L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Autres langues pentadrariennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Autres langues pentadrariennes   Sam 19 Mai 2012 - 20:09

Bonjour tout le monde Very Happy !*

Comme vous le savez (ou pas ?), le sprante n'est pas la seule langue du continent pentadrarien, c'est juste la première que j'ai créée, et celle autour de laquelle j'ai créé les autres, ainsi que leur idéomonde associé.

Il y a donc, en Pentadrare, 6 principales langues :
  • le sprante, que vous connaissez déjà ;
  • l'onume, en Onumie ;
  • le klassolien, en Klassolia ;
  • le hreki, en Hrekie ;
  • le nopa, en Ivrake et sur le reste du continent comme langue seconde (dont je pense parler plutôt dans les langues auxiliaires) ;
  • (le pentadrarien (unifié, c-à-d de l'époque de Dar le Magnifique** et celle de l'empereur-qui-domina-pour-la-première-fois-le-continent-entier***), mais bon il n'est plus parlé).


Evidemment, elles sont beaucoup plus nombreuses : des dizaines de langues régionales plus ou moins parlés (warzá, efthra (toutes deux en Jotarke), esçío (en Hrekie)...).

Donc, ici, j'espère pouvoir vous parler des différentes langues pentadrariennes.




Pour commencer, voici le vocabulaire actuel du pentadrarien :


A

Avyd [a:.bv1d] vt : avoir (remplaça « Ezād », trop irrégulier. Il donna en sprante « Ài », en onume « Av », en hreki « Ab », en klassolien « Avë »).
Avzca [a:b(v.d)Za] n : centre.

B

Beke [be:.qe] adj : grand, gros, imposant

D

Dea [de:.a] pr : ils/elles
Drary [d(G\)Ra:.G\R1] n : pays

E

Esviāga [Ed(z.b)vja:.G/a] n : vache
Evy [e:.bv1] n : chose, truc
Ezād [e.dza:d] vt : avoir (remplacé par « Avyd »).
Ezy [e:.dz1] pr : je
De l'indo-européen *égh.
Donne « Ez » en pentadrarien tardif.

H

Horry [ho:.kX1] n : guerre

K

-Ka [qa] sf : suffixe formant des noms de ville.
Keeg [qe:.eG\] nb : un.
Kilyd [qi:.lid] vi : bouger, se mouvoir, se déplacer.
Kkose [co:.se] adj : grandiose, magnifique.
Donne aussi « Scose » tardivement, qui a donné « Ços » en onume.

L

Lesyd [le:.s1d] vt : aimer

M

Meyd [mE1d] vt : finir (qqch)

N

Na [na] nb : zéro
Nakly [na:.ql1] n : sel
Nop [nOp] adv : non, ne pas
Donne « No » en pentadrarien tardif.

O

Olēgyd [o.le:.G\1d] vt : oublier
Or [oR] prp : avec, etc. (= -ement).
Devient le suffixe « -Or » en pentadrarien tardif.
Ou [Ow] art : le/la/les

R

Rizcy [G/Ri:.dZ1] : région, province
Syn : « Zil »

S

Sopy [tso:.p1] : langue
Su [tsu:] adv : venir de

T

Tid [ti:d] vi : aller.****

U

Uobo [wo:.bo] n : 1. grande ville 2. patrie

V

Ve [bve:] pr : nous

W

We [we:] pr : vous

Z

Zcotary [dZo:.ta.qX1] : Jotare
Zivy [dzi:.bv1] np : Zive
Zoenyd [dzo:.e.n1d] vt : venir
Zoh [dzoh] vt : manger, boire

Tout le vocabulaire a été trouvé à partir des étymologies de mon dictionnaire de sprante.

Je vous propose de trouver, si le coeur vous en dit, ce qu'ont donné ces mots en sprante :
Avyd - Zoh - Uobo - Evy - Ou - Nop.

Spoiler:
 

Voilà pour aujourd'hui Very Happy !




* ou, en sprante : Wilbáu tudamen !
** Dar ou Kkos [daR_Ow cOs] comme on disait à son époque : le premier empereur pentadrarien, dont le prestige est tel que l'on a fait de sa date de naissance le commencement du calendrier pentadrarien !
*** Parce que j'en suis pas encore là dans l'histoire du continent Razz...
**** Se retrouve en sprante au prés. ind., aux trois personnes du singulier : tié, tiés, tiá.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Sam 19 Mai 2012 - 21:40

Kilyd : [qi:lid] ou [qi:lɨd] ^^ ?

Kotavusik2 a écrit:
l'empereur-qui-domina-pour-la-première-fois-le-continent-entier
Tu me fais penser que j'ai toujours une langue sans nom en Sivélie... (pourtant il y en a que 2 !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Dim 20 Mai 2012 - 12:39

Citation :
Kilyd : [qi] ou [qiɨd] ^^ ?

Ah oui Razz ! C'est [qi:.lɨd].
L'infinitif se forme toujours avec un -d final (aujourd'hui ce D sert en sprante à former le participe passif). S'il n'y a pas de voyelle devant, on rajoute un Y [ɨ].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Mer 23 Mai 2012 - 16:04

Le klassolien possède 3 sons pour le phonème /i/ : Y (i), I (I) et Ë (1) (ce dernier se rencontre surtout en fin de mot, marque de l'ancien Y pentadrarien), ainsi que 3 sons pour le phonème /r/ : r [4] / gh [R] / kh [x].
On peut aussi remarquer qu'une bonne partie de son vocabulaire vient plutôt du pentadrarien archaïque que du pentadrarien unifié (Stœn (de l'archaïque Ston, plutôt que de l'unifié Estō, dérivé du précédent, qui donna par exemple Estú en sprante).

Le hreki, le nopa et le klassolien sont les dernières langues néo-pentadrariennes à posséder des affriquées, le pentadrarien n'en ayant que.

La plupart des mots du hreki et de l'onume se terminent par une syllabe. La plupart de ceux du sprante par un E, de ceux du klassolien par un Ë.

Seul le hreki a gardé des consonnes sourdes quand les autres langues du continent les ont remplacé par des consonnes voisées. Cela va même jusqu'à rendre sourdes certaines consonnes (Pantadrary -> no pentatrarr)

Le sprante a remplacé une grande partie de ses B et V par des accents graves (mais ça vous le savez déjà).

Beaucoup de P pentadrariens, comme en latin, sont devenus des B dans les langues moyennes, puis des V en onume et en sprante, puis des accents graves en sprante.

Indo-européen *op- -> pentadrarien archaïque opyk -> pentadrarien unifié uopykyd -> bas pentadrarien uobyky -> bapensu (groupe de langues dont font partie le présprante et le préonume) *wovk- -> moyen sprante wuvre -> sprante wùre
(-> hreki uokk ; -> klassolien obik ; -> onume wohk ; -> nopa uobeg)

Les sons longs en klassolien se forment ainsi :

[a:] → ä (irrégulier)
[e:] → eë
[i:] → ïe (irrégulier)
[Q:] → œë
etc.

Ceux du sprante, par un accent circonflexe, ou par un У ou un W. Ceux du nopa, en ajoutant un macron, comme en pentadrarien.




Le pluriel klassolien est donné ainsi :
-a → -œ
-e → -o
-i → -u
-œ, -o, -u → -ai, -ei, -y
Sinon, on ajoute un I.

Kokhë -> Kokhi

Celui du pentadrarien :
-y → -il
-a → -el
consonne : -i

Avzca -> Avzcel
Drary -> Draril
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16299
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Mer 23 Mai 2012 - 18:34

Kotavusik2 a écrit:
On peut aussi remarquer qu'une bonne partie de son vocabulaire vient plutôt du pentadrarien archaïque que du pentadrarien unifié (Stœn (de l'archaïque Ston, plutôt que de l'unifié Estō, dérivé du précédent, qui donna par exemple Estú en sprante).

Est-ce dû à son isolement prolongé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Mer 23 Mai 2012 - 19:17

Non, je pense que c'est une habitude prise vers le XVIIe siècle (de notre calendrier) par les grands esprits klassoliens. J'imagine que les mots sont passés dans le langage courant progressivement.
Malgré tout, je dois dire que du point de vue dont je vois les choses, le Klassolia s'est souvent abstenu des querelles entre états pentadrariens (son pays s'est étendu très progressivement, surtout grâce à des alliances à partir du XIIIe siècle, sous l'impulsion d'un hypoythétique roi j'imagine).

Après, il y a aussi le fait que la langue autrefois parlée au klassolia (avant les annexions de la péninsule klassolienne par le Pentadrare) a évolué beaucoup plus lentement que les autres. Ainsi les klassoliens se sentaient plus proches de la langue archaïque, plus semblable à l'ancienne leur, que de la langue unifiée au fur et à mesure par les empereurs pentadrariens. De plus, le klassolien regorge de termes des langues klassoliennes d'avant Pentadrare (la plupart n'étaient pas indo-européennes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Ven 1 Juin 2012 - 18:56

Petite comparaison entre les langues pentadrariennes, faite d'un coup hier soir :

Fr : Je mangeais
Pnt : Ezy zohez [ɛ:dzɨ̯_dzo:hɛdz] / Zohezō [dzo.hɛ.dzo:]
Npa : Æ zuo zor [ɛ zwo zoʁ]
Spt : Eq zwudiè [ɛʒ 'swə.djɛ] / Zwudievé [swə.djɛ.'ve]
Onm : Ij buoíb [iʒ bwo.'ib]
Hrk : Ez es soo [ɛz ɛs so:]
Kls : Zoëzy [zɔj.'zi]

Fr : Tu manges
Pnt : Sy zoh [tsɨ dzɔ] / Zohōs [dzo.hɔ]
Npa : Se zuo [si zwo]
Spt : Scu zwu [ʃə swə] / Zwudies ['swə.djɛs]
Onm : Si buo [si vwo]
Hrk : S'soo [sʲ so:]
Kls : Zoÿs [zɔ.'iʃ]

J'ai aussi décidé que le Hreki serait (avec une prononciation du nopa) la dernière langue pentadrarienne utilisant les affriquées, et aurait aussi des consonnes longues.

Pour le klassolien, j'ai aussi trouvé en maths que son A n'aurait pas le son [ä] (comme en français si j'ai bien compris) mais le son [a] (donc le son n'est pas central mais antérieur). Il a maintenant aussi le son [h], perdu par la plupart des langues néo-pentadrariennes. Enfin, je ne sais pas si je l'ai déjà dit, mais il aura beaucoup de Æ [æ] et de Œ [ɒ].

J'ai aussi traduit le verbe "être" à la troisième personne du singulier :
Fr : Il est
Pnt : (Hiy) ē [hi(:.ɨ) e:]
Npa : E æs [i ɛs]
Spt : (Уd) ê [id_ɛ]*
Onm : (Hi) é [i(j_)ɛ]
Hrk : I is [i(j_)is]
Kls : Æ [ʰæ]

Ça m'a pris du temps pour écrire tout ça, alors réagissez Smile !




* On devrait normalement prononcer les voyelles comme longues, mais l'usage les a raccourcies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16299
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Ven 1 Juin 2012 - 20:26

Déjà, en premier coup d'œil, je salue déjà l'courage !

6 langues fictive en même termps à gérer, qui plus est assez différentes (ce ne sont pas de simples variantes), faut l'faire !

Maintenant, faudra savoir quelles seront les langues les plus endurantes et celles qui se développeront (chez Idéopédia) le plus vite.

En ce qui me concerne, le psolat et le teheub sont à peu près au même point (plutôt faiblard : l'aneuvien prend vraiment (presque) tout !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Ven 1 Juin 2012 - 23:06

L'onume évoluera sans doute un peu plus vite - grâce à sa proximité du sprante. Le klassolien sûrement aussi - j'ai un p'tit faible pour lui en ce moment Razz... Après, le pentadrarien a déjà pas mal de vocabulaire - par rapport aux autres - grâce aux étymologies de mon document sur le sprante*.

Comme pour toutes les langues, il y a certains mécanismes qui se généralisent, en partant du vocabulaire originel. Le A -> EI en onume, le P -> accent grave en sprante, le -Y -> -Ë et -> -E respectivement en klassolien et en sprante, etc. Donc ça va vite. Limite plus que faire des variantes.

Merci pour l'encouragement Very Happy !




* Je pourrais faire évoluer quelques mots pentadrariens pour faire du vocabulaire pour les autres langues.
Hors-sujet ; je me suis étonné de pouvoir relier un mot sprante à une origine indo-européenne, qui n'étaient a priori pas du tout reliés !, en passant par un mot pentadrarien.
Exemple : Vy en sprante, quelque chose genre *sangwi en indo-européen, que j'ai réliés par le pentadrarien Zedy (Zedy -> Zide -> Vide -> Vye (après il a perdu son -e, comme c'est déjà arrivé en français avec eaue -> eau.)).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Sam 2 Juin 2012 - 15:16



Pendant la Première union pentadrarienne (où l'Ivrake était partagé entre les trois états du sud, et le Klassolia plus petit), les trois capitales des états membres avaient été déplacés dans la zone marron. Pendant 50 ans, les R des grands hommes perdirent leur fricativité et devinrent des battues centre-pentadrariennes.
Mais en 1952, à la fin de ce que, linguistiquement, on appelle l'Ère battue*, les capitales furent remises à leur place d'avant 1902. Et les grands hommes recommencèrent à dire leurs R fricatifs.

La prononciation de la zone grise vient sûrement d'un état qui se développa dans cette région avec sa propre langue néo-pentadrarienne.




* du R battu (laule).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Sam 2 Juin 2012 - 15:52

Si je les utilise en français :
R fricatif : standard
r roulé : paysan ou autres (italien, russe, flamand, ...)
R grasseyé : Edith Piaff, Georges Brassens, Mireille Matthieu...
r battu : espagnol ou japonais
r anglais : anglais...
G fricatif : chinois, hollandais... ?

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Dim 3 Juin 2012 - 19:28

Citation :
Si je les utilise en français :
R fricatif : standard
r roulé : paysan ou autres (italien, russe, flamand, ...)
R grasseyé : Edith Piaff, Georges Brassens, Mireille Matthieu...
r battu : espagnol ou japonais
r anglais : anglais...
G fricatif : chinois, hollandais... ?

J'imagine. Pour les jotarkais, ça doit faire :
  • [ɣ] : standard pour les gens du sud, peut rappeler l'amitié hreko-jotaraise, voire l'époque chérie durant laquelle Zive (ancienne Hrekie) et Jotarke naissant étaient les puissances dominantes*.
  • [ɾ] : rappelle un peu la période unionienne aux gens du sud, est quotidien pour les gens du nords. Pour les nationalistes du sud, symbolise aussi la "vermine du nord", qu'ils veulent éradiquer de leur pays, les laissant pulluler dans les autres**. Généralement ces gens sont contre la Nouvelle union pentadrarienne, dont le siège est en Ivrake, en pleine zone [ɾ] (ils oublient que l'Ivrake est une zone où les 5 R cohabitent parfaitement).
  • [ʀ] : étant très rare en Jotarke, ce R est souvent perçu comme joliment exotique, ou est dans la plupart des autres cas reçu indifféremment.
  • [ɹ] : R klassolien, détesté par les nationalistes - décidément ! -, qui reprochent encore aux klassoliens le génocide durant la Grande guerre pentadrarienne.
  • [ʁ] : le R onume passe assez inaperçu, étant proche du R sprante. De plus, les onumiens arrivent plutôt bien à imiter le R du Jotarke.





* Bon, ça, c'est à cause des écoles... s'ils savaient les conditions de vie de l'époque...
** En oubliant qu'avant 1952, les personnes du haut s'entraînaient des heures durant à battre leur R pour "faire comme tout le monde".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grufidh



Messages : 95
Date d'inscription : 23/10/2011

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Jeu 7 Juin 2012 - 11:52

Dis moi, pour toutes ces langues différentes, est-ce que tu suis des règles précises d'évolution phonétique ?
Lorsque moi même je crée des nouvelles langues, la plupart du temps, je décide juste quels genre de sonorités je souhaite, puis je fais dériver les racines de la langue mère dans ce sens là. Par exemple, AVAN est la racine mère pour "enfant". En Bethren, où je souhaitais une sonorités plutôt latineo/italiano/roumaine, ça donne evine; en Tursvung où je recherchais quelque chose de plus scandinave, ça fait "waen/fain", en Hinn Dhoel, où je cherchais une sonorité galloise, on a "awenn". Etc, etc.. Mais dans tout ça, seulement en tursvung on a une évolution "réglementée" par des lois définies par moi au préalable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Jeu 7 Juin 2012 - 22:01

Citation :
Dis moi, pour toutes ces langues différentes, est-ce que tu suis des règles précises d'évolution phonétique ?


Oui, et je suis content de savoir que l'on fait pareil Very Happy.

Comme je l'ai dit avant, en onume, souvent, les A toniques deviennent des EI ; les ZC [dʒ] des HG [ɟ] ; les Z des B ; ou encore les -Y rien du tout jocolor ! On peut aussi remarquer que les consonnes sourdes deviennent souvent des voisées (comme en sprante).
En klassolien, on trouve aussi des schémas d'évolution comme (de mémoire) -Y -> -Ë (même son [ɨ]).
En sprante, les E non toniques deviennent souvent des I (et les O non toniques des U) ; -RG -> -U (moporg -> mohpou ("meuporg" Laughing)) ; Z -> V, voire des accents graves, etc.
En hreki, par exemple, on trouve le contraire : les voisées pentadrariennes s'assourdissent souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Dim 10 Juin 2012 - 20:08

Je voudrais parler d'une particularité du pentadrarien qui rend intéressant (ou pas Razz) l'étude des langues néo-pentadrariennes.
Dans cette langue, il arrive plutôt souvent de rencontrer deux infinitifs pour un même verbe.
  • Le premier sera l'infinitif obtenu en ajoutant -(y)d au radical - c'est-à-dire la forme du présent de l'indicatif sans terminaison personnelle -, en quelque sorte l'infinitif normal.
    Exemple : Esyd pour Es.
  • Le second sera une sorte d'infinitif raccourci par l'usage, auquel on aura ajouté un macron, sur la voyelle accentuée.
    Exemple : Ēd pour Es.

On a ainsi :
  • Adyd et Ād pour Ad (haïr, détester) ;
  • Esyd et Ēd pour Es (être) ;
  • Уyad [ɨ.'ja:d] et Īd pour Уya (se déplacer, se mouvoir, bouger) ; ou encore
  • Peryd et Pēd pour Per (laver, purifier).

Ce qui donne, en sprante :
  • Âr (d'Ād), mais déclinaison par personne en Ad- ;
  • Er (d'Ēd) ;
  • Ir (d'Īd), déclinaison par personne soit en T-* (de Tid, aller) soit en Iy- [əj] (d'Уyad)
  • Per (de Pēd) (dont le sens est maintenant d'"améliorer", "faire grandir", "faire germer", "augmenter", etc.), mais déclinaison par personne en Per- (de Peryd).

(l'infinitif en -R en sprante n'est pas systématique, loin de là : il n'est utilisé que dans les cas ci-dessous, ainsi que pour verbaliser un nom)

Dans les autres langues néo-pentadrariennes, c'est souvent le deuxième infinitif qui a été retenu, sauf en hreki.


* Les formes sont tellement courantes que l'on entend souvent à la place d'Ir, comme infinitif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Ven 29 Juin 2012 - 15:34

Voici mon vocabulaire actuel en onume :

A

Á : détester, haïr (irrégulier)
Ab : avoir
Abje ['abʒɪ] : centre
Du pentadrarien « Avzca », devenu « Abyzca » en pentadrarien onumien.
Adjetih [adʒɪ'ti(h)] : adjectif
Adverb [ad'vɛ:b] : adverbe
Akkab ! : pouah !
Du sprante « Aite liavi ! » (pouah ! ; littéralement : au loin !), devenu « Atyaf ! » dans cette langue.
-Al : forme des adjectifs à partir de noms.
Alarm [a'la:] : alarme
Alt : autre
And : nombre, chiffre

B

Ballod [ba'jɔd] contenir, comprendre.
Bek : grand, imposant
Bli : habiter à, vivre à
Du pentadrarien « Blid » (vivre).
Bran [bʁa] : pain
Buo : manger, boire

D

Dab : laisser
Deib : Deive (prénom onume)
De Dar (→ Deir → Deiz → Deib).
Deik : chez
Deus [djus] : Dieu
Du latin « Deus ».
Do : que (conjonction)
Dorm [do:] : dormir
Du latin « Dormio ».
Drar [dʁa:] : 1. territoire, terre 2. terre
Dérivé : « Draza » (la Terre).

E

E (ed) : et
É : être
Eb : ciel, paradis
Einne ['ɛj.ɲɪ] : content, satisfait
Eind : os
Ek- [ɪk] : préfixe inchoatif
Erb [ɛ:b] : premier
Erd [ɛ:d] : puissant, important, dominant
Es [ɪs] : oui
De l'anglais « Yes ».
Eve : sage

F

Fetr : foin
For [fo:] : tomber, choir, chuter.
Dérivé : « Forat » (chute)
Fos : pouvoir, être capable de, être autorisé à

G

Ge : jour
Gerr : guerre
Ggiz [J\iz] : dieu, divinité
Gix : à propos de, sur
Gubr : vouloir

H

He : le/la (accusatif)
Hi : il/elle

I

Ig : à l'extérieur de, hors (de)
Ij : je
-Ik : -able, -ible
Ikk : avec, en compagnie de
Ilm : ciel
In : dans, en
Is : celui

J

Jaib : geôle

K

: chien
: un
Kekk : faire
Kka : très
Kkos : grand, magnifique.
« Dar ó Hkos » – Dar le Magnifique.
Kusié : lumière
Dérivés : « Kosá » (lumineux).

L

Leb : aimer
Letá : 1. pays 2. (par métonymie) nation
Du pentadrarien « Plisā ».
Libi : bout, morceau, portion
Du pentadrarien « Lipo ».

M

: (soutenu) finir (voir « Mehn »)
Menn : finir (voir « Mé »)
La forme archaïque du pentadrarien « Meyd », « Men », fut gardée, sous forme minoritaire « Menyd », en Chendre. Après l'empire, on eut d'abord un retour à « Men », puis une palatalisation.

N

Na : zéro
Ne : non
Dérivé : « Né » (« non » plus exclamatif)
Nib : nuage
No(u) : ne pas (voir « Ne »)

O

O (od) : ou
Ó, oy : le/la, les.
Du pentadrarien « Ou ». Le « Oy » est sous l'influence du pluriel sprantais.
Obor : sous (voir « Pe »)
Obió : sur
Oll : contraire
Dérivé : « Uy- »
Onum [o'nu] : onume
Ónum ['onu]: Onumie
Ost : sentir

P

Pasj : bout, morceau
Du pentadrarien « Paky ».
Syn : « Libi »
Peu [pju] : vraiment, très, extrêmement
Du pentadrarien « Pao ». On trouve la forme « Pey(o) » puis « Piy(o) » jusqu'à la fin du XIVe siècle, avant de donner « Peu », d'abord prononcé [pew].
Pe : sur (voir « Obor »)
Per : à cause de
Du pentadrarien « Pyro », devenu « Pery » en Scentrom.
Pert [pɛ:t] : 1. pet 2. péter.*
Pesj : laver, purifier
Du pentadrarien « Peryd » (purifier (voir « Por »)).
Por : grand, pur, honorable
Du pentadrarien « Peryd » (purifier (voir « Pesj »)).
Pusa : posséder
Putor : pouvoir, puissance, force

R

Ri : assez, plutôt

S

Si : tu
Sjik : cent
Donnait autrefois « Sjigg », depuis simplifié.
Sjot : chef, leader.
Du pentadrarien tardif « Scosy », lui-même de « Kkose ».
: je suis

T

Tak : casser, briser
Du pentadrarien « Taryd » (voir « Teirr »).
Ti : ce (plus éloigné que « Xi »)
Ter : par, de
Teirr : saboter
Du klassolien « Taghi », lui-même du pentadrarien « Taryd » (voir « Tak »).

U

Uy- : forme des contraires

V

Veit : eau
Vis : sans
Vit : sang

W

Wit : avant

X

Xam [tsa] : centre, milieu
Xi : ce (plus proche que « Ti »)


* loul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Ven 24 Aoû 2012 - 20:05

Il y a quelques temps, j'avais commencé une carte des familles et sous-familles de langue en Pentadrare, vers -569, année de fondation de Wizcak*, ville de naissance de la culture pantaise, culture qui englobe tout le continent de nos jours.

Je l'ai finie aujourd'hui, et je vous la présente donc, accompagnée d'un petit texte Smile.

(Pour ceux qui ne se sont pas trop penchés sur l'histoire du continent, aucun état centralisé n'existe alors, et le Pentadrare en tant que pays n'en est qu'à sa toute naissance)



En -569, le continent pentadrarien est divisé linguistiquement en trois parties : une parlant des langues indo-européennes, une autre parlant des langues dites scozahiques, et la dernière parlant des langues dites tlasoliques.

La famille scozahique est implantée dans un espace plus restreint à l'est que l'actuelle Hrekie. Ses langues, très différents des indo-européennes, transmirent certaines de leurs particularités aux parlers pentadrariens qui occupèrent leur place par la suite. On peut citer parmi elles l'absence de consonnes voisées.

Les idiomes tlasoliques sont parlés, eux, à l'est des scozahiques, jusqu'au cap yézoïen. Contrairement au groupe scozahique, plutôt homogène, la famille tlasolique est séparée en deux branches distinctes : la branche djamnique, au sud et à l'est du pays piazolan, et la branche yézoïenne, au nord et à l'intérieur du pays piazolan. Il semble que la partie djamnique située à l'est du pays piazolan ait été longtemps un foyer de mélange entre les deux sous-familles, puisque des royaumes djamniques auraient colonisé cette région à l'origine yézoïenne au VIIe siècle avant J.-C., tandis qu'au Ve siècle, les royaumes yézoïens furent brièvement unis et annexèrent la moitié est des territoires djamniques et le quart nord-ouest des territoires pantiques. Ces derniers furent vite conquis par Mazar Ier, roi pantais.

La dernière famille de langues parlées alors est celle des langues indo-européenne, utilisées sur un peu moins de la moitié du continent, du sud-est du Klassolia au Jotarke, avec une frontière suivant un axe nord-est sud-ouest. Elle comprend les langues les plus parlées de l'époque, puisqu'on pense qu'un peu plus de la moitié des habitants du continent usait à l'époque de langues indo-européennes. Selon ce qu'on sait, environ 12 % des pentadrariens parlaient une langue pantique du nord. Aujourd'hui, ce pourcentage s'élève à 100 %, et en l'an 1 à 78 %.

En -569, les langues indo-européennes du Pentadrare sont divisées en trois branches : pantique – dont fait partie toutes les langues pentadrariennes –, nédroïques et jotariques. Les territoires pantiques couvrent la moitié est de l'Onumie et le sud-est du Klassolia. La zone jotarique couvre les deux tiers sud du Jotarke et les terres nédroïques comprennent le reste.

* Ozcar [o(d)Za(k)x] en pentadrarien unifié
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Sam 25 Aoû 2012 - 22:14

La langue à l'origine du scozaguien est le solaf (solaf'm). Les consonnes sourdes/voisées étaient remplacées par des sourdes/consonnes sourdes + ʲ. Ces dernières sont retranscrits « sourde + J ». Par exemple, pjim, « soleil », devait se prononcer [pʲɨm].

Le solaf possédait aussi un large éventail de voyelles, surtout centrales. Étrangement, une des seules voyelles de ce groupe qu'il n'avait pas est le chva, pourtant très répandu, ni de [e]. Le solaf abusait aussi des consonnes vélaires. La plupart de ce que l'on sait de lui a été retrouvé sur des parchemins dont l'alphabet fut déchiffré en 1915. On sait aujourd'hui que ces écrits, datés d'environ -550 étaient une prière aux dieux du panthéon solaf.

Le solaf était surtout utilisé dans le sud-est de la zone scozahique, et crût depuis la création de Rèke, une ville semble-t-il créée aux alentours du VIIIe siècle avant J.-C., et qui vit son influence s'étendre au Ve siècle avant J.-C., grâce à une succession de kjaoŋi (retranscrit en « gaongi », et qui signifie « chef du palais », équivalent solaf de « roi ») ambitieux. Les rékois se distinguaient principalement des autres nations de langue solaf par leur accent qui roulait beaucoup certaines occlusives.

Ce rayonnement culturel, accompagné d'une colonisation par la mer de peuples non scozahiques, entraîna une simplification de la langue en une koinè appelée plus tard xósjak'ŋ (« langue des khuzak », c'est-à-dire « le grand peuple », nom que se donnaient les rékois), pentadrarisé en Scozagese, d'où fut tiré Scozag.

La grammaire et la phonétique furent énormément simplifiés, ce qui amène à une assimilation rapide. On pense aujourd'hui que c'est un des secrets de colonisation du Scozag. Les voyelles, au nombre de sept en solaf ([ä] A, [ɘ] E, [ɵ] O, [ɨ] I, [ʉ] U, [ɪ] É, [ʊ] Ó), passèrent à quatre en scozaguien (moins le U, É et Ó). Pour pallier à ce manque de phonèmes par rapport à la langue d'origine, le scozaguien possèdait un accent de hauteur.

La conjugaison était totalement régulière :
  • Le passé est donné par ta-, le futur par -ak-, (le présent se marque éventuellement par s-).
  • La première personne du singulier est marquée par -e, la deuxième par -a, la troisième par -i. Les trois du pluriel sont indiquées par -o, et on utilise un pronom* pour les différencier : ke pour la première, ka pour la deuxième, ki pour la troisième.
  • Les autres indicateurs se placent avant le verbe, comme pe- (ne pas), -bosjir- (être sur le point de) ou encore -narh- – prononcé [nar:], en roulant bien le R – (pouvoir).

Exemple : pemilvejako ke : « nous ne voulons pas parler », dans lequel on distingue pe-, -ak-, -o et ke.


En -414, Wizcak et Reka entamèrent leurs premiers contacts. Le premier traité entre les deux grandes nations eut lieu en -340, lors du règne de Dar le Magnifique, délimitant leurs objectifs respectifs. Il fut écrit en scozaguien et en pentadrarien unifié, et fut le plus ancien texte écrit en scozaguien qui parvint jusqu'à nous. D'autres traités écrits dans cette langue nous parvinrent, dont un long, de -142, datant de Dar III, garantissant la souveraineté scozaguienne sur ses colonies du pays piazolan, suivi d'un pacte de non-agression, que Dar IV ignora après son avènement – c'est une des raisons qui poussa le Scozag à attaquer le Pentadrare en -107.

* Le sujet est placé après le verbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autres langues pentadrariennes   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Autres langues pentadrariennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autres langues pentadrariennes
» L'épreuve d'anglais et autres langues
» Imam Chafi'i
» La traduction française du coran
» CLES et autres certifications de langues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: