L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Deux environnements...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: L'Alfazie à l'honneur   Lun 17 Sep 2018 - 17:53

Depuis  quelques années déjà, des rapides (formule actuelle, donc équivalents à peu pès à nos tégévés, ou plutôt aux ICE allemands, côté confort) atteignent Sorne depuis Nakol, plus récemment depuis Hocklènge, et bientôt, ce sera la province qui sera traversée d'est en ouest, jusqu'à Paan.

L'Alfazie* revient de loin. Ce fut pendant longtemps une province plutôt pauvre, ses deux principaux pôles économiques que sont Sorne et Sanpaz (également capitale administrative) furent loin d'avoir le dynamisme du Surroenyls et du Pelliant tous proches.

Pauvre, conservatrice et traditionaliste, l'Alfazie devint aussi vieillissante : les jeunes de droite allaient (à l'époque) au Santes ou en Æstmor, ceux de gauche allèrent tout d'abord au Malyr, puis plus tard, au Kanolthe ou au Roenyls.

Une tentative de pronunciamento échoua de justesse à Sanpaz, les conspirateurs furent soit arrêtés et condamnés (à mort et exécutés, pour certains), soit en fuite en direction des côtes chiliennes ou les accueillirent leurs inspirateurs : les sbires du dictateur Pinochet. C'était pas pour arranger la santé économique et sociale de la province que d'être obligé à déblayer les gravats et reconstruire.


Au début des années '80, une nouvelle majorité fut conduite par les urnes au palais gouvernemental de Sanpaz. Il fut entrepris entre autre une promotion de la culture akrig (les Akrigs peuplaient tout l'ouest de l'Aneuf, jusqu'en Æstmor, jusqu'à l'arrivée des Européens). Toutefois, ce fut plus difficile à faire que pour la langue et la culture thub. Beaucoup de documents avaient été détruits pendant la période coloniale, post-coloniale et durant les années Hakrel-Ruz. Mais certains, essentiels, furent retrouvés. Par ailleurs, certains aspects de la langue aneuvienne devaient beaucoup au système orthographique akrig de symétrie et de retournement des caractères.

Le culte akrig sortit des décombres et le nombre de fidèles crût rapidement, mettant en cause le monopole catholique dans la province.

En conséquence d'une repopulation de la province (les habitants recommençant à trouver des débouchés au pays), la croissance économique s'ensuivit, et bien entendu, les transports, ferroviaires surtout (on est en Aneuf, ne l'oublions pas !), se développèrent.Jusqu'à la fin des années '70, l'Alfazie était vierge de toute caténaire. Les premiers poteaux qui poussèrent furent sur l'axe nord-sud, entre le sud-ouest du Roenyls et Sorne, passant par Sanpaz. À l'ouest, pendant ce temps, la ficelle se déroula au sud de Træz (Æstmor) pour aller d'abord à Hristad, puis à Paan. Ensuite, au sud, Sorene fut atteinte une deuxième fois, mais par l'est, par la ligne venant d'Hocklènge, via Pyval, Trolans, Hælle et Hakle. Et enfin, l'axe est-ouest, passant par le centre (Sanpaz), croisant l'axe nord-sud à Sanpaz, et rejoignant à Paan, la ligne venant d'æstmor. Et, maintenant, cerise sur le gâteau, une LGV parallèle à l'axe est-ouest, et rejoignant Sanpaz par la ligne venant de Lahal.

*Ancienne orthographe : Alfazye.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Heskvertine   Lun 17 Sep 2018 - 22:33

Lorsque Hocklènge devint capitale de l'Aneuf, en 1892, elle engloba quelques villages alentours, et ce, de deux manières différentes, soit par fusion totale, ainsi, le village de lakledo fut complètement avalé par le quartier, déjà étendu, d'Astskovaan à l'est, ou bien Kyrlud, pris dans Hocknebur, au sud, ou bien Farlina, par Kneslastvenege à l'ouest. Mais d'autres n'eurent pas cette malchance. Ainsi, Noblenge subsista et devint le quartier où s'installèrent les institutions de la toute jeune république ; par contre, les quartiers de Kneslatvenege et d'Hocknebur ne voulurent pas, respectivement, d'Heskvertine et d'Hekelle, situés à l'extrémité aval (totalement à l'ouest de la ville*) de la Skovaan. Ces villages devinrent donc des quartiers d'Hocklenge, distincts de leurs voisins (un peu comme si Passy et Auteuil étaient distincts du reste du XVIe, Montmartre distinct du XVIIIe ou la Croix-rousse distincte du IVe ou du Ier. Toutefois, à la différence de Paris, où l'aval de la Seine (XVe & XVIe arrts) est plutôt chicos, les quartiers d'Hekelle et d'Heskvertine sont assez pauvres, à la limite miséreux. Deux quartiers que la Skovaan sépare, et que tout sépare, en fait. Hekelle est un quartier qui fut assez laborieux, touché de plein fouet, comme Hocknebur, son voisin, par la désindustrialisation galopante d'Hocklenge. Quant à Heskvertine, c'est plus un quartier de marginaux, du reste ce quartier habite certes le seul squat de la ville, ce qui rend le quartier peu sûr à partir d'une certaine heure. Il fut donc entrepris de refaire complètement le quartier, pour le rendre plus présentable, notamment. Comment ? Plusieurs propositions furent soumises. Toutes, soumises par toutes les groupes politiques présents au conseil municipal étaient d'accord sur un point : il fallait ordonner l'évacuation du squat et sa destruction. Pas question, par exemple, de le transformer en lotissement de rejet*. À partir de là, les propositions de modernisation affluèrent. La plus antisociale fut, on s'en doute, proposée par le groupe FP & FDP (ensemble), elle consistait en la construction d'un quartier de bureaux et de logements de luxe, ainsi que d'un espace commercial et ludique réservé aux propriétaires du complexe. Aucun logement social ne devait y être inclus : interdit aux pue-la-sueur. Il est bien évident qu'un tel projet aurait du mal à être déclaré d'intérêt public. Un autre projet, un peu plus consensuel et un poil plus social (mais pas beaucoup plus) était proposé par l'aile gauche de l'ADF (le centre DPS) et par le RPA (parti républicain) qui proposait le minmum social pour les logements du même nom : 10% des habitations, selon la loi santoise°). Un peu plus à gauche encore, c'est le LPA qui eut l'idée du complexe sportif, ouvert à tous, bien sûr, et de la faculté, ainsi que 20% de logement sociaux sur l'ensemble des habitations. Quant à l'ASA (représentée à Hocklènge par le SPS) prévoyait de reloger sur place tous les habitants des HLM démontés, et également une petite partie des squatters. et que 20% de la surface totale du projet soit couverte par de l'habitat social. Les débats au conseil municipal (houleux) étaient ouverts.
-Si vous voulez que les rues soient des coupe-gorges passé 20:00, vous n'avez qu'à voter pour le projet ASA, mettre des HLM dans un tel quartier, c'est installer des renards dans un poulailler.
-Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer de telles inepties ! J'ai sous les yeux le rapport des condamnations des crimes et délits de ces dix dernières années pour le quartier. 80% des crimes et délits ont été opérés par des occupants du squat, seulement 5% pour cent pour des locataire de la cité Laklàn, que vous prévoyez de détruire. Et les habitants, vous allez les reloger où ?
-C'est pas mon problème !
-Belle réaction ! pour un élu !
Etc.

Finalement, les élus finirent par se mettre d'accord (enfin presque : quand ils apprirent que la cité Laklàn allait être réhabilitée au lieu d'être détruite, les trois élus FP sortirent de la salle et le dernier claqua la porte). Les élus FDP, qui, eux aussi avait voté contre ce projet, eurent une attitude plus digne : ils se murèrent dans le silence et jetèrent des regards de reproche aux membres du DPS (autre formation de l'ADF) qui, eux, l'avaient approuvé. Il fallait maintenant passer à la phase pratique : que démonter ? que construire ? où ? et comment ? Plusieurs architectes furent appelés, car y avait du pain sur la planche (à dessin). Il fallait faire à la fois beau, fonctionnel et durable. Tout ça, ça s'était passé au tournant du siècle. Vingt ans plus tard, c'était presque fini. Il restait encore quelques grues çà et là, mais Heskvertine avait vraiment subi une cure de beauté. Certains immeubles à Laklàn furent détruits, bien sûr, d'autres furent complètement rénovés de l'intérieur, et des immeubles neufs, semblables extérieurement à ceux qui étaient restés, furent construits, mais l'intérieur en était complètement différent, c'est un architecte surroenylsien, spécialiste des réhabilitations et des rénovations d'immeubles d'habitations qui avait la charge de ce dossier. Heskvertine dispose de deux stations de métro : une à l'ouest, appelée... Laklàn et une à l'est nommée Heskvertine-saṅtr, c'était celle-ci qui était appelée à recevoir la correspondance avec la gare de Kustœntyn. Cette station allait desservir la faculté, le centre commercial (moins grand que prévu) et une partie du centre sportif. Il restait tout le nord-ouest du quartier, limitrophe de Kneslastvenege, non desservi par le métro : le quartier du squat. C'est, d'une part l'autre partie du centre sportif qui l'équiperait, un golf 9 trous (on pourrait dire que c'était une concession aux ploutocrates du FDP, mais en fait, ce golf est... municipal, donc public !) et pour finir, débordant sur la banlieue (accords conclus avec les communes concernées) et sur Kneslatvenege, un parc paysager suffisamment étendu pour aller des bords de la Skovaan jusquà la gare (train & bus) de Flynged.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 3075
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 18 Sep 2018 - 0:37

Avec le roi Andreas et son homme (ou plutôt humanoïde) à tout faire, le "baron" Chim, la rénovation urbaine d'Hocklènge (en supposant que cette ville ait été mnarésienne) aurait été quelques peu différente.

D'abord, la désindustrialisation de la ville aurait amené les cybersophontes à remplacer les emplois industriels disparus par des emplois subventionnés dans les Jardins Prianta et l'Institut Edonyl, à Hekelle et Hocknebur. Ces emplois sont mal payés, mais ils ont l'avantage d'être stables. Le déclin de ces quartiers aurait donc été enrayé. Les Jardins Prianta étant installés dans la banlieue, des services de bus auraient été créés pour les salariés.

Heskvertine aurait bénéficié aussi des emplois dans les Jardins Prianta, emplois qui sont largement factices (les légumes génétiquement modifiés produits par les Jardins Prianta ne sont pas rentables), et qui constituent, en réalité, un transfert de la richesse produite par les cybersophontes vers les éléments les plus pauvres de la population, pour lui procurer un salaire dans la dignité.

Mais il y avait le problème du squat.

Les squatteurs furent prévenus qu'ils risquaient d'être exilés à Hyagansis en tant que "parasites sociaux". Sachant qu'aucun exilé à Hyagansis n'en est jamais revenu, et que bien peu ont donné de leurs nouvelles, cela incita une partie des squatteurs à disparaître pour des lieux plus discrets. Une autre partie réussit à se faire engager dans les Jardins Prianta. Il ne resta dans le squat qu'une minorité d'irréductibles, dont beaucoup de malades mentaux, d'alcooliques clochardisés et de toxicomanes.

Une opération conjointe de la police, de l'armée et de la Police Secrète permit de capturer les irréductibles. Mais au lieu d'être exilés à Hyagansis, ils se retrouvèrent au Lagovat-Kwo, le gigantesque hôpital psychiatrique d'Hyltendale, au terme d'un voyage en camion, en train spécial et de nouveau en camion, assez éprouvant. Imaginez des malades mentaux, des alcooliques et des toxicomanes, en grande majorité des hommes, entassés dans des wagons, nourris de sandwiches et de bouteilles d'eau, mais privés de soins médicaux, d'alcool et de drogue, pendant deux jours interminables, le train avançant assez lentement. Passons sur les toilettes, vite bouchées, et sur les puces et les poux des passagers.

Au Lagovat-Kwo, on est soigné de ses maladies mentales et de ses addictions, mais les guérisons effectives sont rares. La plupart des malades y restent jusqu'à leur mort.

Spoiler:
 

Le squat fut détruit, et les gravats amoncelés en monticules, qui finirent par se recouvrir d'herbes folles. Pour éviter que des sans-logis s'y installent avec leurs tentes, il fut transformé en élevage de chèvres, dépendant des Jardins Prianta. Les parties plates et les monticules furent recouvert de compost, afin d'accélérer le retour de la végétation.

(La chèvre, surtout si elle est noire, est un animal apprécié par les Mnarésiens, parce qu'elle est le symbole de Shub-Niggurath, déesse de la fertilité. On suppose ici qu'Hocklènge est une ville de culture mnarésienne).

La cité Laklàn appartenait à la municipalité d'Hocklenge, qui depuis quelques années avait renoncé à percevoir les loyers et avait laissé les bâtiments se dégrader. À la demande expresse du roi, la police mit en œuvre une politique d'expulsions "musclées" des locataires qui ne payaient plus rien, et dont beaucoup disparurent dans la spirale de la clochardisation. Ces mesures cruelles permirent toutefois d'assainir la situation financière de l'organisme qui gérait la cité, et par la suite de rénover les bâtiments.

Heskvertine, sous l'autorité d'un roi mnarésien, ne disposerait pas nécessairement de stations de métro. Les bus suffisent pour se rendre dans les jardins en banlieue, et il y a sur place tout ce qu'il faut : commerces, dispensaires, écoles, etc. Les habitants des autres quartiers n'ont pas envie de voir se promener dans leurs rues les habitants d'Heskvertine, dont ils savent que beaucoup sont d'anciens squatteurs, ou des résidents de la cité Laklàn, dont la réputation est plutôt mauvaise... C'est pourquoi ils rechignent à payer des impôts pour que les Heskertinois puissent sortir plus facilement de leur quartier.

Autre diégèse, autre ambiance ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 18 Sep 2018 - 1:32

En fait, presque 70% des locataires de Laklàn purent être relogés sur place. Y compris certains qui avaient des retards de loyer, mais dont on voyait que, malgré leur difficultés financières, il faisaient des efforts pour payer, et il y arrivaient pas toujours, malgré les APL.

Quant à ceux qui de toute façon, ne voulaient rien payer et dont on voyait, malgré une situation sociale parfois plus élevée que les précédents, avaient un arriéré pouvant atteindre les deux, voire les trois ans#, ils furent mis en demeure de quitter les lieux. Étaient également invités à quitter les lieux des auteurs d'incivilités (à conditions qu'ils fussent condamnés sur procès, beeen sûûr). C'était de toute façon assez facile, puisque la plupart des appartements, vu l'ampleur des travaux (c'est pas comme chez moi) devaient être vidés de leurs occupants pendant les travaux : par exemple, de trois petits appartements, ils en faisaient deux moyens, voire un grand (sans toucher, bien sûr, aux murs porteurs !). Ceux-là allaient partir en grande banlieue, voire dans une autre sante*, certes pas dans un lotissement de rejet, mais une cité dont on n'attend pas grand chose de ses habitants, les squatters itou. Les uns comme les autres n'ont pas le choix, c'est soit partir, vers un toit de piètre qualité, mais un toit quand même, soit finir à la rue°, ou dans un asile pour indigents° et dormir dans un dortoir de quarante lits, avec des sanitaires d'une propreté douteuse, sans aucune intimité (même les occupants des L.R. ont une salle de bain dans leur taudis).



#C'est, certes moins courant que chez nous, mais comment faire quand on constate que, par exemple, quelqu'un ayant un arriéré de loyer comac achète une voiture neuve tous les deux ans ?
*Seulement, c'est pas forcément évident qu'une autre sante (région, en aneuvien... des Santes) soit prête à les accueillir.
°Le fond de la déchéance pour un Aneuvien. Rarissime, mais ça peut arriver.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 3075
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 18 Sep 2018 - 10:27

Anoev a écrit:
ils furent mis en demeure de quitter les lieux. Étaient également invités à quitter les lieux des auteurs d'incivilités

Mais au final, quand les gens refusent de quitter leur logement, et sont prêts à déclencher une émeute pour y rester, il faut quand même utiliser la contrainte pour les expulser. Même en Aneuf, les squatteurs ne sont pas partis du nord-ouest d'Heskvertine sans l'intervention de la police.

Anoev a écrit:
Ceux-là allaient partir en grande banlieue, voire dans une autre sante*, certes pas dans un lotissement de rejet, mais une cité dont on n'attend pas grand chose de ses habitants, les squatters itou. Les uns comme les autres n'ont pas le choix, c'est soit partir, vers un toit de piètre qualité, mais un toit quand même, soit finir à la rue°, ou dans un asile pour indigents° et dormir dans un dortoir de quarante lits, avec des sanitaires d'une propreté douteuse, sans aucune intimité (même les occupants des L.R. ont une salle de bain dans leur taudis).

C'est ce qui s'appelle déplacer le problème... en l'aggravant, puisque même les mauvais locataires ont des enfants, qui vont se retrouver dans un environnement pire qu'avant. L'Aneuf est donc parti pour avoir une sous-classe permanente de cas sociaux. Comme notre société du monde réel, et pour les mêmes raisons.

Finalement, en Aneuf, le résultat ultime est le même qu'au Mnar, pour les cas sociaux les plus graves : le bidonville ou l'asile pour indigents. Au Mnar, l'asile pour indigents n'est d'ailleurs pas le fond de la déchéance, puisque les gens sans logis et sans ressources risquent l'exil à Hyagansis.

En y réfléchissant, je me dis qu'au Mnar, c'est la logique d'un idéomonde où l'être humain ne sert plus à grand-chose, puisque les robots (humanoïdes ou pas) sont plus performants que lui pour produire de la richesse. Il faut donc le neutraliser (au moyen des jobs à moitié bidons des Jardins Prianta) ou carrément l'éliminer (en l'exilant à Hyagansis).

C'est une étape plus loin que notre monde à nous, où les robots réellement intelligents n'existent pas encore. L'une des premières choses que l'on indique, quand on se présente à quelqu'un, c'est sa profession, c'est-à-dire le rôle que l'on joue dans la production de la richesse. Notre société est une société de production, et non pas une société de consommation. Si nous étions une société de consommation, les gens se définiraient par ce qu'il consomment : "Je m'appelle Dugenou, propriétaire d'un château et de trois voitures, dont une Rolls." On s'attend plutôt à entendre : "Je m'appelle Dugenou, je suis cadre bancaire."

À l'inverse, le noble du 18e siècle n'indiquait pas sa profession (en général, il n'en avait pas) mais son titre : baron, vicomte ou marquis... S'il exerçait un métier (colonel d'un régiment, ministre...) il ne l'indiquait qu'ensuite. Tandis que de nos jours,  les milliardaires se disent tous hommes d'affaires, financiers, investisseurs... Ils peuvent dire "Moi aussi je travaille !" Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 18 Sep 2018 - 12:22

Raison pour laquelle il faut, à la base, dès le plus jeune âge, une formation au civisme. Le comportement du style "j'suis chez moi, j'fais c'que j'veux et les autres, j'les emm... y sont tout jus'bons qu'à payer à ma place" existe également en Aneuf, hélas aussi, sauf qu'il est nettement moins fréquent ; par conséquent, ces personnages ne sont pas appelés des cas sociaux, mais des cas civiques. Comme je t'ai dit au téléphone, il y a un moteur puissant qui aide les gens à faire des efforts, que ce soit au niveau du travail, de la finance ou du civisme, c'est la MOTIVATION. Ce qui tue la vie sociale en Europe, c'est la démotivation. Ce qui a tué l'URSS à petit feu, c'est la démotivation, le côté "quoi que tu fasses, tu est traité pareil" est particulièrement pervers sur toute une population, riche comme pauvre. Sans encouragement CONCRET (les belles paroles ne suffisent pas ! on en a eu la preuve !), on rend les gens j'm'en foutistes & égoïstes, et faire tout le social qu'on veut sur un tel terreau humain, c'est le tonneau des Danaïdes. Quant à notre cherrrr gouvernement, il fait de l'antisocial de manière brutale, en pressurant (en coupant les crédits) les associations qui aident les plus pauvres à ne pas sombrer dans la misère totale, pendant ce temps il offre des cadeaux fiscaux aux milliardaires (ceux qui "travaillent", prétendent-ils ! comme si le boursicotage était un travail !). Mais ça, tu le sais déjà. Question social, l'Aneuf n'est certes pas parfait, mais à côté des États-unis, du Royaume-uni, ou même de la France, ça peut passer pour une utopie. Alors non, des bleds paumés comme Skatrde, Trolans, Pyval, Hakle, Cedhas etc. ne sont pas Hjàgansis. Toutefois, c'est vrai, on peut y mourir... d'ennui.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Pourquoi Mee#Too s'est vautré en Aneuf   Jeu 11 Oct 2018 - 9:58

Pour une raison principale : les mentalités (particulièrement sexuelles) aneuviennes et US sont totalement disjointes voire même carrément opposées. En Aneuf, mis à part la (courte) parenthèse Ruz, l'égalité en droit des sexes est profondément ancrée dans les mentalités, mis à part bien sûr quelques petits écarts comme Zhæm Klimen, qui main'nant a quitté le pays pour le Mnar. Mais il n'y a pas que l'égalité civique : Pour la très grosse majorité des Aneuviens, les hommes et les femmes ne sont pas sur terre pour se tirer dans les pattes et/ou pour se montrer qui fait la loi dans tel ou tel domaine, mais popur s'entraider. Résultat du truc, le machisme et le féminisme n'ont que très peu de prise sur le mental des Aneuvien(ne)s. Cette nécessité de faire à ce que la différence physique (non seulement sexuelle, mais aussi ethnique) ne soit pas génératrice de conflit est enseignée dès le plus jeune âge. Le seul ennemi à cette instruction, c'est l'intégrisme religieux, quelle qu'en soit la nature (surtout christianisme et islam), raison pour laquelle ces deux religions sont surveillées de près par les Autorités, et on ne manque pas de dire aux prélats : Dieu fait certes la loi au Ciel, en Aneuf, ce sont les Aneuviens qui font la Loi. Aux États-unis, le sex-war (autrement dit : la guerre des sexes) est ancré dans l'American way of life. On voit les résultats : il y a autant de viols réels que de plaintes pour viols imaginaires. Si l'Aneuf n'est pas complètement à l'abri de ces incidents affligeants, les proportions sont de l'ordre de 1/100 en moyenne, et encore ça peut certes grimper à 1/70 aux Santes ou en Alfazie, mais dans d'autres provinces, c'est souvent plus bas. Les religions dont je parlais ne forment respectivement que 24% et 4% des croyants. Et les croyants (personnes de plus de 7 ans ayant été instruits dans une religion) ne représentent que 51% de la population totale aneuvienne. Bref : les Me#too, qu'on aurait pu croire tenir le haut du pavé, du moins au Malyr, aux Santes et en Æstmor ont été remises à leur place, et le plus souvent, par des femmes (Laissez nos hommes tranquilles ! on y tient !). J'en avais d'jà parlé, mais si le nombre de viols est si faible en Aneuf, c'est que, comme je l'ai dit un peu plus haut, la sexualité ne fait pas ménage avec la force, mais plutôt avec l'affection : il y a un côté bonobo chez la plupart des Aneuviens, qu'ils soient hétéro-, homo- ou bisexuels (voire multisexuels).

Ça change de l'Amérique (car d'autres pays du "nouveau" continent ne sont pas épargnés par la fièvre Me#too), mais aussi... de chez nous.

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 3075
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 11 Oct 2018 - 20:27

Anoev a écrit:
l'égalité en droit des sexes est profondément ancrée dans les mentalités, mis à part bien sûr quelques petits écarts comme Zhæm Klimen, qui main'nant a quitté le pays pour le Mnar.

Petite correction : Zhaem Klimen, tout comme l'Américain James Damore, n'a pas contesté l'égalité en droit des sexes, mais leur égalité en aptitudes (les femmes sont meilleures dans ce qui a trait au langage et à la communication, les hommes meilleurs dans les sciences).

Anoev a écrit:
on ne manque pas de dire aux prélats : Dieu fait certes la loi au Ciel, en Aneuf, ce sont les Aneuviens qui font la Loi.

Ce à quoi n'importe quel imam répondra : Blasphème ! Dieu fait la loi dans l'univers tout entier, c'est écrit notre livre saint ! Celui-ci existe depuis 14 siècles et règle la vie de plus d'un milliard et demi d'êtres humains. À côté de ça, vos lois aneuviennes sont insignifiantes et transitoires...

À l'époque de Ruz, je suppose que le même principe s'appliquait, lorsque des chrétiens critiquaient la politique du gouvernement au nom des principes chrétiens. Mais Ruz est passé, et les religions restent.

Anoev a écrit:
Aux États-unis, le sex-war (autrement dit : la guerre des sexes) est ancré dans l'American way of life. On voit les résultats : il y a autant de viols réels que de plaintes pour viols imaginaires. Si l'Aneuf n'est pas complètement à l'abri de ces incidents affligeants, les proportions sont de l'ordre de 1/100 en moyenne, et encore ça peut certes grimper à 1/70 aux Santes ou en Alfazie, mais dans d'autres provinces, c'est souvent plus bas.

Est-ce à dire qu'en Aneuf il y a 1 viol réel pour 100 viols imaginaires ? Si c'est vrai, les Aneuviennes sont de dangereuses mythomanes, à fuir absolument !  Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 22526
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 11 Oct 2018 - 20:37

Non : la proportion de viols imaginaires est très faible aussi : une fausse accusation a des répercussions nettement plus grave pour son auteur(e) là-bas qu'ici. Et ça, ne pas faire d'accusations mensongères, on l'apprend très tôt aussi.
Vilko a écrit:

Est-ce à dire qu'en Aneuf il y a 1 viol réel pour 100 viols imaginaires ? Si c'est vrai, les Aneuviennes sont de dangereuses mythomanes, à fuir absolument !
Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Il y a, pour 1000 habitants (j'ai, je le reconnais, oublié la notion d'échantillonnage) cent fois moins de viols en Aneuf qu'aux USA, et, par conséquent, il y a aussi 100 fois moins  d'accusations injustifiées, surtout que ces accusations peuvent, en cas de récidive, mener à la prison A.



Vilko a écrit:
Ce à quoi n'importe quel imam répondra : Blasphème ! Dieu fait la loi dans l'univers tout entier, c'est écrit notre livre saint ! Celui-ci existe depuis 14 siècles et règle la vie de plus d'un milliard et demi d'êtres humains. À côté de ça, vos lois aneuviennes sont insignifiantes et transitoires...
Si les lois aneuviennes ne vous conviennent pas, libre à vous d'aller prêcher en Syrie, en Jordanie, aux Philippines, au Nigéria ou en Indonésie. On ne vous retient pas. Vivre en Aneuf, c'est respecter les lois aneuviennes.

James Damore peut-être ; Zhæm Klimen s'était carrément insurgé dans son blogue qu'on ACCORDE (le droit, donc) à des femmes la possibilité d'exercer dans des filières technologiques... C'est là d'ssus qui lui a été répondu assez sèchement. Mais il était difficile de faire autrement : l'autorité de l'encadrement de la boîte en aurait perdu en crédibilité sinon.

La mésaventure de Klimen aurait très bien pu arriver à une féministe (malyroise, par exemple) qui se soit offusquée qu'on accordât un poste de moniteur d'ifàntoosen à un homme et qui l'annonce dans son blogue façon "torchon brûlé" en accusant un quelconque Akirons X de voler le travail d'une femme. Pareil ! Et là, c'est encore bien pire puisqu'il y a contact avec le (jeune) public. En Aneuf, la notion d'équité, d'égalité des droits n'est pas là que pour faire beau dans des discours politiques. Je ne peux pas dire que c'est une réalité parce que l'Aneuf est un pays fictif, mais c'est ancré bien profond dans la vie des aneuviens, et les écarts sont ce qu'ils sont : des écarts... exceptionnels. Quand je vois et j'entends ce qui se passe chez nous, ça soulage de penser que, dans sa tête, y a un monde où les choses se passent différemment. Victor Hugo disait : l'imagination d'aujourd'hui, c'est la réalité d'demain. Et si un jour...

_________________
Eg dem ere kred Anoew, do eg ere òniren: Eg • Fraṅsev = Je me croyais en Aneuf, mais je rêvais : je suis en France.


Dernière édition par Anoev le Jeu 11 Oct 2018 - 23:25, édité 1 fois (Raison : manquait un S)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 3075
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 11 Oct 2018 - 22:57

Anoev a écrit:
Aux États-unis, le sex-war (autrement dit : la guerre des sexes) est ancré dans l'American way of life. On voit les résultats : il y a autant de viols réels que de plaintes pour viols imaginaires.

D'après ce que j'ai lu, aux Etats-Unis les fausses accusations de viols, c'est en réalité entre 2% et 10% des plaintes. Mais quelques cas assez spectaculaires, comme l'affaire Jackie Coakley, ont pu donner l'impression qu'il y en avait beaucoup plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux environnements...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux environnements...
Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
 Sujets similaires
-
» Deux environnements...
» comparaison de moyenne de deux échantillons, cas spécial
» LOI DU PRODUIT DE DEUX VARIABLES ALEATOIRES UNIFORMES
» Nausées atroces depuis deux jours
» QUESTION DE DEBUTANT sur le khi deux (sous excel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Diégèses :: Sur Terre-
Sauter vers: