L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Aneuvien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 39, 40, 41
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 15 Mai 2017 - 23:06

Velonzio Noeudefée a écrit:
Se laisser ou se faire + infinitif équivalent à un passif et permettent des nuances sémantiques.
Le coureur échappé s'est fait rattraper par ses poursuivants. -> il a été rattrapé malgré lui.
Le coureur échappé s'est laissé rattraper par ses poursuivants. -> il a préféré attendre ses poursuivants.
Notes de Velonzio: ces nuances sont rendues en Elko.
En aneuvien également, puisqu'on a dor et læd, respectivement :

àt uskèpan raasor cem dora biskòch per ed obfaaroreve
àt uskèpan raasor cem læda biskòch per ed obfaaroreve.



Velonzio Noeudefée a écrit:
Certaines formes verbales pronominales équivalent à un passif:
Paris ne s'est pas construit en un jour.
Les escargots se ramassent d'ordinaire après la pluie.
La cathédrale de Chartres se voit de loin.
Notes de Velonzio: à comparer avec
Paris n'a pas été construite en un jour
Les escargots sont d'ordinaire ramassés après la pluie
La cathédrale de Chartres est vue de loin
En aneuvien, c'est la voix passive qui est utilisée explicitement : ce n'est pas dem qui est utilisé, mais cem, comme pour les exemples précédents :

Paris cem bynòψa nep ùt deaw pavàr
àr kagœje cem rendas krengœnse pos lyshev
àt episjæl Chartres-en cem vedj fran tel.


Ziecken a écrit:
En elko, le passif s'exprime de deux manières :

soit avec le génitif : . tomo bau remi hidoa . ("le gâteau est acheté par l'enfant.")
soit avec la particule "biu" : . tomo biu remi hido . ("le gâteau est acheté par l'enfant.").
En aneuvien, c'est le circonstanciel qui fait office de cas d'agent. J'aurais pu choisir le nominatif, puisque c'est l'auteur du procès, mais le sujet (et patient) d'un un procès exprimé au passif était d'jà au nominatif, donc ça ne pouvait pas marcher ; alors je m'en suis remis (un'fois d'plus) remis au latin, du moins à peu d'chos'près, et ça donne :
Kaag cem kov per nexàvduv si on évoque une généralité ;
àt kaag cem kova per àt nevàvdakkadev si on énonce un procès qui vient d'avoir lieu et qu'on évoque.

En aneuvien, l'expression du temps du verbe est un peu différente de celle du français, eu égard au temps réel du procès. Ainsi, l'aneuvien évite le participe passé qui évoque une apparence (trompeuse) de perfectif ou d'accompli. On ne confondra pas non plus un état avec le résultat d'un procès. Ainsi, "la porte est ouverte" se traduit de deux manières différentes :
à tœr • opan
à tœr cem opna.

mais toujours à la voix passive, quel que soit le temps, si on met un complément d'agent :
à tœr cem open per aṅcyldakev, ici considéré comme un procès itératif.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Jeu 1 Juin 2017 - 10:50

Anoev a écrit:
Y a le cas, par exemple, de Харкiв (francisé en Kharkiv) qui a aussi l'appellation russe Харьков, qui, elle aussi a une francisation : Kharkov, eu égare à l'importante population russophone habitant l'oblast de cette ville de l'est ukrainien*. En tout cas, moi, j'sais pas trop comment faire.
Ziecken a écrit:
La ville de Харкiв, se situant en Ukraine, l'ukrainien prime. Et la base utilisée sera donc Харкiв et non Харьков.
En Aneuf, y a deux "écoles". Comme l'Aneuf n'est pas en Europe (et encore moins inféodé à la doctrine de l'UE, solidaire du gouvernement actuel ukrainien, voulant imposer la langue ukrainienne à tout le pays, y compris aux minorités russophones), ces deux écoles sont à-peu près équivalentes en importance. Du coup, les finales -ov et -iv cohabitent*. Mais pour la première lettre, plutôt que de prendre la fricative vélaire [x] non voisée, correspondant au digramme Rh, les Aneuviens ont plutôt adopté le [q] uvulaire, et la ville est ainsi écrite Qarkov ou Qarkiv. En fait, cette orthographe à succédé à la graphie (internationale) Kharkov quand le KH a été déposé par le Q. L'éventuelle graphie Rharkiov pourtant à peu près fidèle à la prononciation slave (russe ou ukrainienne) paraissait assez étrange à bien des Aneuviens.




*Alvarne cem zhùme ni Qarkovs, Hocklènge cep ep ni Kjivs = Alvarne (Surroenyls) est jumelée à Kharkov, Hocklènge à Kiev.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 6 Juin 2017 - 23:01

Djino a écrit:
Je me suis déjà posé la question, mais je me suis vite rassuré en me disant que je n'avais jamais confondu  "Je me filme", "Je te filme" et "Je le filme". Même si ces pronoms finissent par la même lettre, il est facile de distinguer des consonnes labiales, occlusives et spirantes.
Peu de chance qu'on les confonde chez moi, où on a

eg dem filmun
eg filmun os
eg filmun as.


À la troisième personne du pluriel, on peut avoir :

ar dem filmun (ils se filment : chacun se filme en télécommandant sa propre caméra)
ar ab filmun (ils se filment : chacun des deux filme l'autre et vice-versa)
ar filmun abe  (ils se filment : chacun filme tous les autres)
ar filmun ase (ils les filment : pas de réciprocité).

La troisième définition de ce mot est traduite afílme.

Or afilmet nes ær lœmbese = filmez-moi ces rognons.


Sevetcyo a écrit:
En fait, je pensais que le regroupement par trois chiffres était aussi devenu la norme pour l'écriture en toute lettre.
C'est clairement la norme en aneuvien, tant que ces chiffres ne sont pas derrière une virgule (dekys ou tys) :
Ainsi, on n'a pas de trait d'union derrière -sad :

ċèrent-tinœsad tinèrent-quàtek-dvo = 102 242
tinek-hepinsad pentèrent-oktek-quatœsad ternek-tiyn livdur = 27 584 032 hab.

Derrière la virgule, pour des sous-multiples au delà du millième, on compte à l'anglaise : chiffre par chiffre, avec des traits d'union :

Tern dekys ùt-quàt-ùt-pent-nov-dvo-seg... ≈ π

Sinon :

ùt dekys nulèrent-pent metr = 1,005 m.


Citation :
C'est mon chien / Si mea wawo
Non, c'est notre chien / No, si meya wawo
Déjà j'entends clairement la nuance. Mais surtout ce genre de cas se présente rarement en réalité.
Au pire, on se retrouvera à entendre des : No, si ha meya wawo a mey. / non, c'est NOTRE chien à nous.

Æt • med hœnd
Nep, æt ep nod
(non, c'est le nôtre).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 1:27

Zhovon gerjàr , Anoev !


Dernière édition par Elara le Mar 13 Juin 2017 - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 10:46

Elara a écrit:
Zhovon gerjàr , Anoev !
Hropert, Elara!

Troubadour mécréant a écrit:
En kotava, la tendance moderne en narration est la quasi disparition de l'emploi du passé et du futur, remplacés par le placement en tête de texte des adverbes darekeon [ceci se passe dans le passé] ou direkeon [ceci se passe dans le futur], qui fixent le positionnement temporel.
Anoev a écrit:
'fectiv'ment, pour la narration, ça s'comprend. Ça évite l'utilisation répétée, dans un récit, à tout les verbes, d'infixes comme -t- ou -y-.
... mais c'est pas l'cas chez moi, puisque le temps de narration (le prétérit) a une forme relativement simple, et il arrive même, pour certains verbes (les verbes en -E)* que le verbe n'ait même pas une syllabe de plus (y compris au singulier, si le -E suit deux phonèmes consonnantiques ou un affriqué).

On a donc...
Da gœnsă kas sed pradhemeve das in, smlakă kas lœngas, legă kas en àt sœvos ea...:
 
Le prétérit est pas mal utilisé en narration. Un peu moins ailleurs, mais il n'est pas en chute libre comme le passé simple francophone.

Il peut utiliser toutes les particules sauf kjas.


*C'est aussi le cas pour les verbes en -en, es, -er... s'il n'y a qu'un son consonantique devant la désinence :
ar livnăr (de liven), mais ar hàltenăr (de lten).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Yatem

avatar

Messages : 492
Date d'inscription : 26/02/2017

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 15:10

Joyeux anniversaire, Anoev! (j'avoue ne pas savoir comment le dire en aneuvien, pardonne moi...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 15:54

Merci beaucoup. Elara a trouvé. Un anniversaire se dit gerjàr (de ger = âge, jàr = année) : c'est une contraction de gerjàrdav, pris de deav geren jàrene (jour d'âge en années (seulement, et non pas ace des jours ou des mois en plus ou en moins). Devant, on peut mettre zhovon (joyeux), hàrlon (heureux), lood (bon)...

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Graphieros

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 11/01/2017
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 16:04

Anoev a écrit:
Merci beaucoup. Elara a trouvé. Un anniversaire se dit gerjàr (de ger = âge, jàr = année) : c'est une contraction de gerjàrdav, pris de deav geren jàrene (jour d'âge en années (seulement, et non pas ace des jours ou des mois en plus ou en moins). Devant, on peut mettre zhovon (joyeux), hàrlon (heureux), lood (bon)...

J'aime bien "lood gerjàr Anoev!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 16:42

Lood est une déformation par francisation du digramme AU (prononcé [o] chez nous), suite à l'emprunt de LAVDARE (louer). Le plus marrant (mais ça s'comprend malgré tout), c'est que le verbe "complimenter" se dit lauden, sans déformation cette fois-ci, et se prononce bien /'lɐʊdən/.

Lood est un des rares adjectifs qui ont un superlatif irrégulier : lort.

On le retrouve bien sûr dans loodav (bonjour, attaché comme chez nous, mais c'est une valise : la charnière, c'est le D, commun à lood et à deav) ; loodabnet (bonne soirée) pour "bonsoir" ; loodnox (bonne nuit) : l'équivalent de "bonjour" ou "bonne journée" dit après 21:00. Si on veut dire "bonne nuit" à quelqu'un qui va se coucher, c'est plutôt kaal nox (nuit clémente)*.

L'adverbe qui lui correspond, c'est loot, même superlatif.


Les antonymes Evil or Very Mad sont dool & doot. Attention, si le superlatif de doot est dort, celui de dool est régulier : doolert.


*Dans le même esprit, on peut dire aussi kaal deav ou kaal neba à un nuiteux qui va se coucher le matin.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bedal

avatar

Messages : 4328
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 16:51

Jerli abeiliğovan Anŏv !


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/ En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 17:12

ßala !

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Seweli

avatar

Messages : 953
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 13 Juin 2017 - 17:51

Lood gerjàr.

Kaal nox Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Ven 16 Juin 2017 - 11:52

Fox Saint-Just a écrit:
Le Novbasa a besoin du passé simple. Je pense qu'il peut être répresenté par li entre sujet et verbe, inspiré par le chinois (*le). Voici un example de conjugaison:

chi : manger
no chi : nous mangeons
no li chi : nous mangeâmes
no yao chi : nous mangerons
no va chi : nous allons manger
no vud chi : nous mangerions

Les temps composés sont formés en faisant suivre le sujet par ha.
Ce qui fait pas mal penser à l'elko, passé simple mis à part (en elko, wedu sert aussi bien au prétéreit qu'à l'imparfait, si j'ai bonne mémoire.

Chez moi aussi, y a des particules, mais le prétérit est une forme simple, dans l'acception "monobloc" ce qui permet d'y appliquer des particules*:
spiys = manger (prendre un repas)
er spiyse = nous mangeons
er spiysăr = nous mangeâmes
er ere spiyse = nous mangions
er mir spiyse = nous mangerons
er auk spiyse = nous allons manger
er dhep spiyse = nous sommes sur le point de manger
er auk spiysaăr = nous allions manger
er kjas spiyse = nous mangerions.

Les temps composés français, castillans, portugais, italiens, interlingua etc. sont formés de la manière suivante :
spiysa = avoir mangé
er spiysar = nous avons mangé
er mir spiysar = nous aurons mangé
er ere spiysar = nous avions mangé
er dhep spiysar = nous venons de manger
er kjas spisía = nous aurions mangé
er ere spiysar = nous avions mangé
mais er ere spiysăr = nous eûmes mangé
er dhep spiysăr = nous venions de manger
et (le plus étrange) : er mir spiysăr = nous avions mangé (dans le futur).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 3 Juil 2017 - 10:36

Djino a écrit:
Me jiti en Franso = Je vis en France.
Me findi nita Franso = J'ai rencontré un gentil Français.
Me tami Franso = J'aime la France / J'aime les Français
Me tami Fransiko = J'aime la France
Me tami Fransano = J'aime les Français(es).

Chez moi, ça donne :

Ar livne Walletev = Ils vivent en Wallonie
Eg fyplena ùt làjon walldax = j'ai rencontré un gentil Wallon
Eg làjden Walleċ = J'aime la Wallonie
Eg làjden Walduse = J'aime les Wallons.
Eg làjden Liège-s; æt ùt wallen stad = J'aime Liège ; c'est une ville wallonne
Eg làjden Liège-s, ùt wallen staż. = J'aime Liège, une ville wallonne.

Dans l'avant-dernière phrase, on a deux propositions indépendantes juxtaposées, du coup, stad est un nom attribut du sujet, donc au nominatif. Dans la dernière phrase, on n'a qu'une proposition, du coup, staż (stad) est en apposition à Liège-s et se m et, par conséquent dans le même cas que le nom auquel il est apposé.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 3 Juil 2017 - 11:41

Un additif :

àr rexe Fraṅsen = les rois de France (jusqu'à Charles X)
àt rex àr fraṅsdune = le roi des Français (Louis-Philippe)
ùr fraṅsene rexe = des rois français.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Seweli

avatar

Messages : 953
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 4 Juil 2017 - 12:11

Anoev a écrit:
Djino a écrit:
Me jiti en Franso = Je vis en France.
Me findi nita Franso = J'ai rencontré un gentil Français.
Me tami Franso = J'aime la France / J'aime les Français
Me tami Fransiko = J'aime la France
Me tami Fransano = J'aime les Français(es).

Chez moi, ça donne :

Ar livne Walletev = Ils vivent en Wallonie
Eg fyplena ùt làjon walldax = j'ai rencontré un gentil Wallon
Eg làjden Walleċ = J'aime la Wallonie
Eg làjden Walduse = J'aime les Wallons.
Eg làjden Liège-s; æt ùt wallen stad = J'aime Liège ; c'est une ville wallonne
Eg làjden Liège-s, ùt wallen staż. = J'aime Liège, une ville wallonne.

Dans l'avant-dernière phrase, on a deux propositions indépendantes juxtaposées, du coup, stad est un nom attribut du sujet, donc au nominatif. Dans la dernière phrase, on n'a qu'une proposition, du coup, staż (stad) est en apposition à Liège-s et se m et, par conséquent dans le même cas que le nom auquel il est apposé.

Que signifie le radical Wall exactement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 4 Juil 2017 - 15:28

Seweli a écrit:
Que signifie le radical wall exactement ?
Dans le présent cas, c'est un à-postériori.




Projet de réforme de suffixe :

Remplacement du suffixe -eset (-iste) par -eson.

Ainsi, on aurait :

sosjesem = socialisme
sosjesdu = (une) socialiste
sosjeson= socialiste (adjectif).

nàtynesem = nationalisme
nàtyneson = nationaliste (adj).

sovoresemon pour "souverainismte",
konsertesemon pour "communismte",
pœṅdesemon pour "fédéralismte", etc.

Ice-Kagen a écrit:
Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant! Ils élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt.
«Dùr" àt gœpyl diktun:"habe togonse ea hœṅte. Æt ep mælchun. Ar alsy zomerne galse. Æt • ed nor trega ane».




Tiens ! encore un cas de paronymie extrême !

rècen*suffirerecen*rassasier
rècassuffisammentrecasà satiété
rècetsuffisance (1)recetsatiété
Voici un petit graphique° pour bien situer les niveaux des adverbes.




Djino a écrit:
Kenji tsi amo a Djemila na su = Kenji est au courant de l’amour que Djemila se porte à elle-même
➜ Su se rapporte à l’acteur du mot amo (amour). C’est Djemila qui aime, donc su renvoie à Djemila.
Chez moi, ça donnerait

Kenzhi • korunev àt klimen Żhemilan pœr dem.

Dem joue ici le rôle de su.

Si Kenji parlait à Djemila, il dirait :

Eg • korunev ed klimen on pœr dem.#


Eg • korunev ed klimen on pœr os. serait une faute grammaticale.

Par ailleurs, Kenzhi • korunev àt klimen Żhemilan pœr kas. Signifierait que Kenji est au courant de l'amour de Djemila pour elle (une autre femme, citée auparavant).





Troubadour mécréant a écrit:
Cela voudrait dire que "tous les hommes sont noirs", tandis qu'en accord avec ta règle prééminente de l'indéfini (qui me va bien par ailleurs), alors ce serait "certains hommes sont noirs ; des hommes sont noirs, d'autres non".

Omne dùr • melàne = Tous les hommes sont noirs.
Omne korave • svarte = Tous les corbeaux sont noirs
Dame dùr • wypálene = Certains hommes sont blancs
Okène lobe • wỳte = Quelques loups sont blancs.





*Ces deux verbes ont un subjonctif passé commun.
°Ce graphique ne comporte aucun mot en aneuvien, il peut donc être utilisé pour n'importe quelle langue, comme par exemple, en elko :
4 : zite, 3 : amgune, zaite, 2 zate, 1 : ne zate.

#Ça donnerait quoi en arwelo ?
"Me tsi amo a tu na su" ?

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Jeu 6 Juil 2017 - 22:16

LlenguaPuerchîsca a écrit:
Comme le vent abat un chêne, une simple phrase détruit un rêve. (FR)
Kes fiyn dòvale ùt robles, ùton lokùtyn klàste ùt revs.




Pas confondre (comme j'ai failli le faire) :

Robol est un mot à-priori figuratif et signifie "confort". L'adjectif qui en découle est robolon (confortable). Seul le dernier O (syllabe fermée) est ouvert : [ɔ].

Robl est un à-postériori issu du castillan et signifie "chêne". L'adjectif qui en découle est roblon (robuste ; le mot "robustesse" est roblet). Les deux O sont ouverts.




Citation :
Un ami fidèle est un abri robuste ; qui le trouve a trouvé un trésor.
Fàdon drœgdu ep ùt roblon giymel; qua vœnd as ep ù tryzòrs.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Ven 7 Juil 2017 - 11:15, édité 3 fois (Raison : J'ai confondu avec le psolat (querc))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Dim 9 Juil 2017 - 5:58

Citation :
Un lac réfléchit mieux les étoiles qu'une rivière. (FR)
Ùt log looter loptalen asterse qua ùt kulleċ.




Chez moi, y a pas encore "subjectiviser", j'savais mêm'pas encore qu'il existait  Shocked ; "subjectivisme"°, j'ai oublié de l'mett' lors de la dernière mise à jour ; mais subjonctif, je l'ai ! té ! un mode-pilier de la conjugaison aneuvienne ! j'allais pas l'laisser d'côté ! N'empêche que j'l'ai r'mis à jour ! L'ancien (sublœṅktynd) ne m'plaisait plus, car il n'était pas rattaché à la définition de ce mode : un mode relatif au sujet. Le nouveau (sulzhœṅktynd) est plus adapté.





Avec l'aimable aval de Dopa, voici, traduite en aneuvien, la planche des oiseaux provenant du fil uropi :


Ceux marqués en rouge, je ne les avais pas. Nărsav vient de l'algardien ; ivap & jergav viennent du kotava ; polek n'est pas une poche femelle, mais un oiseau qui a un bec en poche (pol + bek).




°J'ai d'quoi l'mettre, pourtant ! ça donnerait sulzhesem. Plus court que son équivalent français ! c 'est pas si courant, pour un mot aneuvien ! Pareil pour "subjectiviser", mais là, au lieu de sulzhisen, j'peux encore comprimer en sulzhin (-a, -ía) ! deux syllabes au lieu d'cinq ! et on r'connais encore le radical ! digne d'un'statue d'César !
*Petite entorse : gorav n'est pas un pingouin mais un manchot : L'Europe (continent de l'uropi) touche certes l'artique ; l'Aneuf est plus près de l'Antarctique.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 10 Juil 2017 - 23:50

LlenguaPuerchîsca a écrit:
Le corbeau ne vole que le jour, le hibou ne vole que la nuit, le cygne vole la nuit et le jour. (FR)
Korav flóg nor ckodev; hibœ flóg nor noxev, swog poten flóg deaw*.



*Deav = jour = période de 24 heures. Pour ckod (et ses synonymes), voir là.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Dim 16 Juil 2017 - 21:53

LlenguaPuerchîsca a écrit:
Méfie-toi des souvenirs comme d’une montre arrêtée ! (FR)
Dem rodífit menrèkene kes hàltan hoψaten.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bedal

avatar

Messages : 4328
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 17 Juil 2017 - 10:51

Anoev a écrit:
Nărsav vient de l'algardien


Un nouvel emprunt à l'algardien ! cheers

j'en ai la larme à l'œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/ En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 17 Juil 2017 - 11:29

Mes emprunts aux idéolangues (hors des miennes comme le thub ou le ptahx) sont principalement, par ordre alphabétique (aucune préférence à l'une ou à une autre, ça dépend) :

l'algardien
l'elko
le kotava.

Je prends guère depuis les IL à-postériori, préférant directement prendre à la source (langues naturelles).

Pour nărsav, j'ai pris du nom algardien nors, le O changé en Ă (même prononciation, un Ò aurait été redondant, norsav faisait relex). Pour certains oiseaux, j'ajoute l'élément av (oiseau), lequel sert pour pas mal d'autre noms.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18185
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Aujourd'hui à 0:30

LlenguaPuerchîsca a écrit:
Et soudain, la fée transforma la citrouille en carrosse. -Cendrillon (FR)
Ea zyċh, àt fajàkad tramòrfesă àt sarjàls yn xeljóċ. Cindrílo.
LlenguaPuerchîsca a écrit:
Une ville sans cloche est comme un aveugle sans sa canne. (FR)
Ù stad sin belhes ep kes ùt kækdu sin wỳt xileg (sans canne blanche).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aneuvien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aneuvien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 41 sur 41Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 39, 40, 41
 Sujets similaires
-
» L'aneuvien langue officielle en Europe
» Aneuvien
» Étude comparative elko - aneuvien
» Chronologie des espérantoïdes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: