L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 le yatem

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5283
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 16:54

Mais du coup est-ce que ce sont également des cas supplémentaires par rapport à ceux cités plus haut ? ou est-ce des suffixes purs ?

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 17:44

bedal a écrit:
Mais du coup est-ce que ce sont également des cas supplémentaires par rapport à ceux cités plus haut ? ou est-ce des suffixes purs ?
J'ai beaucoup de mal à différencier les deux en fait.

Pour moi, ils sont comme les suffixes que l'on peut trouver en finnois, c'est-à-dire que ce sont des suffixes qui permettent d'exprimer le locatif, l'adessif, l'équatif, l'allatif, etc.

Ils sont des cas pour moi, mais qui sont différents de ceux vus plus hauts parce qu'ils ne se forment pas via une voyelle différente ou une consonne différente, mais en s'ajoutant comme une... terminaison ?

Certains suffixes peuvent pourtant s'agglutiner sur un verbe à l'infinitif, comme -pro.
Pàdruspro = pour ton père
Svapro = pour être...

C'est difficile à expliquer. Disons que le génitif et le vocatif se forment via des déclinaisons de la dernière voyelle du nom, et que les autres cas se forment via une sorte de terminaison. Mais que certaines terminaisons peuvent s'agglutiner sur des verbes.

Désolée si c'est pas très clair, j'ai du mal à expliquer Mad ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5283
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 17:53

si c'est parfaitement clair.

C'est pour ça que tu les as clairement séparés d'ailleurs.

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Pomme de Terre

avatar

Messages : 1259
Date d'inscription : 25/06/2013
Localisation : Franche-Comté, France

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 17:54

Yatem a écrit:
merci pour les liens, ce sera effectivement plus simple de les qualifier par un seul mot qu'en faisant une phrase d'explications, même si je suis encore assez nulle pour comprendre la différence entre certains termes
Ne t'inquiète pas, tout le monde est loin de maîtriser ces termes, c'était juste pour être un peu plus directe si besoin était.

Yatem a écrit:
Ce serait très intéressant de les comparer, pour voir jusqu'où vont leurs similitudes (et quelles sont leurs différences également, bien sûr)! Comment s'appelle-t-elle? Tu l'as déjà présentée ici?
Son nom provisoire est galmindois, mais elle n'est pas encore présentée ici. Je pense la présenter ici d'ici quelques temps, mais il faut encore que je peaufine. Mais bien sûr on pourra comparer, on ne serait pas les premier à comparer nos créations (voir les sujets de comparaison de l'elko avec d'autres langues, ou ceux qui comparent différentes langues auxiliaires entre elles).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 18:45

- LA CONJUGAISON

Il y a comme temps en yatem : le présent, le passé simple/composé, l’imparfait, le futur proche (je le ferai à l’instant), le futur simple (je le ferai).

Il y a comme mode en yatem : infinitif, indicatif, impératif, conditionnel. Pas de subjonctif.
L’impératif s’obtient avec le radical du verbe, sans sa terminaison infinitive.
Le conditionnel s’obtient avec le verbe au futur proche, avec le suffixe -ji.

Il existe des pronoms, mais comme en occitan ou en italien, on ne les ajoute que lorsqu’il faut accentuer un propos = ‘Moi, je…’
À la place, on utilise une terminaison différente pour ce qui correspond à nos pronoms. Les voici :
Je = -g
Tu = -s
Il/elle = -t
On = -d
Nous = -l
Vous (politesse) = -s
Vous (nombre) = -h
Ils/elles = -t

En yatem, il existe deux groupes verbaux :
- celui des verbes en -vaŕ.
- celui des verbes en -ve.

Ces deux groupes se conjugent différemment, et témoignent de l’histoire de la langue et ses locuteurs.
Les verbes en -vaŕ sont les héritages du yatem classique, où l’on marquait beaucoup le genre.

Ainsi, on distingue avec une voyelle le féminin -a, le masculin -u et le neutre -e, au singulier.
Au pluriel, le féminin -ā, le masculin -ō, le neutre -ū.
Pour distinguer le -s du ‘tu’ et le -s du ‘vous poli’ on ajoutera le son [j] à la voyelle indiquant le genre pour exprimer la politesse.

Ces voyelles se placeront avant la terminaison pronominale.
Ex :
Lociag = je parle (et je suis une fille)
Lociug = je parle (et je suis un garçon)
Lociàs = vous parlez (forme polie, et vous êtes une femme)
Ivdiet = il finit (et il n’a pas de genre défini / on ne connaît pas son genre)
Ivdiāh = vous finissez (vous êtes des filles)

Le présent se fait en -i. Ex : Lociag.
Le passé simple/composé se fait en -v. Ex : Locvag.
L’imparfait se fait en -bv. Ex : Locëbvag.
(pour éviter que le -c et le -b soient collés, ce qui rendrait la prononciation difficile, on ajoute souvent la voyelle -ë ou -i entre les deux)
Le futur proche se fait en -bi. Ex : Locëbiag.
Le futur simple se fait en -b. Ex : Locëbag.

Les verbes en -ve témoignent de la Révolution Fée, dont les valeurs ne s’accordaient pas avec la conjugaison des verbes en -vaŕ. Durant la Révolution Fée, on protesta contre la distinction de genre, on revendiquait le fait que les femmes et les hommes ne soient plus différenciés.

Ainsi, on ne distingue pas le féminin, le masculin et le neutre. On utilise seulement le -o au singulier et le -ū au pluriel.
On ne distingue pas le -s du ‘tu’ et le -s du ‘vous poli’.

Ces voyelles se placeront avant la terminaison pronominale.
Ex :
Fàgevog = je fais.
Fàgevos = tu/vous fais.
Tountevūt = ils/elles entrent.
Tountevūl = nous faisons.

Le présent se fait en -ev ou en -v. Ex ; Fàgevog / Fàgvog.
Le passé simple/composé se fait en -è. Ex : Fàgèog.
L’imparfait se fait en -bè. Ex : Fàgbèog.
Le futur proche se fait en -bev. Ex : Fàgbevog.
Le futur simple se fait en -br. Ex : Fàgbrog.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran
Admin
avatar

Messages : 3520
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 20:57

Yatem a écrit:
bedal a écrit:
Mais du coup est-ce que ce sont également des cas supplémentaires par rapport à ceux cités plus haut ? ou est-ce des suffixes purs ?
J'ai beaucoup de mal à différencier les deux en fait.
On parle un peu de ce qui fait la différence entre un cas et une adposition fusionnée au mot ici. Je pense que tu as raison de considérer les voyelles comme des cas, et les suffixes comme des adpositions. Ce dernier phénomène se retrouverait en hongrois.
En plus, morphologiquement, ça paraît évident : les suffixes de cas sont au plus proche du mot, avant même les déterminants, alors que les autres suffixes viennent à la fin.
Yatem a écrit:
En yatem, il existe deux groupes verbaux :
- celui des verbes en -vaŕ.
- celui des verbes en -ve.
Peut-on parler la langue en n'utilisant qu'une seule des deux conjugaisons ? Sinon, quels sont les verbes les plus susceptibles d'être genrés ?

_________________
Fsəm-daɣz fəbrim !
“Rendez-nous notre langue !”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 9 Mar 2017 - 21:36

Mardikhouran a écrit:
Peut-on parler la langue en n'utilisant qu'une seule des deux conjugaisons ?
C'est une question intéressante que je m'étais moi-même posée il y a quelques temps, je suis contente que tu te demandes ça.
La réponse dépendra de la région, dans la diégèse, où tu te trouveras.
Si tu parles le yatem 'de base' que je présente ici, alors non. L'évolution de la langue a fait que, dans ce dialecte là du yatem, c'est considéré comme une faute si tu conjugues tous les verbes en -vaŕ ou en -ve.
Par contre, si tu es sudiste, alors là, tu parleras essentiellement avec la conjugaison en -vaŕ, parce qu'historiquement, le sud des Îles de l'Archipel fut très conservateur et traditionaliste contrairement au reste des Îles Fées.
Au nord, on a plus tendance à privilégier la conjugaison en -ve, parce que c'est considéré comme plus pratique d'abord, et ensuite parce que ce fut dans le nord que la Révolution Fée débuta. Mais il reste des exceptions en dialecte nordique.
Mais si tu parles juste du yatem que je présente, alors non, on ne peut pas (en théorie, bien sûr, mais pas dans les faits. On te ferait remarquer ta faute si au lieu de dire 'lociug' pour 'je parle' tu disais 'locevog').

Mardikhouran a écrit:
Sinon, quels sont les verbes les plus susceptibles d'être genrés ?
C'est assez aléatoire, il n'y a pas vraiment de sortes de verbes plus genrés que d'autres, si ce n'est les verbes d'état, qui sont tous genrés.
Sinon, en yatem 'de base' les groupes de verbes suivent la même logique que ceux français: on ne peut pas dire tantôt manger tantôt mangir, manger est un verbe du premier groupe.
Ce sont des groupes bien définis en yatem 'de base', là où dans certains dialectes (dont le nordique et celui des Îles Himvo) ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 11:34

Bonjour!! cheers Aujourd'hui, j'aborde les COD et COI qui sont, en français, sous forme de pronoms, comme dans la phrase:
Je te les donne.

En yatem, ces pronoms sont collés au verbe, comme dans ces exemples:
Diagüset : Je (femme) te (femme) le (neutre) donne.
Fàgevogotot: Je (neutre) lui (neutre) le (neutre) fais.

POUR LE PREMIER EXEMPLE - LES VERBES EN -VAŔ
Première partie du groupe verbal:
D - est le radical du verbe "dvaŕ" (donner, offrir).
i- est la marque du présent pour les verbes en -vaŕ.
ag - le -a indique que le sujet du verbe est féminin, et le -g qu'il s'agit de la première personne du singulier.

Deuxième partie du groupe verbal
üs - pour exprimer le pronom de COI (j'sais pas comment l'appeler...), on utilise la voyelle du vocatif (ou adjectivale) du genre correspondant, suivi de la consonne indiquant la personne.
le -ü est la voyelle du vocatif (ou adjectivale) du genre féminin, c'est donc à une femme qu'on donne quelque chose.
le -s est la consonne de la deuxième personne du singulier.

Troisième partie du groupe verbal
et- pour exprimer le pronom de COD (pareil, j'sais pas si c'est le bon terme), on utilise la voyelle du nominatif (ou qui indique le genre du sujet d'un verbe) du genre correspodant, suivi de la consonne indiquant la personne.
Le -e est la voyelle du nominatif (ou qui indique le genre du sujet d'un verbe) du genre neutre, c'est donc quelque chose de la catégorie des neutres qu'on donne à la femme.
Le -t est la consonne de la troisième personne du singulier.

D'autres exemples: Ils me (masculin) l' (féminin) ont interdit - Dicbastiūtëgat.

POUR LE SECOND EXEMPLE - LES VERBES EN -VE
Première partie du groupe verbale
Fàg: radical du verbe "fàgve" (faire)
ev: marque du présent pour les verbes en -ve
og: le -o est le pronom pour tout le monde au singulier, et le -g indique que c'est "je".

Là, pour ce groupe de verbe, seul la place du pronom déterminera si il est COD ou COI.
Si il vient en premier, c'est le COI, si il vient en second, c'est le COD.
Pour faire la distinction entre "je lui fais" et "je le fais", on ajoutera un -in entre la première partie du groupe verbale et la seconde pour exprimer "je le donne".
Fàgevogot: Je lui fais.
Fàgevoginot: Je le fais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7916
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 11:50

N'hésites pas à demander à t'inscrire sur Glossopédia pour publier la grammaire du yatem et envisager de créer une méthode d'apprentissage. Wink

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 11:58

Ziecken a écrit:
N'hésites pas à demander à t'inscrire sur Glossopédia pour publier la grammaire du yatem et envisager de créer une méthode d'apprentissage.
J'aimerais bien, mais comme je suis pas très douée pour expliquer - 'y a des fois, je me comprends pas moi-même, ou j'ai le concept de l'affaire que je veux expliquer mais pas son nom -, je pense que la grammaire sur Glossopédia sera assez floue et pas bien précise, et j'ai envie de publier quelque chose de pas trop fouillis Wink .
Pour la méthode d'apprentissage, c'est pareil, je ne sais même pas par où commencer... No J'ai envie que les élèves soient pas aussi perdus que moi Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 12:10

Yatem a écrit:
Pour la méthode d'apprentissage, c'est pareil, je ne sais même pas par où commencer... No J'ai envie que les élèves soient pas aussi perdus que moi Razz
J't'avouerais que j'suis (un peu) comme toi. Je peux expliquer, par exemple, toute la grammaire du nom, ou du verbe... de A à N (clavier AZERTY) dans ma langue ; mais je serais incapable de rédiger des cours avec des chapitres évolutifs, du plus simple au plus compliqué, du style :
Chapitre I : phonologie, les bases
Chapitre II : le verbe, (les bases)
Chapitre III : le nom (les bases)
...
Chapitre N-II : le nom (emploi annexe de l'accusatif)
Chapitre N-I : le verbe (les emplois du subjonctif)
Chapitre N : complément du comparatif
Chapitre N+I : complément du superlatif.
...

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 12:21

Anoev a écrit:
Je peux expliquer, par exemple, toute la grammaire du nom, ou du verbe... mais je serais incapable de rédiger des cours avec des chapitres évolutifs, du plus simple au plus compliqué
C'est ça, dans ma tête tout est clair, j'arrive à utiliser le yatem sans problème, et j'arrive à - à peu près - expliquer sa grammaire, mais je suis loin d'être une prof...

(inclure une transition potable...)
J'en profite pour parler de la négation en yatem, parce que je devais en parler lorsque je décrivais la conjugaison, mais j'ai oublié de l'y ajouter:

En yatem, la négation se place avant le verbe, comme en espagnol, italien, etc. Mais il existe plusieurs mots différents pour la négation, en fonction du "degré de refus":
Nun : ne... pas.
Nuon: ne... pas, avec fermeté.
Nuan: ne... pas, de façon navrée, désolée.
(Nuun, plus rarement, pour le ne... pas de façon agressive - remplacé le plus souvent par "nuon").

Nën: ne... plus.
Nëon: ne... plus, avec fermeté.
Nëan: ne... plus, de façon navrée, désolée.

Nan: ne... jamais.
Naon: ne... jamais, avec fermeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 13:52

Yatem a écrit:
Nuan: ne... pas, de façon navrée, désolée.
(Nuun, plus rarement, pour le ne... pas de façon agressive - remplacé le plus souvent par "nuon").
Tiens, çui-là, j'l'ai pas. Par contre, pour la négation ferme, j'ai quelque chose qui rejoint à peu près... puisque chez moi, la négation simple s'exprime en mettant nep après le verbe. Dans le cas d'une négation "forte", on le met avant.

Comment traites-tu les interrogations négatives (n'étiez-vous pas déjà en deuxième année l'année dernière ?)*?



*Chez moi, on met nep devant le sujet (ou le complément, comme ci d'ssous), et on n'oublie pas le point d'interrogation, pour éviter de confondre :
Nep sàrdaw o vedjă ase? = n'est-ce pas hier que vous les aviez vu ?
Nep sàrdaw e vedjă ase. =  ce n'est pas hier que je les ai vu.

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5283
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: Re: le yatem    Lun 27 Mar 2017 - 13:57

Bon pour le coup, j'ai la même méthode pour la négation en algardien


_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 1:13

Anoev, tu n'as tu pas lequel? L'équivalent de "nuan" ou "nuun"? "nuun" n'est vraiment encore utilisé qu'aux Îles Nords et sur l'Île Tertiaire (au nord-est), il est très rare de l'entendre aux Îles Riveraines (Centres) et sur les Îles Secondaires et Primaires, et "nuun" a disparu dans le patois des Îles Suds.
"nuan" est largement utilisé.
Les interrogations négatives amènent déjà les phrases interrogatives, dont la syntaxe diffère de celle déclarative (un peu comme en français soutenu, mais en encore plus prononcé).
Dans les phrases interrogatives, on passe de la syntaxe dite déclarative OSV a celle SVO, et pour faire une interrogation négative, on placera la particule de négation toute à la fin de celle-ci.

Pour la négation, c'est pas bien compliqué et original, mais c'est une manière de me détacher un peu du français, en étant plus subtil avec le degré de négation. Et par praticité, également.




J'aimerais aussi vous présenter les trois grandes "branches" du yatem, si je puis dire. Il s'agit des trois dialectes principaux qui constituent la langue. Ils sont présentés ici via la traduction en chaque dialecte de ces phrases:

"- Je ne sais pas. Je ne me souviens pas... Tout s'est passé si vite. Je n'ai pas vu-
- Menteuse! Menteuse, menteuse, menteuse!
- Il ne parlait pas de Lady, n'est-ce pas? Non, non, non, Lady n'a mordu personne! Elle est bonne!"

DIALECTE SUDISTE:
- Naan sgiag. Naan membliag. Tseantür ibir' inram agvat... Naan vidiag...
- Memsü! Memsü, memsü, memsü!
- Dicvut Lèdüasier' noon, diciut? No, no, no, nàunen pvòonvat Lèdüa! Bvanü àtiat!

DIALECTE RIVERAIN (présenté ici):
- Nuan sgiag. Nuan mèmbilvog. Tsantü'cipir'intam agvat... Nuan vedèog...
- Mamhü! Mamhü, mamhü, mamhü!
- Dicvut Lèdüyasèr' nuon, nuon? Nu, nu, nu, neonien Lèdüya pënmèot! Bvënü tiat!

DIALECTE NORDIQUE:
- Nüa sgevog. Nüa màdilvog. Tandür agèot intham kpir... Nüa vëdèog...
- Mintha! Mintha, mintha, mintha!
- Dicèog Lèdasah' nia, sah'? Nü, nü, nü, nalnem Lèdü puënèot! Svot bën!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 8:44

Yatem a écrit:
Anoev, tu n'as tu pas lequel?
J'ai pas compris ta question.

Ou peut-être si :

Je n'ai pas l'équivalent (en un seul mot, pa'c'que sinon, bien sûr avec une phrase, on peut tout dire) de nuan). Mais à bien y réfléchir, je n'ai pas non plus l'équivalent EXACT de nuun. Je n'ai que l'équivalent de nuon (nep placé entre le sujet et le verbe).

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 10:09

Tu avais bien compris la question Very Happy
Pour remplacer "nuun" jugé trop désuet, le Sud place "nuon" avant le sujet, afin d'accentuer la fermeté. Ex:
- Sofüi nuon fàgiat. (négation avec fermeté)
- Nuon Sofüi fàgiat. (négation encore plus ferme)
Mais placer "nuon" avant le sujet ne traduit pas exactement "nuun", qui traduit l'agressivité, puisque "nuon" avant le sujet exerce on va dire une pression, une obligation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 10:40

J'ai (à peu près) compris. Chez moi, si on met nep avant le sujet, ça peut avoir deux significations.

Prenons les phrases suivantes :

Da nupna àt neràpkaż àt præsidenten. = Il a épousé la fille du président*.
Ep da nupna àt neràpkaż àt præsidenten? = A-t-il épousé la fille du président ?
Da nupna nep àt neràpkaż àt præsidenten. = Il n'a pas épousé la fille du président.
Da nep nupna àt neràpkaż àt præsidenten. = Il n'a (certainement) pas épousé la fille du président.


Main'nant, mettons nep devant le sujet, et on a :

Nep da nupna àt neràpkaż àt præsidenten. = Ce n'est pas lui qui a épousé la fille du président.
nep da nupna àt neràpkaż àt præsidenten? = N'a-t-il pas épousé la fille du président ?

Mais on peut trouver aussi ça (avec -, du latin IPSE pour "-même", le -N- est ici euphonique) :

Daniψ nupna àt neràpkaż àt præsidenten. = C'est lui qui a épousé la fille du président.
Nep daniψ nupna àt neràpkaż àt præsidenten? = N'est-ce pas lui qui a épousé la fille du président ?

On pourrait avoir (mais c'est un peu abscons ici)  : Daniψ nupna nep àt neràpkaż àt præsidenten. = C'est lui qui n'a pas épousé la fille du président.  confused  Suspect

Ça donnerait quoi en yatem ?


*ou "de la présidente", puisqu'ici, rien n'est précisé.

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 19:08

Anoev a écrit:
J'ai (à peu près) compris.

"Nuun" était (et l'est encore au Nord) employé pour le "ne... pas" agressif, présent presqu'exclusivement dans les phrases exclamatives, comme dans:

Leila ne fera PAS ça! = Làlüa nuun fàgebosot!


Aujourd'hui, au Sud et au Centre, les locuteurs des patois locaux préfèrent user du "nuon" à la place. C'est assez logique, en effet, la négation dite ferme et celle dite agressive sont proches au niveau de l'utilisation.
"Nuon", lorsqu'il est placé avant le sujet, marque non plus de la fermeté mais de l'obligation. On traduira "nuon" s'il est avant le sujet par "ne pas avoir le droit de" en français, et s'il est entre le sujet et le verbe par "conseiller de ne pas [insérer un verbe]". Le sens n'est pas le même.
Mais comme la barrière est mince entre le "nuun" et le "nuon" avant le sujet, au Sud et au Centre, on utilise "nuon" pour signifier "nuun".

Leila ne fera PAS ça = Nuon Làlüa fàgibiatet!

Je ne sais pas si c'est plus clair pour toi, je m'excuse si c'est fouillis.
(d'ailleurs, ma question était peut-être bizarrement posée, le second 'tu' de "tu n'as tu pas lequel" s'est glissé là parce que je l'utilise à l'oral, p'tête qu'c'est à cause de lui que la question était étrange)

Anoev a écrit:
Ça donnerait quoi en yatem ?

Là, c'est moi qui n'ai pas vraiment compris ta question.
Tu me demandes les traductions?
Les voici, en tous cas:
Il a épousé la fille du président = Filam bàfyrùm gytvut.

A-t-il épousé la fille du président = Gytvut filam bàfyrùm? (la syntaxe change juste)
Il n'a pas épousé la fille du président = Filam bàfyrùm nun gytvut.
Il n'a (certainement) pas épousé la fille du président = Nicirto filam bàfyrùm nun gytvut.
Ce n'est pas lui qui a épousé la fille du président = Filam bàfyrùm gitbvans nun tiut.
N'a-t-il pas épousé la fille du président? = Gytvut filam bàfyrùm nun?

C'est lui qui a épousé la fille du président = Filam bàfyrùm gitbvans tiut.
N'est-ce pas lui qui a épousé la fille du président? = Gytvut filam bàfyrùm nicirto nun?
C'est lui qui n'a pas épousé la fille du président = Filam bàfyrùm nun gitbvans tiut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Sam 1 Avr 2017 - 22:04

Yatem a écrit:
Tu me demandes les traductions?
Oui.
Yatem a écrit:
Les voici, en tous cas
Merci.

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Mer 5 Avr 2017 - 1:58

J'ai inséré tempësda dans l'modèle d'Idéolexique.

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Mer 5 Avr 2017 - 10:43

Merci. J'ai encore du lexique a inséré sur Idéolexique, il est loin d'y avoir tout. A noter que tempësda ne s'utilise que pour les tempêtes avec de la pluie; avec de la neige ou du sable, le terme sera différent:
- Avec de la neige: niscüsda
- Avec du sable: sondisda
- Avec de la pluie: tempësda
Je me demande si en aneuvien tempête a le même terme pour les trois.

J'avais abordé la question des particules un peu plus haut dans ce sujet. Aujourd'hui, je vais me concentrer sur l'utilisation de la particule -o, qui indique qu'une action est en cours (dans un lieu, par exemple).
Un exemple sur comment elle s'utilise: Tiagiŕo.
Tia = maison (familièrement), cabane
-g = adjectif possessif équivalent à mon, ma si le nom est au singulier, et mes si le nom est au pluriel.
-iŕ = suffixe du locatif (dans un lieu fermé)
-o = particule d'action
On traduit alors: Dans ma maison, une action est en cours.

Ainsi, pour demander: que se passe-t-il dans sa chambre? / que fait-on dans sa chambre?
En yatem, ce sera: gvëlatiŕo cvëŕ? = dans sa chambre, quelle action est en cours?

En yatem classique (et aux Îles Sud ainsi que dans certaines contrées Riveraines), on peut ajouter derrière la particule -o une des terminaisons qui indiquent qui fait l'action (-g, -s, -t, -l, -h, -ys, -t):
Que fait-elle/il dans ta chambre? = Gvëlasiŕot cvëŕ?

Dans le yatem parlé aux Îles Sud et à l'Est des Riveraines, on peut préciser le genre en ajoutant une des voyelles genrées (-a/-u/-e) après la terminaison indiquant la personne. Ainsi, si on veut demander ce que fait un homme dans ta chambre, on ajoutera après le -t de la troisième personne un -u.
Que fait il dans ta chambre? = Gvëlasiŕotu cvëŕ?

Dans le reste des Îles Riveraines et aux Îles Nord, on utilise le verbe "fàgve" si on veut préciser qui indique l'action (et dans ce cas-là, la particule -o n'est pas obligatoire):
Que fait-elle/il dans ta chambre? = Fàgevot gvëlasiŕ(o) cvëŕ?

À noter qu'avec "fàgve", on ne peut plus préciser le genre puisqu'il s'agit d'un verbe en -ve, sauf dans le patois Secondaire de Himvo, où on accole une voyelle genrée au verbe "fiëgvi" (= fàgve en patois) conjugué:
Que fait-elle dans ta chambre? = Fiëgivota cëlasil(o) kcël?

Pour finir, il existe une expression en yatem (et commune à toutes les Îles) qui se forme avec la particule -o, à laquelle on accole une terminaison indiquant la personne:
Og - os - ot - ol - oh - os - ot.
Et qui correspond à la fois à:
- J'arrive! = Og!
- Nous faisons quelque chose. = Ol.
- Tu es débordé. = Os.


Dernière édition par Yatem le Mer 5 Avr 2017 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 21455
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: le yatem    Mer 5 Avr 2017 - 11:08

Yatem a écrit:
Je me demande si en aneuvien tempête a le même terme pour les trois.
Le terme aneuvien  fixhòka est relié à deux réalités :

fiyn = vent
xhorket = violence.
Le -A est à rapprocher de mots en -ad ou en -at résumant un processus et a, ici, perdu sa finale. Le mot est neutre, bien sûr.

Il n'y a pas d'agglutination avec ce que le vent balaie ou soulève, c'est un complément de nom, comme en français et d'autres langues :
fixhòka nỳven = tempête de neige
fixhòka areenen = tempête de sable
fixhòka maaren = tempête de mer
fixhòka sàken = tempête de grêle.



S'en déduit le terme figuré (tempête comportementale, due à une irritation ne pouvant plus être contenue) : on enlève seulement le fi- de fiyn.

_________________
Kervœnte nep; nor soluntyne ep. = Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yatem

avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: le yatem    Mer 5 Avr 2017 - 11:30

En yatem, la tempête au sens figuré n'utilise pas le terme tempête, mais le terme montagne, mòħtu pour symboliser la montée de la colère et sa redescente par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7916
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: le yatem    Jeu 6 Avr 2017 - 14:54

Yatem a écrit:
En yatem, la tempête au sens figuré n'utilise pas le terme tempête, mais le terme montagne, mòħtu pour symboliser la montée de la colère et sa redescente par la suite.

Perso, j'adore ce genre d'interprétation symbolique... drunken drunken

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le yatem    

Revenir en haut Aller en bas
 
le yatem
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Autres idéolangues-
Sauter vers: