacle

Ercole est contrarié (Ercole est comme si quelque chose faisait obstacle à sa volonté) --> Ercole en-état-de-volition, chose en-état-de-résistance "comme"
(nous avons vu que les adjectifs peuvent être traduit par un nom suivi d'une particule traduite ici par "comme")


Ercole en-état-de-volition, chose en-état-de-résistance "comme", Beran changement d'état + état de présence +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Mer 13 Mai 2009 - 18:07

Terano a écrit:
À la réflexion, des substantifs abstrait comme "venue", "contrariété" ressemblent à des adjectifs ou verbes déguisés. Ils ne doivent pas exister en paonais, qui préfère des images plus concrètes.
Comme "oreille" pour "écouter" (avec le suffixe adéquat) ou "bouche" pour "parler", comme dans l'example donné par Vance.

Je sais qu'en chinois, "yeux rouges" signifie "envieux". Le paonais a peut-être généralisé ce système. "Venir" et "aller" = "jambe"; "contrariété" = "bile" (ou "foie").

Ercole était contrarié parce que Beran ne venait toujours pas
Bile-Ercole-de-dans le passé; jambe-Beran-de-en état de virtualité; causalité
Arga-Ercole-nli-pa goino-Beran-nli-su kora

Comment dire "yeux rouges" (envieux) ou "foie jaune" (lâche) dans une langue sans adjectif ? Peut-être "sang-oeil" et "safran-foie".

Ercole enviait Beran.
Sang-oeil-Ercole-de, Beran
Pil-mata-Ercole-nli Beran

Le waydalique n'a peut-être donné au paonais que quelques milliers de mots représentant tous quelque chose de concret, de perceptible : oreille, bouche, un, deux, trois, foie, safran, etc. Le paonais a créé une centaine de suffixes, et sans doute des milliers d'expressions idiomatiques, comme "sang-oeil" pour "envieux".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Leo



Messages : 1964
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Mer 13 Mai 2009 - 22:27

C'est des hypothèses amusantes, mais je crois que Vance et Orwell ont largement sous-estimé la capacité de l'esprit humain à contourner les limitations de l'expression. Les notions d'adjectif, verbe, etc sont superficielles, alors que dans la sémantique les concepts d'action ou de qualité, etc, peuvent s'exprimer par des moyens détournés. Il existait un projet, AllNoun, qui n'utilisait que des substantifs et une seule relation syntaxique (si je me souviens bien), il faut googler pour voir s'il existe toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Jeu 14 Mai 2009 - 11:21

Leo a écrit:
C'est des hypothèses amusantes, mais je crois que Vance et Orwell ont largement sous-estimé la capacité de l'esprit humain à contourner les limitations de l'expression. Les notions d'adjectif, verbe, etc sont superficielles, alors que dans la sémantique les concepts d'action ou de qualité, etc, peuvent s'exprimer par des moyens détournés.
Bien sûr. Dire "sang-oeil" pour "yeux rouges", c'est donner à "sang" la valeur d'un adjectif. Disons que le paonais n'a pas de morphologie spécifique pour l'adjectif, contrairement au français : sang / sanguin, oeil / oculaire, etc). Dire "la venue de Beran" au lieu de "Beran est venu", c'est dire exactement la même chose de deux façons différentes.

Même les examples donnés par Jack Vance peuvent s'analyser de plusieurs façons :

mous-es-nli-ro
bouche-cettepersonneci-de-en état de volition
Je veux parler

On peut analyser la même phrase de la façon suivante :

bouche-cettepersonneci-nominatif-volitif
(le volitif étant l'un des nombreux modes verbaux du paonais)

En paonais, le groupe-sujet est infixé à l'intérieur du groupe verbal. On pourrait aussi bien avoir :

Es-nli mous-ro
Je + veux parler

Ce qui fait aussi le charme du paonais, à mon avis, c'est son côté sensoriel :

Rhomel-en-shrai bogal-Mercantil-nli-en mous-es-nli-ro
rhomel = déclaration d'importance (élément auditif)
bogal = oreille (élément visuel)
mous = bouche (élement visuel)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les langages de Pao   Aujourd'hui à 12:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Les langages de Pao
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les langages de Pao
» Logiciels et langages en option Info
» Théorie des langages
» retard de langage Marvin
» les languages du corps !!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: