L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Idéolangues & étymologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Idéolangues & étymologie   Jeu 15 Jan 2009 - 15:57

Comme vous le savez tous déjà la typologie des idéolangues admet trois types de langues :

Arrow Langues a posteriori : langues dont le vocabulaire provient directement ou indirectement d'autres langues.

Arrow Langues a priori : langues dont le vocabulaire ne provient d'aucune autre langue.

Arrow Langues mixtes : langues ayant à la fois un vocabulaire inventé et un vocabulaire emprunté.


On pourrait a priori penser que l'Etymologie serait plus riche et plus intéressante pour les langues a posteriori puisqu'elle empruntent des mots et des racines à des langues déjà riches en histoire. Elles héritent ainsi du long passé étymologique des mots ou racines qu'elles empruntent. Mais qu'en est-il vraiment ?

Est-ce que les langues a priori sont elles condamnées à inventer arbitrairement des mots et se priver d'étymologies ou au contraire les mots qui les composent peuvent être motivés ? Et si tel est le cas doit-on alors les ranger dans les langues mixtes, voir a posteriori ?

***


Pour illustrer mon interrogation je prendrais l'exemple de l'Elko, qui est dans cette situation. Sur les centaines de clés qui composent le vocabulaire de cette langue (suffixes y compris car il s'agit en fait de réduction de clés) aucune ne provient d'une autre langue. Toutes ses clés proviennent du noms des divinités présentes dans les mythologies du monde entier. L'Elko dispose donc d'une étymologie riche, mais pas linguistique, juste mythologique. Toutefois peut-on vraiment parler de langue a priori ?

Techniquement oui puisque la définition d'une langue a priori dit bien que son vocabulaire ne doit pas provenir d'une langue naturelle. Les clés ne proviennent pas de noms communs mais de noms propres.

Qu'en pensez-vous ? Connaissez-vous d'autres exempels ?

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Yiuel



Messages : 538
Date d'inscription : 03/07/2008
Localisation : Cent-Maisons, Cévé, Melville

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Jeu 15 Jan 2009 - 16:23

Ce n'est pas parce que les radicaux proviennent de noms propres que ça n'est pas une étymologique linguistique. Au contraire, c'est une étymologie tout à fait légitime sur le plan linguistique. C'est une langue a posteriori, justement parce que son vocabulaire ne vient pas de nulle part. (éolien, par exemple, vient "d'Éole", dieu du vent grec)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daneydzaus.blogspot.jp/
Opera



Messages : 502
Date d'inscription : 10/05/2008
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Jeu 15 Jan 2009 - 18:13

Et puis, un nom, c'est un élément d'une langue. Thor, par exemple, c'est pas sorti de nulle part. C'est peut-être modifié en français, je ne sais pas, mais ça vient d'une langue, comme Shiva, par exemple. Plus commun: Pierre a beau être un prénom, c'est un élément de la langue française.

Cela dit, ce ne sont peut-être pas des racines à proprement parlé. Peut-être pas du vocabulaire. L'Elko tirant son vocabulaire de mots préexistants, je pense que tu pourrais le classer dans les langues a posteriori. Ou dans les langues mixtes, c'est comme tu veux. Sur ce coup-là, c'est un peu "politique": ça dépend de comment tu considères l'Elko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Jeu 15 Jan 2009 - 19:51

Yiuel a écrit:
Ce n'est pas parce que les radicaux proviennent de noms propres que ça n'est pas une étymologique linguistique. Au contraire, c'est une étymologie tout à fait légitime sur le plan linguistique. C'est une langue a posteriori, justement parce que son vocabulaire ne vient pas de nulle part. (éolien, par exemple, vient "d'Éole", dieu du vent grec)

Tu as raison, mais les clés utilisées en Elko n'emprunte pas la forme complète du nom propre, juste un morceau. De plus le sens que possède le nom propre à l'origine n'est pas celui attribué à la clé, c'est les caractéristiques ou l'histoire du personnage qui en donne le contenu sémantique :

ex :

Balder dans la mythologie nordique, est le dieu du bien. Il a donner la clé BAL (bien). Toutefois, étymologiquement parlant "balder" signifie : "le blanc, le lumineux".


De plus, de nombreuses clés ne proviennent pas directement de noms de divinités mais de paronymes. C'est par un rapprochement de sens et de forme que certaines clés ont vu le jour :

ex :

La clé BAG (melon) ne provient pas d'une divinité précise mais est né de l'union des clés BOG (pomme) et BAM (perle)


J'ai toujours dit que l'Elko était une langue a priori, elle serait peut-être mixte, mais a posteriori je ne crois pas. Neutral


Opera a écrit:
Et puis, un nom, c'est un élément d'une langue. Thor, par exemple, c'est pas sorti de nulle part. C'est peut-être modifié en français, je ne sais pas, mais ça vient d'une langue, comme Shiva, par exemple. Plus commun: Pierre a beau être un prénom, c'est un élément de la langue française.

Pour reprendre ton exemple Thor signifie "épine" en langue germanique mais a donner la clé TOR (force) puisque Thor est le dieu de la force dans cette mythologie.

Je pense que c'est pas comme si j'avais pris le mot thor ou la racine tor et que je lui avait attribué le sens de "épine".
C'est pourquoi je continue à penser que l'Elko n'est pas une langue a posteriori, enfin pas au sens strict du terme.

Opera a écrit:
Cela dit, ce ne sont peut-être pas des racines à proprement parlé. Peut-être pas du vocabulaire. L'Elko tirant son vocabulaire de mots préexistants, je pense que tu pourrais le classer dans les langues a posteriori. Ou dans les langues mixtes, c'est comme tu veux. Sur ce coup-là, c'est un peu "politique": ça dépend de comment tu considères l'Elko.

"tirant son vocabulaire de mots préexistants" affraid Non justement c'est l'inverse : l'Elko ne tire pas son vocabulaire de mots préexistant dans d'autres langues, mais de noms propres apparaissant dans les cultures du monde entier.

Je dois paraître têtu Wink mais je n'ai jamais trouvé une définition suffisament pointue sur ce sujet pour me permettre de classer l'Elko dans la bonne catégorie. Je suis content d'avoir des avis extérieurs. Je suis peut-être dans le faux, l'Elko est peut-être bien une langue a posteriori.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Opera



Messages : 502
Date d'inscription : 10/05/2008
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Jeu 15 Jan 2009 - 21:22

Ce que je veux dire, c'est qu'un nom véhicule un sens, bien que ce ne soit pas forcément évident de prime abord, surtout concernant les noms propres comme ceux des dieux. Les clés que tu utilises sont liées à ces noms et donc, d'une certaine manière, à leur sens.

Pour reformuler: les clés de l'Elko sont basées sur les noms de certaines divinités du monde entier. Ces noms sont basés sur leur langue d'origine et sont peut-être adaptés à d'autres langues. Du coup, tu utilises des mots préexistants pour créer tes clés.

Cela dit, l'histoire de l'identité des sens est délicate. C'est ce qui fait ton choix: posteriori ou mixte. Y'a pas de mal à ne pas être tout à fait a priori.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16301
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Ven 16 Jan 2009 - 0:58

L'aneuvien est, à coup sûr, une langue mixte.

Pour les provenances "à posteriori" j'ai pas mal pris sur les langues que je connais plus ou moins (parfois plutôt moins que plus).

Certains mots sont tellement transformés par l'orthographe aneuvienne qu'on aurait du mal à les reconnaître:

ZHOOL = Prison. Ça se prononce exactement comme Geôle.

Sans oublier les mots modifiés, remaniés, inversés, mais ayant toutefois une racine bien réelle:

XAPÍPPODAK XAPIPPODÁK = Chevalier (cf un peu plus bas)

Seul DAK (cf plus bas) est vraiment à priori, sinon

XAP = Guerre est le retourné du latin PAX = paix
-IPPO VIEN DE HIPPO (Gr) = Cheval

Ce qui donne XAPÍPPO = Destrier.

Et quel homme (DAK) monte sur un destrier? Un chevalier, évidemment, donc XAPÍPPODAK XAPIPPODÁK. (correction d'une erreur après coup: ben ouais, le chevalier n'est pas un cheval mais un homme, donc, je devais mettre l'accent sur le A de DAK... mais c'est bien sûr...).

Y en a plein d'autres, comme ça, qui paraissent à priori mais qui en fait sont des à poseriori remaniés ou des mixtes.


Quant à la partie à priori, elle peut avoir plusieurs origines:

-l'"écriture automatique". J'écris n'importe quoi, je vois c'que ça donne et j'adapte à l'orthographe et la phonologie aneuvienne:

LÙFRAD = Police
NJÆRK = Fou
RÈNEM, REENEM = Grand
HÆGEM = lièvre (générique)



-Les mots "fabriqués". pour l'instant, il y en a cinq
GOOX (sexe)

G représentant la fonction génitale (reproduction)
OO représerntant la paire d'ovaires ou de testicules
X représentant le chromosome commun au masculin et au féminin (le féminin en a deux)

doxop (lier)

Quand on retourne COMPLÈTEMENT le mot (écrit en minuscule sur une feuille et en retournant la feuille: ce n'est pas un palindrome), on retrouve le même mot.

Le X représente l'attache entre les deux parties symétriques.

Construit sur le même schéma: qob = tourniquet. Le O représente l'axe du tourniquet.

Par ailleurs, un couple universel: l'homme (DAK) et la femme (KAD)

Le D (lettre saillante) représente l'homme, et le K représente la femme... et comme il y a toujours une petite part de l'autre sexe dans chaque induvidu...

J'en cherche d'autres, sur ces modèles ou avec d'autres méthodes. Original, non?


Dernière édition par Anoev le Ven 16 Jan 2009 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Ven 16 Jan 2009 - 12:39

Opera a écrit:
Pour reformuler: les clés de l'Elko sont basées sur les noms de certaines divinités du monde entier. Ces noms sont basés sur leur langue d'origine et sont peut-être adaptés à d'autres langues. Du coup, tu utilises des mots préexistants pour créer tes clés.

Oui je comprend tout à fait ce que tu veux dire :

om commun > nom propre > clé


Un mot d'une langue donnée a aidé à former un nom propre dont une partie a été extraite pour faire la clé. Toutefois le sens du mot d'origine et par conséquent celui du nom propre n'ont pas eu d'influence sur la clé, puisque la signification même de la clé est donnée en fonction de l'histoire et des caractéristiques de l'individu.

C'est comme si ton pseudo "Opera" était emprunté au français "opéra" ou au latin "oeuvre" et qu'il aurait donné la clé PER. EN elko elle ne signifierait pas "opéra" ou "oeuvre" mais signifierait plutôt Plije ou Amiens ou tout autres caractéristique te concernant ou appartenant à ton histoire.

Il n'y a donc pas d'étymologie sémantique, juste morphologique. L'Elko dispose tout de même d'une étymologie (partiellement) linguistique, contrairement à ce que je disais. Yiuel a raison.

Opera a écrit:
Cela dit, l'histoire de l'identité des sens est délicate. C'est ce qui fait ton choix: posteriori ou mixte. Y'a pas de mal à ne pas être tout à fait a priori.

Je suis d'accord, mais j'aime bien savoir cheers


@Anoev

L'aneuvien me semble vraiment très riche et très fort en signification. Son étymologie est très pertinente et très intéressante.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16301
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Trouver des mots   Ven 16 Jan 2009 - 13:33

ziecken a écrit:
@Anoev

L'aneuvien me semble vraiment très riche et très fort en signification. Son étymologie est très pertinente et très intéressante.

Merci.

Ce que je voulais faire au départ, c'était, de pouvoir, ave un minimum de racines à apprendre par cœur, faire un maximum de mots. En fait, dans les grandes lignes, un peu comme l'utilisations des clés elkannes (que je ne connaissais pas), mais différemment (cf plus haut) avec les différents outils d'inversion (littéral, phonétique), d'agglutination etc...

L'idéal aurait donc été que je me souvienne de tous les mots de mon dictionnaire, simplement en me souvenant, pour chaque mot (bonjour la mem'!) la racine et le mode de transfo. J'en suis loin!

En tout état de cause, je me suis rendu compte que ma capacité de mémoire était très différente selon le type de mots. Dans l'ordre décroissant (de ceux qui me restent à ceux que j'oublie le plus facilement)

-Les mots fabriqués
-Les mots entièrement à postériori
-Les mots entièrement à priori (issus de l'écriture automatique)

Mais il n'y a là rien d'absolu. C'est comme dans tout, je garde (en mémoire, sans consulter le dico) surtout les mots que j'utilise le plus.

Cela dit, l'Atelier m'est d'une grande utilité, parce qu'il m'a permi d'ajouter un joli paquet de mot à mon vocabulaire, grâce aux phrases proposées par d'autres intervenants comme exemples grammaticaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Ven 16 Jan 2009 - 14:47

Anoev a écrit:
Ce que je voulais faire au départ, c'était, de pouvoir, ave un minimum de racines à apprendre par cœur, faire un maximum de mots. En fait, dans les grandes lignes, un peu comme l'utilisations des clés elkannes (que je ne connaissais pas), mais différemment (cf plus haut) avec les différents outils d'inversion (littéral, phonétique), d'agglutination etc...

C'est vrai, pour l'Elko, je recherchais la même chose. Je voulais un nombre limité de racines faciles à retenir et facile à apprendre. C'est pourquoi toutes les racines ont la même forme : CVC, cela permet d'en faciliter l'apprentissage.
De plus, l'origine mythologiques des clés permet de les mémoriser plus facilement :

TOR (force) Thor dieu de la force, TEN (science, intelligence) Athéna déesse de la science et de l'intelligence,...

Ensuite j'ai voulu aller encore plus loin, j'ai utilisé la paronymie comme procédé mnémotechnique. Ainsi chaque clé est liée à une autre par un rapport de forme et de sens, en en apprenant une on retient les autres plus facilement.

Comme beaucoup d'idéolinguiste j'ai été confronté à la même question : "Inventer une langue pour quoi faire? Dans quel but ?"

J'ai voulu utiliser une étymologie mythologique justement pour donner un sens à la mémorisation de toutes ces clés. Ainsi en apprenant les clés, en les manipulant et en s'intéressant à l'étymologie elkanne on apprend de nombreuses choses sur les mythologies à travers le monde.

Voilà pourquoi j'ai choisi cette technique, mais cette originalité est à l'origine de mon interrogation sur le type de langue auquel l'Elko s'apparente: a posteriori, a priori, mixte.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Yiuel



Messages : 538
Date d'inscription : 03/07/2008
Localisation : Cent-Maisons, Cévé, Melville

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Ven 16 Jan 2009 - 19:09

ziecken a écrit:
Tu as raison, mais les clés utilisées en Elko n'emprunte pas la forme complète du nom propre, juste un morceau (1). De plus le sens que possède le nom propre à l'origine n'est pas celui attribué à la clé, c'est les caractéristiques ou l'histoire du personnage qui en donne le contenu sémantique (2)

En français québécois, nous avons un cas célèbre de la seconde partie de ta description, le mot "séraphin".

Citation :
Séraphin : Nom propre signifiant "enflammé".

Citation :
séraphin (n.m.) : personne ayant le caractère de Séraphin Poudrier, personnage du roman Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon, qui était avare de son argent au point de causer de graves problèmes.

On parle d'un séraphin lorsque quelqu'un est très avare. L'article de wikipédia parle d'un quasi-synonyme avec "harpagon".

Quand à la première partie, suffirait de prendre ce mot et de la réduire (comme professeur à prof). Puisque ces mots sont rares en français, leur réduction l'est d'autant plus. Mais ce n'est pas impossible.

Alors, ça ressemble beaucoup plus à de l'a posteriori qu'à de l'a priori.

Pour un phénomène proche, pense à "marxisme", "bushisme" et "trudeauisme", où l'on a pris le nom du principal défenseur d'une idée pour construire un terme dénotant l'idée. Évidemment, l'idée n'a rien à voir avec le nom utilisé.

(Le trudeauisme est le multiculturalisme bilinguiste pancanadien tel que prôné par Pierre E. Trudeau. Évidemment, le terme a une connotation négative (son penchant positif utiliserait directement multiculturalisme). Je l'utilise beaucoup, n'étant pas un partisan de cette façon de faire.)

Il faut aussi voir à quoi renvoie "a posteriori" et "a priori". Une langue a posteriori est une langue qui est basée sur des radicaux préexistants. Une langue a priori est une langue qui n'est pas basée sur des radicaux préexistants. Mais ces termes ne disent rien sur la relation entre le radical original est l'utilisation effective dans la langue.

Si une transformation du radical signifie un apriorisation de l'idéolangue, même l'espéranto est une langue à priori, car elle modifie substantiellement les radicaux, quoique pas autant que toi. (soifi "avoir soif" /sO'ifi/ au lieu de /swa'fi/, sxteli "voler (qqch)" /'StEli/ au lieu de /'sti:5/) De plus, les métonymies que tu décris sont des processus courants dans les langues non-construites (comme je l'ai montré plus haut), difficile alors de parler de langue "a priori".

Certes, la relation entre le radical d'origine et le radical final est beaucoup plus complexe en Elko qu'en espéranto. Le volapük est plus proche de toi, car il modifie plus radicalement les radicaux (vol-a-pük : world-of-speak). Mais tu pousses encore plus. Mais, limite, on pourrait imaginer une langue, tout à fait non-construite qui, à force de remaniement de vocabulaire par métonymie et d'évolution phonétique, finirait par n'avoir que des radicaux qui étaient, originellement, des noms propres (quoique le processus serait tout de même assez long, tellement long qu'il n'y aurait plus de trace de la mémoire de l'usage original, sans doute).

Les traces d'apriorismes dans ta langue sont ces radicaux d'analogie. Cependant, encore une fois, il y a une relation entre un radical originel et un radical final (quoiqu'une relation profondément tordue). Et puisque ces radicaux originels sont basés sur des radicaux déjà existants, on pourrait pousser l'audace à dire que même ces radicaux d'analogie sont des radicaux apostérioritiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daneydzaus.blogspot.jp/
Anoev
Modérateur


Messages : 16301
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: De l'Europe à l'Aneuf...   Ven 16 Jan 2009 - 19:52

... sans passer par le Québec:

Citation :
séraphin (n.m.) : personne ayant le caractère de Séraphin Poudrier, personnage du roman Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon, qui était avare de son argent au point de causer de graves problèmes.

On parle d'un séraphin lorsque quelqu'un est très avare. L'article de wikipédia parle d'un quasi-synonyme avec "harpagon".

Rien à voir, donc, avec

syràvdu = ange
sýravdu = séraphin
syràndu (sens propre), syfàndu (sens figuré) = angelot, chérubin.

Sinon, il y a (à peu près) un mot qui résume assez bien l'avarice en aneuvien, celle qui cnsiste à compter (rœnt) centime par centime (ljàr), ce qui donne: Ljarœntet. Et donc, un avare: ljarœntdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Lun 19 Jan 2009 - 13:57

Merci Yiuel pour ton point de vue, ta réflexion est très pertinente.

Etant donné que certaines clés ne sont pas issues directement d'hieronymes, c'est le cas notament de la clé LOL (pluie) qui ne provient pas d'une divinité mais de la fusion des clés LAL (pluie) et ROL (piège).

Est-ce encore un cas de langue a priori ou mixte ? Shocked

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Yiuel



Messages : 538
Date d'inscription : 03/07/2008
Localisation : Cent-Maisons, Cévé, Melville

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Mar 20 Jan 2009 - 4:14

ziecken a écrit:
Etant donné que certaines clés ne sont pas issues directement d'hieronymes, c'est le cas notament de la clé LOL (pluie) qui ne provient pas d'une divinité mais de la fusion des clés LAL (pluie) et ROL (piège).

Est-ce encore un cas de langue a priori ou mixte ? Shocked

Dans mon dernier paragraphe :
Les traces d'apriorismes dans ta langue sont ces radicaux d'analogie. Cependant, encore une fois, il y a une relation entre un radical originel et un radical final (quoiqu'une relation profondément tordue). Et puisque ces radicaux originels sont basés sur des radicaux déjà existants, on pourrait pousser l'audace à dire que même ces radicaux d'analogie sont des radicaux apostérioritiques.

Ainsi, entre les deux, ce serait certainement beaucoup plus un cas mixte qu'un cas a priori. Mais encore.

L'apriorité n'est pas basé sur une quelconque méthode de dérivation, mais l'absence fondamentale de dérivation. Ce qui distingue une langue a-priori d'une langue a-posteriori, c'est l'absence* de relation consciente avec des racines préexistentes, ou plutôt, des racines que l'on n'a pas créées ex nihilo. La relation peut être extrêmement tordu (Il n'y a qu'à penser au Lojban, dont l'aposteriorité est très méconnue : elle est basée sur un algorhytme!), mais dès qu'il existe une relation entre qqch de préexistant à soi et sa création linguistique, on parle généralement de langue a posteriori.

* Il serait très difficile de prouver l'absence de relation totale dans les langues a priori. En fait, il faudrait plutôt dire qu'une langue a priori a un vocabulaire essentiellement créé ex nihilo, plutôt que totalement. L'artiste s'inspire souvent de son environnement, et les idéolangues a priori n'échappent certainement pas à cet effet artistique. Un exemple de ma langue, Thenqol, est le radical "sam", qui signifie "esprit" (en opposition au corps et à l'âme). Ce terme ne renvoi à rien, linguistiquement, mais c'est un oeuf de pâques pour un ami intelligent, dont le surnom est "Sam". Cependant, l'essentiel du vocabulaire Thenqol est ex nihilo, sauf exception inconsciente ou ressemblance fortuite. De plus, les quelques oeufs ne sont "internalisés" ni dans la conception, ni dans l'usage.

La différence avec ta langue c'est que sa conception se base sur ce type d'oeuf, c'en est même l'essentiel, de ton propre aveu. C'est "internalisé" et érigé en règle de construction.

-

Un cas mixte d'apriorité et d'aposteriorité pourrait possiblement prendre deux formes.

1. Une langue donc une partie substantielle des radicaux seraient créés ex-nihilo. Cette partie peut être petite ou très grande, tant qu'il y aussi une partie substantielle qui se basent sur des radicaux préexistants.

Ex : Dans mon histoire préférée, de toutes les histoires d'Ie Ien, il y a la rencontre de deux peuples, les Tsévatséens (non-humains, qui parlent des langues non-humaines) et les Melvillois (humains, qui parlent des langues humaines). Les Tsévatséens auraient une langue a-priori (dans le cadre créatif) alors que les Melvillois auraient sans doute une langue a-posteriori (ce serait le cas de la majorité des langues, la culture melvilloise est assez étrange pour permettre quelques apriorités...). Si une communauté mixte naissait, la naissance d'un pidgin puis d'un créole pourrait amener une langue mixte (dans le cadre créatif).

2. Une langue qui prend l'ensemble des radicaux d'une langue, mais tous les sens sont intervertis.

On est ici dans un cas très près du tien, mais ici, il y a tout un travail de réorganisation des radicaux sans lien aucun avec les radicaux d'origine. Ce serait vraiment le cas limite entre une langue a priori et une langue a posteriori.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daneydzaus.blogspot.jp/
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Mar 20 Jan 2009 - 11:21

Oui c'est tout a fait ça ! L'Elko se trouve à la frontière en fait. Bon tout cela va m'être bien pratique pour pour la classer parmi les autres idéolangues sur Idéopédia ! Razz

PS : C'est quoi un oeuf de pâques ?

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Opera



Messages : 502
Date d'inscription : 10/05/2008
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Mar 20 Jan 2009 - 12:11

Un easter egg, un clin d'oeil inséré dans quelque chose.
La version anglophone de l'expression est peut-être plus répandue... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4973
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Mar 20 Jan 2009 - 13:23

Ah bon ! C'est génial !

L'Elko est alors bourré d'oeufs de Pâques, c'est d'ailleurs l'une de ses principales caractéristiques. Maintenant j'ai un terme pour nommer ça ! Merci

Wink

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16301
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Sam 29 Juin 2013 - 13:57

Vilko a écrit:
Pour les amateurs d'étymologie, pish vient de l'anglais (fish) par l'intermédiaire du Jargon Chinook, ce qui explique la transformation du f en p.
Y peut même venir du latin PISCIS et ce serait l'anglais (ou plutôt son ancêtre) qui aurait transformé le P en F. Le Chinœk aurait, en somme, rétabli à peu près l'orthographe originelle.

Notes sur les transformations aneuviennes.

Un mot directement issu d'une racine d'une autre langue (réelle ou imaginaire) est à-postériori.

kaag est issu de l'anglais cake (gâteau)
zàwig (atomique) est issu de la clé elkanne ZAW (atome)
kotavig (exotique) est issu du lom de la langue "kotava".

Une transformation simple (anacyclique, ambigramme complet ou partiel d'un mot à-postériori reste à-postériori :
pax (du latin) donne xap (guerre)

Si cette transformation se fait par l'entremise du vadora, le mot résultant reste à-postériori, puisque le vadora est constitué d'alphabets de la culture internationale :
div - dɪv - ʌɪp - lhip

Si la transformation est faite à l'aide d'écritures complètement imaginaires (adnébou ou akrig), le résultat est un mot mixte, même si l'(les) élément(s) de départ est (sont tous) à-postériori. Si l'élément de départ est à-priori, le résultat est, bien entendu à-priori, comme dans agúftyn/apùgtyn (seul le radical est transformé par l'entremise de l'akrig).


Dernière édition par Anoev le Sam 29 Juin 2013 - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Idéolangues & étymologie   Aujourd'hui à 14:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Idéolangues & étymologie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Idéolangues & étymologie
» Corsept étymologie nom de commune pays de Retz
» urgent: jeux sur la mythologie /l'étymologie niveau 6ème
» Question d'étymologie : balte, baltique
» garenne raguenne ragwinne ravine étymologie albram

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: