L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les mots qui soignent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les mots qui soignent   Dim 22 Avr 2012 - 16:29

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo



Messages : 1964
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Dim 22 Avr 2012 - 22:28

Dans l'univers d'Osara, où toute chose est biologique (même l'air), la médecine est très particulière, à la fois perplexifiamment tordue et intuitivement simple. Le bon guérisseur voit à l'intérieur du corps, et les liens du corps avec son environnement. Quand je dis "voit", il s'agit de percevoir les signaux que s'échangent les cellules qui constituent l'univers. Vu la profusion de langues, je n'avais vraiment développé de vocabulaire médical que pour l'une d'entre elles, et ce vocabulaire était intentionnellement entaché de "mauvaise médecine", c'est à dire de superstition superficielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 0:58

Le rémaï 32 décrit l'état de santé et les comportements avec la racine MEI. Après, cela ne va pas plus loin qu'un vocabulaire naturel.

Cependant la manière dont le langage rémaï en lui-même est conçu permet apparemment, par sa fluidité tant syntaxique que lexicale, et sa transparence sémantique, une meilleure synchronisation des deux hémisphères du cerveau (cerveau droit, cerveau gauche), un genre de libre échange des informations, qui produit des effets objectifs dans au moins deux cas de figure, à tester vous-même : la transformation d'un yaourt (suite de syllabes prononcés au hasard d'une mélodie) en rémaï et la traduction du récit d'un rêve en rémaï. L'effet physique est une sensation d'illumination mentale, et la retraduction en français de la version rémaï donne l'impression (possiblement fausse, mais en tout cas très forte) d'avoir parfaitement cerné ce que notre inconscient voulait dire à ces instants. Tout cela demande bien sûr à être vérifier scientifiquement avant de s'avancer davantage en la matière.

***

Par ailleurs, certaines écoles de psychanalyse affirment que beaucoup de blocages, souffrances et manies, ou maladies physiques comme mentales causées par le stress ou la manipulation mentale (notamment le harcèlement) sont "imprimés" dans le cerveau des patients dans la langue maternelle ou en tout cas le langage utilisé pour causer le dommage au patient. Lorsque le patient apprend une nouvelle langue, le rang de neurones touché ou grillé par le dommage, et qui va piéger le patient dans des comportements à problème ou de la souffrance "pavlovienne" sera contourné par les nouvelles connexions crée par la nouvelle langue. Le rémaï étant conçu pour s'apprendre extrêmement vite, ce type de "guérison" serait beaucoup plus rapide, tout en pouvant être obtenu par tout nouvel apprentissage linguistique - mais en demandant plus d'effort et de temps, donc avec plus de fatigue.

Cependant, cela ne fait pas du rémaï une panacée puisque des personnes rendues profondément inquiètes à l'idée de "guérir" vont souvent lutter de toutes leurs forces contre une opportunité de s'en sortir. Ce genre de personnes est le même qui stresse incroyablement à l'idée d'apprendre une nouvelle langue, même naturelle. Par ailleurs, j'ai cru comprendre que les techniques de psychothérapie rapide (apportant une guérison quasi immédiate ou en deux trois consultations) reposaient sur l'hypnose et les paradoxes. Si le rémaï est bien un langage aux vertus quasi-hypnotiques, les paradoxes peuvent difficilement passer pour autres choses qu'ils ne sont, et j'ignore si dans ce type d'approche le fait d'avancer "à découvert" n'augmente pas les risques d'échec.

Là encore, tant que un manuel complet et un dictionnaire langue naturelle / rémaï ne seront pas terminés et disponibles, et jusqu'à ce qu'il y ait un nombre suffisamment grand d'apprenants pour utiliser régulièrement et pertinemment ce langage, les pouvoirs de guérison du rémaï resteront de la pure spéculation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 10:32

Greenheart a écrit:
certaines écoles de psychanalyse affirment que beaucoup de blocages, souffrances et manies, ou maladies physiques comme mentales causées par le stress ou la manipulation mentale (notamment le harcèlement) sont "imprimés" dans le cerveau des patients dans la langue maternelle ou en tout cas le langage utilisé pour causer le dommage au patient. Lorsque le patient apprend une nouvelle langue, le rang de neurones touché ou grillé par le dommage, et qui va piéger le patient dans des comportements à problème ou de la souffrance "pavlovienne" sera contourné par les nouvelles connexions crée par la nouvelle langue.
Tout le monde a pu constater que certains mots sont liés à des souvenirs personnels. J'ai une ancienne collègue qui avait un sursaut quand elle entendait le mot "maison". Elle avait été traitée durement à son travail par l'un de ses supérieurs, nommé Maison, au point de faire une dépression nerveuse.

C'est sans doute pour des raisons semblables que certaines tribus australiennes plaçaient un tabou sur le nom d'un défunt, qu'il ne fallait pas prononcer. Si le nom du défunt était aussi un nom commun, par exemple Nuage, à sa mort la tribu remplaçait le mot "nuage" par un synonyme.

Les associations d'idées négatives associées à des noms d'animaux expliquent aussi pourquoi certaines langues européennes ont remplacé le nom de l'ours par un synonyme : bear, Bär = brun.

Greenheart a écrit:
Le rémaï étant conçu pour s'apprendre extrêmement vite, ce type de "guérison" serait beaucoup plus rapide, tout en pouvant être obtenu par tout nouvel apprentissage linguistique - mais en demandant plus d'effort et de temps, donc avec plus de fatigue.
Certes, mais les associations d'idées négatives pourraient toucher les mots du rémaï comme ceux de toute autre langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 10:58

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 13:29

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 13:38

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo



Messages : 1964
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 23:07

Ah non, la Myrianésie n'a rien à voir avec Osara. La Myrianésie, c'est plus ou moins notre monde il y a des millénaires; Osara c'est un autre univers, un cosmos vivant, au sens le plus plein du terme, sans métaphore ou conjecture.

Sinon, sur le sujet des mots qui soignent, je crois que parfois c'est plus la confiance que les mots qui soigne, mais les mots peuvent être l'intermédiaire de cette confiance, sans être indispensables. Avec les animaux traumatisés ou malades, tout est dans le geste et le ton de la voix, dans l'intention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 23:23

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Lun 23 Avr 2012 - 23:45

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Mar 24 Avr 2012 - 0:25

lsd a écrit:
Je vois bien la construction de langue comme bénéfique en la matière, qui participe à la construction de soi, qui débarrasse des nœuds de langue maternelle, et tente d'assainir son rapport au monde... cheers

Après le risque c'est l'isolement Suspect si elle prend le pas sur la vie sociale, qui n'est (dans un premier temps Suspect (qui peut être infini Twisted Evil )) pas accessible à celle-ci, mais là on se place dans le cas de construction psychotique... affraid

Comment sentez vous ça chers confrères... Question
J'ai créé ma première idéolangue pour pouvoir mettre mes pensées par écrit en étant sûr de ne pas être lu... par quelqu'un d'autre que moi. Cool

On peut donc dire qu'une idéolangue participe à la construction de soi, parce qu'elle facilite la pensée : il est en effet plus facile de penser par écrit que dans sa tête. En même temps, la certitude de savoir que ses pensées privées resteront privées permet d'aller au fond des choses, comme dirait DSK.

J'ai commencé à "penser par écrit" pendant mon adolescence, et maintenant que je suis quinquagénaire, je continue ! Very Happy

J'avais trouvé tout seul la technique des "dialogues imaginaires" et j'ai appris une vingtaine d'années plus tard qu'elle était recommandée par les psys (on est rarement seul à avoir une bonne idée). Hillary Clinton a ainsi écrit des conversations imaginaires avec Eleanor Roosevelt, un personnage historique qu'elle admire mais qui était déjà décédé depuis très longtemps.

Pour nous autres geeks et autres demi-otaku à tendance Asperger, penser par écrit permet de décrypter des situations psychologiques qui resteraient incompréhensibles autrement. Il est bon, aussi, de se relire des mois ou même des années après : on a alors l'impression très nette que les morceaux du puzzle se sont mis en place.

Il y a un risque d'isolement si créer des idéolangues devient une activité exclusive, comme les jeux vidéos pour quelques passionnés. Il faut être raisonnable en toute chose. Gardons en mémoire l'exemple de notre regretté Grand Maître, JRR Tolkien soi-même, qui tout en étant un idéolinguiste des plus prolifiques, a trouvé le temps d'être officier d'infanterie pendant la Première Guerre Mondiale, capitaine de son équipe de rugby à Oxford, de se marier et d'avoir quatre enfants, de devenir professeur d'université, et aussi, ce qui ne gâte rien, de laisser le souvenir d'un joyeux luron amateur de bière et de tabac (ce qui ne l'empêchait pas d'aller à la messe tous les dimanches en famille).

Construire des idéolangues n'est pas du temps perdu : ça fait travailler le cerveau, donc ça retarde Alzheimer. C'est toujours ça de pris ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mots qui soignent   Aujourd'hui à 14:31

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mots qui soignent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mots qui soignent
» mots croisés
» Super Pédant Man : mille et un mots et expressions français expliqués
» Le rallye des mots
» Petits mots confisqués

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: