L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.

Aller en bas 
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20402
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.   Ven 17 Mar 2017 - 15:09

Mardikhouran a écrit:
La flexion (grammaticale) s'oppose à la dérivation (lexicale).
Compris-saisi : on a qbob ("peur", chez moi), qbobev (circonstanciel) est une flexion de qbob, qbobon (peureux) est une dérivation lexicale, qbobes (apeurer) en est une autre.

Toutefois, il peut arriver que -en soit les deux (il transforme un nom en adjectif ou en verbe). Y a, par exemple anym (âme) qui fait anymen au génitif, mais anymen est aussi la traduction du verbe "animer". Le verbe est donc l'homonyme du génitif du nom*. Un exemple avec un adjectif tiré d'un nom : àxen (axial), pris de àx (axe). On aura :
rotad àxen = pivotement d'axe (c'est l'axe qui pivote)
àxen rotad = pivotement axial (selon un axe).

Cependant, pas mal d'adjectifs en -en ont été transformés et on changé pour une dérivation en -on. Toutefois, certains restent, comme bùnezen, non pas en concurrence avec bùnezon, car le sens n'est pas le même :
bùnezen læsqad = enquête criminelle
bùnezon gæsad = tentative criminelle.


*Au singulier, du moins. Au pluriel, ça change : anymene = d'âmes, or anymme = vous animez.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FairyDemon

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.   Jeu 4 Jan 2018 - 4:35

Merci de cette info', je ne connaissais pas la différence entre dérivation et flexion ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran
Admin
avatar

Messages : 3281
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.   Jeu 4 Jan 2018 - 8:43

Un exemple de limite floue dans ma dernière idéolangue : il y a en alpataawǫ un cas nommé "adverbial" (désinence -s) qui exprime un instrumental (takas "avec un couteau"), un temporel (huollis "pendant la lune">"à la lumière de la lune"), mais... comme le montre la dernière de ces traduction, le sens peut être idiosyncratique et assimilé à un adverbe pur. Et ce n'est pas tout : avec des noms d'états et de matière, la forme en -s peut créer des adjectifs (alke "mort (n)">alkes "mort (adj)", čillo "lumière">čillos "lumineux").
Les adjectifs sont invariables, donc on ne peut pas vérifier "flexion ou dérivation ?" en pouvant ajouter des désinences.

Les adjectifs aneuviens dérivés du génitif me rappellent un processus similaire en finnois, au moins pour les noms de pays (Ranskan tasavalta "République française", de Ranska "France"). Ce sont des mots invariables, au contraire des adjectifs normaux dans la langue. Et en aneuvien ?

_________________
Huollis ma ičłin miłu kǫtallas
“À la lumière de la lune, le shaman mange une soupe de champignon”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20402
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.   Jeu 4 Jan 2018 - 9:22

Mardikhouran a écrit:
Les adjectifs aneuviens dérivés du génitif me rappellent un processus similaire en finnois, au moins pour les noms de pays (Ranskan tasavalta "République française", de Ranska "France"). Ce sont des mots invariables, au contraire des adjectifs normaux dans la langue. Et en aneuvien ?
Les adjectifs aneuviens sont variables en nombre, et en degré (comparatif, superlatif) ; les adverbes ne sont variables qu'en degré ; par ailleurs, on fait, par la syntaxe et la casse, au besoin, un distinguo entre un nom au génitif et un adjectif. On aura donc :

àr fraskade = les Françaises (pas de majuscule en aneuvien dans ce cas)
àr frasene kade = les femmes et filles françaises.
àr kade Frasen = les femmes et filles de France (Fras au génitif... singulier. Té, y a qu'une seule France).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dérivation ou flexion ; frontières poreuses.
» Réflexion sur la prière
» Réflexion sur les icônes pour nos pages d'icônes
» Longueur des frontières interdépartementales
» Une petite réflexion de l'Avent avec coeurtendre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Idéogénéral-
Sauter vers: