L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Deux environnements...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
bedal

avatar

Messages : 4056
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Lun 20 Fév 2017 - 14:48

Si par malheur un aubergiste refusait une table à un mage Emerald, il aurait l'assurance de retrouver son auberge en ruines le jour suivant.  Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Lun 20 Fév 2017 - 15:20

Quelques nobliaux ont gardé une certaine influence, après la Révolution aneuvienne de 1892, pour avoir appuyé (activement) les Républicains a détrôner le "roi" usurpateur Deskerrem. Ce fut plus une influence morale qu'une influence due à leur titre, les privilèges ayant été abolis dans la foulée de la Révolution. Toutefois, cette influence fut anéantie après 1945, une partie de ces familles ayant soutenu Hakrel entre temps ou bien pour avoir abusé de leur influence. Ces abus étaient honnis chez les Henreg. Jamais un juge ou un procureur Henreg n'eût usé de son pouvoir pour faire innocenter quelqu'un de sa Famille s'il eût été établi, preuves irréfutables à l'appui, qu'il fût coupable. Maintenant, les Henreg se sont "fondus" dans l'ensemble de la population aneuvienne. Un des vieux sages de la famille avait dit, il y a déjà quatre décennies de ça environ : « Le Pouvoir n'est pas éternel : ça vaut pour un homme, ça vaut pour une classe sociale, ça vaut pour une famille ».

La noblesse (dignité) s'obtient par le mérite, non en héritage.





*Pòtynd • sikúnal nep pœr dùs, nep pœr sosjen klass nep pœr gèmals.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 23 Fév 2017 - 16:30

Les résultats des élections municipales santoises sont arrivés.... et ça craint pour la droite dans cette province. Hocklènge pourrait bien basculer à gauche pour la première fois de son histoire. L'ADF (Anoeven Demokratig Forum, qui a succédé à la Frejen Ùtyn et en a profité pour en verrouiller l'entrée au FP#) est en ballotage à Smùhr, pour la première fois depuis que cette formation a pris cette ville au Frejden Partet (droite dure)#. L'ADF (encore elle) peut d'ores et déjà faire une croix sur les communes de Sense, Trolaṅs et Zhenek. Le Parti Républicain (peu présent dans cette province) pourrait bien jouer les trouble-fête et empêcher la gauche de ramasser des villes comme Nevstad, Hocklènge* ou Sense, mais c'est pas acquis d'avance : il y a une rivalité certaine entre le PR et l'ADF ; toutefois, sa position est intéressante à Karcfetal et à Strælgarde. L'ASA (anoeven sosjenet alkávad = alternance socialiste aneuvienne) confirme son avance à Asknerat et pourrait bien gagner Pyval, Kloze et Nazhe. Ces élections sont également une "épreuve du feu" pour l'ALP (làpor), formation formée par l'aile droite de l'ex-SPA°, de l'ex-SdPA et de quelques électrons libres du centre-gauche. Le Frejden Partet# avait perdu la plupart de ses municipalités il y a vingt ans environ et est toujours dans quelques communes du nord du Pelljaṅt (Abœle). Certains membres ont bien voulu reconquérir Smùhr mais ont dû déchanter, ils ont alors essayé de se rabattre sur le sud (Skatrde & Nellede) sans plus de succès.


La ville de Kesna (capitale fédérale) n'est pas concernée par ces élections. Son maire (DPS, membre de l'ADF) n'a donc pas encore trop à s'inquiéter, l'élection municipale de Kesna ayant lieu en Juillet de l'année prochaine, deux semaines après les municipales pandaises.


*Par le passé, ce parti avait déjà pris Hocklènge à sa formation rivale d'alors (l'ODU : ogsídenten demokrat ùtyn), dont des édiles avaient trempé dans une affaire de ballets... colorés.
°L'aile gauche ayant rejoint le SPS (Sosjenet Partet Skerden), une des composantes de l'ASA.
#Rien de commun avec le FN d'ici qui réussit à ramasser des voix chez les victimes du capitalisme européen. Le Parti Libéral (Frejden Partet, avec un D comme diner (argent) ; il n'est donc aucune question de liberté de parole, de conscience ou d'association !) n'a aucune prétention populaire et est plutôt une formation profondément élitiste et anti-sociale. Il regroupe entre autres des descendants d'anciens colons blancs pandais, ainsi que des patrons antisyndicalistes, sans oublier ses liens occultes avec le KDO, un groupuscule d'extrême-doite (un peu comme nos identitaires). Bref : du "beau monde" ! Ce parti fut en fait issu de l'éclatement d'un ancien parti de droite, le Frejen (sans D) Partet (formé à la suite de la dissolution de l'ODU en 1974) les membres les plus modérés participant à la composition de l'ADF, sous le nom de Frejen Demokrat Partet et les plus durs formant le Frejden Partet.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal

avatar

Messages : 4056
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 23 Fév 2017 - 20:06

bizarre les élections municipales sont pas du tout au même moment en Aneuf ?


SInon, curieux que Hocklenge soit à ce point ancrée à droite, c'est un véritable séisme politique si elle bascule à gauche !!!

AU fait c'est bien la ville la + peuplée d'Aneuf ?


Tiens sinon, tu peux me faire un topo sur les sensibilités politiques de chaque région ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 23 Fév 2017 - 22:11

bedal a écrit:
bizarre les élections municipales sont pas du tout au même moment en Aneuf ?


SInon, curieux que Hocklenge soit à ce point ancrée à droite, c'est un véritable séisme politique si elle bascule à gauche !!!

AU fait c'est bien la ville la + peuplée d'Aneuf ?


Tiens sinon, tu peux me faire un topo sur les sensibilités politiques de chaque région ? Smile
L'Aneuf est une république fédérale, et, sauf pour les élections des députés fédéraux et (depuis récemment) les élections présidentielles, c'est le ministère des affaires civiques de chaque province qui a la charge
des élections municipales, des élections de district, souvent combinées avec les élections régionales.

Lees élections municipales de Kesna sont à la charge du ministère fédéral des affaires civiques (nom aneuvien du Ministère de l'Intérieur).

Le ministère provincial du travail a la charge des élections professionnelles (prudhomales, notamment).

Hocklènge est effectivement la commune aneuvienne la plus peuplée, avec environ 600 kHab. Mais le Pelliant (région dont elle est capitale, en plus de la province des Santes), avec 1,8 MHab n'est pas la région urbaine la plus peuplée, elle arrive en deuxième position, derrière le Surroenyls, avec 2,6 MHab.

Au cours de l'histoire récente de l'Aneuf, plusieurs provinces ont changé de majorité politique.

Voici où c'en est actuellement :

Alfazie : Làpor (centre-gauche)
Æstmor : Làpor (centre-gauche)
Kanolthe : ASA (gauche)
Lakùr : Làpor (centre gauche)
Malyr : DPS (centre droit, minoritaire, ayant besoin du centre gauche pour gouverner)
Pande : ПШП (centre-gauche, minoritaire, ayant besoin d'appuis, mais cette fois-ci, de la gauche : Пandu Aмeкiʟe)
Roenyls : RSP (gauche. Le RSP (Roenylsen Sosjenet Partet) est issu de l'éclatement du SPA et ses adhérents n'ont pas voulu rejoindre le Làpor, trop centriste à leur goût, mais est resté distinct, toutefois de l'ASA).
Santes : ADF (droite).

Bref, le Republiken Partet n'est plus au pouvoir nulle part, après avoir eu, même relativement récemment, des mandats au Kanolthe, au Roenyls et en Alfazie. Bref : la roue tourne !

Je t'ai mis les provinces, plutôt que les régions. Une province comprend environ entre deux et dix régions. Chaque région peut compter de un à cinq districts, parfois plus : le Surroenyls comprend les districts de Nevwarkling, Alvarne, Azfold, Vokara, Gerne, Kramelne, Seblir et Livne.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mar 14 Mar 2017 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 14 Mar 2017 - 16:06

Vilko a écrit:
Les rois du Mnar se méfient des particularismes locaux, toujours susceptibles de se transformer en séparatismes. C'est pourquoi ils ont toujours vu les dialectes et les langues locales d'un mauvais œil.

Les mêmes causes ayant les mêmes effets, la politique linguistique du Mnar n'est guère différente de celle de la France...
L'Aneuf étant une république fédérale (contrairement à la France, une république centralisée, et le Mnar, une monarchie centralisée), la politique linguistique est assez différente. Toutefois, même si on enseigne les variantes dans les différentes provinces, c'est surtout à titre indicatif, et l'aneuvien académique (en gros, celui de Nakol) fait force de loi linguistique dans sept provinces sur huit ; et de langue d'échange dans la huitième. C'est-à-dire que, par exemple, une chaîne de télé ou de radio à prétention d'audience nationale devra parler l'aneuvien académique, même si elle siège à Malbœrg à Sfaaraies, Nælvyn ou Hocklenge ; seuls les accents régionaux seront tolérés°, les particularismes lexicaux ou grammaticaux ne seront pas de mise : on dira septàmbren pour "de septembre", et non septàmberen, comme en Æstmor, ni septáṁbren comme à Nevstad ou Zhyllan, ni septèmbrev comme à Pyval ou Skatrde (utilisation du circonstanciel dans une date). Pareil pour la presse écrite nationale : comme indiqué là, un journal à audience nationale écrira comme à Nakol. Comme les tournures dialectales hyltendaliennes ont disparu du Mnar, en Aneuf, c'est plus ou moins l'aneuvien de Pande qui a disparu, au profit du thub, d'une part, mais aussi au profit de l'aneuvien académique (pourtant originaire de plusieurs centaines de kilomètres de là), et dans une moindre mesure, celui de l'est des Santes ou celui du sud du Malyr... Mais, les ex-colons restés en Pande (ceux qui n'ont pas fichu le camp aux Santes après 1972) et leurs descendants ont progressivement créé un nouveau dialecte aneuvien de Pande, très différent du précédent, puisque celui-ci y introduit des particularités lexicales thubs. Ce nouveau dialecte a complètement remplacé le précédent, mais n'est toutefois guère répandu. La majorité de la population thub parle thub ; ou aneuvien académique pour s'adresser à des Aneuviens d'en dehors de ladite province, toutefois, la politique linguistique de ladite province n'est pas hostile à ce nouveau dialecte, tant qu'il ne prend pas trop d'ampleur et qu'il n'entre pas en concurrence avec la langue officielle provinciale. Cependant, les feuilles d'impôts  et autres documents officiels sont rédigés exclusivement en thub.


°C'est, évidemment le cas des spiqueurs et invités officiels ; pas nécessairement des personnes interviouvés à titre privé.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 21 Mar 2017 - 23:03

Le premier janvier 2023 à 00:00, le statut particulier de la Pande expirera.

Qu'est-ce qui va changer :

D'une part, les lois fédérales, qui n'étaient applicables à la Pande que si la majorité de l'assemblée pandaise les avaient ratifiées seront applicables pour toutes les provinces. Concrètement, ça ne va pas changer grand chose parce que pour qu'une loi devienne reconnue comme fédérale, il fallait qu'elle soit ratifiée par l'ensemble des députés et des sénateurs, y compris pandais, donc.

D'autre part, le premier ministre n'avait pas le droit de dissoudre l'assemblée pandaise. En fait, là, pareil, ceux-ci n'ont jamais eu à le faire, donc c'est purement symbolique.

D'autre part, la gendarmerie pandaise (la Pande est la seule province à disposer d'un corps de gendarmerie propre) sera intégrée dans la gendarmerie nationale, les officiers et sous-offs garderont leur grade. Ce qui va surtout changer, c'est qu'un gendarme de Delko, par exemple, pourra exercer à Splan ou à Sorne, et qu'un Santois pourra exercer à Sordalkÿ.

La Banque de Pande n'émettra plus de billets, mais les billets restants demeureront encore valides (y compris ailleurs en Aneuf). Il y aura une période de transition pendant laquelle on pourra payer en billets pandais, mais où les commerces enverront les anciens billets à la banque de Pande plutôt que de les remettre à la clientèle.

Le calendrier thub, qui déjà n'était plus appliqué aux ПAƋ (ci d'ssous) pour des questions de compatibilités avec les autres provinces (notamment le Malyr et les Santes, risque fort bien de perdre encore énormément d'influence.

Ce qui va rester :

Le statut linguistique : le thub sera toujours langue officiel en Pande et l'aneuvien sera pratiqué comme langue d'échange. Concrètement, ça veut dire que les documents officiels intraprovinciaux seront encore rédigés en thub, même si, en principe, tous les Pandais sont bilingues. Dans la vie courante, le bilinguisme est une réalité, surtout de part et d'autre de la frontière interprovinciale.

Les ПAƋ, eux, vont subsister. Il existe  d'autres entités ferroviaires que l'ANB, tant provinciales (Lakùr-Beaṅ) que régionales (SST) ou interrégionales (Elpatt), il n'y a aucune raison que la raison sociale ferroviaire disparaisse.

Pour l'ƐTП (électricité pandaise), on n'est sûr de rien. Si des opérateurs privés naissent entre temps pour concurrencer Anoelek, il n'y a aucune raison que ƐTП disparaisse.

Les services de santé et de sécurité sociale vont, en principe, subsister,  même s'il sont, dans l'ensemble, moins performants que dans des provinces comme le Malyr, le Roenyls ou l'Æstmor.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal

avatar

Messages : 4056
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 21 Mar 2017 - 23:32

Ce statut peut-il être renouvelé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 23 Mar 2017 - 13:55

Ça, c'est ce que souhaiterait bien Пandu Aмeкiʟe, en argüant que ledit statut avait été obtenu en échange d'une bande de territoire de 50 km de large en 1973 et que si la Pande perdait son statut, ce serait bien normal qu'elle retrouve des cités comme Żhenek, Neđanka en entier, et que la frontière provinciale aille frôler les faubourgs de Nellede.. Mais c'est pas si évident que ça. Les dédommagements dus au statut ont été maintenant largement réglés, et le mieux est de trouver une situation qui puisse bénéficier à la Pande et aux autres provinces aneuviennes, en particulier les Santes et l'Alfazie. Cette situation devrait être trouvable pas trop difficilement, dans la mesure où il n'y a plus vraiment de situation conflictuelle entre les Santes et la Pande. Elle est quand même devenue assez loin, l'époque où il fallait au bas mot trois quarts d'heure pour simplement traverser Neđanka. Les bus des ППP (Povogda Pandyr Bussyr) n'ont plus de fenêtres équipées de lourdes grilles pour éviter les projectiles. Nezhank est encore certes divisé en deux municipalités (une pandaise et une santoise), mais la traversée, dans un sens comme dans l'autre n'est plus problématique et il y a même des échanges culturels ou sportifs entre les deux communes. Aussi bien d'un côté que de l'autre, les membres  des groupuscules extrémistes que sont le KDO (mouvement pour la défense de l'occident) ou le ГŦ (conscience thub) ont été "priés" de se calmer ou de s'éloigner.


Les négociations continuent.

En fait, si certaines réalités du statut restent, c'est justement à cause des territoires de l'ouest cédés aux Santes (notamment la région de Żhenek, cf plus bas). Pour ce qui disparait, c'est en regard de l'évolution des contacts entre les deux provinces limitrophes. Pour ce qui est des groupuscules extrémistes, le KDO est interdit et ГŦ est inéligible. Pand Anoev voudrait bien que ГŦ soit également totalement interdit. Ce à quoi le gouvernement provincial a répliqué : « Que le gouvernement des Santes interdise le KDO et nous en ferons autant avec ГŦ ». Cette réponse était d'une part, le fruit du bon sens, et n'était pas innocente : le ministère pandais de la Justice savait que le KDO, interdit de facto dans la plupart des provinces aneuviennes, était protégé par le FP aux Santes. Officiellement, Pand Anoev, membre de l'ADF, n'a aucune relation quelle qu'elle soit avec le groupuscule extrémiste aneuvien. Cependant, on s'autorise à penser, dans les milieux autorisés (hommage à Coluche) qu'une poignée d'édiles du FdP (membre de l'ADF) auraient des amitiés avec le FP (non membre, pour cause de radicalisme). Pand Anoev souhaiterait à un passage au bilinguisme total et que le thub ne soit plus obligatoire en Pande, comme c'est le cas dans les autres provinces, bref une situation à peu près analogue à celle qui règne dans la sante de Żhenek. La question devrait être soumise au vote à l'assemblée provinciale prochainement.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Jeu 13 Avr 2017 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Ven 24 Mar 2017 - 2:42

Les médias :

En Pande : L'essentiel des média est exprimé en langue thub, tant dans la presse écrite qu'en audiovisuel, du coup la langue est bien diffusée, de Sanrxbyr jusqu'à l'ouest de Koddarka-Rukka. Il y a aussi des médias sur Internet.

La langue aneuvienne en Pande : présente dans quelques journaux régionaux, ainsi que des stations de radio, tout aussi locales. La couleur politique n'est pas toujours celle de Pand Anoev. Quelques fictions télévisuelles sont parlées en aneuvien et sous-titrées en thub. Dans les journaux télévisés, la date apparaît deux fois, dans les deux calendriers en vigueur dans la province.

Au sud du Malyr : La situation est inversée, l'aneuvien est la langue officielle de la province, comme dans le reste de l'Aneuf (sauf la Pande). Toutefois, le thub a ses journaux locaux, tant à Kalœr (où ils perdent en audience) qu'à Skrasen et à Krebiz (où ils se maintiennent tant bien que mal). La télé émet en aneuvien ; cependant, vingt minutes par jour, avant le journal télévisé, Malyr 2 émet en thub via ses trois émetteurs du sud (Kalœr, Pomár et Krebiz). Sinon, les Thubs du sud du Malyr (et même d'ailleurs, depuis la progression du câble) peuvent recevoir Telviz Pandu.

À la sante de Żhenek : situation à peu près analogue à celle du sud du Malyr, hormis la télé qui ignore la langue thub ; les téléspectateurs se replient par conséquent soit sur Malyr 2 soit sur Telviz Pandu.

Au Neqbar et à la sante Océane : certes, la situation s'est améliorée par rapport à il y a ne serait-ce que trente ans, mais le thub est à peu près absent des médias comme la télé et la radio. À la fin des années '70, il n'y avait pas un seul Thub dans ces deux santes (sauf quelques téméraires qui n'avaient pas peur d'en découdre avec le KDO), maintenant, il y en a dans les 500~600 : pas assez pour former l'audience d'un média tel que la télé, ou même la radio. Les journaux sont en perte d'audience comme dans beaucoup d'autres endroits. Un gagnant : internet.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mer 5 Avr 2017 - 16:43

Vilko a écrit:
Le Japon, la Russie et la Corée du sud ont des MacDonalds, des multinationales, et des groupes de rock et de rap.
L'Aneuf aussi, même s'y en a moins, nettement moins, beaucoup moins. Certes un peu plus qu'en Corée du nord (la voisine de celle du sud), mais moins qu'en France. L'Aneuf, c'est à la fois familier et complètement exotique. Quasiment tous les partis sont nationalistes, sauf l'extrême-droite. On trouve à peu près ce qu'on trouve dans les pays riches, mais à la sauce aneuvienne. Carrefour a bien voulu s'y implanter, mais on leur a prié de bien faire attention aux noms de leurs surfaces de vente. Y a quelques rares hypers aux Santes et au Roenyls, C-Planet existe donc, car Planet est aussi un mot aneuvien. Mais C-Market devait être remplacé par C-Merkad, C-City par C-Civ... les autres (C-Express & C-Contact) étant concurrencés par les supérettes locales. Tout compte fait, la marque au logo bizarre* a préféré laisser tomber. D'autres enseignes issues de pays non anglophones (Renault, Nescafé, Dior, Bosch, Canon etc.), plus ou moins bien implantées (ça dépend des provinces) respectent des consignes assez précises quant à la manière de s'adresser à la clientèle. La marque de camions et de bus Iveco (issus de Fiat) a pu garder l'acronyme de sa marque (Industrial Vehicles Co) mais la camionette-phare de la marque ne s'appelle plus Daily, pas même Deaven, mais Qilor°.



*En fait : un C inscrit dans un carré sur pointe.
°Certains modèles, dans la réalité changent de nom (et même de forme, mais le moteur est le même) de l'autre côté des frontières : ça existe aussi dans la réalité

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Dim 16 Avr 2017 - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Ven 14 Avr 2017 - 12:46

Vilko a écrit:
Maintenant que Kophio habite sur la Côte d'Ethel, où ne vivent que des riches, une voiture de luxe s'impose plus que jamais. Sur la Côte d'Ethel, ce sont les vieux breaks cabossés qui attirent la suspicion !
Eh ben, tu vois, chez les Aneuviens vraiment riches (erplútdur ; parce qu'une voiture, c'est pas vraiment donné), y a deux voitures :

la voiture qu'on a depuis toujours, avec un grand coffre (genre break ou SUV*, tout dépend où on se trouve), pour bien le remplir quand on va à la campagne. Laquelle voiture peut éventuellement servir pour partir en vacances si on a beaucoup de bagages et de passagers.
et la berline ou limousine luxueuse (et bien équipée) quand on va chercher un hôte à la gare ou à l'aéroport avec tous ses bagages.

Éventuellement, pour ceux qui n'ont pas de maison de campagne, mais plutôt une villa sur la Nobenkost, ils peuvent ÉVENTUELLEMENT remplacer le break ou le SUV* par un coupé ou un cabriolet.

Sinon, pour aller en ville, ils prennent plutôt le deux-roues ou les transports. Le rapport des Aneuviens avec la voiture est très différent d'avec les autres pays occidentaux. On verra plutôt rarement un Aneuvien, même riche, prendre tout seul sa voiture (le coffre à peu près vide), quelle qu'elle soit, pour aller en ville. C'est pas dans les mœurss là bas.

La voiture, en Aneuf, n'a pas la place (envahissante) qu'elle tient, aux États-unis ou en Europe occidentale, une sorte d'étendard permanent de la condition sociale de celui qui la possède (mais c'est le cas aussi dans des pays pauvres, si on réfléchit bien, y compris dans les pays prétendument communistes des années '60 (celui qui avait la plus belle voiture (non pas une Trabant, mais la Volvo importée à grands frais - du contribuable), c'était le cadre du Parti). La voiture n'est pas bannie comme dans des rêves d'écolos idéalistes (mais sincères, pas comme un certain ministre). Elle a sa place dans l'ensemble des moyens de transports. Il y a plus de voitures à la campagne qu'en ville, car il y a moins de fréquence dans les moyens de transport public. Y a quand même des voitures dans les villes mais elles ne sont utilisées que pour des transports occasionnels et/ou pour remplir le coffre.


*C'est davantage ça que ça. Le terme SUV est traduit en aneuvien V° ou waan-xeliys eu égard à la capacité de transport de ce type de véhicule. Encore que V englobe à la fois le break, le monospace et le SUV. Pour avoir un vrai SUV (4 roues motrices, même si on peut passer en deux roues motrices pour des raisons économiques), on dira V4.
°Par exemple, la 645 V (un break, comme chez nous), un 665 V4 pour un crossover 4*4, un 675 V pour un monospace, et un 675 V4 pour un SUV ; du moins dans la gamme Kærtham actuelle. V est donc une voiture assez grande et vitrée, avec un coffre conséquent. F (comme fiyn= vent) : cabriolet ; C (comme ckùt = couper)# : coupé ; W (Waan, une version encore plus "wagon", puisqu'elle est tôlée), L (comme lœng ou lùx) : limousine. S'il n'y a pas ces lettres-là, c'est une berline, de 2 à 5 portes (la 613 est une petite berline basique, pour ne pas dire rustique, à trois portes).
#On ne confondra pas, par exemple, la 633 H avec la 633 CH : les deux sont hybrides, les deux ont trois portes seulement, mais l'arrière de la CH est plus incliné est la voiture est moins haute (c'est pas toujours un avantage, mais y en a qui aiment).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2624
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Dim 16 Avr 2017 - 0:36

Anoev a écrit:
Sinon, pour aller en ville, ils prennent plutôt le deux-roues ou les transports. Le rapport des Aneuviens avec la voiture est très différent d'avec les autres pays occidentaux. On verra plutôt rarement un Aneuvien, même riche, prendre tout seul sa voiture (le coffre à peu près vide), quelle qu'elle soit, pour aller en ville. C'est pas dans les mœurs là bas.

Au Mnar, un piéton, c'est quelqu'un qui n'a pas de voiture. Sinon il la prend même pour faire 100 mètres. L'état d'esprit, sauf dans l'Ethel Dylan, est encore celui d'un pays du Tiers-Monde.

À Hyltendale, c'est différent. La ville a beaucoup de parkings, ce sont même des œuvres d'art, à cause des piliers, surmontés de statues de dieux-démons, qui permettent de les repérer de loin. Toutefois, les fembotniks comme Yohannès ne répugnent pas à prendre l'autobus, et aussi le tricycle à passager. C'est bien sûr une gynoïde ou un androïde qui pédale. Le tricycle à passager n'est pas très rapide (en ville, ce n'est pas un problème) mais il est très pratique pour faire ses courses, si on n'a pas besoin de faire plus de dix kilomètres.

On peut classer les fembotniks propriétaires de voitures en deux catégories :

1. Ceux qui conduisent eux-mêmes leur voiture, comme Yohannès, et qui ne demandent à leur gynoïde que de leur indiquer le bon chemin. Yohannès utilise relativement peu sa voiture, il préfère le tricycle à passager pour faire ses courses, mais c'est surtout parce que l'essence est chère, et le double moteur (électrique/thermique) de sa Nelson consomme beaucoup.

2. Ceux qui laissent conduire leur domestique humanoïde, comme Ornicar Séféro. Il s'assoit à côté du chauffeur parce qu'il n'a pas le choix, sa voiture étant un coupé deux places. Il n'envisage pas, pour le moment, de remplacer le coupé par une berline, parce qu'il laisse toujours au moins une de ses gynoïdes garder la villa, et l'autre gynoïde peut prendre place sur l'étroite banquette à l'arrière du coupé. Les humanoïdes n'ont pas besoin d'autant de confort que les humains.

Anoev a écrit:
la berline ou limousine luxueuse (et bien équipée) quand on va chercher un hôte à la gare ou à l'aéroport avec tous ses bagages.

Pour un fembotnik qui se respecte, aller chercher un ami ou un parent à la gare, ou au port des hydravions, est quelque chose de tout à fait exceptionnel. S'il a besoin de le faire, il prendra les transports en commun (accompagné de sa gynoïde, sans laquelle il se sent perdu) et il montrera sa générosité en payant le taxi pour transporter son hôte. S'il n'y a pas assez de place dans le taxi, la gynoïde rentrera à la maison en autobus, comme elle est venue.

Ornicar Séféro se ferait éventuellement conduire en voiture jusqu'à la gare par l'androïde Norodom, et rentrerait chez lui en taxi avec ses hôtes et leurs bagages, Norodom se chargeant de ramener la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17430
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Dim 16 Avr 2017 - 1:46

Le taxi est aussi une solution envisageable, également en Aneuf. Il y a plusieurs sortes de taxis, y compris des taxis collectifs (surtout dans les zones rurales ; ne pas confondre avec les minibus, qui ont des trajets (lignes) et des horaires fixes, même si c'est parfois des véhicules similaires qui assurent le service). Y a les entreprises municipales ou régionales (prix élevés, mais service rigoureux), y a les entreprises privées, c'est également cher, mais le but de l'entreprise est de gagner de l'argent (alors que les autres doivent être dans un budget d'équilibre), donc, prudence quand même ; cela dit, ces entreprises jouent leur réputation, ils ne peuvent donc pas se permettre des excès, mais gaffe au prix de l'excédent de bagage, par exemple. Ensuite, il y a les artisans : là, y a le meilleur et le pire. Et enfin, il y a les taxis de l'ANB (je me suis inspiré des taxis des Nederlanse Spoorvegen de 1991, je ne sais pas si ce service existe encore) : dans les villes moyennes uniquement, hors des grandes régions urbaines et des capitales provinciales. Pas chers du tout, mais il faut avoir un billet de train de grande ligne (Syv, IC IK ou express) à présenter au chauffeur de taxi, qui t'emmène, pour un prix fixe, à une destination dans un rayon maximal de 30 km à vol d'oiseau. Il y a également le service xeliys-lùxen, à ne pas utiliser si on est près de ses sous. Présent uniquement au Pelljaṅt, au Sanflod et à Nevwarkling. Le taxideuroues est également une solution économique envisageable : plus économique pour des courses "longues" que des courses courtes (paiement à la course : pas de compteur ; attention là aussi, honnêteté variable selon les prestataires). Dans les grandes régions urbaines, il y a, en plus du type social du taxi (cf ci-dessus), le type géographique. Prenons l'exemple du Pelljant. Un hocklèngen medoṅ° vous emmènera certes en banlieue, mais pour un tarif nettement supérieur à un taxi estampillé Pelljaṅt, moins intéressant intramuros. Un taxi d'Hocklènge ne peut pas vous prendre en charge en banlieue (sauf à l'aéroport de Karcfetal, mais à des prix !), un taxi du Pelljaṅt peut vous prendre n'importe où au Pelljaṅt. Ce type de distinction existe aussi au Sarimat et au Sanflod. Au Surroenyls, c'est un peu différent. C'est selon les districts (Gerne, Nevwarkling, Alvarne, Azfold & Seblir ; Les préfectures de Livne et Vokara n'ont pas de services particuliers de taxi, et ce sont donc les taxis estampillés Surroenyls qui prennent en charge la clientèle. Là, c'est comme ailleurs, même pour les aérogares : un taxi de Seblir ne peut pas vous cueillir à Gerne Flv (et à vous faire payer un max, en passant), à fortiori si vous voulez aller dans une bourgade de la banlieue d'Azfold. Ce sont des taxis de Gerne (opérant aussi à Kramelne) et des taxis "Surroenyls" qui prendront en charge le voyageur à sa sortie de l'aérogare*.



°Attention, si à la sortie des aérogares, ou dans certaines zones touristiques urbaines on croise ce genre de panneau, ailleurs c'est "medoṅ" (Penser à Automédon) seul qui sera indiqué. À Sordalkÿ (et ailleurs), on pourra voir Гeвoḋu devant medoṅ ; à Neđanka, pendant une assez longue période, c'était "Гeвoḋu" tout seul !
*Le complexe aéroportuaire (tour de contrôle commune#) de Gerne comporte deux aérogare : la plus ancienne dans la banlieue de Nevwarkling, assez mal desservie (deux~trois lignes de bus plus une navette (bus aussi) directe depuis le palais des Congrès de cette ville) et la plus récente, de conception moderne (avec des "satellites"), à Gerne, au sud de la commune, avec une ample desserte ferroviaire (avions sans ailes, IK, express et trains de banlieue ; seuls les Syv et les IC ne peuvent pas s'y arrêter, suite à un accord entre l'ANB et Anoflog).
#En fait, c'est pas une vraie tour ! le central de navigation est au deuxième sous-sol du satellite F3 de l'aérogare de Gerne, en toute sécurité.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2624
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Dim 16 Avr 2017 - 9:38

Anoev a écrit:
Le taxi est aussi une solution envisageable, également en Aneuf.

C'est parfois plus intéressant de prendre des taxis ou les transports en commun que d'acheter une voiture. Car, comme chacun sait, les sous durent et l'auto gêne ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux environnements...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux environnements...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
 Sujets similaires
-
» Deux environnements...
» comparaison de moyenne de deux échantillons, cas spécial
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» LOI DU PRODUIT DE DEUX VARIABLES ALEATOIRES UNIFORMES
» Nausées atroces depuis deux jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: