L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La langue Nährī

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La langue Nährī   Jeu 6 Mar 2014 - 1:13

Bonjour, je vous poste une langue encore à l'essai qui va sûrement évoluer mais je posterai l'essentiel grammatical.
Le Nährī est une langue à l'origine arabe/sémitique. En fait, je suis partie de l'évolution des dialectes arabes et surtout des dialectes de Mésopotamie. Bien-sûr je ne me suis pas arrêtée à là, le déclic s'est fait quand je suis tombée sur une étude de l'indéterminé dans les différents dialectes et j'ai remarqué de l'influence iranienne, turque et même arménienne sur les dialectes du nord-mésopotamien. J'ai donc fait "marcher mon imagination" pour créer ce qui est devenu le Nährī ( de nähr fleuve).

Le Nährī est donc un dialecte arabe, sorte de créole avec une énorme influence iranienne régionale au point d'avoir dés-arabiser la langue. La base lexicale est arabe avec un substrat iranien (kurdo-iranien), néo-araméenne et une petite influence arménienne. La grammaire est plutôt iranienne avec une influence des dialectes néo-araméennes. La phonétique est aussi influencée avec une possible perte des emphatiques.

Tout d'abord la langue n'est qu'en essaie. Je ne suis pas une spécialiste de la dialectologie arabe donc le Nährī est complètement fictif et il est sorti tout droit de mon imagination, mon but n'était nullement scientifique. De plus, cette langue est loin d'être parfaite et me gêne sur un certain nombre de points comme son écriture et la complexité de sa prononciation. Smile 

ps : il n'y a aucune influence turque (ni lexicale ni grammaticale).

La phonétique et l'alphabet (évolution probable)

- voyelles

a [ɑ] ; ä [a]/[æ] ; ā [aː] ; e [e] ; ē [eː] ; ə  [ɪ]/[ɨ] ; i [i] ; ī [iː] ; o [o] ; ō [oː] ; u [u] ; ū [uː]

- consonnes

b [b]; č [ʧ]; d [d] ; ḏ [ð]; f [f]; g [g]; ǧ [ʤ]; ġ [ɣ] ; h [h]; ḥ  [ħ] ; ẖ [x]; k [k]; l [l]; m [m]; n [n]; p [p]; q [q] ; r [r] ; s [s] ; š [ʃ]; t [t]; ṯ [θ]; v [v]; w [w]; y [j]: z [z]; ž [ʒ]; ȝ [ʕ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La langue Nährī   Jeu 6 Mar 2014 - 1:29

Le Substantif

Le Nähri n'a aucun article.

Le genre

Les noms n'ont plus vraiment de genres, seuls les noms en référence explicite à la femme (souvent finis par -ä) sont féminin avec l'accord de l'adjectif. Sinon tous les autres noms sont au 'masculin', donc l'accord se fera au masculin.

Le nombre

Le pluriel se forme avec -(y)an.

kətav kətavan (le livre – les livres)
bažarī bažarīyan (le citadin – les citadins)

Pour l’indéterminé, on utilise  pour les noms finissant par une voyelle -ḥdä (dérivé de wäḥdä 'une')

marä maräḥdä (la femme – une femme)
dostī dostīḥdä (l'amitié – une amitié)

Sinon on utilise seulement le ḥä (dérivé de äḥäd 'un')

ḥä nähr : un fleuve

L’indéterminé pluriel n'existe pas. On peut dire à la place :

baḏ marä : quelques femmes
baḏ-kan : quelques uns de vous

Démonstratifs

De proximité : haḏ haḏan  
D'éloignement : haw hawan
Une personne : we (pour un homme), ye (pour une femme), hənne (au pluriel)

haḏ madrasä : cet école-ci
haḏan madrasä ou haḏ madrasan : ces écoles-ci
haw šähr : cette ville-là
hawan šähr ou haw šähran : ces villes-là
ye marä : cette femme
we kativ : cet écrivain
hənne qatil(an) : ces tueurs

Chaque : här

här marä : chaque femmes


Les accords entre deux noms

Les accords se font avec l'izzafé -i (les noms finis par un -ä se voient mettre un -t- entre le nom et l'izzafé)

də beytan-i bažar : dans les maisons de la ville
marät-i we kativ : la femme de cet écrivain

Les accords entre un nom et un adjectif

Ces accords se font également avec l'izzafé. Mais ils s’accordent en genre mais pas en nombre.

ḥä kativ-i kəbīr : un grand écrivain
kativäḥdät-i kəbīrä : une grande écrivaine

Degrés de comparaisons

-  kəbīr : grand
- Äli kəbīr-we : Ali est grand

Comparatif de supériorité

Le comparatif se forme avec la préposition mən. Pour le comparatif de supériorité on place le suffixe  zēd (plus) après l'adjectif.

-  kəbīr-zēd  'plus grand'
Äli  kəbīr-zēd-we  mən-ī  'Ali est plus grand que moi'

hənne här yawm kəṯīrzēd-ən : ils sont plus nombreux chaque jours.
we kəbīrzēd-we mən maräto : il est plus grand que sa femme

Comparatif d'égalité

Pour le comparatif d'égalité on place la préposition kamā (comme) devant l'adjectif.

-  kamā kəbīr aussi grand  
- Äli kamā kəbīr mən-ak   : Ali est aussi grand que toi

Comparatif d’infériorité

Pour le comparatif d’infériorité on place la préposition qläyl (peu) devant l'adjectif.

-  qläyl kəbīr : moins grand
Äli qläyl kəbīr mən-ä : Äli est moins grand qu'elle

Superlatif relatif

Le superlatif se forme avec la forme aCCäC.

kəṯīr (beaucoup) >  akṯär (le plus nombreux) > akṯäran (les plus nombreux)
kəbīr (grand) > akbär (le plus grand) > akbärä (la plus grande) > akbäran (les plus grands) > akbärätan (les plus grandes)

Äli akbär-we : 'Ali est le plus grand'
ana  akbärä-na : 'je suis la plus grande'
tan  akbäran-tan : 'vous êtes les plus grands'
hənne  akbärätan-ən : 'elles sont les plus grandes'

Superlatif absolu

Se forme avec l'ajout de kəṯīr (beaucoup)

- kəṯīr kəbīr : 'très grand'

Äli kəṯīr kəbīr-we : 'Ali est très fort'
Revenir en haut Aller en bas
Mardikhouran



Messages : 2434
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: La langue Nährī   Jeu 6 Mar 2014 - 20:41

Pourquoi se plaindre de l'écriture ! Je trouve cette romanisation très bien, au contraire. Après, si tu désirais l'écrire en arabe... il t'aurait fallu moins de voyelles  Wink 

Kweyse a écrit:

Le Nähri n'a aucun article.
Aucun article défini, veux-tu dire, puisque :
Kweyse a écrit:

Pour l’indéterminé, on utilise  pour les noms finissant par une voyelle -ḥdä (dérivé de wäḥdä 'une')

marä maräḥdä (la femme – une femme)
dostī dostīḥdä (l'amitié – une amitié)
Dans les langues scandinaves, l'article (défini) est aussi une terminaison : norvégien et hus, huset "une maison, la maison" ; également en roumain et en bulgare (un lup, lupul "un loup, le loup", жена, жената "une femme, la femme"), etc.

Kweyse a écrit:

Le pluriel se forme avec -(y)an.

kətav kətavan (le livre – les livres)
bažarī bažarīyan (le citadin – les citadins)
Est-ce le nouvel usage d'un duel tombé en désuétude ?
Kweyse a écrit:

Démonstratifs
[...]
Une personne : we (pour un homme), ye (pour une femme), hənne (au pluriel)
Ainsi, on ne distingue pas la proximité de l'éloignement pour les référents humains ? Cela me plaît !

Kweyse a écrit:

Superlatif relatif

Le superlatif se forme avec la forme aCCäC.
Comment fait-on pour les emprunts ?


En tout cas, je te félicite pour cette belle présentation. J'ai hâte d'en savoir plus, surtout sur la morphosyntaxe verbale.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La langue Nährī   Ven 7 Mar 2014 - 4:14

Mardikhouran a écrit:
Pourquoi se plaindre de l'écriture ! Je trouve cette romanisation très bien, au contraire. Après, si tu désirais l'écrire en arabe... il t'aurait fallu moins de voyelles  Wink 

Je ne sais pas...c'est une impression. J'adore l’écriture arabe mais j'ai un faible pour l'écriture syriaque Smile

Mardikhouran a écrit:

Kweyse a écrit:

Le Nähri n'a aucun article.
Aucun article défini, veux-tu dire,

Oui, je voulais dire sans le al-.

Mardikhouran a écrit:
Kweyse a écrit:

Pour l’indéterminé, on utilise  pour les noms finissant par une voyelle -ḥdä (dérivé de wäḥdä 'une')

marä maräḥdä (la femme – une femme)
dostī dostīḥdä (l'amitié – une amitié)
Dans les langues scandinaves, l'article (défini) est aussi une terminaison : norvégien et hus, huset "une maison, la maison" ; également en roumain et en bulgare (un lup, lupul "un loup, le loup", жена, жената "une femme, la femme"), etc.

Je ne savais pas, c'est intéressant ! Smile

Mardikhouran a écrit:
Kweyse a écrit:

Le pluriel se forme avec -(y)an.

kətav kətavan (le livre – les livres)
bažarī bažarīyan (le citadin – les citadins)
Est-ce le nouvel usage d'un duel tombé en désuétude ?

Ça aurait pu maintenant que tu le dis. Alors, à l'origine j'ai repris la marque du pluriel des langues iraniennes. Je trouvais les pluriels internes/externes arabe un peu lourds pour avoir galéré avec ! Mais j'ai quand même voulu donner quelque chose qui fasse à la fois arabe et non-arabe.

Mardikhouran a écrit:
Kweyse a écrit:

Superlatif relatif

Le superlatif se forme avec la forme aCCäC.
Comment fait-on pour les emprunts ?

C'est vrai que je n'y avais pas pensée. En fait je n'ai pas eu l’intérêt ! Ce type de construction ne peut s'appliqué que sur des racines trilitères- arabe/sémites. Il n'y a pas eu beaucoup d'emprunts au niveau des adjectifs, mais on peut très bien utilisé la phrase : 'plus ... que tous'  Rolling Eyes 

Par exemple : azad - libre (emprunt à l'iranien)

ana azadzēd mən kəllan : je suis plus libre que tous (je suis le plus libre).

Mardikhouran a écrit:
Kweyse a écrit:

Démonstratifs
[...]
Une personne : we (pour un homme), ye (pour une femme), hənne (au pluriel)
Ainsi, on ne distingue pas la proximité de l'éloignement pour les référents humains ? Cela me plaît !

Oui, justement le démonstratif se fait par le pronom personnel (il/lui ; elle ; eux).

Je n'ai pas mise les pronoms. Je n'ai pas voulus mettre un gros pavé d'un coup pour ne pas décourager...

Pronoms personnels

ana : Première personne du singulier
ta : Deuxième personne du singulier
we : Troisième personne du singulier masculin
ye : Troisième personne du singulier féminin

haḏ : Troisième personne du singulier objet proche
haw : Troisième personne du singulier objet éloigné

ḥna : Première personne du pluriel
tan : Deuxième personne du pluriel
hənne : Troisième personne du pluriel humain

haḏan : Troisième personne du pluriel objet proche
hawan : Troisième personne du pluriel objet éloigné
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La langue Nährī   Ven 7 Mar 2014 - 4:54

Construction du possessif

Le possessif se forme avec izzafé +  la marque du possessif. Il est possible aussi d'avoir une forme abrégée plus proche de l'arabe (l'autre est un mixte irano-néo-araméenne), cependant elle peut-être sujette à confusion.

kətav-i-dī (kətavī) : mon livre
marät-i-dak (marätak) : Ta femme (à un homme)
beyt-i-dki (beytki) : Ta maison (à une femme)
deyr-i-do (deyro) : Son église (à un homme)
dostät-i-dä (dostätä) : Son amie (à une femme)

katəvī-yi-dna (katəvīna) : Notre écriture
medresätan-i-dkan (medresätankan) : Vos écoles
leylätan-i-dan (leylätan) : Leurs nuits

Les nombres

De deux à dix, les noms déterminés par un nombre se déclinent au pluriel. Ensuite, à partir de 11, les noms restes au singulier.

0 - səfr ; 10 : ȝäšärä (ȝäš, ȝäšt)
1 - äḥäd, wäḥdä ; 11 : äḥdäȝäš
2 - əṯnäyn, ṯənäynä ; 12 : əṯnäȝäš
3 - ṯəlāṯä (ṯāṯ, ṯāṯ) ; 13 : ṯəlāṯäȝäš
4 - ärbȝä (ärbäȝ, ärbäȝt) ; 14 : ärbȝäȝäš
5 - ẖamsä (ẖams, ẖamsət) ; 15 : ẖamsäȝäš
6 - səttä (sətt, sətät) ; 16 : səttäȝäš
7 - sabȝä (sabäȝ,  sabäȝt) ; 17 : sabȝäȝäš
8 - ṯəmēnyä (ṯəmēn, ṯəmēnät) ; 18 : ṯəmēnäȝäš
9 - təsȝä (təsäȝ, təsäȝt) ; 19 : təsȝäȝäš
20 : ȝašerīn ; 21 : wäḥdä w ȝašerīn
30 : ṯēṯīn ; 33 : ṯāṯ w ṯēṯīn
40 : ärbəȝīn ; 50 : ẖamsīn ; 60 : səttīn ; 70 : sabȝīn ; 80 : ṯəmēnīn ; 90 : təsȝīn
100 : miyyä ; 101 : wäḥdä w miyyä ; 104 : ärbäȝt w miyyä ; 145 : ẖamsət w ärbəȝīn w miyyä
200 : əṯnämiyyä ; 300 : ṯəlāṯämiyyä ; 400 : ärbȝämiyyä ; 500 : səttämiyyä
1000 : älf ; 200 : ṯənäynä älf

əṯnäyn dostan-i dī kəbīr-ən : mes deux amis sont grands
älf leylä w leyläḥdä : Mille et une nuits
ẖamsət w səttīn w ṯəlāṯämiyyä yawm : 365 jours
fi təsäȝt w  təsȝīn w  təsȝämiyyä w älf  : en 1999

Copule présent du verbe être

En Nähri il n'y a pas vraiment de verbe être au présent (comme en arabe "la vie belle" = la vie est belle), en fait c'est le pronom personnel qui va se suffixer (influence néo-araméenne), ce qui va créer un équivalent du verbe être...

ana kəbīr-na, ana kəbīrä-na : Je suis grand, je suis grande
ta kəbīr-ta, ta kəbīrä-ta : Tu es grand, tu es grande
we kəbīr-we : Il est grand
ye kəbīrä-ye : Elle est grande

ḥna kəbīr-, ḥna kəbīrä- : Nous sommes grands, vous êtes grandes
tan kəbīr-tan, tan kəbīrä-tan : Vous êtes grands, vous êtes grandes
hənne kəbīr-ən, hənne kəbīrä-n(e) : Ils sont grands, elles sont grandes

ana fəransī-na : je suis français
ana bo ra-na : Je suis avec lui
ana  bä ra-na : Je suis avec elle

Négation : ajout du la

ana la fəransī-na : je ne suis pas français
ana la fəransīyä-na : je ne suis pas française

Je présenterai la conjugaison plus tard....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La langue Nährī   Sam 8 Mar 2014 - 3:07

Conjugaison

Les verbes de type 1 sont irréguliers à l' inaccompli (le radicale mute).

ex : kān (être), māt (mourir) rād (vouloir) > kūnmt, rīd

Les verbes de type 2 sont réguliers l'inaccompli (le radicale ne change pas).

ex : nām (dormir), ǧā (venir), ger (prendre), rəzäq (bénir)

Puis il y a les verbes composés.

Ils se composent d'un nom + d'un verbe.

telefon ker (téléphoner)

Il y a aussi les verbes invariables

lazəm (falloir)

nar-i dī lazəm : il me faut du feu (feu à moi falloir)

Enfin, il y a les verbes impératifs

Ce sont les verbes qui n'existent qu'à l'impératif. Ils peuvent aussi être composés.

be (être), qodēs be (bénir), taȝal (venir), ȝafū (pardonner)

...

Il faut aussi distinguer les verbes transitifs et intransitifs au passé.

Accompli (passé) pour les verbes de type 1.

ana kāntu, ana māttuJe suis devenu, je suis mortana kāntu, ana māttuJe suis devenue, je suis morte
ta kān, ta mātTu es devenu, tu es mortta kānti, ta māttiTu es devenue, tu es morte
we kān, we mātIl est devenu, il est mortye kānət, ye mātətElle est devenue, Elle est morte
ḥna kānna, ḥna mātnaNous sommes devenus, nous sommes mortsḥna kānna, ḥna mātnaNous sommes devenues, nous sommes mortes
tan kāntən, tan māttənVous êtes devenus, vous êtes mortstan kāntən, tan māttənVous êtes devenues, vous êtes mortes
hənne kānən, hənne mātənIls sont devenus, ils sont mortshənne kānən, hənne mātənElles sont devenues, elles sont mortes
Verbes de type 2 :

ana nāmtu, ana ǧātuJ'ai dormi, je suis venuana nāmtu, ana ǧātuJ'ai dormi, je suis venu
ta nām, ta ǧāTu as dormi, tu es venuta nāmti, ta ǧātiTu as dormi, tu es venu
we nām, we ǧāIl a dormi, il est venuye nāmət, ye ǧātElle est dormi, Elle est venue
ḥna nāmna, ḥna ǧānaNous avons dormi, nous sommes venusḥna kānna, ḥna mātnaNous avons dormi, nous sommes venus
tan nāmtən, tan ǧātənVous avez dormi, vous êtes venustan nāmtən, tan ǧātənVous avez dormi, vous êtes venus
hənne nāmən, hənne ǧānIls ont dormi, ils sont venushənne nāmən, hənne ǧānElles ont dormi, elles sont venues


Les verbes transitifs au passé


Pour les verbes transitifs le verbe se conjugue avec le COD.
Quelques exemples pour mieux comprendre :


verbe dad (donner)


ana dad : j'ai donné [sous entendu qqc à qqn]
ana lə Äli ra dad : j'ai donné [sous entendu qqc] à Ali
ana məžməž dad : j'ai donné l'abricot
ana məžməž lə Äli ra dad : j'ai donné l'abricot à Ali.
ana məžməžan lə Äli ra dadən : j'ai donné des abricots à Ali.
ana lə Äli ra dadən : j'ai donné à Ali [sous-entendu des choses (au pluriel)]


verbe qətäl (tuer)


ana qətäl : j'ai tué [sous-entendu qqn] ou je l'ai tué
ana qətälən : je les ai tué
ana qətäl : je t'ai tué
we qətältu : il m'a tué
ta qətältu : tu m'as tué

Inaccompli

Si il n'y a aucune différence entre les verbes de type 1 et les verbes de type 2 à l'accompli, les verbes de type 1 ont la radical qui mute.


ana kūnna, ana mūtnaJe deviens, je meursana kūnna, ana mūtnaJe deviens, je meurs
ta kūnta, ta mūttaTu deviens, tu meursta kūnta, ta mūttaTu deviens, tu meurs
we kūnwe, we mūtweIl devient, il meurtwe kūnye, we mūtyeElle devient, Elle meurt
ḥna kūn, ḥna mūtNous devenons, nous mourronsḥna kūn, ḥna mūtNous devenons, nous mourrons
tan kūntan, tan mūttanVous devenez, vous mourreztan kūntan, tan mūttanVous devenez, vous mourrez
hənne kūnəne, hənne mūtəneIls deviennent, ils meurenthənne kūnəne, hənne mūtəneElles deviennent, Elles meurent
Verbe de type 2 :

ana nāmna, ana ǧānaJe dors, je viensana nāmna, ana ǧānaJe dors, je viens
ta nāmta, ta ǧātaTu dors, tu viensta nāmta, ta ǧātaTu dors, tu viens
we nāmwe, we ǧāweIl dort, il vientye nāmye, ye ǧāyeElle dort, Elle vient
ḥna nām, ḥna ǧāNous dormons, nous venonsḥna nām, ḥna ǧāNous dormons, nous venons
tan nāmtan, tan ǧātanVous dormez, vous veneztan nāmtan, tan ǧātanVous êtes devenues, vous êtes mortes
hənne nāməne, hənne ǧāneIls dorment, ils viennenthənne nāməne, hənne ǧāneIls sont devenues, ils sont mortes


On peut bien entendu ôter le pronom personnel, qui n'est là que pour renforcer la personne.


ǧāna fi Paris : je viens de paris.


Le subjonctif

Le subjonctif se forme à partir de l'inaccomplie, il se forme avec le préfixe bə.

lazəm ke bəǧātan : il faut que vous veniez.

rīdna ta bəgerta ḥä kətav : je veux que tu prennes un livre

Le deuxième verbe qui est habituellement en français à l'infinitif est au subjonctif en Nähri.

rīdna bəkətävna : je veux écrire.

Le futur

Il n'y a pas de futur, il est formé normalement à partir du subjonctif, mais il peut aussi se former à partir de l’inaccompli simple.

gadde kəbīrä bəkūnna : demain je serais grande
agar gadde kəbīrä bəkūnna : si demain je serai grande
agar kəbīrä kūnna : si je serai grande / si je suis grande

L’impératif

L'impératif peut soit se former à partir du subjonctif (bə+racine inaccompli+désinence impérative), soit se former avec le verbe équivalent impératif.


kān (accomplie) > kūn (inaccomplie) > be (impératif)


êtreveniraller
2ème personne masculinbetaȝalbərōḥ
2ème personne fémininbe(y)taȝalibərōḥi
2ème personne plurielbentaȝalənbərōḥən

Quelques exemples :

aḥūbnay 'je m'aime'
aḥūbnak 'je t'aime'
aḥūbna 'j'aime' ou 'je l'aime'
aḥūbwena 'il nous aime'
aḥūbnakan 'je vous aime'
aḥūbbənī 'ils m'aiment'
aḥūbbəno/ä 'ils l'aiment'
rīdna bəḥūbtay 'je veux que tu m'aimes'


Négation à l'inaccompli simple > ma. Subjonctif/impératif > remplacer bə par me (négation du subjonctif et de l'impératif en bə ). Accompli > .

La négation mange le a qui suit.

ma-ḥūbnak 'je ne t'aime pas'
ana mō-ḥābti 'je ne t'ai pas aimé'
baḥūbbi 'aime !'
maḥūbbi 'n'aime pas'
rīdna maḥūbtay 'je veux que tu ne m'aimes pas'


Dernière édition par Kweyse le Dim 9 Mar 2014 - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: La langue Nährī   Sam 8 Mar 2014 - 13:28

C'est super !  I love you  cheers 
J'adore les dialectes arabes et le persan, donc là je suis comblé...

Juste une petite remarque, tu peux corriger ces trucs en français (tu écris plusieurs fois les mêmes fautes en fait) ?
Je supprimerai la remarque de mon message quand ce sera fait :
- l'(in)accomplie < l'(in)accompli (pas de e, sinon c'est féminin)
- le future < le futur (pas de e, idem)
- demain je serais grande < demain, je serai grande (serais = conditionnel)
- si je serais grande < si j'étais grande (dans une condition, le verbe est à l'imparfait; c'est la principale qui est au conditionnel: ex. si j'étais grande, je serais heureuse).
- je veux que tu ne ne m'aime pas < je veux que tu ne m'aimes pas

Mais sinon, j'apprécie ta création. Continue comme ça !

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Simon



Messages : 3850
Date d'inscription : 20/02/2009
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: La langue Nährī   Sam 8 Mar 2014 - 14:04

Splendide mélange d'arabe et de persan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sambahsa.pbwiki.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La langue Nährī   Dim 9 Mar 2014 - 0:25

Merci beaucoup. La langue est effectivement un mélange entre les dialectes arabes et les langues iraniennes occidentales (pas seulement du persan, j’englobe le tout dans le terme iranien) avec une influence araméenne. 

Quelques emprunts lexicologiques aux langues iraniennes :

agar (si), asman (cieux, pluriel de sama le ciel (ici l'arabe et l'iranien se ressemblent)), azad (libre), baš (bien), šähr (grande ville), bažar (petite ville), etc.

Nemszev
Tu as raison c'est ma faute, j’aurai dû faire plus attention....  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La langue Nährī   Aujourd'hui à 11:35

Revenir en haut Aller en bas
 
La langue Nährī
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La langue des signes avec bébé
» Khoutba : sermon du vendredi en une autre langue...
» Où est la langue arabe??
» langue et dialecte
» Comment une langue raconte une civilisation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: