L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2862
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI   Lun 6 Fév 2017 - 12:06

Lien

Citation :
Certes, depuis les années 80, la chute du mur de Berlin, l’ouverture des frontières et l’apparition d’internet, l’anglais est devenu prédominant: à partir de cette époque, «les élites chinoises et russes ont envoyé leurs enfants faire leurs études aux USA et au Royaume-Uni». Tandis que les anglophones arrêtaient d’apprendre d’autres langues.

Résultat: désormais, les étrangers connaissent mieux les Anglo-Saxons que ces derniers ne les connaissent.

Conclusion : lorsqu'une langue devient une Langue Auxiliaire Internationale, ceux qui ne parlent que cette LAI parce que c'est leur langue nationale sont désavantagés parce qu'il leur est beaucoup plus difficile de dissimuler leurs secrets.

Et si le monde avait choisi une LAI qui ne soit la langue maternelle de personne, comme l'espéranto, l'uropi ou le kotava ?

À mon humble avis, cette LAI tendrait à devenir une langue maternelle, par exemple dans les villes où, pour diverses raisons, des gens d'origines linguistiques diverses se retrouvent rassemblés et doivent cohabiter. La langue auxiliaire commune devient en une ou deux générations la langue première de la jeunesse, puis, en une ou deux générations supplémentaires, la langue unique de la majorité de la population.

C'est ainsi que les habitants de la Gaule, province romaine, en majorité de langue celtique, avec des minorités latinophones et germanophones, sont devenus des locuteurs unilingues du latin. Ce latin, assez différent de celui de Cicéron, est devenu le français après quelques siècles d'évolution.

D'autre part, dans un monde où l'espéranto serait la LAI mondiale, que feraient les multinationales ? Avant de lancer son nouveau système d'exploitation, Microsoft réunirait les dirigeants de ses filiales française, allemande, japonaise, chinoise, russe, etc, pour préparer la nouvelle offensive commerciale. Quelle langue serait utilisée dans ces réunions ? L'espéranto, bien entendu, ou toute autre langue qui serait la LAI.

La LAI serait, dans l'esprit des gens, beaucoup de choses, aussi bien positives que négatives :

1. La langue dans laquelle on peut lire, en traduction, les fascinantes littératures étrangères, et accéder à des idées et des concepts qu'on ne trouve pas dans sa propre langue. Idem dans le domaine scientifique.

2. La langue dans laquelle on peut discuter et se faire des amis (voire trouver l'amour de sa vie) avec des gens de langue maternelle différente.

3. La langue des multinationales. Ceux pour qui l'anglais est la langue des multinationales capitalistes honnies ne se rendent pas compte que si l'anglais est la langue des multinationales, c'est parce que c'est une LAI. Et non pas l'inverse... Aucune langue n'est "capitaliste" ou "anti-capitaliste" par nature...

4. La langue des fonctionnaires de l'UE à Bruxelles, et la langue des débats au Parlement Européen. J'en connais pour qui ce serait une bonne raison pour faire semblant de ne pas connaître la LAI...

5. La langue de l'OTAN, de l'OPEP, etc. Voir point n° 4... Une LAI serait adoptée par toutes les structures à la fois transnationales et autoritaires, pour des raisons pratiques.

6. Ce serait aussi la langue de l'Église Catholique, ou plutôt de toute nouvelle religion ou idéologie qui apparaîtrait à notre époque. Jésus et ses disciples parlaient araméen. L'Église a choisi le latin parce que c'était la langue de l'Empire Romain, qui couvrait la plus grande partie du monde connu par les premiers chrétiens. La neutralité de la LAI en prendrait un coup...

Mais le latin n'est pas plus une langue chrétienne qu'il n'était auparavant la langue du paganisme. Une langue ne fait que véhiculer des concepts, elle ne leur appartient pas.

Finalement, de mon point de vue, ce n'est pas plus mal que la LAI de fait de notre monde soit aussi la langue nationale de la première puissance militaire mondiale. Cela permet au reste du monde de savoir ce qui s'y passe... À l'inverse de l'ancienne URSS, où les luttes féroces pour le pouvoir restaient cachées dans les couloirs du Kremlin.

Le fait que les pays anglophones soient directement observables par le reste du monde n'est pas nécessairement un inconvénient, à mon avis. La culture anglophone dominante (celle des États-Unis, en ce moment) est exposée comme dans une vitrine aux yeux du monde, et ça lui permet de mieux se vendre...

Le système des primaires, organisées par les partis pour sélectionner leurs candidats, est une copie d'une innovation américaine. Les uniformes des policiers européens sont copiés sur ceux de leurs homologues américains. Nos supermarchés et centres commerciaux sont des copies de modèles conçus aux États-Unis.

Ceci étant, lorsqu'une culture propose des concepts intéressants, ils sont copiés ailleurs même lorsque la LAI n'est pas la langue première de la culture en question. Je pense au Japon, et à l'influence culturelle bien visible qu'il exerce désormais dans le monde entier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19678
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI   Lun 6 Fév 2017 - 12:51

Vilko a écrit:
3. La langue des multinationales. Ceux pour qui l'anglais est la langue des multinationales capitalistes honnies ne se rendent pas compte que si l'anglais est la langue des multinationales, c'est parce que c'est une LAI. Et non pas l'inverse... Aucune langue n'est "capitaliste" ou "anti-capitaliste" par nature...
Certes, pas par nature, d'ailleurs, ça ne voudrait rien dire. Mais certaines langues finissent par véhiculer (du moins limité dans une époque plus ou moins étendue) une idéologie... par la force des choses (ces "choses" étant souvent des gouvernements successifs).

Par ailleurs, prétendre que l'anglais soit par nature la langue des affaires (ou celle du crime, ce qui se rejoint souvent : le monde du crime se superposant souvent à celui des affaires : les porte-flingues de ce dernier étant des agents officiels) est ridicule, parce que ça signifierait que c'a toujours été comme ça depuis que l'anglais existe. Or il y a eu pendant longtemps où les langues des affaires étaient le néerlandais (les Néerlandais étaient un grand peuple de marchands, ils ont inventé le concept de l'assurance, de la Bourse), l'italien (cf la banque Tolomei), l'espagnol (Cf la "découverte" des Amériques), sans oublier l'allemand ou les langues scandinaves, avec la Ligue Hanséatique. Et ça, c'est pour l'Europe. L'Anglais comme langue d'échange entre pays non nécessairement anglophones a franchi un palier quand les troupes US ont libéré l'Europe occidentale en 1945 et un deuxième palier quand les marchés de l'Europe centrale et une partie de l'Europe orientale a été conquis. Mais la Mondialisation, qui "devait" assurer la mainmise des US sur le monde a eu ses limites, et ces limites se montrent de plus en plus présentes...

Les USA ne sont plus la première puissance mondiale... et un beau jour, le $US ne sera plus la monnaie de référence des échanges commerciaux internationaux, ni l'anglais la langue unique de ces échanges. Mais quand ?

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mer 22 Fév 2017 - 14:59, édité 2 fois (Raison : Manquait une parenthèse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Seweli

avatar

Messages : 1233
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI   Mer 22 Fév 2017 - 14:51

Pensez-vous qu'il y aura dans un siècle une culture mondiale, ou que des cultures locales se ré-inventeront, ou qu'il y aura un équilibre entre les deux et que nous serons constitués de deux identités au minimum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2862
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI   Mer 22 Fév 2017 - 16:06

Sevetcyo a écrit:
Pensez-vous qu'il y aura dans un siècle une culture mondiale, ou que des cultures locales se ré-inventeront, ou qu'il y aura un équilibre entre les deux et que nous serons constitués de deux identités au minimum ?

Dans un siècle, nous n'aurons plus de pétrole à un prix raisonnable, plus de charbon, plus d'uranium... Par conséquent, nous serons, nous les humains, certainement beaucoup moins nombreux que les sept milliards et demi d'individus que nous sommes aujourd'hui.

Je pense que des cultures locales se ré-inventeront, et seront certainement très différentes de celles que nous connaissons actuellement dans les pays développés. Il n'y aura pas de culture mondiale. Dans la mesure où certaines régions n'auront pas connu d'intermède de barbarie, ou ne seront pas tombées dans la barbarie, les connaissances technologiques actuelles auront été conservées. Mais ce sera sous leur forme actuelle, celle sous laquelle elles sont actuellement enregistrées, c'est-à-dire essentiellement en anglais et dans les autres langues de culture de notre époque.

La minorité qui aura toujours accès à ces données sera au moins bilingue : dialecte local + une langue de culture, permettant l'accès aux archives papier et électroniques (ou de ce qui en restera). Voire plusieurs langues de culture, pour les rares érudits.

Ce n'est pas très difficile de bricoler un poste de radio, et on peut fabriquer les composants d'un poste à galène avec une base industrielle minimale. Il restera donc, à mon avis, des bribes de notre technologie actuelle dans le quotidien de la plupart des humains du siècle prochain. L'Internet ne sera plus mondial, car les câbles téléphoniques internationaux ne seront pas entretenus, et les satellites tombés en panne ne seront pas remplacés.

Il existera peut-être un langue mondiale, sait-on jamais, comme le latin a fait fonction de langue commune à l'Europe au Moyen-Âge. Mais ce ne sera dans le meilleur des cas que la 2e ou la 3e langue de la minorité instruite qui la parlera. Car dans les bouleversements économiques, environnementaux, etc, qui me paraissent inévitables, je vois mal l'enseignement public perdurer partout. Des mouvements de peuples auront lieu, dont on commence déjà à deviner l'ampleur future. Tous ces évènements auront des effets au niveau des langues parlées au quotidien, par des gens dont beaucoup seront illettrés.

Une forme de globish, prononcé comme il s'écrit, me paraît le candidat le mieux placé pour faire fonction de langue mondiale, si le besoin se fait sentir d'une langue mondiale. Ce sera une forme de globish, car les subtilités phonétiques et grammaticales de l'anglais seront perdues, mais il faudra connaître le vocabulaire d'au moins une des grandes langues de notre époque pour avoir accès au savoir technologique. Les savants et les dirigeants du futur prononceront ces langues, et le globish, avec l'accent de leur dialecte maternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les USA et le RU gênés par l'anglais LAI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boscovitch vous connaissez ?
» QUestion ANGLAIS
» Iscae
» Une ado croate sort du coma en parlant allemand
» Armement royal à Waterloo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Langues auxiliaires-
Sauter vers: