L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Question de nœuds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Troubadour mécréant

avatar

Messages : 1400
Date d'inscription : 20/01/2013
Localisation : Aquitaine, France

MessageSujet: Question de nœuds   Dim 13 Aoû 2017 - 10:45

Ayant fait un peu de voile cet été, avec quelques amis bien mordus et bien spécialistes, j'ai pu mesurer toute l'étendue de mon inculture crasse en la matière et de la richesse linguistique de ce monde. Ne serait-ce qu'en matière de noeuds (les vrais... pas ceux dans la tête).

Je m'adresse ici à ceux qui jouent dans le domaine des LAI. Fondamentalement, y-a-t-il un intérêt suffisant à rentrer dans ce monde, qui, aussi estimable, riche et exceptionnel soit-il, semble tellement spécifique?

En l'occurrence, quel peut-être l'intérêt de s'atteler à traduire tous ces termes tellement particuliers, connotés et à l'étymologie si fascinante?

1) L'espéranto, le volapük ou le lojban se sont-ils amusés à transposer un tel glossaire?

2) Pour une langue à-postériori, quelle(s) source(s) utiliser? Car, même si je n'ai pas vérifié, je pense déjà que les termes anglophones ou néerlandophones sont très différents en étymologie des locutions du lexique français, par exemple. Et que dire alors, probablement, des glossaires des autres grandes civilisations maritimes (Chine, Polynésie, Arabes et Persans de l'océan Indien, Vikings, etc.)?

3) Pour une langue à-priori, quelle logique adopter?

4) Ne vaut-il pas mieux laisser un tel domaine "dans son jus" original, au risque de tellement le galvauder et malmener, plutôt que de tenter de l'adapter?

Voir ici cette page sur les noeuds: http://permanent.cyconflans.free.fr/glossaire/noeuds/noeudsmarins.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.scribd.com/KotavaEwalik
Velonzio Noeudefée



Messages : 675
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Question de nœuds   Dim 13 Aoû 2017 - 19:25

Je pense que ta question est beaucoup plus vaste, comment rendre compte d'un domaine très spécifique, précis et technique? (que ce soit les noeuds, la navigation ou le domaine maritime ou encore la menuiserie, ou venant de la céramique: comment traduire: barbotine, coulage, coulage en bande, fluage, frittage, etc...)
- emprunter, si oui, comment ?
- avoir une logique adaptée à la construction des mots qui permet de le créer à loisir (ex principe d'agglutination des mots ou clés, langues naturelles: allemand, je crois turc aussi, idéolangue: elko)
- disposer d'une langue mère ou de plusieurs qui permet de créer de nouveau mot (mot de construction savante à base de latin et de grec en français)
- par principe d'affixation permettant d'arriver au sens cherché
- par principe de dérivation et d'association d'idée (mais laquelle choisir, quelle logique peut sous-tendre cela, comment la choisir)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Troubadour mécréant

avatar

Messages : 1400
Date d'inscription : 20/01/2013
Localisation : Aquitaine, France

MessageSujet: Re: Question de nœuds   Dim 13 Aoû 2017 - 20:24

Oui, cela s'inscrit dans des principes problématiques plus vastes.

La céramique, je ne connais pas trop, par contre les métiers du bois j'en suis familier. Dans ces domaines, les limites que je vois ou côtoie tiennent davantage, il me semble, non pas à traduire correctement des termes relatifs à des outils, des process ou des produits, mais à "fixer" une sorte de "point de départ" diachronique/lexical, en deçà duquel on décidera que les termes visés n'ont plus grand intérêt à être transcrits/traduits/définis car obsolètes dans leurs propres langues naturelles. Par exemple, en menuiserie, traduire un guillaume, un riflard, une baille-voie, un bouvet, une doucine, etc. n'a peut-être pas grand intérêt si on se projette résolument vers l'avenir. D'ailleurs, en faisant un parallèle avec certaines langues naturelles appartenant à des peuples qui n'ont émergé que récemment au sens politique ou culturel, on y voit bien que leurs lexiques "officiels" ne s'encombrent pas davantage de rétro-transférer/transcrire tout un tas de termes qu'ils n'ont jamais possédés et qui n'ont plus d'usage vivant à l'heure actuelle.

Mon interrogation sur les noeuds est un peu plus complexe, car d'une part c'est un domaine qui reste bien vivant, mais surtout si on y regarde de près on se rend compte qu'il s'agit pour l'essentiel de termes "locutionnels" pour lesquels les connotations, étymologies et usages figés forment un gisement qui me semble réellement difficile à retranscrire, et sur quelles justifications?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.scribd.com/KotavaEwalik
Velonzio Noeudefée



Messages : 675
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Question de nœuds   Dim 13 Aoû 2017 - 20:42

Troubadour mécréant a écrit:
Oui, cela s'inscrit dans des principes problématiques plus vastes.

La céramique, je ne connais pas trop, par contre les métiers du bois j'en suis familier. Dans ces domaines, les limites que je vois ou côtoie tiennent davantage, il me semble, non pas à traduire correctement des termes relatifs à des outils, des process ou des produits, mais à "fixer" une sorte de "point de départ" diachronique/lexical, en deçà duquel on décidera que les termes visés n'ont plus grand intérêt à être transcrits/traduits/définis car obsolètes dans leurs propres langues naturelles. Par exemple, en menuiserie, traduire un guillaume, un riflard, une baille-voie, un bouvet, une doucine, etc. n'a peut-être pas grand intérêt si on se projette résolument vers l'avenir. D'ailleurs, en faisant un parallèle avec certaines langues naturelles appartenant à des peuples qui n'ont émergé que récemment au sens politique ou culturel, on y voit bien que leurs lexiques "officiels" ne s'encombrent pas davantage de rétro-transférer/transcrire tout un tas de termes qu'ils n'ont jamais possédés et qui n'ont plus d'usage vivant à l'heure actuelle.

D'accord, sauf si tu dois traduire un vieux texte qui posséderait ses termes (vieux contes:Pinocchio, Bible, ancien testament, nouveau testament, construction de l'arche de Noé, ou Joseph étant charpentier) ou si tu souhaites écrire un traité de l'histoire du domaine (dans ce cas précis là, il est possible de définir le terme au début, avec index et de réutiliser le terme emprunté tel quel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Silvano

avatar

Messages : 12698
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Ville-Émard

MessageSujet: Re: Question de nœuds   Mar 15 Aoû 2017 - 23:05

Troubadour mécréant a écrit:
1) L'espéranto, le volapük ou le lojban se sont-ils amusés à transposer un tel glossaire?

Pour l'espéranto, pas à ma connaissance. Et je me demande bien comment le lojban y réussirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question de nœuds   

Revenir en haut Aller en bas
 
Question de nœuds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une question en orthographe/conjugaison?
» Diacre question
» question nuit / sieste bébé 3 mois
» La grosse question qui tue, c'est par ici...
» question bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: