L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.   Lun 21 Sep 2015 - 18:38

J'en profite pour demander une définition de l'aoriste, temps avec lequel je ne suis pas familier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.   Lun 21 Sep 2015 - 23:33

Bien sûr,
a-oriste, en grec, ça veut dire non-limité. C'est, à l'origine, un aspect qui considère l'action sans rèférence au temps. Plus tard, en grec, c'est devenu de l'accompli (c'est pour cela qu'on le traduit par du passé simple, quand on fait des versions...)
Ici, je le prend dans son sens aspectuel étymologique, et je l'étends un peu pour qu'il exprime des généralités.  

Ex : "Il pleut sur Nantes" (fameuse ritournelle) : dnakarg nantási (statif présent suivi du locatif) -bon, "matnási", en respectant ma phonologie, mais c'est pour l'exemple !-
mais : "il pleut, à Nantes" (vérité générale) : dnekérg nantási (statif aoriste suivi du locatif)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.   Mer 23 Sep 2015 - 1:24

Deux petites phrases pour rendre compte de l'aspect général de la langue, tant au niveau de sa morphosyntaxe que dans ses sonnorités cliquetantes et crissantes. Cela vous permettra également d'entrer dans la mentalité particulière des Tmedjèrka :

"Le tonnerre grondait au-dessus de la forêt. La foudre frappa un arbre qui s'enflamma en un instant"

Ce qui nous donne : 

Rpár'àtzpsa pepáràtn ptatháthjiw'ur. Cntethellé psíjecn rtweqhísta ètwqhacn vtzàqhips'wa.


Rpáràtzpsa : tonnerre ("les bruits du ciel" avec classif. de phénomène naturel), complément d'agent statif passé pluriel.


pepáràtn : "ils étaient très bruyants". párà : étaient bruyant (schème statif passé pluriel), pe- : redoublement de la racine pour signifier le superlatif, et -tn : pronom enclitique e troisiéme personne du pluriel.

ptatháthjiw'ur : "au-dessus de la forêt" : ptethethwé (arbre-famille avec classif. de communauté), schéme locatif singulier, post-position agglutinée "w'or" s'harmonisant à la dernière voyelle du mot. "i" devenant "u" après une consonne glottalisèe.

------

Cntethellé : "arbre" (arbre-essence-héroîque - élément-soi avec classificateur du monde divin) schème patient singulier.

psíjecn : "a été mordu/frappé par..." schème transitif passé singulier, avec accord de classificateur -cn.

rtweqhísta : la foudre "les feux du ciel" avec classif. "r" de phénomène naturel, et un schème transitif passé pluriel - terminé par la voyelle de pluriel -a.

ètwqhacn : "qui a été en feu" : verbe "être en feu" au statif passé singulier, avec enclise du pronom de troisième personne révérentieuse -cn (confondu avec le classificateur divin...). Le schème est ici secondaire : on a pas "tjèqhacn" "il a été en feu" mais "ètwqhacn", qui se traduit du coup par la proposition subordonnée relativee renvoi á l'antécécant étant assuré par l'enclise du pronom (qui ne peut renvoyer qu'à l'arbre, ici).

vtzàqhips'wa : "en un instant" (instant = un moment bref, avec classif. "v" indiquant un état passager), avec un schème de complément circonstanciel de transition singulier.

Remarques :

On accorde le statif en personne avec son agent (qui est aussi son patient), et l'agent est accordé normalement en schème et en nombre avec le verbe.
On accorde le verbe transitif en classificateur avec le patient, le complément d'agent est accordé en schème (mais pas en nombre) avec le verbe. 
La troisième voyelle du complément d'agent indique le nombre. On la calque sur celle du patient : -é au singulier, -a au pluriel.
Les arbres sont particulièrement révérés et divinisés. La racine t.th qui désigne l'arbre à un sens très étendu, qui n'est que résumé ici. Ils font donc partie de la catégorie des êtres divins. 
Cette phrase décrit donc une situation considérée comme très mauvais présage.

Voilà ! N'hésitez pas à me faire part de vos ressentis et autres remarques par rapport á tel ou tel aspect de cette mini-version !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.   Mar 24 Nov 2015 - 12:50

2- SCHEMES TRANSITIFS

Les verbes transitifs se présentent de cette façon :


SingulierPluriel
Passé   í...e e...í
Présent  á...aè...á
Aoriste  í...à à...í
Futur a...è é...a
Le patient prend donc le même schème que le verbe, sauf la dernière voyelle qui marque le nombre du patient  (singulier -é, pluriel -a).

Ainsi : 

Il cultive son terrain : 

Lpácnatz ltnedhsepsé etzekhpé

['lpacɖɑtz lnədhsəp̪e ətzəkhpe]


accord de classificateur patient; cultiver (transitif présent) et pronom suffixe -tz, 3e personne physique + terrain (schème patient) + 3e personne physique et indicatif (schème patient secondaire)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.   Aujourd'hui à 16:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Smedjertné : une autre langue Lhorópah.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Coran dans une autre langue que l'arabe
» Elle sort du coma en parlant une autre langue
» Invoquer dans une langue autre que l’arabe
» Khoutba : sermon du vendredi en une autre langue...
» Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. — Gen. 11:1.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: