L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Deux environnements...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Deux environnements...   Mer 22 Oct 2008 - 16:09

... totalement différents, puisqu'adaptés à deux besoins d'imagination différents:

-L'un, bien terrestre, situé dans un "coin" de la terre où, dans la réalité, il n'y a qu'une étendue océanique: l'océan Pacifique, à la lattitude des 40me rugissants et à environ 2000 milles marins des côtes chiliennes (comme ça, je ne grignotte pas le territoire d'un État existant sur un continent). Une île à peu près grande comme la France mais pouvant avoir, selon ses régions jusqu'à un climat continental (pourquoi pas), avec comme dépendance, un archipel à 700 milles marins au nord et une île à 400 milles marins au sud-est (je compte en milles marins car dans ce cas, on traverse la mer, sinon, l'unité de mesure est le S.I.). Ce territoire bien terrestre entouré de mer, c'est... l'Aneuf (Anoev) où on y parle... l'Aneuvien, pardi! C'est là que je vais pour mes évasions bien "terrestres" avec quelques trouvailles tout aussi terrestres en matière de véhicules (ferroviaires, surtout, mais pas seulement), d'appareils photo, d'intrigues politiques ou autres (affaires, mœurs, et j'en passe)...

-L'autre, situé (pas tout-à-fait) à l'autre bout de la voie lactée, abritant des personnes douées d'intelligence (elles aussi) mais ayant une apparence pas du tout anthropomorphique. Des gens habitués à des voyages interplanétaires, devant maîtriser plusieurs calendriers (au moins un par planète, sans compter que certaines d'entre elles ont des satellites naturels: des "lunes"), plusieurs atmosphères et plusieurs gravités. Une technologie où le rayon Kroz (c'est comme ça qu'ils appellent le laser) fait depuis longtemps le bonheur, tant des metallurgistes que des chirurgiens et des professionnels de la communication. Des individus de plusieurs couleurs, à 6 bras et un pod, hermaphrodites et ovipares, et se reproduisant sans contact. Avec une "langue" tellement inattendue et tellement étrange que, quand j'ai fait lire ma première (et la seule, pour le moment) nouvelle à des collègues de boulot, ils m'ont dit "C'est bizarre, tes noms, non?" C'était des noms adaptés à une "bouche" d'Elviskalien: une espèce de trompe situé à l'extrêmité d'un des deux bras médians. Ce morceau d'univers est donc investi par les Elviskaliens, formé de plusieurs planètes et stations, comme Elviska, Ntexd, Droxt (plus maintenant), Xroub, Knanrr et quelques autres . C'est là que je "vais" quand je veux me dégager de l'attraction terrestre, mais je dois aussi y oublier mes attitudes terrestres.

Peut-être qu'un jour un vaisseau elviskalien survolera la terre... sans qu'on le voie... Quelque chose me dit que, de là haut, ses navigateurs verront avec leurs yeux situés à l'extrêmité de leurs bras supérieurs, une île fichée en pleine mer, dans l'hémisphère sud de notre planète bleue. Une grosse île appelée ...


Dernière édition par Anoev le Sam 28 Jan 2012 - 12:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Où et comment?   Ven 16 Jan 2009 - 23:09

Voilà un peu une idée où l'Aneuf est situé:



Dernière édition par Anoev le Lun 3 Mar 2014 - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 17 Jan 2009 - 11:58

Anoev a écrit:
-L'un, bien terrestre, situé dans un "coin" de la terre où, dans la réalité, il n'y a qu'une étendue océanique: l'océan Pacifique, à la lattitude des 40me rugissants et à environ 2000 milles marins des côtes chiliennes (comme ça, je ne grignotte pas le territoire d'un État existant sur un continent). Une île à peu près grande comme la France mais pouvant avoir, selon ses régions jusqu'à un climat continental (pourquoi pas), avec comme dépendance, un archipel à 700 milles marins au nord et une île à 400 milles marins au sud-est (je compte en milles marins car dans ce cas, on traverse la mer, sinon, l'unité de mesure est le S.I.). Ce territoire bien terrestre entouré de mer, c'est...
Une île pourrait bien se créer dans le Pacifique en ce moment, constituée de déchets de matières plastiques poussés par les courants marins Smile
Lien
Citation :
Une étendue de déchets plastiques toxiques de deux fois la taille du Texas barbotte tranquillement dans l’océan pacifique
Hmm... et si l'Aneuf était constitué d'un "plancher" de sacs et de conteneurs de matère plastique de plusieurs mètres (ou dizaines de mètres) d'épaisseur, sur lequel on aurait déposé une couche de sol cultivable ? Un petit continent artificiel, ancré à des récifs ou à des îles naturelles pour ne pas dériver à cause des courants marins ? Si le plancher de plastique est suffisamment épais et rigide, on peut même construire des immeubles dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Plancher   Sam 17 Jan 2009 - 13:01

Vilko a écrit:
Hmm... et si l'Aneuf était constitué d'un "plancher" de sacs et de conteneurs de matère plastique de plusieurs mètres (ou dizaines de mètres) d'épaisseur, sur lequel on aurait déposé une couche de sol cultivable ? Un petit continent artificiel, ancré à des récifs ou à des îles naturelles pour ne pas dériver à cause des courants marins ? Si le plancher de plastique est suffisamment épais et rigide, on peut même construire des immeubles dessus.

Heup, il faudrait qu'il y en ait vraiment énormément, et suffisament "compactés"!

-Il y a des montages assez hautes: les Alorynes, si elles sont moins étendues que les Alpes (leur surface est équivalente à celle des alpes françaises, peut-être même un peu moins), le Mont Alor culmine quand même à plus de 4000 m)

-Un nombre non négligeable des villes du pays ont des métros et des trams en partie souterrains. Si c'est facile à creuser, la stabilité serait, par contre, problématique.

-Si les déchets sont toxiques, ça doit pas être vraiment agréable d'y vivre (ça doit même être plutôt dangereux).

-Comme annoncé dans le lien, les déchets sont dans le (Pacifique) nord. L'Aneuf est dans le sud et brûle ses déchets non recyclables pour y puiser de l'énergie.

Non, L'Aneuf est bien une terre... ferme, mais... imaginaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Quelques précisions   Mar 2 Juin 2009 - 9:19

Je suis tombé, chez Idéopédia, sur cette page et ça m'a donné l'idée de donner quelques précisions par rapport aux deux univers (totalement disjoints: cf premier article) que j'ai imaginés.

Citation :
Classification
Un monde imaginaire est créé selon différents types de besoins :

Monde conçu dans le cadre d'un roman ou film de science fiction
Ce fut le cas pour le monde inventé autour de la planète Elviska, dans la nouvelle que j'avais écrite il y a déjà de ça un certain temps: Où est passé le Psetep?
Monde servant de contexte à un jeu de rôle ou un jeu vidéo
Monde créé comme trame de fond à des travaux idéolinguistiques
C'est le cas de l'Aneuf

Celui-ci peut ensuite adopter différentes formes :

Monde parallèle ou réalité différente situés sur Terre
Pays imaginaire vaguement situé, également sur Terre
C'est le cas de l'Aneuf
Autre planète civilisée, située ou non dans l'espace et le temps
Pays seul, ou groupe de pays, situés sur une autre planète civilisée non entièrement décrite

Système complexe de planètes ou galaxie toute entière, que ce soit la nôtre ou une autre, définie ou non
C'est le cas du monde des Elviskaliens, lesquels habitent sur plusieurs planètes, même s'ils ont dû quitter, d'urgence l'une d'entre elles (Droxt: Où est passé le Psetep?). La zone d'habitation des Elviskaliens occuperait les planètes habitables (pour eux) d'une douzaine de systèmes d'étoiles qui se situeraient à l'autre bout de la Voie Lactée.

Le peuplement de cet univers peut également être de plusieurs types :

Réalité peuplée uniquement d'être humains (et d'animaux terrestres):
L'Aneuf
Réalité peuplée de plusieurs espèces civilisées, dont des Hommes (parfois à des degrés différents)
Réalité peuplée d'êtres non Humains, d'une seule ou plusieurs espèces
"Syèstème" elviskalien. J'avais imaginé, danns l'univers des Elviskaliens, une planète où deux espèces complètement dissemblables auraient cohabité sur une même planète, mais ça n'a jamais dépassé... la deuxième ligne!
Présence ou non de Dieux (plusieurs types de divinités, intervenants ou non, actifs ou non etc.)
En Aneuf, il y a, en plus des religions connues, deux religions locales. Mais les dieux n'interviennent pas physiquement dans l'univers aneuvien. Les religions considérées sont basées sur les quatre éléments plus un cinquième dieu (dieu fédérateur, pour les Teheub, dieu de l'amour, pour les Ptahx).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: En projet   Jeu 20 Mai 2010 - 14:26

L'univers constitué par l'ensemble spatial elviskalien devrait, selon toute vraisemblance, adhérer au multivers d'Ægis.

Selon l'avancement des travaux (selon toute probabilité, dans l'univers nommé "Marais") dépendant en grosse partie de mon courage & ma motivation. On devrait pouvoir y lire le premier épisode de "Où est passé le Psetep?", une nouvelle racontant l'hist... mais non: je préfère vous faire attendre un peu.

Post scriptum: Du coup, c'est Gaïa!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Jeu 27 Mai 2010 - 10:48

Anoev a écrit:
Voici publié, sur Wikigaïa, le premier épisode de la nouvelle: "Où est passé le Psetep?".
J'aime l'humour des dialogues, malgré une situation potentiellement dramatique (un vaisseau présumé perdu corps et biens...).

Une question : les noms de lieux et les noms propres sont-ils tirés d'une idéolangue définie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Aha! Les noms elviskaliens!   Jeu 27 Mai 2010 - 13:14

Vilko a écrit:
Une question : les noms de lieux et les noms propres sont-ils tirés d'une idéolangue définie ?

Aucune langue structurée n'en est à l'origine! J'ai fait mon possible pour faire des noms les plus éloignés possibles que ce que pourrait produire une bouche humaine1. Les elviskaliens n'ont rien à voir avec nous. Une description en est faite sur cette page. J'ai ainsi pris mes marques avec l'anthropocentrisme2 généralisé dan une (trop) grande proportion (à mon avis) d'œuvres de science-fiction spatiale, tant littéraires que graphiques (BD) ou cinématographiques.

Merci, Vilko, d'avoir lu le début de ma nouvelle.
Au début du mois de juin, la suite.

1 Pas évident quand même, parce qu'il faut pouvoir les lire! Ce n'est donc qu'une "adaptation".
2 Une "adaptation" de ce terme philosophique à la science fiction: croire que tous les êtres évolués de l'univers ont une allure anthropoïde, comme les klingons & vulcaniens de Star trek, les Tatooiniens (et bien d'autres, comme sur Nabœ) de Star-wars, Superman, originaire de Krypton, et j'en passe. Ma conviction étant faite qu'un être vivant, même doué d'un savoir et d'une conscience, sur une planète étant le résultat de l'histoire naturelle de cette planète; comme toutes les planètes, même habitées, sont différentes, leurs hôtes sont, eux aussi, différents. Comme mes connaissances en biologie extraterrestres sont dans le domaine de la nullité intégrale, cependant; j'ai créé, en conséquence, ces êtres pouvant presque passer pour improbables... et pourtant... Même s'ils n'existent pas, rien actuellement ne peut le prouver. À y regarder de plus près, ils seraient moins invraisemblables que tous les Skywalker, Spok etc... réunis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 1 Juin 2010 - 21:21

Il semble que le vaisseau va bientôt retrouver le chemin de Xywptul : Ktupt l'informaticien va rectifier le programme contaminé, et si ça ne suffit pas Jpakù va aller à sa recherche. Je m'attends toutefois à ce que les droxopneps compliquent les choses Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 1 Juin 2010 - 22:48

Vilko a écrit:
Il semble que le vaisseau va bientôt retrouver le chemin de Xywptul : Ktupt l'informaticien va rectifier le programme contaminé, et si ça ne suffit pas Jpakù va aller à sa recherche. Je m'attends toutefois à ce que les droxopneps compliquent les choses Smile

Je ne peux ni démentir ni confirmer, sinon, ce serait la fin du suspense. Avoue qu'ce s'rait dommage silent

Par ailleurs, comme pour les romans qui paraissaient autrefois dans les journaux (et qui fidélisaient ainsi le lectorat), je tâcherai de découper de manière à ce que chaque fin d'épisode (sauf la fin de la nouvelle, bien sûr) survienne à un stade critique Shocked !

Allez, à dans... 10 jours. je mettrai le troisième épisode avant d'aller à Montluçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Dim 22 Aoû 2010 - 1:19

Un complément est venu sur la page d'Idéopédia, concernant l'échelle temporelle sur laquelle peuvent évoluer les idéomondes:

Idéopédia a écrit:
Au niveau du temps enfin, l'action peut se dérouler dans le passé, parfois fort lointain, dans le futur, ou bien être paralèlle à notre présent.

Là, je dois avouer que, là aussi, les deux mondes que je fais évoluer se situent diversement dans le temps.

L'Aneuf suit, à sa manière, plus ou moins logiquement, avec plus ou moins d'écarts, l'histoire de notre monde, puisqu'il s'agit d'un pays imaginaire situé sur une planète réelle. Il a subi, même s'il a assez bien résisté, les cahots de l'histoire: l'arrivée des européens, la monarchie, deux dictatures, la révolution, la guerre froide, les chocs pétroliers et les différentes crises... bref, l'histoire de l'Aneuf, c'est une vision de l'histoire d'un pays terrien quelle qu'elle pourrait être, mais vu par un verre qui aurait la forme d'un quadrilatère gauche, mais dont la torsion par rapport au plan serait non pas infime, mais suffisamment faible pour qu'on la croit vraisemblable sans qu'elle soit exacte; au contraire de sa géographie physique qui, si elle n'est pas complètement délirante, peut, par certains de ses aspects, passer pour paradoxale*:


Par contre, L'échelle temporelle de l'Ensemble elviskalien n'est absolument pas mesurable pour un terrien, donc, je ne préfère ne pas trop en dire. Elviska est situé à peu près à l'autre bout de la voie lactée, c'est dire! Si par hasard on pouvait voir l'image d'Elviska, cette image serait celle d'un passé très lointain. Or l'histoire imaginée (Où est passé le Psetep?) évoque des êtres ayant suffisamment maîtrisé l'astronautique pour être présents sur plusieurs planètes. Ce qui laisserait à penser que, au minimum, le premier engin spatial partit de Xywptul quand, chez nous, Ptolémée échafauda ses premières théories. Mais à cette distance, et vu les déviations du trajet de la lumière, si Elviska existait, et avec elle, la civilisation elviskalienne, il serait franchement impossible de donner un âge précis à chacune d'elles. Le monde d'Elviska est hors du temps terrestre, et pourtant, tout comme l'aneuf est sur Terre, l'Ensemble elviskalien est dans la Voie Lactée.

L'Aneuf sur Terre, Elviska en Voie Lactée... Mais sur ces quatre noms, deux seulement sont bien réels.

*Et à ajouter à ça, un climat continental au centre du pays (et même dans sa plus grande part)!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Lun 6 Sep 2010 - 12:19

Anoev a écrit:
Dernier (ultime) épisode paru, sur cette page.
L'histoire laisse en suspens une question importante : comment feront les Elviskaliens quand leurs réserves de minerai droxtien seront épuisées, après plusieurs années ? Les droxopneps ont gagné une planète riche en minerai, et ce minerai manquera cruellement aux Elviskaliens.

Ça me fait penser aux problèmes pétroliers (il semble bien que dans notre monde l'offre de pétrole sera "tout juste" suffisante pour satisfaire la demande mondiale en 2011 ou 2012, et après, mystère...)

Si on lit ton histoire comme une partie d'échecs, on voit que les droxopneps ont gagné l'enjeu de la première manche (la planète Droxt) en sacrifiant quelques pions (les droxopneps qui ont attaqué le Psetep). Pour les Elviskaliens il s'agit d'une défaite provisoire, puisque leur puissance de destruction (laque pétrifiante, rayons Korz à haute fréquence, etc) est intacte, ils ont même récupéré le Psetep en état de marche. Ils sont donc déjà prêts pour la deuxième manche.

Il y a des idées qui sont dans l'air. J'ai l'impression que l'aventure du Psetep en fait partie, et ça me donne l'occasion de parler d'une de mes lubies :

Quand j'étais enfant, dans les années soixante, j'avais lu chez ma grand-mère la collection complète de l'année 1907 du magazine "Lecture pour tous". On y parlait déjà d'une guerre possible entre la France et l'Allemagne, un article étudiait la possibilité que le Japon attaque les États-Unis par Hawaii (où se trouve Pearl Harbor), on y parlait aussi de la renaissance, notamment militaire, de la Chine, etc. J'en ai retiré l'idée que l'avenir est écrit dans les journaux et les magazines, si seulement on savait les lire et faire la différence entre les élucubrations et les prémonitions...

Le "Psetep" me paraît presque une prémonition : les Elviskaliens (l'occident) sont placés dans une situation sans issue au niveau de leur approvisionnement énergétique (pétrole) par les droxopneps (les Islamistes ? Leur attaque du Psetep fait penser à une action terroriste). Dans la réalité évidemment les choses ne pourraient se passer de cette façon que si les États-Unis ou Israël attaquaient l'Iran et que ce dernier réagisse en bloquant le détroit d'Ormuz, par où passe 40% du pétrole mondial, mais ce scénario est peu probable. Ils ne sont pas assez fous pour faire ça, n'est-ce pas ?

La prochaine histoire est facile à deviner : les Elviskaliens n'ont que quelques années de réserve, il leur faut utiliser ce temps à se préparer à envahir la planète Droxt et exterminer les droxopneps sur toute la planète pour s'approprier le pétr... euh, le minerai. Ach, z'est la guerre ! Twisted Evil

Anoev a écrit:
Vilko a écrit:
La prochaine histoire est facile à deviner : les Elviskaliens n'ont que quelques années de réserve, il leur faut utiliser ce temps à se préparer à envahir la planète Droxt et exterminer les droxopneps sur toute la planète pour s'approprier le pétr... euh, le minerai. Ach, z'est la guerre !

La guerre? En tout cas, pas avec les droxopneps. La civilisation elviskalienne a commencé bien avant la conquête de Droxt (laquelle ne fut pas la première planète investie).

Les elviskaliens vont devoir se mettre en quête d'une autres planète renfermant un minerai à peu près analogue. Ce minerai

-ils peuvent le trouver sur une planète VRAIMENT inhabitée (les détecteurs de vies seront formels)
-sur une planète habitée par des espèces élémentaires mais pas du type "droxopnep" (consommateurs de minerai)
-sur une planète de type "Droxt" (peu probable, quand même, que dans l'univers, deux planètes soit rigoureusement identiques... peu probable, mais probable quand même)
-sur une planète habitée par des espèces intelligentes. Là, il faudra négocier et donner un bien en échange, ou bien, payer un loyer pour l'exploitation des mines (là, ce sera l'affaire des commerciaux & des diplomates et aussi (auparavant) des...linguistes, ethnologues etc...), du moins, s'ils ne tombent pas sur des espèces visiblement hostiles (par agressivité ou bien par tentative d'escroquerie). Selon le comportement des habitants de ladite planète, il pourra y avoir
-coopération
-fuite
-guerre.

Comme les elviskaliens ne sont pas tous semblables, le "problème" peut également venir de certains d'entre eux, imbus de domination et il risque d'y avoir une guerre triangulaire
-elviskaliens de la confédération, contre
-elviskaliens rebelles, contre
-habitants de la planète; lesquels ne comprenant pas, dans un premier temps, la dissension entre les elviskaliens seront amenés à les combattre tous; les loyalistes étant donc amenés à se défendre.

Mais je n'en suis même pas là.


Dernière édition par Vilko le Mar 7 Sep 2010 - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 7 Sep 2010 - 13:40

Vilko a écrit:
Vilko a écrit:
La prochaine histoire est facile à deviner : les Elviskaliens n'ont que quelques années de réserve, il leur faut utiliser ce temps à se préparer à envahir la planète Droxt et exterminer les droxopneps sur toute la planète pour s'approprier le pétr... euh, le minerai. Ach, z'est la guerre !

La guerre? En tout cas, pas avec les droxopneps. La civilisation elviskalienne a commencé bien avant la conquête de Droxt (laquelle ne fut pas la première planète investie).

Les elviskaliens vont devoir se mettre en quête d'une autres planète renfermant un minerai à peu près analogue. Ce minerai

-ils peuvent le trouver sur une planète VRAIMENT inhabitée (les détecteurs de vies seront formels)
-sur une planète habitée par des espèces élémentaires mais pas du type "droxopnep" (consommateurs de minerai)
-sur une planète de type "Droxt" (peu probable, quand même, que dans l'univers, deux planètes soit rigoureusement identiques... peu probable, mais probable quand même)
-sur une planète habitée par des espèces intelligentes. Là, il faudra négocier et donner un bien en échange, ou bien, payer un loyer pour l'exploitation des mines (là, ce sera l'affaire des commerciaux & des diplomates et aussi (auparavant) des...linguistes, ethnologues etc...), du moins, s'ils ne tombent pas sur des espèces visiblement hostiles (par agressivité ou bien par tentative d'escroquerie). Selon le comportement des habitants de ladite planète, il pourra y avoir
-coopération
-fuite
-guerre.

Comme les elviskaliens ne sont pas tous semblables, le "problème" peut également venir de certains d'entre eux, imbus de domination et il risque d'y avoir une guerre triangulaire
-elviskaliens de la confédération, contre
-elviskaliens rebelles, contre
-habitants de la planète; lesquels ne comprenant pas, dans un premier temps, la dissension entre les elviskaliens seront amenés à les combattre tous; les loyalistes étant donc amenés à se défendre.

Mais je n'en suis même pas là.

Excuse-moi, Vilko, j'me suis encore gourré d'bouton!!!

Faudrait vraiment que, lorsqu'on édite un texte, l'apparence de la page soit VRAIMENT différente que quand on a appuyé sur QUOTE ! J'ai fait plusieurs fois l'erreur, mais, neuf fois sur dix, je me suis ressaisi avant. C'coup-ci, c'était trop tard!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Mar 7 Sep 2010 - 18:19

C'est le métier qui rentre Very Happy

C'est pas grave, j'ai reconstitué le texte originel, et ta réponse avec. J'espère que les membres du forum ne seront pas trop déroutés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Pour éviter les bourdes (les miennes, surtout)   Mar 7 Sep 2010 - 19:31

Vilko a écrit:
C'est le métier qui rentre Very Happy

C'est pas grave, j'ai reconstitué le texte originel, et ta réponse avec. J'espère que les membres du forum ne seront pas trop déroutés.

Y d'vrait y avoir un système (pas insurmontable au demeurant, je suppose) qui fasse que quand un modérateur distrait (moi, pour ne citer qu'un exemple) appuie sur la touche ÉDIT d'un texte qui n'est pas de lui*, il y ait une page qui s'ouvre, disant "vous vous apprêtez à éditer un texte d'un autre intervenant; voulez-vous continuer? OUI/NON.

*C'est facile à repérer, y suffit que le nom en haut à droite (à côté de "déconnexion") soit différent de celui de l'auteur du texte à éditer; sinon, la page d'avertissement n'a pas besoin de s'ouvrir, puisque l'intervenant édite son propre texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: La vie aneuvienne I   Mer 15 Sep 2010 - 12:20

En fait, l'Aneuf recèle beaucoup de disparités et il n'y a pas, comme aux États-Unis, État pourtant féféral, une "anoeven livodàk". La "livodàk"* qui serait la plus proche de la nôtre serait à peu près celle des Santes (ce qui n'a vraiment rien d'utopique), la plus "exotique" serait celle qui est pratiquée en Pande, province pourtant limitrophe.

Seul un aperçu de l'état civil, donnant une idée plus ou moins précise sur les relations des Aneuviens entre eux est disponible sur Idéopédia.

Si, certes, l'Aneuf n'est pas l'idéal absolu de convivialité et que quelques "faits divers" peuvent survenir, ça et là, dans quelques cités ou lotissements, on est cependant bien loin de ces climats de tension extrême qu'on trouve à Los Angeles, Johannesbourg, Londres ou Marseille. L'alcool, le tabac et le cannabis y sont lourdement taxés et le montant des taxes va directement aux ministères de la santé des différentes provinces. L'importation de drogues "dures" est extrêmement prohibé et les contrevenants sont classés comme criminels (trafiquants) ou délinquants (consommateurs). L'environnement et la sécurité au travail sont également des sujets sensibles dans le pays et gare aux industriels qui "oublieraient" certaines recommandations. Il y a très peu de cas d'emprisonnement dans le cas de délits (uniquement récidive) et les peines sont courtes, plus orientées vers la réinsertion sociale que vers le châtiment comme un but en soi. Pour les crimes, c'est assez différent et la récidive ne dépasse jamais une fois: les conditions carcérales des criminels sont pénibles et renouvelables à satiété (dès le deuxième crime). La dernière province à avoir aboli la peine de mort des personnes physiques fut l'Alfazie, en 1975; ce qui entraîna son abolition au niveau fédéral. Toutefois, les personnes morales (organismes, associations etc...) sont susceptibles, en cas de comportement meutrier, d'être condamnées à mort, autrement dit, d'être dissoutes par décision judiciaire.

L'égalité des sexes n'est pas qu'un artifice pour faire joli dans un discours politicien, elle fait partie des faits et s'est imposée progressivement: les femmes ont le même salaire et les mêmes avantages sociaux que les hommes. Elles ont également autant de chances que leurs maris de perdre un procès de divorce, et de payer des pensions alimentaires au cas où celui-ci obtiendrait la garde des enfants. Un industriel qui refuserait d'embaucher une femme sous prétexte de congés de maternités à venir serait remis à sa place: les enfants sont l'avenir de l'humanité et, par conséquent, de l'Aneuf; par un tel refus, il se désintéresserait de l'avenir de son pays (ou du pays qu'il a choisi pour hôte). La liberté sexuelle est de mise dans la plupart des provinces (sauf en Alfazie jusque récemment, et dans une moindre mesure, en Pande), en conséquence de quoi, les viols et harcèlements sexuels y sont extrêmement rares, et, là aussi sévèrement sanctionnés. L'homosexualité, tant masculine que féminine, tout d'abord réprimée (dictatures) ou raillée ou victime de ségrégations, a commencé à être tolérée, puis admise dans les années '60 à '80, suite à l'action de l' ANIQUDA (Anoeven idemqúden asjúdentyn). Malgré quelques attitudes réfractaires en Pande, au Neckbar (Santes) au Kanolthe et en Alfazie; les attitudes discriminatrices sont actuellement passibles de poursuites.


La principale période de vacances pour les Aneuviens est la période estivale (de décembre à février) mais, y compris pour ces grandes vacances, tous les Aneuviens ne partent pas en même temps: en 2006, les plus précoces furent les Æstmoriens, les plus tardifs, les Santois... mais ce n'est pas toujours le cas, afin de ne pénaliser personne (mois le plus chaud, longueur des jours, capacités d'accueil etc...). Les vacances d'hiver (mai à septembre) sont soumises aux mêmes impératifs d'équité; toutefois, les Malyrois, avantagés par la présence, dans leur province, des Alorynes ont donc un calendrier moins favorable.

Après les vacances, la rentrée. Le système éducatif est, certes, géré par les provinces, cependant, l'État fédéral y met quand même le nez: un diplôme doit pouvoir être reconnu dans toutes les provinces. Les enfants sont scolarisés très tôt, mais leur rythme (y compris au collège) est loin d'être infernal! Leur 6me correspond à la nôtre, cependant, les chiffres dans l'autre sens par rapport à chez nous. Donc la 10me est notre seconde et la 1re est notre cours préparatoire.

Les Aneuviens, quel que soit leur âge, pratiquent, en moyenne deux activités sportives et deux activités culturelles par semaine, individuellement, en petit comité ou par équipe. À ce titre, si les sports internationalement connus sont pratiqués (football, handball, basket, rugby), il en existe un qui est vraiment une exclusivité aneuvienne, même si on retrouve des traces de jeux de ballon pratiqués ailleurs: le Pasparba, qu'on pourrait traduire grossièrement en "Rugbasket"! Je vous laisse deviner de quoi il s'agit.

Les Aneuviens boivent toutes sortes de boissons, alcoolisées (malgré la taxe: cf plus haut) ou non. Nombre d'entre eux apprécient notamment les sodas fruités (à base de sirops), les jus sans sucres ajoutés (oranges, pommes) et les sodas non sucrés (citron, pastèque). Les bières ne sont pas en reste et ça va de la bière sans alcool (T0, comme toutes les boissons non alcoolisées, même si elles en contiennes entre 0,3 et 0,7%, ou T1, avec les autre bières ainsi que les cidres: ça dépend des États; les vins étant T2) à la "stargæl" (T3) dont la plus connue (!?) est la Lærçhing, brassée à Smùhr (Neckbar, Santes). Les eaux-de-vies (Sprytwádre: T4, mais certaines d'entre elles sont admises en T3, là aussi, au gré de la législation de l'État considéré) n'étant consommées qu'occasionnellement (eu égard aux tarifs pratiquées), ne se trouvent pas en distribution "courante" (supérette, supermarché...), mais uniquement dans des "comptoirs spécialisés" où n'achète pas n'importe qui. En fait, le client (âgé de plus de 18 ans) de ces comptoirs est muni d'une carte, s'engage à ne pas en faire profiter une personne mineure sous peine de confisquation. Cette carte est également confisquée en cas de conduite (traṅxat, legnat)  sous l'emprise de l'alcool ayant causé un incident. Les débits de boisson (æstame) ont la même classification. Les boîtes de nuit sont limitées T3 ou T2, selon les États. Les clubs privés (rares, soumis à un "abonnement" accordé uniquement aux personnes majeures) étant les seuls à servir des T4. Les restautants sont T2 ou, le plus souvent, T3. Toutefois, certains d'entre eux (fréquentés en majorité par des ados, dans les 5 États du nord, Lakùr compris) sont T1.

Sinon, le commerce est organisé un peu différemment de chez nous, sauf peut-être, aux Santes (cf plus haut). Les marchés sont très populaires pour les commerces de bouche et l'habillement. Ce qui n'empêche pas l'existence de centres commerciaux, aux dimensions parfois impressionnantes. En dehors des Santes et de l'Alfazie, ces établissements ont une structure assez différente des nôtres. Ainsi, il n'y a pas une série de boutiques en "orbite" autour d'un unique hypermarché et d'un unique "magasin de technologies", mais plusieurs enseignes tant pour l'alimentation que pour l'électroménager ou bien l'image ou le son électroniques. À ce titre, il y a à peu près aucune chance (y compris aux Santes) qu'on puisse acheter son ordinateur ou son caméscope là où on a acheté ses plaques de cuisson ou son robot ménager (et encore moins ses petits pois). De même, on ne trouvera pas d'article d'entretien (droguerie) dans un supermarché (alimentation pour humains & animaux). Le Nebulo (entre Alvarne et Azfold) est le plus grand centre commercial d'Aneuf (près de 600 enseignes). Ce fut tout d'abord une vaste halle (marché couvert) pour devenir, au gré des transformations dues à l'évolution des coutumes de consommation des habitants, ce qu'il est devenu aujourd'hui: une véritable cité commerciale (la desserte en métro & trams est assurée) où on trouve un choix dans tous les articles, mais aussi entre plusieurs enseignes concurrentes: aucun "grand distributeur" ne fait la loi dans le site.

*De liv = vie & odàk = façon. Encore un mot qui se termine par -dak (au diacritique près) et qui n'est pas masculin, mais neutre, tout comme merkad est neutre également; et pourtant, là, sans diacritique: Elipòtendar insœlrun merkaż, a • erlàkizan = Impossible de pénétrer le marché: il est saturé.


Dernière édition par Anoev le Lun 22 Juin 2015 - 0:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: la vie aneuvienne IIa   Jeu 16 Sep 2010 - 14:07

Depuis la Révolution de 1892, et surtout depuis la Liberté retrouvée en 1945, l'Aneuf est une démocratie. De nombreux partis politiques, tant nationaux que régionaux ou provinciaux, des syndicats et une multitude d'associations y vivent, en principe dans le respect de la liberté de chacun et de tous.

Les associations sont d'une taille plus ou moins importante et ont un but ludique, culturel... ou bien... social.

Parmi ces dernières, on trouve entre autres des associations de consommateurs, de parents d'élèves, de locataires ou coporopriétaires (de logements), d'usagers de moyens de transports ou de structures sanitaires (hôpitaux, cliniques etc...), de minorités linguistiques, ethniques etc... Ces associations ont pour rôle d'apporter un soutien, tant judiciaire que moral à ses membres. On trouve également, parmi ces associations, de véritables entreprises, à cette différence près, c'est que le budjet doit être le plus équilibré piossible et que le bénéfice ne doit (en principe) pas excéder 1 Vir. Certains hôpitaux, cliniques, écoles privées, médias, organismes de transports en commun fonctionnent comme des associations. Ces associations sont représentées par un conseil de sages auprès du gouvernement. Ce conseil peut entériner, ou non, l'élection du directeur d'une entreprise nationalisée s'il y a désaccord entre le comité de ladite entreprise et l'assemblée interprovinciale (l'équivalent de notre Sénat) et/ou l'assemblée fédérale. la portée de ces associations peut être locale, provinciale ou bien nationale. Certaines associations se sont transformées en partis politiques, mais n'eurent, dès lors, plus droit à des subventions, tant au niveau fédéral que local. En contrepartie, les partis ainsi constitués purent participer à des élections et avoir des représentants directs à la Chambre.

Les partis politique sont désormais assez nombreux, depuis la scission des partis issus de la Révolution et de l'émergence des Verts, dans les années '70 (les deux principaux partis écologiques furent, d'ailleurs, d'anciennes associations).

Le tout premier parti, fondé avant la Révolution (dans la clandestinité) fut le parti Républicain (RPA). Ce parti est à peu près dans la mouvance de ce que fut le RPR en France, ou bien la CDU allemande (l'aspect "chrétien" en moins). Au départ plutôt (modérément) à gauche (par rapport aux royalistes, puis au NPP) il a glissé à droite, suite à l'émergence, tout d'abord du courant socialiste (fondé, lui aussi clandestinement) puis de l'extrême gauche (communistes). Le RPA est la première force politique du pays mais il est très loin de la majorité absolue, de plus, il est talonné (voire dépassé, dans certaines provinces ou régions) par le SPA (socialistes). Durant les années sombres, le RPA refusa tout compromis avec le NPP et entra en clandestinité aux côtés de la gauche, pour faire renverser par la force l'a dictature d'Hakrel (transfuge du RPA) puis de Ruz. Ce refus de compromis avec l'extrême droite, continua par la suite.

La droite a un autre représentant: l'ADF (Anoeven Demokràtig Forum), lequel a déjà changé deux fois de nom. Comme ses initiales le laissent supposer, cette formation a plus d'analogies avec la (défunte) UDF en France ou bien le FDP allemand. Cette formation apparut dans les années '50 sous le nom d'ODU (Ogsídenten Demokràt Ùtyn) et afficha tout d'abord ses convictions: amener l'Aneuf à s'allier aux États-unis pour barrer la route au communisme. L'ODU ratissa large (du centre droit à la droite dure), mais pas suffisamment pour empêcher des victoires notables de la gauche dans les années '50 et '60. Plus ou moins mouillée dans la tantative de putsch de 1974, elle se saborda pour renaître quelques années plus tard, sous le nom de FPA (Fræjnen partet Anoeven): Parti libéral d'Aneuf. Mais, peu après, des dissentions apparurent au sein de cette formation. Afin de ne pas voler en éclats, il se transforma en FUA (union libérale) dont le FPA était la branche la plus dure (mais pas la plus importante). D'autres partis étaient membres de cette union (comme en France, dans les années '70 & '80 où l'UDF rassemblait le parti républicain (ex-rép. indépendants), les CDS etc...) comme le FDPA, le DPS (Demokràtig Partet Saṅtren), la LDU (Lakùren Demokràt Ùtyn) etc... Toutefois, la radicalisation du FPA et ses frasques peu recommandables avec l'extrême droite firent sortir le FPA de l'Union. Afin d'éviter une possible confusion FPA/FUA, celle-ci changea de nom et prit le nom actuel de ADF. L'ADF désira bien récupérer le parti républicain au passage, mais celui-ci déclina l'"offre".

Le parti socialiste fu fondé presque en même temps que le parti républicain, mais sur des bases proches de Marx, Engels, Blanqui & Proudhon. Tout d'abord nettement moins influent que le parti républicain, aux côtés duquel il avait renversé le régime Deskerrem, il vit ses rangs grossir au fur et à mesure du mécontentement des salariés, grugés par les promesses des Républicains. Mais ce parti allait lui-même se scinder et les plus radicaux des militants allaient fonder le SRPA (Soçjeneset-revolœnteset partet Anoeven). Ce parti, orienté plus à gauche encore que le SPA allait tenir, malgré des dissentions internes assez fortes, jusqu'en 1935. Là, il se scinda en trois: une partie allait devenir l'Eljakeset Partet (parti anarchiste), une autre allait adhérer, bon an mal an, à la 3me Internationale (AKP), quant aux autres, ils allaient rejoindre le SPA pour en former la branche la plus radicale. Ces formations participèrent à la lutte armée contre le régime Hakrel puis contre l'ouvertement nazi Ruz. La liberté retrouvée, ces partis retrouvèrent une vie civile normale. Le secrétaire général de l'AKP, Timor Zetorg, qui s'était abrité à Novosibirsk (Cf M THorez, du PCF, à Moscou) pendant la tourmente, fut mis en minorité par un homme de terrain, Alban Gonterg à l'issu du 3me congrès du parti. Plutôt que de se soumettre, il préféra partir et fonder son parti: l'AKA (Anoeven Konserteset Àlljaṅs ("kœm Moskovs" diront ses détracteurs, tant à gauche qu'à droite). La auche eut des victoires significatives dans les années '50/'60: le Malyr (SPA) en '51, le Kanolthe en '53 et le Roenyls en '61 et elle permit l'accès à la Pande à un nouveau statut en '72 avec un parti local l'union démocrate pandaise. Mais cette embellie n'allait pas durer, et ce n'est pas tant à cause des bouversements d'Europe centrale (assez loin de l'Aneuf, quand même) mais plutôt par un renouvellement problématique des personalités charismatiques. Desc figures comme Alban Gonterg (AKP) ou Akirons Ballan (SPA) vieillissaient et les "jeunes loups (louves)" n'avaient pas les dents assez longues. Le SPA perdit le Malyr pendant 4 ans (pour le retrouver ensuite) à cause d'une scission de son aile "modérée" rejoignant plus ou moins le centre-gaughe: le SDPA. Le Kanolthe passa à droite, puis, huit ans plus tard, chez les Verts. Le Roenyls passa, lui aussi, à droite. Les évènements d'Europe centrale eurent quand même une conséquence: la chute d'audience de l'AKA qui fusionna un temps avec les "maoïstes-modérés" (!) du KPAml pour fonder le KPA... qui allait disparaître dix ans plus tard. Quant aux trotskystes, interdits d'AKP dans les années '30 pour cause de stalinisme de celui-ci, s'y intégrèrent en '45 quand Zetorg et ses hommes en partirent... pour partir à leur tour dans les années '70 et fonder l'AKL.

Les groupuscules d'extrême droite se multiplièrent dès les débuts de la République. Ils étaient fondés pour la plupart par d'anciens nobles qui n'avaient pas rejoint la Révolution. En fait, des nostalgiques de Deskerrem qui n'étaient pas décidés à désarmer et commirent des attentats ça et là. Mais dès les années '30, leurs mouvements s'essoufflèrent... mais tout danger n'était pas écarté. En effet, le danger vint d'ailleurs, d'un politicien, assez brillant, à ses débuts, un transfuge du RPA et qui promettait un avenir radieux pour les Aneuviens qui venaient d'essuyer à quelques années de délai, la crise de '29. Allan Hakrel fonda dans la foulée le NPP (Nàtynen Partet Poblen), un parti tout d'abord indépendant des autres forces politiques aneuviennes, mais qui allait bientôt puiser son inspiration en Europe centrale, en Italie et en péninsule Ibérique à la fin des années '30. Puis, ce parti afficha clairement son idéologie et son programme. Ce fut alors protestations, puis répressions, internements et meurtres en série. Mais l'opposition était demeurée importante. Il tenta donc une opération de séduction afin d'amener à lui les Républicains à lui et d'isoler la gauche, pour mieux l'écraser: sans résultat. Il s'appuya donc sur les nervis de Deskerrem pour garantir son pouvoir. La guerre civile fut alors déclenchée: plusieurs régions entrèrent dans l'insoumission, certaines en payèrent le prix fort; d'autres furent assez puissamment armées pour opérer une résistance efficace. Les alliés d'Hakrel étaient loin et commencèrent également à essuyer des revers (Stalingrad, Afrique du Nord, arrestation de Mussolini). Celui-ci tenta donc un changement de cap mais fut court-circuité par plus extrêmiste que lui. Frank Ruz, le Himmler local, le fit éliminer (tout en chargeant la Propagande de faire passer ça pour un coup de force communiste) et prit sa place, mais le résultat fut désastreux. Il invita même l'aviation nippone à faire un nouveau Guernica sur le Sarimat (Région de Sfaaraies, capitale du gouvernement rebelle) et accueillit quelques dignitaires nazis qui avaient fui la défaite, en mai 1945. Mais l'Aneuf n'était pas au bout de ses peines. Il y parvint dans un premier temps en Juillet (libération d'Hocklenge) puis fit finallement place nette le 17 octobre. Certains membres du NPP tentèrent une opération de respectabilité, en se prétendant hostiles au traître Ruz. Mais ça ne marcha pas: le NPP fut interdit et ses cadres arrêtés. Fin du deuxième acte pour l'extrême droite aneuvienne. Le troisième acte se joua dans les années '70 lorsque des "expulsés" de Pande avaient rejoint des "noyaux" à Smùhr, Nezhaṅk, Saṅpaz et Martinstad. Un groupuscule, formé dix ans plus tôt, le KOO (Kynæs pœr àt Ogsídenten Ordyn = Mouvement pour l'Ordre Occidental), avec quelques appuis occultes tant logistiques que financiers, s'empara du Palais Provincial de Saṅpaz et déclara la secession de l'Alfazie, dans l'espoir, avec l'appui des "forces" de l'est des Santes (anciens colons basés notamment à Smùhr), de marcher sur Hocklenge. Tout ce qu'obtinrent ses membres, ce furent quelques individus, tués en terroristes, des condamnations en tant que criminels et l'interdiction du KOO. Fin du 3me acte. Le 4me acte fut moins sanglant que les précédents (surtout les deux premiers) mais fut marqué, tout d'abord par le virage vers l'extrême du FPA (cf plus haut) et par l'émergence des plusieurs groupuscules plus ou moins rivaux (dont un "pseudo-écologiste": VN (Verydet àt natùren) qui voit surtout dans la nature, la notion de "sélection naturelle"), comme le KDO (héritier du KOO mais ayant aussi rammassé au passage quelques "égarés" de l'ODU, ou bien le Kœṅservor. Ces groupuscules ayant chacun leur spécialité: racial, antisocial, intégriste etc... ou même plusieurs à la fois en cas de "besoin".

Mais VN n'est qu'anecdotique et ne représente pas grand monde. Les vraies formations se destinant à protéger l'environnement fleurirent au milieu des années '60 sous la forme d'associations et se transformèrent peu à peu en partis politiques (cf plus haut, au sujet des associations) afin de peser davantage sur les choix politiques. Leur plus grande victoire fut sans aucun doute d'avoir arraché le Kanolthe à la droite, qui l'avait conquis quelque temps plus tôt à la gauche, à majorité AKP. Il y a, comme en France, deux tendances: une totalement indépendante: Anoev-Invíronat et une un peu plus "calée" à gauche: le HP (Hræn Partet: parti vert). Ces deux formations ne reconnaissent aucunement VN comme un parti vert (plutôt: vert-de-gris!). D'autres petites formations existent, dans chacune des deux mouvances. L'ensemble ainsi formé forme actuellement le plus important courant politique aneuvien. Mais il n'a pas la majorité absolue: il est talonné par le RPA, puis le SPA. C'est dire si les campagnes de séduction vont bon train! Mais les formations écologiques savent se retrouver en cas de besoin et, par exemple, un Hræn votera plutôt pour un A-I que pour un candidat de gauche porté sur l'écologie uniquement en période électorale.

S'il y a un courant plutôt important en Aneuf, c'est bien le courant centriste. Toutefois, le Centre aneuvien n'a pas grand chose à voir avec ce à quoi il ressembla pendant des années en France, à savoir une plateforme de la droite vers les socialistes non marxistes. La droite aneuvienne, avec ses formations (au centre-gauche: SDPA, au centre-droit: CDS, au centre vert: Anoev-Invíronat) fait un peu office de balancier dans les endroits où elle est suffisamment forte pour empêcher une majorité absolue. Rien n'emêchera un député, y compris de centre droit de voter contre une loi de droite si celle-ci est par trop radicale*, même chose pour la gauche. En fait, le centre aneuvien, ce serait un peu comme le MoDem... oui, à quelque chose près. Sauf qu'il y a également des "électrons libres": des députés inscrits sur la liste du Centre, mais qui ne sont affiliés à aucun parti. Quand, dans une province où le Centre est puissant, une loi est refusée à quelques voix près, les regards de tous les édiles se tournent vers lui.



*Ça a failli coûter cher au DPS, parce que cette formation était quand même fédérée à l'intérieur de l'ADF, une formation plutôt à droite, dans les faits. Cependant, Oskàr Edas, le lîdeur influent de cette formation centriste, se montra suffisamment persuasif et rappela les statuts de l'ADF aux personnalités les plus "affirmées" (à droite). Bref il parvint à préserver l'autonomie de décision de sa formation qu'il ne comptait pas transformer en simple "réserve de voix" à une droite radicale qui en prenait un peu trop à son aise dans certaines provinces.


Dernière édition par Anoev le Sam 25 Sep 2010 - 1:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: la vie aneuvienne IIb   Dim 19 Sep 2010 - 0:12

En plus des partis ayant une audience nationale, il y a des partis dont l'influence est limitée à une province, voire une région.

En Pande

-L'Union démocrate pandaise: ПШП.
Parti politique fondé dans les années '60, reconnu par les Autorités fénérales mais en proie aux tracasseries du gouvernement provincial d'alors, ce parti plutôt orienté à gauche lutta pied à pied pour l'autodétermination des teheubs, ethnie (mélanésienne) majoritaire dans cette province. Le Gouvernement pandais de l'époque était de type colonial et s'il n'affichait pas au grand jour ses options racistes, c'est uniquement parce qu'il n'en avait pas la possibilité constitutionnelle. Mais dans les faits, ils en allait tout autrement: mesures discriminatoires (à peine) feutrées, intimidations etc... étaient le lot commun de cette Autorité de fait. Cette ambiance plombée, délétère dura jusqu'en juillet 1972. Après des élections, truquées encore une fois, la patience des teheub fut à bout et les premiers troubles éclatères quinze jours après. La suite, on peut la lire là.

-La Conscience Teheub
Au contraire de l'Union démocrate pandaise, la Conscience Teheub était une organisation extrêmiste qui refusa le compromis avec les Aneuviens dont ils ne se reconnaissaient pas. Toutefois, comme ils s'étaient montrés nettement plus discrets que la PDU (ПШП), leur inttransigeance passa mal. Surtout que le courage de certains d'entre eux était assez limité et ils se bornaient à s'attaquer à des intérêts fédéraux en Pande plus qu'à des groupuscules d'anciens colons bouffis de rancœur s'attaquer avec hargne à des civils teheub. Bref, à part pour quelques idéalistes prêts à tout, la conscience des membre de cette "Conscience" était quelque peu élastique. Cependant, après deux congrès houleux, la pusillanimité de certains hauts responsables éclata au grand jour et la Conscience changea quelque peu sa ligne politique. Il était temps pour la crédibilité de ce mouvement.

-La Pande autrement
Parti assez récent, il apparut ces dernières années à cause de la lente transformation de la PDU (ПШП), laquelle, installée dans le confort du pouvoir avait plus ou moins oublié ses idéaux des années '70, plutôt orientés du côté gauche de l'hémicycle. Пanda Aмeкiʟe serait donc l'aile gauche sécessionniste de l'Union démocrate pandaise (ПШП). Jusque là, les seuls adversaires de la ПШП était la Чupu Koшiʒu et des partis aneuviens dont l'audience est plutôt faible (et même très faible, pour des formations comme l'ADF dont l'aile pandaise est PA (Pand Anoew: Pande en Aneuf)).

Lakùr

La LDU (Lakùren Demokràt Ùtyn). Cette formation, à prime abord indépendante, avait pour revendication, le détachement de la province du Malyr et la reconnaissance de Lakùr en tant que province fédérée. Cette formation, comme deux autres qui suivaient le même but n'avait guère de moyens financiers et logistiques. La FUA (cf IIa) lui proposa d'entrer en son sein afin de renforcer ses moyens. Elle fit la même proposition aux autres mouvements qui, eux, préférèrent rester vraiment indépendants. En septembre 1981, à cause de l'indélicatesse d'une douzaines de députés, le Malyr bascula à droite. Le FDPA remplaça le SPA (et son allié, l'AKP) aux affaires malyroises. Tout-à-coup, la LDU cessa de mettre Lakùr comme province fédérée à l'ordre du jour: son affiliation à la FUA, au pouvoir au Malyr était évidente. Sa crédibilité et son audience commença à s'effriter. Afin de freiner la chute du nombre d'adhérents de cette formation, certains membres des autres partis de la FUA changèrent de crèmerie. La FUA pensait rester à Sfaaraies de manière durable: il n'en fut rien: le SPA remporta les élections législatives de 1985 et revint aux affaires de la province du Malyr. La LDU repartit alors à la charge, mais sa crédibilité était tombée en chute libre et les lakuriens qui revendiquaient un véritable pouvoir au sein de l'État fédéral préférèrent aller voir ailleurs.

-Ailleurs, c'était notamment LSN (Lakùr Solpáṅrat Nesetœl: Lakur Archipel autonome), une formation vraiment indépendante, avec des arguments plausibles, comme notamment ses richesses minérales, l'éloignement de la province directrice. Les arguments opposés étaient le déséquilibre démographique entre Lakùr et les autre provinces, notamment le Roenyls ou le Malyr. La population de l'ensemble de Lakur est moins importante que celle de la seule agglomération de Nælvyn (Æstmor). Toutefois, le débat sur l'indépendance de Lakùr par rapport au Malyr partait sur des bases plus sérieuses qu'avec la LDU, laquelle disparut purement et simplement quand la FUA renaquit sous le nom d'ADF.

Les autres provinces n'ont pas de partis locaux notables (audience supérieure à 10% des suffrages exprimés). Le Kœṅservor (déjà évoqué) a des prétentions à travers tout l'hexagone (eh ouais, l'Aneuf aussi a une forme d'hexagone... tourné dans l'aut'sens) mais son audience ne dépasse quasiment pas l'Alfazie, où il a quand même atteint 8% aux dernières législatives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Transports du Pelljant   Ven 24 Sep 2010 - 10:10

Les transports du Pelljant (région d'Hocklènge) changent de statut.

Depuis les années '20, la petite couronne (assez grande, quand même) du Pelljant était desservie par une compagnie privée, du nom d'HKTO (HocKlèngen Traṅsfær-Organesem) qui avait, en plus du métro et des bus, certaines lignes de trains de banlieue, concédées par les compagnies privées, puis par l'ANB, traversant la capitale d'alors. Cette Sklv (à responsabilité limité) devint, par la suite, une Spd (société par actions: anonyme) mais rencontra de plus en plus de problèmes dus à des économies de bout de  chandelles destinées à assuirer les dividendes des actionnaitres. Au début des années '90, un premier coup de semonce fut donné par le gouvernement fédéral: celui-ci, menaçant de quitter le Pelljant, s'installa finalement à Kesna, à l'extrême est de la petite couronne. Vingt ans plus tard, si quelques améliorations furent entreprises (disparition du matériel le plus ancien et remplacement par du matériel neuf), les résultats n'ont guère été conformes aux promesses formulées. Comme la valeur des actions tombait en chute libre, celles-ci furent rachetées à parts égales
-par le ministère fédéral des transports
-par le conseil régional du Pelljant

Lesquels décidèrent la cessation d'activité d'HKTO et son remplacement par la Nev Integœnet Traṅsfærene Pelljaṅten (NITP. malgré les deux dernières lettres, la RATP, laquelle a l'air de bien aimer s'exporter, mondialisation oblige, n'y prend pas part). En conséquence de quoi, de nouveaux moyens seront mis en œuvre popur moderniser des réseaux qui en ont grand besoin. Si quelques conseils municipaux ont fait la grimace, la plupart, au contraire, ont acueilli la nouvelle avec enthousiasme. Certaines communautés de communes pourraient, à moyenne échéance, voir "sortir de terre" des lignes de trams, un système de transport auquel HKTO était farouchement opposé, tout comme d'ailleurs, au trolleybus. La NITP devrait garder les lignes traversant Hocklenge, eu égard au système particulier d'alimentation, dû au gabarit réduit en hauteur des tunnels. L'automatisation intégrale de lignes de métro, déjà envisagée par HKTO continuerait d'être à l'étude. Toutefois, les ingénieurs risquent de trouver quelques obstacles techniques en ce qui concerne les lignes existantes. On s'acheminerait donc plutôt vers l'élaboration de nouvelles lignes (rocades suburbaines, notamment, pour combler un manque crucial).


Dernière édition par Anoev le Mer 22 Avr 2015 - 8:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 14:20

Anoev a écrit:
L'importation de drogues "dures" est extrêmement prohibé et les contrevenants sont classés comme criminels (trafiquants) ou délinquants (consommateurs).
Les toxicomanes sont classés comme des délinquants, et pas comme des malades à soigner ?

C'est vrai qu'à Dibadi, c'est pire, les toxicomanes finissent inéluctablement dans la rue, et ensuite dans les refuges pour clochards, et on sait ce que ça veut dire à Dibadi...

Anoev a écrit:
La liberté sexuelle est de mise dans la plupart des provinces (sauf en Alfazie jusque récemment, et dans une moindre mesure, en Pande), en conséquence de quoi, les viols et harcèlements sexuels y sont extrêmement rares, et, là aussi sévèrement sanctionnés.
Un peu hors sujet peut-être, mais je pense que la liberté sexuelle n'a pas grand chose à voir avec les viols et harcèlements sexuels. Les Etats-Unis, pays de liberté sexuelle, ont un nombre de viols par habitants bien supérieur au nôtre. Le nombre de viols paraît plus faible dans les sociétés où la sexualité est sous contrôle familial et social (par exemple, la France des années 50), même en tenant compte du fait que dans les sociétés conservatrices les femmes violées préfèrent le plus souvent ne pas déposer plainte.

Le pays où le nombre de viols par habitant est le plus élevé au monde est, je crois, l'Afrique du Sud. A ma connaissance, ce n'est pas un pays où règne une moralité sexuelle sourcilleuse.

Anoev a écrit:
Les Aneuviens boivent toutes sortes de boissons, alcoolisées (malgré la taxe: cf plus haut) ou non. Nombre d'entre eux apprécient notamment les sodas fruités (à base de sirops), les jus sans sucres ajoutés (oranges, pommes) et les sodas non sucrés (citron, pastèque). Les bières ne sont pas en reste et ça va de la bière sans alcool (T0, comme toutes les boissons non alcoolisées, même si elles en contiennes entre 0,3 et 0,7%, ou T1, avec les autre bières ainsi que les cidres: ça dépend des États; les vins étant T2) à la "stargæl" (T3) dont la plus connue (!?) est la Lærçhing, brassée à Smùhr (Neckbar, Santes). Les eaux-de-vies (Sprytwádre: T4, mais certaines d'entre elles sont admises en T3, là aussi, au gré de la législation de l'État considéré) n'étant consommées qu'occasionnellement (eu égard aux tarifs pratiquées), ne se trouvent pas en distribution "courante" (supérette, supermarché...), mais uniquement dans des "comptoirs spécialisés" où n'achète pas n'importe qui. En fait, le client (âgé de plus de 18 ans) de ces comptoirs est muni d'une carte, s'engage à ne pas en faire profiter une personne mineure sous peine de confisquation. Cette carte est également confisquée en cas de conduite (traṅxat, legnat) sous l'emprise de l'alcool ayant causé un incident. Les débits de boisson (æstame) ont la même classification. Les boîtes de nuit sont limitées T3 ou T2, selon les États. Les clubs privés (rares, soumis à un "abonnement" accordé uniquement aux personnes majeures) étant les seuls à servir des T4. Les restautants sont T2 ou, le plus souvent, T3. Toutefois, certains d'entre eux (fréquentés en majorité par des ados, dans les 5 États du nord, Lakùr compris) sont T1.
Ça donne soif. Une Lærçhing pour moi ! Very Happy

Il faut une carte spéciale pour acheter de l'alcool ? Est-ce que n'importe quel document d'identité indiquant la date de naissance (pour prouver que l'on est majeur) ne suffirait pas ? Et une amende (d'un montant variable selon les circonstances du délit) pour tout adulte ayant procuré de l'alcool à un mineur ?

Par exemple, un majeur achète de la bière pour son frère, qui n'a que seize ans. Punition : une amende.

Le même majeur achète de l'alcool et la revend à des mineurs. C'est déjà plus grave. L'un des mineurs, ivre, a un accident sur son scooter : pour le majeur, une amende très élevée, et le cas échéant (notamment en cas de récidive) une peine de prison.

À Dibadi, il n'y a pas toute cette réglementation. Faire boire de l'alcool à un enfant ou à un jeune adolescent est considéré comme un mauvais traitement, donc punissable. À part ça, si certains deviennent alcooliques et finissent clochards (tous les Dibadiens ont peur d'être clochardisés, une obsession compréhensible pour qui connaît un peu cette ville) c'est leur problème... On boit beaucoup à Dibadi, pour oublier le stress permanent causé par la vie dans une grande ville surpeuplée.


Dernière édition par Vilko le Sam 25 Sep 2010 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 16:26

Vilko a écrit:

Anoev a écrit:
La liberté sexuelle est de mise dans la plupart des provinces (sauf en Alfazie jusque récemment, et dans une moindre mesure, en Pande), en conséquence de quoi, les viols et harcèlements sexuels y sont extrêmement rares, et, là aussi sévèrement sanctionnés.
Un peu hors sujet peut-être, mais je pense que la liberté sexuelle n'a pas grand chose à voir avec les viols et harcèlements sexuels. Les Etats-Unis, pays de liberté sexuelle, ont un nombre de viols par habitants bien supérieur au nôtre. Le nombre de viols paraît plus faible dans les sociétés où la sexualité est sous contrôle familial et social (par exemple, la France des années 50), même en tenant compte du fait que dans les sociétés conservatrices les femmes violées préfèrent le plus souvent ne pas déposer plainte.

Le pays où le nombre de viols par habitant est le plus élevé au monde est, je crois, l'Afrique du Sud. A ma connaissance, ce n'est pas un pays où règne une moralité sexuelle sourcilleuse.
Liberté sexuelle aux Etats-Unis ? J'ai plutôt l'impression qu'ils sont juste un peu plus coincés que les Européens ou les Français. Il suffit de regarder leurs films et séries télévisuelles ou même la littérature. C'est l'héritage du puritanisme anglo-saxon, idem en Afrique du Sud ... d'où frustration, obsession et finalement débordements inévitables.
Smile
Revenir en haut Aller en bas
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 17:47

Babel a écrit:
Liberté sexuelle aux Etats-Unis ? J'ai plutôt l'impression qu'ils sont juste un peu plus coincés que les Européens ou les Français. Il suffit de regarder leurs films et séries télévisuelles ou même la littérature. C'est l'héritage du puritanisme anglo-saxon, idem en Afrique du Sud ... d'où frustration, obsession et finalement débordements inévitables.
Smile
C'est pas sûr. Aux Etats-Unis la plupart des violeurs sont originaires des ghettos (ce n'est pas moi qui le dit, ce sont les statistiques officielles), là où l'héritage culturel puritain est inexistant. Idem en Afrique du Sud, qui d'ailleurs n'a pas de tradition puritaine. À moins de considérer que tous les protestants sont des Puritains, ce qui surprendrait les Suédois, protestants dans leur majorité mais précurseurs de la liberté sexuelle.

J'ai plutôt l'impression que les violeurs sont des hommes qui vivent dans une société de liberté sexuelle mais qui s'en sentent exclus de fait parce que pour eux, pour diverses raisons (par exemple économiques, s'ils sont chômeurs et inemployables), les femmes sont inaccessibles. Tous les hommes qui sont privés de femmes ne deviennent pas des violeurs, heureusement, mais le risque est grand si ces hommes vivent dans une culture de violence et de mépris des femmes. C'est le cas dans les ghettos américains (dont le "gangsta rap" est l'expression culturelle) et dans nos cités de banlieue (là encore, le rap nous donne une clé). On est bien loin du puritanisme anglo-saxon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 17:57

http://fr.wikipedia.org/wiki/Puritanisme Wink
Revenir en haut Aller en bas
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 19:24

Babel a écrit:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Puritanisme Wink
L'article de Wikipedia dit que :
Citation :
Le mot « puritain » désigne de nos jours un mouvement protestant de la fin du xvie siècle au début du xviie siècle.
Le puritanisme est mort depuis longtemps.

Quelle personnalité américaine, en 2010, pourrait être considérée comme "puritaine"? Certainement pas Barack Obama, qui est devenu chrétien à l'âge adulte, comme il le raconte dans ses mémoires (il a adhéré à l'église du révérend Wright lorsqu'il est arrivé à Chicago). Ni Sarah Palin, qui est contre l'avortement mais dont les enfants ont une vie sexuelle très libre (sa fille aînée a été mère à 17 ans, sans être mariée. Sarah Palin et son mari ont hébergé le couple dans leur maison et se sont occupés du bébé). Encore moins John McCain, divorcé et coureur de jupons notoire. Joe Biden est catholique. Ne parlons même pas de Bill Clinton, autre fameux coureur de jupons et ancien étudiant chevelu et fumeur de joints Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16254
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deux environnements...   Sam 25 Sep 2010 - 22:29

Vilko a écrit:
Les toxicomanes sont classés comme des délinquants, et pas comme des malades à soigner?

Tout dépend, en fait, des circonstances. Des drogues, aussi. Il n'est pas question, par exemple, de dénoncer à la justice un individu qui se présente dans un centre sanitaire contre les addictions aux substances toxiques parce qu'il a un problème de dépendance, y compris avec un produit hautement toxique comme l'héroïne. Par contre, quelqu'un si se fait prendre avec une douzaine de sachets de coke et qui dit, angéliquement: "c'est pour ma consommation personnelle", ne sera pas "traité" de la même manière.


Citation :
C'est vrai qu'à Dibadi, c'est pire, les toxicomanes finissent inéluctablement dans la rue, et ensuite dans les refuges pour clochards, et on sait ce que ça veut dire à Dibadi...


Un peu hors sujet peut-être, mais je pense que la liberté sexuelle n'a pas grand chose à voir avec les viols et harcèlements sexuels. Les Etats-Unis, pays de liberté sexuelle, ont un nombre de viols par habitants bien supérieur au nôtre. Le nombre de viols paraît plus faible dans les sociétés où la sexualité est sous contrôle familial et social (par exemple, la France des années 50), même en tenant compte du fait que dans les sociétés conservatrices les femmes violées préfèrent le plus souvent ne pas déposer plainte.

En Aneuf, même si les viols sont assez rares en moyenne (justement, parce que l'éducation sexuelle y est pratiquée suffisamment tôt par des autorités compétentes, ceci afin de court-circuiter les p'tits dessalés qui voudraient l'enseigner "à leur sauce", c'est-à-dire en prônant le "bien fondé" de la domination-soumission), le problème est pris très sérieusement et avec un véritable souci d'équité: une personne qui accuse à tort d'un viol peut se voir infliger les deux tiers de la peine qu'aurait eu à encourir un véritable coupable: ça fait réfléchir. Quant à la liberté sexuelle aux USA, elle est très variable selon les États! En Californie, peut-être, au Texas, j'émets de sérieux doutes! On trouve (avec moins d'acuité, certes) le même problème en Aneuf, entre les Santes et l'Alfazie (du moins, jusque récemment)

Citation :
Le pays où le nombre de viols par habitant est le plus élevé au monde est, je crois, l'Afrique du Sud. A ma connaissance, ce n'est pas un pays où règne une moralité sexuelle sourcilleuse.

Tout dépend ce qu'on appelle "morale". La seule qui prévaille à mes yeux étant le respect de l'intégrité physique et morale d'autrui. C'est aussi celle de la plupart des provinces aneuviennes.

Citation :
Ça donne soif. Une Lærçhing pour moi ! Very Happy

Pour moi, ce cera une fyfádr

Citation :
Il faut une carte spéciale pour acheter de l'alcool ?

Uniquement les spiritueux, dits T4; c'est, du reste écrit en toutes lettres dans l'encadré de ton inter de cet après-midi. Tous les autres: T3 à T1, suivent le cours normal de la vente. Ce système est certes discutable (après tout, on peut très bien causer un incident grave après une biture-T2) mais permet un "traçage" de la consommation des alcools les plus forts.


Citation :
Est-ce que n'importe quel document d'identité indiquant la date de naissance (pour prouver que l'on est majeur) ne suffirait pas ? Et une amende (d'un montant variable selon les circonstances du délit) pour tout adulte ayant procuré de l'alcool à un mineur ?

Par exemple, un majeur achète de la bière pour son frère, qui n'a que seize ans. Punition : une amende.

C'est ce qui prévaut pour les autres boissons alcoolisées T1 à T3

Citation :
Le même majeur achète de l'alcool et la revend à des mineurs. C'est déjà plus grave. L'un des mineurs, ivre, a un accident sur son scooter : pour le majeur, une amende très élevée, et le cas échéant (notamment en cas de récidive) une peine de prison.

La prison, peut-être pas, du moins la première fois; mais l'obligation de travailler (pointage à l'appui) au service des secours d'urgence des sapeurs-pompiers (les services de sécurité civile se donnent facilement la main!) pendant plusieurs week-ends peut être vraiment une peine dissuadant de recommençer. S'il y a récidive, ça voudra dire que l'individu n'a pas encore bien compris la leçon et on pourra, le cas échéant, changer de traitement. Qui plus est, on est en face de revente à des mineurs de produit mettant la santé en danger (comportement pouvant être considéré comme criminel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux environnements...   Aujourd'hui à 8:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux environnements...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 15Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deux environnements...
» comparaison de moyenne de deux échantillons, cas spécial
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» LOI DU PRODUIT DE DEUX VARIABLES ALEATOIRES UNIFORMES
» Nausées atroces depuis deux jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: