L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Élections dans les diégeses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Élections dans les diégeses   Sam 18 Mar 2017 - 23:30

Comment se passent les élections dans vos pays imaginaires ?


En Aneuf, seules les élections présidentielles (assez récentes, mais ça n'accroit pas pour autant le pouvoir du président de la République) et les élections législatives fédérales (pour élire les députés fédéraux) se passent dans tout le pays en même temps. Les autres élections (législatives provinciales, régionales, de district, de municipe, ainsi que les élections professionnelles) sont l'affaire des provinces (8 en tout).

Les députés provinciaux votent les lois dans une province concernés ; ils élisent également vingt sénateurs (par province, soit 160 en tout) qui vont siéger au sénat (té !).

Les députés fédéraux décident si une loi, adoptée par les huit provinces, peut être considérée comme loi fédérale. Si tel est le cas, une province (sauf la Pande) ne peut pas revenir dessus ni l'abroger. Les députés fédéraux avalisent également tout ce qui concerne la Défense nationale (sauf la Gendarmerie pandaise), les relation (diplomatiques et commerciales) internationales, enfin, ils avalisent (ou opposent un véto, jamais deux fois de suite) les élections des dirigeants des entreprises nationalisées effectuées par les comités d'entreprise correspondants.

En matière d'Éducation, c'est presque comme chez nous :
les (communautés de) communes ont la charge des écoles élémentaires
les districts ont la charge des collèges
les régions ont la charge des lycées (polyvalents ou professionnels)
les provinces ont la charge des universités (ministère de l'Éducation de la province).
Le sénat et le ministère fédéral de l'Éducation s'arrange pour harmoniser tout ça.

En matière de santé, ce sont surtout les provinces qui gèrent ; toutefois, il y a des hôpitaux de district, voire des policliniques (poli-, pas poly-) communales (dispensaires).

Bon, j'vais pas tout mettre, j'ai d'jà l'impression de digresser...

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2676
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Dim 19 Mar 2017 - 11:00

Les rois successifs du Mnar (Robert, et ensuite son fils Andreas) n'ont jamais été de grands démocrates, même s'ils ont toujours professé leur admiration pour la démocratie.

Les provinces sont administrées par des gouverneurs nommés par le pouvoir central. Pour les villes et les villages, c'est plus compliqué.

Les villages et les petites villes étaient autrefois la propriété de seigneurs locaux, qui déléguaient la gestion quotidienne à des intendants, qui portaient des noms divers selon les régions. Le roi Robert a laissé leurs biens aux seigneurs, mais leur a enlevé le pouvoir politique, remplacé par des conseils municipaux, avec un maire élu pour cinq ans par les conseillers municipaux.

Avec le temps, les seigneurs ont été amenés à vendre leurs domaines, parcelle après parcelle, et à l'époque du roi Andreas le seigneur n'est plus que le plus gros propriétaire foncier du village. Parfois, il n'est plus qu'un souvenir, car il arrive qu'il ait vendu toutes ses terres et soit allé vivre ailleurs.

À l'époque du roi Robert, les grandes villes, comme Sarnath, Hyltendale, Ulthar et Céléphaïs, avaient aussi des conseils municipaux, mais ils avaient un rôle simplement consultatif. Ces villes étaient gérées par un gouverneur nommé par le pouvoir central. Le roi Robert ne voulait pas, en effet, que les maires des grandes villes puissent s'opposer à son pouvoir. Peu lui importait que le maire d'un village ne soit pas un de ses partisans. S'il franchissait les bornes, la Police Secrète se chargeait de lui. En général, il était arrêté de nuit par un commando de la Police Secrète, et promptement exilé à Hyagansis.

Son fils Andreas a poursuivi cette politique, qui a malheureusement dérapé pendant les Évènements, où plusieurs milliers de maires adorateurs de Yog-Sothoth ont été tués ou ont disparu, sur ordre du roi et de Yip Kophio, le directeur de la Police Secrète. Depuis, le Mnar en est revenu à des mœurs politiques plus douces. Il est devenu très rare qu'un maire soit arrêté par la Police Secrète. Il est vrai que les maires contestataires sont devenus rares aussi.

Mais éliminer le maire d'une ville de plusieurs centaines de milliers, voire de plusieurs millions d'habitants, c'est autre chose que de faire disparaître un maire de village. Le roi Robert avait contourné la difficulté en faisant nommer par le gouverneur les maires des grandes villes, parmi les conseillers municipaux élus. Cette politique a vite posé d'énormes difficultés, par exemple lorsque le maire monarchiste se trouvait face à un conseil municipal résolument anti-monarchiste.

Le roi Andreas, conseillé par le baron Chim, a trouvé une solution pratique. Les maires des grandes villes sont maintenant élus par les conseillers municipaux. Le contrôle se fait en amont : pour être autorisé à être candidat à une élection municipale, il faut avoir l'accord de la Police Secrète. Les militants insuffisamment monarchistes, voire anti-monarchistes, n'ont évidemment pas cet accord.

Il arrive que des gens qui n'avaient jamais attiré l'attention de la Police Secrète arrivent à se faire élire conseiller municipal, voire maire, comme c'est arrivé à Céléphaïs, et une fois arrivés au pouvoir proclament des idées républicaines ou théocratiques fort mal vues du roi. Dans ce cas, ils ne font qu'un mandat, car lors des élections suivantes la Police Secrète ne les autorise pas à se représenter.

Enfin, les gouverneurs des provinces ont le pouvoir d'annuler les décisions des conseils municipaux, ce qui limite fortement le pouvoir des maires, petits ou grands.

Le roi Andreas, au début de son règne, a essayé de donner un vernis démocratique à son régime, en créant des assemblées provinciales, élues au suffrage universel, mais avec les mêmes précautions que dans les grandes villes. Par exemple, les candidats aux fonctions de conseiller provincial ne peuvent se présenter que si la Police Secrète les y autorise. Le gouverneur provincial est toujours nommé par le roi.

L'assemblée provinciale peut voter des lois provinciales. Le gouverneur, nommé par le roi, sera chargé de les appliquer. Il peut toutefois y mettre son véto.

Les gouverneurs s'arrangent toujours pour ne pas avoir à mettre leur véto. Les conseillers provinciaux y ont tout intérêt, parce qu'un conflit ouvert avec le gouverneur signifierait la fin de leur carrière politique. Avant de proposer une loi, les conseillers  provinciaux prennent donc discrètement contact avec le gouverneur, pour avoir son avis. Si le gouverneur est résolument contre le projet de loi, en général les conseillers provinciaux n'insistent pas.

Le système présente toutefois toutes les apparences de la démocratie. Les campagnes électorales sont voyantes, avec affiches sur les murs, réunions publiques, débats télévisés (sur les chaînes provinciales), etc.

Il n'existe pas d'équivalent des assemblées provinciales au niveau national. Le roi a toutefois besoin de savoir comment sa politique est perçue au niveau du terrain. Les assemblées provinciales font souvent, à sa demande, des "votes consultatifs", où elles donnent leur avis sur les lois que le roi envisage de promulguer.

Ces votes consultatifs sont bien sûr uniquement consultatifs, comme leur nom l'indique, et le roi Andreas ne les utilise que comme des portes de sortie :

"J'aurais bien promulgué cette loi, qui aurait corrigé une injustice criante dont sont victimes certains de mes sujets, mais beaucoup d'assemblées provinciales étaient contre. Sur un sujet aussi sensible, j'ai préféré ne pas aller contre la volonté populaire."

Ou bien :

"La plupart des assemblées provinciales étaient contre mon projet de loi. Je l'ai fait passer quand même, car je pense qu'un vrai chef d'État doit être aussi un visionnaire, et voir au-delà des considérations politiques du moment."

Toutefois, lorsqu'il y a quasi-unanimité des assemblées provinciales en faveur d'une réforme, le roi préfère généralement céder et faire passer la loi demandée. Les conseillers provinciaux étant triés en amont par la Police Secrète, le roi n'a d'ailleurs pas grand chose à craindre des assemblées provinciales.


Dernière édition par Vilko le Lun 20 Mar 2017 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Dim 19 Mar 2017 - 12:55

Les collectivités locales (de district, de communes, de communautés de communes ou de comités d'entreprise) ont, en Aneuf, un véritable pouvoir. L'État fédéral a surtout un rôle international (représenter l'Aneuf dans le monde, ou bien le défendre) et éventuellement de conciliation dans le cas de différend éventuel entre deux provinces (Pande/Santes, dans le milieu des années '70, par exemple). Les pouvoirs provinciaux sont également très puissants. Comme j'ai dit ci d'ssus, l'Éducation et la Santé sont leur affaire. Mais également les transports au sein d'une province, de même que la gestion des média publics et les relations avec les média privés. La vie associative est très présente en Aneuf, et ce sont les provinces qui distribuent les subsides. C'est dire si les élections régionales et locales ont une grande importance dans la vie civique des Aneuviens. Le taux d'abstention est extrêmement faible. Il est dû à des hospitalisations ou des emprisonnements, mais pas au choix de ne voter pour aucun des candidats : dans ce cas, il y a le bulletin blanc, la hantise suprême des politiciens de toutes orientations.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2676
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Dim 19 Mar 2017 - 13:54

Un exemple du fonctionnement assez particulier, mais pragmatique, de la politique au Mnar :

Les homosexuels sont tolérés à Sarnath, à condition d'être discrets, et très mal vus dans le reste du royaume, sauf dans l'Ethel Dylan (3% du territoire, 2% de la population) dont la capitale est Hyltendale. Dans l'Ethel Dylan, ils peuvent vivre librement. Ils ont même leurs propres clubs. Il faut dire qu'au Mnar, la seule alternative crédible aux monarchistes, ce sont les théocrates de Yog-Sothoth, très intolérants sur ce plan. Pour cette raison, les homosexuels de l'Ethel Dylan votent plutôt monarchistes, même lorsqu'ils sont républicains de cœur.

Ils ont réussi à faire voter par l'assemblée provinciale, non pas une loi (qui aurait été bloquée par le gouverneur) mais une motion, demandant au roi de bien vouloir étudier la possibilité d'autoriser, dans certains cas, le mariage homosexuel.

L'assemblée a voté cette motion à une forte majorité. Les conseillers régionaux prennent un plaisir secret à mettre le roi dans l'embarras, quand ils le peuvent. C'est leur façon à eux, un peu mesquine, de se venger du contrôle que la Police Secrète exerce sur eux.

Le roi a répondu, fort courtoisement comme d'habitude, qu'à titre personnel il ne s'opposerait pas au mariage homosexuel (le baron Chim lui avait rappelé qu'il y a beaucoup d'homosexuels parmi les monarchistes d'Hyltendale) mais qu'il attendrait qu'une majorité se dégage parmi l'ensemble de la population du royaume.

Fureur des militants locaux. En matière de liberté sexuelle, l'état d'esprit des 98% de Mnarésiens qui habitent dans d'autres provinces que dans l'Ethel Dylan est plus proche de celui des Iraniens de notre monde que de celui des Suédois. Autrement dit, les chances que le mariage homosexuel soit légalisé sont proches de zéro. Mais dans cinquante ans, peut-être...

Le débat houleux qui suivit, aussi bien dans l'assemblée provinciale etheldylanaise que dans la presse, d'abord provinciale, puis nationale, réjouit le cœur du roi, malgré les critiques à peine voilées, et parfois pas voilées du tout, dont il faisait l'objet :

"Vous voyez qu'il y a de la liberté chez nous !" dit-il à un ambassadeur étranger. "On peut discuter du mariage gai en toute liberté ! Essayez de faire ça en Iran ou en Arabie Saoudite ! La population est contre, mais ça ne veut rien dire, c'est pareil aux États-Unis !"

Plusieurs associations d'homosexuels hyltendaliens se concertèrent pour organiser une manifestation devant la gare d'Hyltendale, avec la promesse de tout faire pour organiser une gay pride au même endroit chaque année. La manifestation, plutôt pittoresque, fut un succès, surtout parce qu'elle attira un grand nombre de curieux et de voyeurs. Sans compter les touristes étrangers, un peu sidérés par le spectacle de travestis défilant sous la protection discrète des humanoïdes présents dans la foule. Ils ne s'attendaient pas à ça dans un pays que leurs médias leur décrivaient comme une dictature sanguinaire.

Les prêtres de Yog-Sothoth, fort influents dans le pays, trouvèrent cela moins drôle. Ils appelèrent en public la malédiction des dieux sur "les immondes dégénérés et décadents d'Hyltendale". Ils en profitèrent aussi pour accuser les cybersophontes de soutenir secrètement la perversité, dans le cadre d'un complot pour détruire l'humanité.

Une accusation qui revient régulièrement dans la bouche de nombreux prédicateurs, et qui inquiète beaucoup les cybersophontes, qui se souviennent des déchaînements de violence pendant les Évènements, nom que l'on donne à la guerre civile qui dura un an, entre les monarchistes et les théocrates de Yog-Sothoth. Les Évènements s'étaient terminés par la victoire du roi, mais au prix de plusieurs centaines de milliers de morts et de l'exil de deux millions de Mnarésiens, sur les soixante millions d'habitants du pays.

Les cybersophontes décidèrent qu'il fallait calmer le jeu, et firent passer un message aux leaders politiques et associatifs hyltendaliens : le pays n'est pas prêt pour ce débat, Hyltendale subit un préjudice parce qu'il est associé à la dégénérescence et au déclin, vous devez rester discrets. En échange, on vous soutiendra dans vos demandes de subventions. S'il le faut, on vous subventionnera à titre personnel.

Le débat public concernant les droits des homosexuels diminua subitement d'intensité, et ne fut bientôt plus qu'un bruit de fond à peine audible dans la vie publique mnarésienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: L'homosexualité en Aneuf   Dim 19 Mar 2017 - 20:24

Les aneuviens, quelle que soit leur inclination sexuelle, ne sont pas aussi exubérants que les Américains (du sud comme du nord, malgré la proximité de l'île hexagonale vis à vis du continent). Toutefois, la reconnaissance des droits des homosexuels ne s'est faite que par étapes. Les provinces les plus avancées furent les Santes et le Malyr, celles qui trainèrent le plus furent l'Alfazie et la Pande. Maintenant, des lois sont passées, au niveau fédéral, et c'est un fait : personne ne peut être inquiété ou brimé du fait de ses inclinations, tant qu'il respecte son voisinage (respect du consentement, respect de la majorité sexuelle et de la loi sur l'écart d'âge, prohibition de la violence sexuelle, et j'en passe). Résultat du truc, les homosexuels se fondent dans la foule, au même titre que les hétérosexuelles. Deux personnes de même sexe peuvent se rouler un patin dans une gare ou un aéroport, avant que l'une d'elles prenne le train ou l'avion, au même titre que deux personnes de sexe différent. Plus personne (ou presque) n'y fait attention. Dernière étape : le mariage, ça coince encore un peu ça et là, y compris parce que certain(e)s homos n'aspirent guère à singer les hétéros. Quant à la PMA et la GPA, c'est même pas la peine d'en causer, les partisans sont en minorité infime. Par contre, contrairement à ce qui se passent dans certains pays particulièrement conservateurs en Europe (par exemple), un parent homosexuel divorcé peut avoir le droit de garde de ses enfants, alors qu'il n'y a pas si longtemps sous nos cieux, ils avaient à peine le droit de visite, éreintés qu'ils étaient par des juges se figurant travailler dans une époque bien antérieure. Alors, bien sûr, en regard de ce qui est dit plus haut, les homos ne sont pas répartis en même densité dans tout le pays. Pour ce qui est de l'homosexualité masculine, Nevstad est la ville où ils sont les plus nombreux (pour 1 kHab), mais y a d'autres cités ; pour l'homosexualité féminine, on trouve à des degrés divers, trois cités, pour des raisons différentes : Sense (Sante), Lanrúke et Sfaaraies.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre

avatar

Messages : 1101
Date d'inscription : 25/06/2013
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 11:41

Au Moschtein, des élections il y en a assez souvent. Premièrement tous les quatre ans il y a les élections fédérales: tous les citoyens du Moschtein vont aux urnes pour élire les 130 membres de la chambre basse du parlement, l'Assemblée Nationale, qui représente les citoyens et dont est issu le gouvernement (la Chancellerie). L'autre chambre, l'Assemblée des États, dispose d'un pouvoir équivalent en termes législatifs mais ses membres ne peuvent être élus à la Chancellerie. Ceux-ci, appelés Représentants d'État, sont désignés de manière différente suivant les états, mais il y a grosso modo trois cas de figure: soit ils sont désignés par le gouvernement de l'état, soit ils sont élus par les habitants, soit ils sont tirés au sort parmi des volontaires.

Contrairement à l'Aneuf, au Moschtein le Parlement fédéral peut faire d'une loi une loi fédérale même si tous les états ne l'appliquent pas encore. Ceci dit, puisqu'il faut une majorité absolue dans chaque assemblée, il vaut mieux qu'une majorité des états soient d'accord avec une proposition si on veut qu'elle passe à l'Assemblée des États, bien qu'il arrive régulièrement que des Représentants votent en leur âme et conscience sans tenir compte de ce que pensent le gouvernement qui les a nommé ou les citoyens qui les ont élus.

Ensuite viennent les élections des états et les élections locales. Les 11 états fédérés disposant d'une très grande autonomie, les dates des élections ne coïncident pas d'un état à l'autre. De manière générale il y a un Parlement élu, et certains états élisent même une Chambre, c'est-à-dire leur gouvernement, tandis que d'autres ont un gouvernement dépendant du parlement. Pour les élections locales (communes, régions et éventuellement districts, qui sont à mi-chemin entre les deux autres échelons), il y a également différents systèmes suivant les états qu'il serait fastidieux de détailler.

Petite parenthèse sur le système de démocratie directe dans deux des états (Token et la Rupie): il y a assez peu d'élections, la plupart des décisions étant directement prises par les citoyens. La justice et la sécurité elles-mêmes sont d'ailleurs directement assurées par des citoyens volontaires et/ou tirés au sort. Les seules élections sont celles qui visent à désigner les représentants de chaque commune au niveau régional et territorial. Il s'agit de mandats impératifs ou semi-impératifs suivant les communes. Finalement peu importe le mandat, ils sont tous de durée relativement courte, focalisés sur une mission en particulier, rarement renouvelables et en tout cas pas directement à la suite, et avec possibilité pour les citoyens de révoquer les élus.

Pour en savoir plus sur la politique au Moschtein, jetez un oeil sur ma série dédiée.
_______________

Passons maintenant au Labango, un des pays du Masicosme (le plus glorieux au passage).

Loin des soubresauts démocratiques et fédéraux du Moschtein, le Labango est une République théocratique. Il existe des élections mais comme nous allons le voir, le choix pour les citoyens est limité, puisque l'église lsofudréenne exerce un contrôle important sur la vie politique.

Il existe trois niveaux de gouvernement: la localité, la région et l'échelon national. Le premier (comité local) s'occupe de tout ce qui est gestion courante, les infrastructures de la ville, les ordures, certaines routes, etc ; le second (comité régional) est plus une émanation du gouvernement pour encadrer et surveiller les localités ; c'est finalement à l'échelon national que se prennent les décisions importantes.

Si la région et la localité ne disposent que d'un gouvernement élu, à l'échelon national les Labangais élisent un parlement, chargé de voter les lois. Là où il y a anguille sous roche, c'est qu'il n'y a que trois partis autorisés, et qu'à chaque échelon correspond une autorité religieuse qui sélectionne les candidats et exerce un contrôle formel et informel sur le comité nouvellement élu. Par exemple les Recteurs choisissent qui est digne ou non d'être candidat au Comité régional de leur région, et ont légalement le droit de rappeler à l'ordre les "contrevenants", ce qui veut dire être au mieux gentiment remercié du comité, au pire dénoncé à la "Section spéciale", une police secrète, dont certains disent qu'elle n'est qu'un mythe et dont le Labango lui-même nie l'existence. Et ça, c'est quand les recteurs ne se font pas directement offrir une place au Comité à titre gracieux. Il est ainsi possible pour un clerc de se voir offrir des actions d'une grande entreprise ou une chaire à l'université, la publication de ses ouvrages ou une invitation à un dîner mondain. Au Labango avoir un clerc dans la poche c'est bien, en avoir deux c'est mieux.

Et à la tête du clergé se trouve l'Autorité Lsofudréenne, 18 hommes choisis par cooptation. Ce sont eux qui choisissent les candidats au parlement, et eux qui nomment le chef de l'état et du gouvernement, appelé Conseil Suprême, actuellement M. le Conseiller Suprême Wemfe Ditratu. Le Conseiller Suprême choisit ses collaborateurs, et ensemble ils forment l’exécutif du Labango. Celui-ci peut se dispenser de l'avis du parlement ou même dissoudre celui-ci avec l'accord de l'Autorité. L'inverse n'est évidemment pas possible. Enfin, l'Autorité, non contente d'être seule chargée des questions religieuses, peut elle-même prendre des décisions politiques sans se soucier du Conseil si cela lui chante. Ces cas de figure sont assez rares, la fidélité des politiciens aux idéaux lsofudréens, ou a minima à ceux qui sont censés les représenter, n'est plus à démontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal

avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 14:00

Un sujet bien intéressant Very Happy

Et qui mérite que je poste un ptit quequ'chose pour ma diégèse.


Algard est un royaume mais ce n'est pas une monarchie aussi absolue qu'elle veut bien le faire croire.

Pour commencer la description administrative, le pays est divisé en provinces. Il y a généralement deux types de provinces :
Like a Star @ heaven les territoires qui dépendent directement du roi et qui sont dirigés par un gouverneur, désigné par le roi.
Ex: Territoires du Nord, Farr, Territoire d'Ur...

Like a Star @ heaven les duchés, centrés autour d'une Cité (Atsa) : Lamia, Masen, Harvtsa, Almein. Ils sont dirigés par des ducs. Ce sont les seigneurs de la Cité et ce titre est transmis de manière héréditaire au sein de la famille noble qui possède le titre ducal.
Chaque duché est divisé en plusieurs comtés. Le duc est évidemment comte de sa propre cité. Les autres comtés centrés autour des Villes (Urubir) sont dirigés par des comtes, seigneurs de la Ville. et vassaux du duc.

Exemple : Le duché d'Almein est divisé en comtés d'Almein, de Varn, Lakris et Lutz. Les comtes de Varn, Lakris et Lutz sont les vassaux du duc d'Almein.

A noter que lors qu'un comte n'est plus vassal d'un duc, son comté n'appartient logiquement plus au duché. Il arrive donc que des comtés isolés constituent des provinces : c'est le cas du comté de Hadd, vassal d'aucun duc.

Autre remarque : Lamia, la capitale. Le roi est par définition duc de Lamia et les comtés appartenant au duché sont directement vassaux du roi.


Bon où sont les élections si le roi nomme les gouverneurs et que les ducs et comtes se succèdent par lignage à la tête de leurs fiefs ?

J'y viens.

Tout d'abord, je vais mentionner le dernier échelon administratif : la municipalité, centrée sur un village (si ce n'est pas une ville/cité bien sur). Les villages sont dirigés par des bourgmestres, qui sont simplement élus[b] par les villageois. Ces élus doivent rendre des comptes aux seigneurs desquels ils dépendent...


Ensuite, il y a le cas des villes : généralement elles sont dirigées par un [b]Conseil de Ville
. Ce conseil est présidé par le comte, et plusieurs personnalités y siègent : le bailli (représentant la justice du roi), l'intendant (représentant le pouvoir du roi), le grand abbé, le commandant de la garnison (nommé par le général en chef des Armées), le préfet de police (nommé par le duc), des conseillers nommés par le comte (gérant l'éducation, l'économie locale etc...) et d'autres représentants locaux, souvent des maîtres de guildes de la ville.

Ces représentants changent chaque année suivant une logique de rotation définie entre les différentes guildes.

C'est ce conseil qui a le pouvoir éxécutif et administratif dans la ville, et le seigneur a le dernier mot.


Parfois, les seigneurs de la Ville prennent du recul et vendent définitivement la charge administrative aux bourgeois. Dans ce cas, les membres du Conseil élisent l'un d'entre eux comme bourgmestre ou Pr2sident du Conseil. C'est le cas à Jorna et à Tenner notamment.


Enfin il reste le cas des Cités; Théoriquement le fonctionnement est censé être le même que celui des Villes, avec le duc dans le rôle du comte. Mais dans les faits, suivant la culture du duché, l'ouverture d'esprit de la famille dirigeante et l'influence plus ou mois forte de la bourgeoisie, la situation y est très nettement différente.

Arrow Lamia

Le roi est duc de Lamia, mais ne dirige pas la ville. Il a déjà fort à faire avec tout le pays !
Il délègue sa charge à un Surintendant qui préside le Conseil de Lamia.
Ce conseil est constitué des Six Pairs de Lamia (seigneurs de Lamia sans fief particulier), des 6 Conseillers Royaux nommés par le roi, du Prêtre Cardinal de Lamia et de trois représentants de guildes nommés pour 3 ans après candidature.

Arrow Masen

Ce grand port marchand est soumis à une lutte d'influence perpétuelle entre les seigneurs de la ville, les Ledenor et les marchands tout puissants de la Guilde Unie des Marchands de Masen (MAFW).

Son administration l'illustre bien. Il y a deux conseils distincts.
Tout d'abord, le Conseil des Barons qui administre théoriquement la ville, présidé par le duc et composé des conseillers qu'il nomme.
Puis le Conseil des Marchands composé des marchands les plus influents élus par leurs pairs. Ce conseil a un droit de veto sur de nombreux décrets et lois locales émis par le conseil des Barons et peut également en édicter lui-même, essentiellement en ce qi concerne l'économie.
Cela crée de nombreuses situations de blocage et dans les faits la politique économique est confisquée par les bourgeois masenais.

Arrow Harvtsa

Dirigée par les Gremory depuis 1400 ans, l'administration de la cité d'Harvtsa est le fait du Conseil de l'Est. renouvelé tous les 6 ans.
Il est présidé par le bourgmestre, qui est finalement le véritable chef administratif de la ville.ce dernier est élu à la majorité pour six ans par les membres du Conseil.

Le Conseil est constitué ainsi :

-le seigneur de la ville, la duchesse de Harvtsa et chef de la maison Gremory

-les 4 Conseillers Royaux, nommés par le Conseil Royal ou le roi lui-même. Il s'agit du Bailli d'Harvtsa, du Commandant de la Garnison, de l'Intendant Royal des Guildes et de l'Intendant Royal des Finances.
Cependant, depuis le traité d'Alcibias, la duchesse a droit de veto sur la désignation.

-le Pretre Cardinal de Harvtsa.

-les 6 Consuls de Guildes. La Chambre des Guildes de l'Est (constituée de tous les maitres de guildes de la ville, à l'exception de la GFW) en élit quatre. La duchesse Gremory qui préside aussi la GFW en nomme deux, les directeurs délégués de la GFW Hansa et la GFW Maghia.

-les 12 Conseillers qui héritent chacun d'une charge administrative. Ils sont élus au suffrage universel par les habitants de chacun des 12 districts de la ville. (chaque district élit un conseiller).

Le système est ainsi fait pour que le chef de famille se consacre à sa ville, sinon il sera sanctionné. En 230 mandats, jamais un seigneur Gremory n'a perdu la direction de la ville. Preuve de la popularité écrasante et de la confiance dont ils disposent parmi les autres conseillers.


Arrow Almein

Conseil mixte : une partie est constituée de conseillers nommés par le duc d'Almein (qui dirige le conseil) et une autre partie est constituée de représentants élus par la Confédération des Guildes d'Almein.



En conclusion, les élections à Algard, c'est pour élire les bourgmestres des villages, mais sinon le pouvoir est confisqué par les nobles et/ou les bourgeois et marchands.

Seule exception nénamoins : Harvtsa, où la moitié du Conseil est élue au suffrage universel et les 3/4 issus d'un mode de désignation indépendant du roi ou de la duchesse. Cette dernière ne dirige sa ville que sur la base d'un soutien minimum de la moitié du conseil, ce qui est vraiment précurseur à Algard.

Des questions ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran

avatar

Messages : 2767
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 14:14

bedal a écrit:

Des questions ? Smile
Qui peut voter (âge) et comment perd-on le droit de vote ? Faut-il résider au village ? Comment est-ce contrôlé (je dis ça parce que la politique de village... même en France ça relève parfois d'idées aristocratiques) ?
Et le droit de vote des étrangers ?

_________________
We ohi hin-ganan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal

avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 14:58

Mardikhouran a écrit:
bedal a écrit:

Des questions ? Smile
Qui peut voter (âge) et comment perd-on le droit de vote ? Faut-il résider au village ? Comment est-ce contrôlé (je dis ça parce que la politique de village... même en France ça relève parfois d'idées aristocratiques) ?
Et le droit de vote des étrangers ?

Merci pour ces questions précises

Pour voter, cela relève du droit civil malheureusement et il y a 4 codes civils à Algard.

Tout d'abord la majorité civlle : pour les territoires relevant du Code Laméen, elle est de 22 ans, pour le Code Oriental elle est de 20 ans, pour le Code du Nord, elle est de 18 ans et pour le Code Mernien elle est de seulement 17 ans.

Puis les droits civlques :

Dans le code Oriental, peut voter toute personne de 20 ans ou plus, homme et femme Algardien résidant dans la municipalité, en situation régulière (donc pratiquant un métier reconnu par le Bureau des Guildes, cela exclut les vagabonds et marginaux) qui remplit ses devoirs civiques (qui paie donc les impots) et qui jouit de sa pleine liberté (donc qui n'est pas en prison).
Elle doit enfin obligatoirement être de confession leryenne, (le Code Oriental est très influencé par la religion leryenne.)
Toutefois, il y a des dérogations pour les étrangers (Elfes, Vampires essentiellement) qui peuvent voter s'ils remplissent les mêmes conditions que ci-dessus et s'ils résident depuis au moins dans la ville. Ils ne sont pas soumis à la condition religieuse.


Dans le Code Laméen, peut voter tout homme Algardien de 22 ans ou plus résidant dans sa municipalité, pratiquant un métier reconnu, remplissant ses devoirs civiques et jouissant de sa liberté. Les étrangers ne peuvent pas voter. Il n'y a par contre pas de restriction religieuse.


Dans le Code Mernien, il faut juste être mernien et majeur (homme ou femme) pour élire ses élus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 16:59

bedal a écrit:
...qui remplit ses devoirs civiques (qui paie donc les impots).
Et pour les personnes qui ne sont pas imposables (revenus trop faibles, bien qu'ayant une activité professionnelle) ?

J'avais oublié de parler de l'âge du droit de vote en Aneuf : il correspond à l'âge de la majorité civile (et pénale), à savoir 18 ans (legváxet)* dans toutes les provinces. Il faut être inscrit sur la liste électorale d'UNE SEULE commune (malheur au contrevenant !), être libre et ne pas avoir fait l'objet d'un bannissement (suite à une réclusion criminelle, notamment). Il ne faut pas non plus être déclaré en incapacité mentale. Pour les élections nationales et provinciales, il faut être de nationalité aneuvienne, pour d'autres élections (régionales, locales), ça dépend des provinces. Pour les élections professionnelles eh bien il faut être déclaré travaillant.



*L'age peut être réduit pour les parents précoces et soutiens de famille.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal

avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 17:19

Tout le monde paie qqch que ce soit la dîme, la taille, le cens ou de l'impôt Royal... mm les plus pauvres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 17:51

Chez moi, encore un coup, ça dépend des provinces. Toutefois, le ministère fédéral du budget etient (en principe) compte des provinces qui évitent d'éreinter financièrement les plus démunis. Ben oui, les provinces paient un impôt à l'État fédéral pour entretenir les voies ferrées, routières (fédérales) et navigables, le réseau Anoelek (électricité), Anofyf (gaz), l'armée, la police fédérale etc.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano

avatar

Messages : 12345
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : 45° 27' N 73° 36' W

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 21:35

Anoev a écrit:
Ben oui, les provinces paient un impôt à l'État fédéral pour entretenir les voies ferrées, routières (fédérales) et navigables, le réseau Anoelek (électricité), Anofyf (gaz), l'armée, la police fédérale etc.

C'est le système de l'Union européenne, et il n'est pas démontré que cela permette un système économique qui fonctionne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Lun 20 Mar 2017 - 22:19

En Aneuf (pays imaginaire), ça fonctionne pas trop mal, mis à part quelques cafouillages çà et là. Et p'is y a que huit provinces, pas 27 États.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano

avatar

Messages : 12345
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : 45° 27' N 73° 36' W

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mar 21 Mar 2017 - 0:44

Anoev a écrit:
En Aneuf (pays imaginaire), ça fonctionne pas trop mal, mis à part quelques cafouillages çà et là. Et p'is y a que huit provinces, pas 27 États.

Le problème, c'est d'équilibrer l'économie entre les parties plus pauvres et les parties plus riches. Si le gouvernement central ne peut pas plus dépenser dans une province qu'il n'en reçoit de revenu, ça ne peut pas marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mar 21 Mar 2017 - 16:42

Y a un équilibrage, basé sur la solidarité. Évidemment, ça ne se fait pas tout seul, y a des réfractaires qui n'ont pas envie de payer pour les plus pauvres. Cependant, il est très difficile pour une province, même riche, de se passer totalement des autres.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 6006
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mer 22 Mar 2017 - 12:12

Dans le Losda c'est vite réglé. Il n'y a pas d'élection, car il n'y a pas de gouvernement. Les communautés sont restreintes et tout le monde a le même statut, c'est une société égalitaire. Pas de hiérarchie, pas de chef, pas de roi.

Les fonctions sont réparties parmi les 4 races de Dieux mais, il n'y a aucune hiérachie.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mer 22 Mar 2017 - 12:25

Ziecken a écrit:
Pas de hiérarchie, pas de chef, pas de roi.
Le Losda est une société communiste (entendons par là, dans le VRAI sens du terme : une société sans classes).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal

avatar

Messages : 4264
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mer 22 Mar 2017 - 16:15

Ziecken a écrit:
Dans le Losda c'est vite réglé. Il n'y a pas d'élection, car il n'y a pas de gouvernement. Les communautés sont restreintes et tout le monde a le même statut, c'est une société égalitaire. Pas de hiérarchie, pas de chef, pas de roi.

Les fonctions sont réparties parmi les 4 races de Dieux mais, il n'y a aucune hiérachie.

Il n'y a pas "naturellement" de chef ? dans un groupe il y a toujours un semblant de hiérarchie non ?

Comment est-ce régulé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Mer 22 Mar 2017 - 16:37

Comme y a pas d'élection, ça doit être à tour de rôle, je pense. Comme ce ne sont pas des humains au sens terrestre du terme (bien qu'ils aient une forme anthropoïde), mais des dieux, je suppose que lorsque l'un d'entre eux découvre une loi naturelle, il l'apprend (par transmission de pensée) à toute la communauté en même temps. Peut-être que les dieux elkans ont inspiré Alexandre Dumas quand il a écrit les Mousquetaires : « un pour tous, tous pour un ! ».

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FairyDemon

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 23/04/2017
Localisation : Metz, Lorraine

MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   Ven 12 Mai 2017 - 21:28

Dans le monde d'Ikis, le vote est différent du vote français. C'est-à-dire qu'au lieu de voter pour un candidat, le peuple classe une partie ou tout les candidats dans un classement par ordre de préférence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Élections dans les diégeses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Élections dans les diégeses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Participation aux élections professionnelles dans l'académie de Créteil
» L'enseignement de la prière dans l'Evangile
» Dispositif à action direct dans le logement
» Corps subtils dans l'Hindouisme
» espèce invasive dans les everglades

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: