L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Langue d’Ève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lal Behi

avatar

Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Langue d’Ève    Lun 19 Juin 2017 - 16:39

Comme évoqué sur le fil du graphieros, j’ai emprunté à cette écriture sa trame hexagonale pour créer une langue à intégrer dans un récit.
Le personnage qui invente cette langue est une enfant, Ève (désolé pour ceux qui, en voyant le tire, ont pensé à l’Ève biblique), qui ne parle pas, n’écrit pas, ne lit pas et met au point un système graphique pour noter des commentaires à côté des dessins qu’elle fait. Il ne s’agit pas à la base d’un système de communication.

Les glyphes sont des idéogrammes (chaque glyphe représente un mot). J’ai commencé par inventer les mots de son environnement (chat, lit, chambre, rivière, herbe, crayon, etc.) ; ils sont globalement figuratifs. Par ex., le glyphe « blanc » fait penser à un chat, car dans l’histoire, Ève découvre un chat blanc et associe les deux signes.

Pour l’instant, la grammaire est minimale. Phrase de type SVC. Pas d’article, pas de genre ni de nombre (le pluriel pourrait se faire par duplication ?), pas de conjugaison.
Même si je ne le voulais pas au départ, j’ai été plus ou moins obligé d’intégrer des mots-outils ou, plutôt, des mots en faisant office (par ex. le mot « relation, lien » sert aussi a indiquer un relatif ; « hier » note également un verbe au passé ; le glyphe pour « question » marque les interrogatifs ; le verbe « faire » pourrait servir de verbalisateur). Dans tous les cas, ils prennent une position de préfixe.

Comme Ève est gauchère, elle écrit de haut en bas et de droite à gauche ; de cette façon, sa main ne cache jamais le texte.

Un premier exemple :

J’ai dessiné le chat blanc qui dort tranquillement sur le lit.
Se décompose en : je/Ève – hier [passé] – dessiner – chat – blanc – relation [qui] – dormir – manière [préf. adverbial] – gentil – sur – lit – fin [ponctuation]

Je n’avais pas vraiment d’idée en ce qui concerne la phonologie mais, au final, je pense qu’il n’y en aura tout simplement pas. Le personnage ne parle pas mais, ensuite, son système sera repris (notamment pas ses parents) pour tenter de communiquer avec elle. Dans ces conditions, nul besoin pour elle de vocaliser son idiolecte. Une langue qui ne serait qu’écrite pourrait correspondre, par exemple, aux hiéroglyphes avant Champollion (non pas que je compare mon travail à celui des scribes, hein !).

D’ailleurs, étant composée de glyphes uniques (sauf dans les rares cas des préfixes, un mot n’est jamais composé de deux glyphes), le nombre de mots est par définition limité (même si, je serais bien incapable de le calculer, il doit être suffisamment important pour les besoins du récit). Si en plus la grammaire reste basique, je ne pourrais pas faire de grand discours avec…

Pour le moment, la langue n'a pas de nom. Je cherchais quelque chose du genre "évien, évinien, ..." mais c'est vraiment moche. Je suis preneur de toute bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Mickaël B. Farlay

avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 10/10/2015
Localisation : Canada, Québec

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Lun 19 Juin 2017 - 17:49

C'est très intéressant bravo !

Je suis surtout amusée par le fait qu'elle écrive de droite à gauche parce qu'elle est gauchère. C'est mon cas et c'est la raison pour laquelle j'ai fait en sorte que mon idéoscript s'écrive de droite à gauche également Razz

SVC ? (Sujet/Verbe/Complément ?) L'objet est le complément ?

Pour le nom je propose évinoch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Lun 19 Juin 2017 - 18:14

Intéressant!

Pour le nom, mais c'est éfglident, bien sûr!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lal Behi

avatar

Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Lun 19 Juin 2017 - 19:14

MBF a écrit:
SVC ? (Sujet/Verbe/Complément ?) L'objet est le complément ?
Oui, bien sûr, il s'agit de SVO ; c'est une erreur de ma part.

Citation :
Pour le nom je propose évinoch.
On dirait vraiment un nom de langue biblique. Mais j'aimerais un nom plus classique, ne serait-ce que pour pouvoir l'intégrer dans le récit sans que cela paraisse bizarre.

Velonzio Noeudefée a écrit:
Pour le nom, mais c'est éfglident, bien sûr!
Mais comment n'y avais-je pas pensé ??? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Lal Behi

avatar

Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Mer 21 Juin 2017 - 18:18

J’ai un peu avancé sur ma langue d’Ève.

Pour mettre la langue à l’épreuve, j’ai tenté de faire une traduction. Comme le vocabulaire est assez minimal pour le moment (bien que j’ai déjà environ 260 glyphes), j’ai commencé à traduire un livre pour enfant hautement intellectuel « Tyranno le terrible », une histoire de dinosaure qui présente l’intérêt d’avoir des phrases à la syntaxe très simple.

Vu que la langue d’Ève n’est qu’écrite, j’ai été dès le début confronté au problème de la transcription des noms des personnes (ou des dinosaures en l’occurrence). J’ai opté pour la solution suivante : on « écrit » dans l’hexagone les deux premières lettres du nom (ou les initiales s’il y a un nom propre et un nom commun) et on les superpose. Le but n’est pas de rendre le son (ce qui est impossible puisqu’il n’y a pas de phonologie), mais de pouvoir différencier les protagonistes.

Ainsi, pour les deux dinosaures qui s’appellent Igor et Tyranno (!), on obtient :


Comme les noms ainsi créés pourraient être identiques à des glyphes existants, on les préfixe avec le glyphe qui signifie « nom ». Ainsi, on obtient :



C’était un avant-goût des préfixes dont je vous dirai un mot dans un prochain message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Lal Behi

avatar

Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Mer 21 Juin 2017 - 21:06

Je ne sais pas grand-chose encore de la grammaire de la langue d’Ève. La phrase est de type SVO (en fait, elle est globalement calquée sur une phrase française puisque sa créatrice, si elle ne parle pas, n’est pas sourde et comprend ce qu’on lui dit en français).

Comme prévu, pas de genre, pas de pluriel (sauf si absolument nécessaire, alors marqué par duplication du glyphe), pas de conjugaison.
Le verbe est par défaut au présent et le temps n’est marqué que si nécessaire (dans le texte que je présente ensuite, la narration originale est au passé mais j’ai laissé le verbe non marqué en temps, ce qui n’influe pas sur la compréhension ; au besoin, on aurait pu commencer par,glyphe signifiant « autrefois, passé »).
Comme un glyphe ne différencie pas toujours le nom du verbe (ex. « jeu » et « jouer »), le verbe est toujours précédé d’un sujet nominal ou pronominal.

Dans le groupe nominal, l'adjectif suit toujours le nom. Ne le précède que les indicateurs de quantité (chiffre, beaucoup, peu, quelques, etc.) et un éventuel démonstratif unique que je ne suis pas encore sûr de conserver.

La seule particularité est l’existence des préfixes (empruntés au graphieros – puisqu’il faut rendre à César…).
Dans le texte qui suit, on trouve :
« façon, manière » qui prend la valeur d’un préfixe adverbial,
« nom » qui indique un nom propre,
« chiffre » qui indique que le glyphe suivant est un nombre (ce même glyphe est également utilisé dans son sens premier de « numéro » pour traduire « premier » [numéro-un]).

Entre également dans cette catégorie le glyphe« lien, rapport, relation » qui a dans le texte une fonction de pronom relatif et qui sert aussi de préfixe dans d’autres relatifs.

Pour l’instant, j’ai limité (pour l’instant) la ponctuation à deux glyphes :
litt. « fin » qui équivaut au point,
litt. « et » (et parfois dans ce sens) qui équivaut à une pause (virgule, deux points, tiret).
J’aurais pu partir du principe que deux phrases étaient séparées par un espace (glyphe vide) mais je me suis dit qu’Ève avait horreur du vide, donc glyphe.


Dernière édition par Lal Behi le Mer 21 Juin 2017 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Lal Behi

avatar

Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Mer 21 Juin 2017 - 21:08


Voici donc les premières lignes (ou plutôt les premières colonnes) de mon histoire de dinosaures… Je rappelle que le texte se lit de haut en bas et de droite à gauche.
Je détaille ci-dessous le texte original et la traduction, phrase par phrase (pour s’y retrouver plus facilement, le glyphe qui figure une contre-oblique  équivaut à un point final ; celui qui figure la même contre-oblique remontant d’un petit trait sur la gauche équivaut à une pause [virgule, deux points, tiret, etc…]).
Les préfixes (mots, dans ce cas, qui ne fournissent pas leur sens mais leur notion) apparaissent entre crochets.

[nom propre] Igor – être – dinosaure – petit /
Igor était un petit dinosaure.

il – vivre – avec – mère – père – dans – forêt (glyphe composé = arbre + arbre) – grand – [préf. adverbial] eau /
Il vivait avec sa mère et son père dans une grande forêt marécageuse*.
* J’ai rendu « marécageux » par [adv.]-eau faute de mieux pour l’instant ; cette composition pourrait aussi bien traduire « humide » par exemple.

se trouver – beaucoup – enfant – dinosaure – [relatif] – habiter – près – [nom pr.] Igor /
Il y avait beaucoup d’enfants dinosaures qui habitaient dans le voisinage d’Igor.

ils – jouer – ensemble – chaque – jour – [pause] – [nom] Igor – être – ami – avec – tous – mais – [numéral] un /
Ils jouaient chaque jour ensemble et Igor s’entendait bien avec tous – tous sauf un.

nom – être – [nom] Tyranno – mais – on – donner – nom – souvent – [nom] Tyranno – très – méchant /
Son nom était Tyranno et on l’appelait généralement Tyranno le terrible.

[nom] Tyranno – être – aussi – enfant – mais – plus – grand – plus – fort – presque – tous – enfant – dinosaure – autre /
C’était un enfant lui aussi, mais il était beaucoup plus grand et plus fort que la plupart des autres gamins.

il – être – [adv.] vrai – brute – [pause] – brute – numéro – un – [génitif] – monde /
C’était une vraie brute. Pour tout dire, il était la première brute du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Hyeronimus

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 14/07/2017

MessageSujet: Re: Langue d’Ève    Jeu 27 Juil 2017 - 9:38

J'aime beaucoup cette idée d'une enfant qui s'invente sa langue. J'aimerais voir ce que ça donne quand elle l'écrit elle même. Si c'est sur plusieurs années, on pourrait même avoir une évolution du graphisme qui commence à être enfantin pour devenir assuré. Comme nom je pourrais suggérer "Evaique" mais ça sonne pas si bien. "Langue d'Eve" tout simplement ça suffit peut-être, je trouve que ça a une sorte poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chymeres.org/wordpress/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Langue d’Ève    

Revenir en haut Aller en bas
 
Langue d’Ève
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La langue des signes avec bébé
» Khoutba : sermon du vendredi en une autre langue...
» Où est la langue arabe??
» langue et dialecte
» Comment une langue raconte une civilisation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: